Requiem for a prophecy

Forum RPG basé sur le dix-neuf ans plus tard de la saga Harry Potter
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 [Léna&Kieran] Dire qu'ils avaient bien caché leur jeu, les coquins.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kieran O'Farrell
SerpentardavatarSerpentard



MessageSujet: [Léna&Kieran] Dire qu'ils avaient bien caché leur jeu, les coquins.   Ven 3 Mai - 8:16

Mais qu'est-ce que notre bel-ami et bel-homme qu'était Kieran pouvait bien faire en fin d'après-midi seul sur les toits? Question qui allait bien vite recevoir sa réponse. En effet jeune homme n'était point là par hasard. Et pour le savoir quoi de mieux que d'offrir un petit voyage express dans le passé.
Pas plus tard que le matin-même, au petit-déjeuner plus précisément, il s'était rendu sans une once de gêne vers la table des Gryffondors. Étonnant n'est-ce pas? Mais pour quoi faire exactement... La suite est plus intéressante. L'étudiant s'était posté derrière une personne, et pas n'importe laquelle en réalité. Derrière... Léna. Et s'étant penché légèrement il lui avait chuchoté une étrange invitation à l'oreille de sa voix bien entendu, toujours sensuelle:


- Après les cours, sur les toits.

La jeune fille avait du comprendre le message, puis se redressant, et lui accordant un discret sourire charmeur, il retourna à sa table, finir son petit-déjeuner, le plus normalement possible.

Retour au point de départ. Kieran, solitaire pour le moment sur les toits du château, dans sa tenue décontractée et classe, mains dans les poches, et marchant de long en large. Le jeune homme était loin d'être stressé ou autre, Kieran stressé... Il en fallait plus pour qu'il le soit. Seulement il appréhendait quand même un peu ce "rendez-vous" qu'il avait donné à la belle Gryffondor. Qui l'eut cru? Qu'un beau jour ces deux là seraient plus proches qu'on l'imaginerait. L'évidence était cependant plus que présente.
Et s'il fallait tout retracer, tout avait commencé par un combat plaisant et innoncent dans le hall, puis des discussions rapides échangées de temps en temps, des rires, des sourires, des regards, une complicité qui se crée et tout prend forme. Au final une fin d'année où les deux jeunes gens étaient quasiment plus proches que l'on ne pourrait penser et ensuite les vacances: des lettres échangées. Conclusion, il était inutile de cacher plus longtemps qu'il y avait bien un profond lien qui c'était doucement tissé. Bien sûr, Kieran n'en avait parlé à personne ni même fait allusion une seule fois, même à sa meilleure amie d'ailleurs... Peut-être parce qu'il ignorait encore où ils en étaient exactement, sachant qu'il n'y avait rien d'officiel ni de concret pour le moment.
Mais ce qui était sûr, c'est que sous tous ces farfelus mystères, Kieran était d'ores et déjà presque certain qu'il... avait... des... sentiments... indescriptibles pour elle. Léna était le genre de fille vive, belle, dont le caractère de feu plaisait à voir chaque jour, une compagnie des plus agréables. Et au début c'était compliqué de l'admettre mais il fallait l'accepter, notre protagoniste avait fini inconsciemment par énormément s'attacher à elle.

Et quand on parle de la louve, la jeune fille venait tout juste d'arriver. Laissant passer un petit souffle de ses lèvres qui faisaient un "o", Kieran s'avança vers elle et lui prenant tendrement la main, la faisant tournoyer sur elle-même, il lui déclara:


- En le voyant pendant les vacances, j'ai pensé que ça pouvait te plaire, déclara-t-il avec douceur en attachant délicatement un collier dont le pendentif d'une fleur rouge&or rappelait les couleurs de sa maison.

Sans commentaire. Oui ça faisait très fleur bleue et oui c'était très étrange comme situation quand même. En même temps, il avait tellement plus pour habitude de "juste" passe du temps avec pleins de filles tous les jours plutôt qu'une. Cependant, pour la première fois, il se sentait incroyablement bien, et même, romantique? Oulah doucement.
Et posant ses deux mains sur les épaules de Léna pour la retourner face à lui, il lui prit dans une tendresse infinie son menton, et la regarda yeux dans les yeux quelques secondes.


*Fichtre. C'est qu'elle est tellement belle...*

Et éviter de s'attarder trop longtemps sur les lèvres de la sublime Gryffondor surtout. Le hic, c'est qu'elles les appelaient en plus, ses lèvres. N'importe quoi, depuis quand une bouche vous appelle?

*Wow, faut que je reste calme bordel. C'est Léna que j'ai devant moi.*

- Bon, en fait, je suis pas vraiment doué pour les discours je crois... C'était tellement plus simple par lettre. Tu trouves pas? Et maintenant que t'es là devant moi. Je suis complétement... troublé.

Ah Seigneur. Que faire?

Il y avait quand même un truc qui le titillait mais qu'il n'oserait jamais mentionner un jour. Kieran espérait intérieurement que Léna ne le comparerait jamais avec Dimitri... Ou alors au moins, si elle le faisait dans sa tête -ce qu'il ne saurait pas, forcément- qu'elle mette un grand fossé entre l'autre et lui quoi. Parce que Kieran c'était Kieran et il était incomparable. Normal il était unique. Une perle précieuse cachée dans un précieux coquillage des mers. Bref, laissons le narcissisme là où elle était pour le moment!

________________Requiem for a Prophecy________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Taylor
GryffondoravatarGryffondor

MessageSujet: Re: [Léna&Kieran] Dire qu'ils avaient bien caché leur jeu, les coquins.   Sam 4 Mai - 19:01




    La jeune fille devait se rendre sur les toits après les cours. Oui vous pouvez surement croire que c’est assez étrange surtout que ce n’est pas du tout le genre de Léna de trainer là-haut. En effet, c’est plus le territoire de Ruth là-bas. Mais aujourd’hui cela faisait exception. Oui parce que quelqu’un lui avait donné rendez-vous là-bas. Et pas avec n’importe qui, avec Kieran O ‘Farrell. Donc le jeune homme était venu la voir pendant qu’ils étaient dans la Grande Salle et discrètement, lui avait murmuré à l’oreille de venir le rejoindre sur les toits quand elle aurait finit ses cours de la journée. Cette petite annonce de la part du beau jeune homme avait eu l’effet de faire passer une excellente journée à Léna. Même aller en potions ne lui avait pas tapé sur son morale. Ah c’est étrange comment un seul mot, une seule phrase peut redonner le sourire à l’être humain. Il lui avait fait l’un de ses sourires charmeur avant de partir vaquer à ses occupations.

    *Je ne comprends même pas pourquoi tu parles à ce type.*

    Si on regardait bien, Léna ne connaissait pas le jeune homme depuis très longtemps finalement. Leur première entrevue s’était faite l’année dernière, un soir dans les couloirs de l’école. Léna se baladait comme à ses habitudes dans les couloirs après le couvre-feu. Oui en théorie c’était interdit mais elle savait que c’était Amber qui était de ronde ce soir-là et la jeune fille, quand bien même elle l’aurait vu, ne lui aurait pas dit grand-chose. Et la belle était tombée sur lui. C’était un préfet et elle était en « infraction » mais à la place de remontrance, ils avaient engagé un sympathique combat. Qui avait gagné ? Bonne question, peut-être pourrons nous dire qu’ils étaient à égalité. Après ça, ils s’étaient parlé de temps en temps, un échange de mots banals, puis plus régulièrement. Léna avait beaucoup rit avec ce jeune homme.

    Il avait quelque chose de différent quand on le connaissait. C’est vrai qu’avant même de lui parler, Léna avait entendu pas mal de chose sur son compte, et pas forcément en bien. Il était celui qui se prenait pour un beau gosse, il était celui qui était plus fort que tous. Mais ce n’était pas du tout la même chose qui ressortait après avoir échanger des paroles, des sourires, des fous-rire avec lui. Peut-être que finalement les gens parlaient sans le connaître. Ou alors il était différent avec elle et était comme les gens le décrivaient avec les autres. La Gryffondor se fichait de ça de toute façon. Ca n’avait pas vraiment d’importance.

    Et finalement, ils avaient continué à discuter régulièrement, notamment cet été où ils s’étaient envoyé des lettres. Pas mal de lettres d’ailleurs et cela avait fait du bien à la jeune fille d’avoir un lien avec lui pendant ces vacances. Et à chaque lettre qu’elle recevait de lui, elle était de bonne humeur pendant un petit moment. Quelque chose était apparue entre eux. Même si Léna ne pouvait pas encore mettre de mots dessus, elle savait que Kieran n’était pas seulement un pote comme tous les autres.

    En parlant de potes, Léna ne leur avait même pas parlé de Kieran. Ils ne savaient même pas que la jeune fille lui parlait. C’était étrange, pourtant Ruth était sa meilleure amie et il y avait Zimmou aussi, qui lui était comme son frère. Mais non, elle n’avait pas voulu leur en parler. Parce qu’elle ne savait pas exactement ce qui se passait entre elle et Kieran ? Non elle ne savait pas vraiment la raison. D’habitude elle ne leur cachait rien. Ils auraient du savoir que Léna était beaucoup attachés au jeune homme. Peut-être qu’après tout, Léna redoutait leur réaction.

    *C’est tes amis, ils ne vont pas te juger ou te monter la tête contre lui, quand même.*

    Léna était assise sur une chaise ; rêvassant et ne prenant même pas la peine d’écouter le cours. Elle fut brusquement sortie de ses songes à l’écoute de la sonnerie qui annonçait la fin des cours. Ah qu’est ce qu’elle aimait ce son. Surtout quand elle avait passé une heure à bien s’ennuyer sur sa chaise et que sa seule distraction avait été de divaguer dans ses pensées. La Gryffondor rassembla ses affaires et monta jusqu’à la salle commune des Gryffondor afin de poser son sac. C’était l’heure de son rendez-vous. La jeune fille était un peu nerveuse. Elle avait attendue toute la journée ce rendez-vous mais elle avait peur de faire ou dire quelque chose de stupide. C’était dans ses habitudes quand elle était nerveuse.

    La jeune fille monta les escaliers et arriva finalement jusqu’aux toits. Elle se hissa là-haut et elle vit Kieran. Il était déjà là. Il la vit également et se dirigea vers elle. Léna avait ce sourire, ce sourire un peu idiot qui montait jusqu’aux oreilles. Mon dieu ce qu’il était beau. Il lui prit la main et la fit doucement tournoyer sur elle-même. Finalement après ce petit pas de danse en guise d’accueil, il se trouva juste derrière.

    - En le voyant pendant les vacances, j'ai pensé que ça pouvait te plaire.

    Tandis qu’il parlait, elle sentit qu’il touchait son cou. Elle y porta d’ailleurs sa main. Il était en train de lui attacher délicatement un pendentif d’une fleur rouge et or. Il était vraiment magnifique. La jeune fille ne savait que dire après ça. Ce petit présent la touchait vraiment. Les couleurs étaient à sa maison et elle en était très fière. Le jeune homme avait du remarquer qu’elle aimait particulièrement sa maison. Le jeune homme était plein de surprises. Et encore une fois, il la surprenait tellement il était différent de tout ce qu’elle avait pu entendre.

    *Il peut se la jouer romantique juste pour baiser aussi.*

    Non, un garçon qui veut simplement une histoire d’un soir ne prenne pas le temps d’apprendre l’autre et de discuter. Personne ne devait parler des heures à Rebecca avant de se la faire. Du moins, c’était ce que pensait Léna. Elle souriait. Elle ne pouvait pas s’arrêter de sourire devant cette gentillesse.

    Finalement, le jeune homme posa ses mains sur les épaules de Léna pour l’avoir de nouveau face à lui. Elle essaya de balbutiai un « Merci »mais aucun son ne sortait de sa bouche. Il lui avait prit son menton. Léna plongeait les yeux dans les siens. Elle ne pouvait pas se décrocher de ce regard. C’était étrange finalement. Si l’année dernière, on lui avait dit qu’elle aurait une quelconque relation avec l’ex-Serpentard, elle n’y aurait tout bonnement pas cru. Tout simplement parce qu’à l’époque, elle était à des années lumières de s’intéresser à lui. Comme quoi ce qui nous arrive ne tient à pas grand-chose.

    - Bon, en fait, je ne suis pas vraiment doué pour les discours je crois... C'était tellement plus simple par lettre. Tu ne trouves pas? Et maintenant que t'es là devant moi. Je suis complètement... troublé.

    Il n’y avait pas besoin d’être doué pour les discours. Il avait réussi à la toucher avec simplement une attention. Les mots n’étaient pas forcément utiles pour faire passer un message. Il était troublé. Léna arrivait donc à le troubler. Elle était rassuré que lui aussi ressentait des émotions similaires aux siens dans cette situation. Evidemment, c’était différent que quand il s’envoyait des lettres. Parce que quand on écrit, on peut modifier nos paroles, réfléchir pendant un bon moment à ce que l’on va dire, alors qu’en face ce qui est dit, est dit. Mais Léna aimait aussi beaucoup cette situation. C’était tellement différent qu’une simple lettre.

    – Peut-être était-ce plus simple par lettre mais situation engendre beaucoup de nouvelles occasions, plus de possibilités.

    Et parler avec lui n’avait rien de comparable à de simples morceaux de parchemins. Bien sûr, elle avait aimé recevoir du courrier de sa part. Elle avait d’ailleurs gardé chacune de ses lettres. Elle ne savait pas vraiment comment l’expliquer mais cela n’avait vraiment rien de comparable. Elle se sentait finalement idiote de ne rien avoir pour lui.

    – Ton cadeau m’a vraiment touché.

    Annonçant tout en se rapprochant un peu plus de lui. Elle lui avait lâché les mains pour le serrer dans ses bras. La chaleur de son corps était tellement agréable pour la jeune fille. Elle se sentait bien dans ses bras et elle savait finalement qu’elle avait bien fait de se fier qu’à elle-même pour ce qui était du jeune homme.

    *Tu crains ma petite.*

    Non je ne crains pas.

    *Tu crèves d’envie de l’embrasser et tu restes là, à attendre comme une mendiante*

    N’importe quoi. Enfin si. Ouais un tout petit peu.

    La jeune fille qui était sur la pointe des petits (oui petite taille exige), avait niché sa tête sur son épaule, le visage contre son cou. Elle lui fit un doux et furtif baiser dans le cou, faisant glisser ses lèvres jusqu’aux siennes. Aussi délicatement et rapidement, elle se recula. Non mais quelle idiote de se laisser ainsi aller à ses désirs.

    *Tu n’as vraiment aucune volonté ma chère.*

    – Je … Je ne voulais pas être entreprenante comme ça. Je suis désolé.

    Il lui faisait tellement d’effet. C’était vraiment trop étrange. Ca faisait si longtemps que la jeune fille n’avait pas ressenti ça.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran O'Farrell
SerpentardavatarSerpentard



MessageSujet: Re: [Léna&Kieran] Dire qu'ils avaient bien caché leur jeu, les coquins.   Mar 7 Mai - 17:32


Quand on ne s'est jamais imaginé que certaines choses pouvaient être le signe même du destin, il arrivait que l'on soit alors surpris en soi, des surprises inattendues qu'engendraient le futur. Où le présent tout à coup se plaisait à lier tout doucement deux êtres pourtant si indifférents l'un de l'autre au début. Non pas que Kieran n'avait prêté aucune attention envers Léna la première fois qu'il l'avait vu, mais plutôt qu'il n'osait sûrement pas s'imaginer se rapprocher de la belle Gryffondor un jour.

Et là, ici et maintenant, ils étaient soudainement si proches. Aussi proche physiquement que mentalement. Et ça paraissait tellement nouveau pour notre séduisant protagoniste qu'il en était un peu effrayé. Ben oui, bien qu'étudiant, il restait quand même Serpentard aussi dans son esprit, et il existait bien pour lui des choses qu'il craignait. Comme celui d'épancher ses sentiments et son cœur royal - oui oui royal - à une demoiselle. Ça, ça l'effrayait au plus au point. On comprend mieux pourquoi il n'avait jamais dévoilé son amour pour Athalie du coup... D'ailleurs, que penserait son amie si elle apprenait ça? Enfin tout dépendrait du... Déroulement de cette entrevue naturellement. Kieran avait beau quasiment tout confier à Athalie, il ne lui avait jamais dit ce qu'il se passait entre Léna et lui à la fin de l'année. Peut-être parce ce qu'il avait le sentiment qu'il commettrait une bévue en le disant à celle qu'il avait si longtemps aimé en secret... Non. Léna n'allait pas être une erreur. Au contraire, elle devenait la plus belle chose qu'il avait le bonheur d'avoir auprès de lui et qu'il avait espérée depuis belle lurette. Parce que, sérieusement, l'année précédente, entre les cours inlassablement fatigants, ses fins d'études, son père qui avait vers la fin de l'année réapparut comme par magie pour lui mettre la pression quand à ses résultats, Athalie qu'il voyait de moins en moins, peut-être l'insupportable Von Gotha qu'il regrettait un peu, l'épuisement, les évènements et tout le reste... Oui Léna avait été son plus beau réconfort. Rien que de l'apercevoir quelques fois dans un cours ou un couloir ou autre l'avait rendu complètement niais.

Et donc là, de l'avoir rien que pour lui - enfin c'était ce qu'il espérait - et seuls sur les toits, ça le rendait bêtement heureux.

- Peut-être était-ce plus simple par lettre mais situation engendre beaucoup de nouvelles occasions, plus de possibilités.

Léna avait tellement raison. Oh rien que sa manière de parler séduisait totalement Kieran. Il était vraiment devenu fou d'admiration et de tendresse pour la jeune fille. Léna avait su percer à jour la réelle personnalité cachée de Kieran, depuis leurs échanges de courrier. Elle n'avait jamais cherché à le juger ni même lui rappeler qu'il n'était peut-être qu'un intelligent loveur et rien d'autre. Elle était si... si...

- Ton cadeau m'a vraiment touché.

*Si merveilleuse.*

Et dans sa douce contemplation, il se rendit compte que la faible distance qui les séparait c'était dangereusement réduite à un chiffre avoisinant zéro.

Il sentait tout à coup son corps tout contre le sien. Un contact qui le mit dans tous ses états. Elle venait de l'enlacer. Non, elle était en train de l'enlacer! Et ce fut sans hésitation qu'il resserra ses bras autour de la taille de la jeune fille. Il en frémissait de convoitise. Ah non, ce n’était vraiment pas le moment de penser à autre chose pitié. Kieran ne voulait surtout pas la brusquer. Il n'avait pas du tout pour but de jouer cette fois-ci. C'était du sérieux là. Oui enfin n'exagérons rien tout de même. Quoique d'un côté c'était vrai. L'étudiant n'avait plus tellement le désir de profiter de jeunes filles incrédules, il devait songer à son avenir, fonder une famille et avoir un bon boulot. Oui enfin non, quand même pas. Le coup d'une famille c'était un peu trop abusé bien sur.

Bref, avec elle, il se sentait devenir quelqu'un. Et Kieran préférait que ce soit d'abord elle qui fasse le premier pas. Qu'elle dise les mots qu'il fallait dans une parole ou même un regard, un geste pour lui faire comprendre qu'il pouvait "espérer" démarrer quelque chose avec elle.

Et elle ne s'y fit pas prier! Tout doucement, elle fit glisser son visage contre sa nuque, procurant au jeune homme un frisson énorme, et le pire c'est qu'elle ne s'arrêta pas là. De quoi vouloir rendre dingue Kieran. Il fallait qu'il reste calme, pas de bêtise ni de pensées qui dérivent. Il devait rester positivement, calme. Oui mais comment résister à un tel charme et surtout à ses lèvres tant convoités? Qui par ailleurs venaient de glisser sur son cou pour y laisser un voluptueux et rapide baiser. Avant de se faufiler jusqu'aux lèvres du jeune homme à sa plus grande et agréable surprise. Là pour le coup, il ne s'y attendait pas du tout.

Et apparemment, elle n'y était pas préparée non plus, quand il entendit son adorable excuse.


- Je... Je ne voulais pas être entreprenante comme ça. Je suis désolée.

Mais pourtant il n'y avait aucune raison de l'être. Si elle s'excusait de l'avoir merveilleusement bien envoûté par toute sa personne, elle n'avait pas à l'être, vraiment. Néanmoins par quel moyen lui faire comprendre que les délicats sentiments et sensations qu'elle lui faisait lui procurait dans l'âme une passion de plus en plus effrénée? Parce que notons que Kieran n'avait pas la moindre idée de comment il allait lui répondre. Tous ses mots lui, en imageant un peu et à défaut de dire entre les doigts, tous ses mots lui filaient entre les lèvres. En fait, il n'était guère accoutumé à exprimer des tendresses platoniques, c'était presque un combat intérieur qu'il menait à ce moment précis où il était supposé répondre. Non pas qu'il ne souhaitait pas dire à la belle Gryffondor ce qu'il avait sur le cœur, non, c'est juste qu'il n'avait pas l'habitude de fouiller dans son vocabulaire pour trouver les mots exacts à sortir sans craindre de passer pour le dernier des crétins.

Cependant ceci n'empêchait pas le fait qu'il se sentait pleinement envahi par un bien-être complet.


*Allez grand serin il serait temps de se bouger un peu.*

- Il n'y vraiment pas de raison pour que tu le sois Léna. Ne te reproche rien. Tu l'hypnotises, avait-il d'abord répondu dans un sourire complice.

Plongeant ses yeux séduits dans ceux de le jeune fille, passant ses mains avec délicatesse autour de son visage, il s'adonna à ce vif désir qui l'étreignait également, en l'embrassant à son tour mais un peu plus longuement. Sa peau de porcelaine satinée était si douce, ses lèvres étaient ce qui avait sûrement de plus velouté. Ce fut ô combien magnifiquement subtil.
Il se détacha un peu, laissant juste assez de distance entre leur deux visages pour parler, pouvant ainsi percevoir encore la chaleur émanant de sa bouche, d'elle tout entière. Et de lui déclarer sensuellement:


- Crois-tu que je puisse avoir le droit de t'aimer?

Et prenant son courage à deux mains, il lui avoua sans balbutier une seule seconde ni même hésiter et sur un ton le plus clair possible et avec cette mini pointe de comédien séducteur:

- Douce Léna. Il y a je crois que je suis en réalité probablement certain d'être énormément, complètement, simplement et incontestablement sur d'être totalement, passionnément, extrêmement, et irrévocablement tombé sous le merveilleux charme et personnalité de ta personne.

Wow... Ok il y avait quand même plus court pour avouer un amour. Juste trois mots en fait. Mais bon, il s'agissait de Kieran O'Farrell, un joli garçon prêt à avoir tout le succès d'une réputation et toutes les filles pour lui à l'origine. Et il était quand même parvenu à lui dire quelque chose de prodigieusement long et volumineux pour une déclaration. Mais il l'avait dit. Donc c'était un beau miracle quand même. Et il espérait que Léna saisirait le véritable sens de ses paroles.

________________Requiem for a Prophecy________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Taylor
GryffondoravatarGryffondor

MessageSujet: Re: [Léna&Kieran] Dire qu'ils avaient bien caché leur jeu, les coquins.   Jeu 9 Mai - 9:59




    Ils étaient tous les deux, sur les toits du château. Personne ne pouvait les déranger ici. Léna se sentait bien avec lui. Il n’y avait pas de faux-semblants, elle savait qu’elle pouvait être elle-même avec le jeune homme et c’était ça qui lui plaisait énormément. Il était comme dans ses lettres. Il ne s’était pas caché malgré le jeu d’écriture. Léna avait tellement aimé le découvrir à travers un œil neuf. Elle ne l’avait pas vu à travers les rumeurs sur lui. Mais elle avait eu raison. Parce que finalement, il n’était pas ce beau gosse qui se croit irrésistible auprès de toutes, il n’était pas celui qui voulait juste se taper une fille différente chaque soir. Du moins, il était loin d’être comme ça avec elle. Alors elle se fichait de son passé. Tout le monde fait des erreurs, n’est ce pas ?

    Cela faisait tellement longtemps qu’elle ne s’était pas sentie bien comme ça avec une personne. Pas depuis Dimitri. C’était loin, mais ça raisonnait encore dans sa mémoire. Les deux histoires n’avaient strictement rien à voir. Mais Léna ne pouvait pas ne pas penser à lui quand elle pensait à ses histoires précédentes. Elle savait que même s’il était encore là, elle ne serait sans doute plus avec lui désormais mais il lui manquait énormément malgré tout. C’était son ami aussi et il avait été lâchement tué en haut de la tour d’Astronomie. La jeune fille n’avait plus mit les pieds là-bas depuis. C’était juste au dessus de ses forces. Idiot, peut-être mais pour l’instant elle ne pouvait juste pas aller là ou quelqu’un l’avait abattu sans aucune autre forme de procès.

    La jeune fille s’égarait dans ses pensées, mais il ne fallait pas oublier qu’elle était en compagnie de Kieran. Elle l’avait embrassé furtivement mais ca lui avait quand même donné des frissons. Avait-elle le droit d’être avec quelqu’un d’autre ? Elle n’en avait pas parlé encore à Ruth. Mais elle savait qu’elle en parlerait bientôt. Elle en avait besoin. Elle avait besoin de se confier à sa meilleure amie sur sa vie sentimentale, lui parler de ses doutes, lui parler de ses craintes. Elle avait besoin d’elle tout simplement. Parce qu’elle savait que Ruth saurait la conseiller et la rassurer. Elle pouvait avoir confiance en elle. Elle n’en parlerait par contre pas à Zimmou tout de suite. Pas qu’il ne soit pas digne de confiance lui. Mais parce qu’elle n’avait pas envie que le jeune homme lui prenne la tête avec Kieran. Elle voulait ressortir d’une entrevue confiante et non pas énervé ou stressé voilà tout.

    Le beau Kieran avait l’air d’avoir été autant surpris qu’elle de ce baiser. La jeune fille ne voulait pas forcément faire ça mais c’était comme si une force l’avait poussé sur ses lèvres si agréable. Ce n’était pas contre sa volonté bien sur, parce que le désir lui consumait les lèvres. Mais elle avait peur de s’être trouvé trop entreprenante. Bien sûr, ils n’avaient jamais été aussi proches qu’aujourd’hui mais si c’était trop rapide pour le jeune homme, ou si lui voulait simplement de l’amitié. Ah quelle idiote, elle agissait sans réfléchir puis se posait tout pleins de questions après. Normal comme approche tiens donc.

    *En même temps ma chère Léna, tu n’as jamais été la normalité même.*

    C’était vrai, elle n’avait jamais forcément fait comme les choses. Quand les gens préféraient emprunter les chemins droits et clairs, elle préférait se promener dans les chemins sinueux, dans les forêts. Partir à l’aventure, elle aimait ça. Alors, embrasser Kieran, c’était comme si elle retrouvait ce désir d’aventure. Elle ne savait pas où tout ça allait la conduire mais en tout cas elle savait que c’était le moyen le plus agréable d’y arriver.

    Le silence l’a stressait quelque peu. N’avait-il pas aimé se faire embrasser par la Gryffondor. Il cherchait peut-être un moyen de lui dire sans la vexer. Elle le regardait de ses grands yeux verts-bleus se posant pleins de questions, l’interrogeant lui-même des yeux. Même un mot aurait suffit pour la rassurer. Mais ce silence était trop désagréable, qu’il parle même si c’était pour dire n’importe quoi.

    - Il n'y vraiment pas de raison pour que tu le sois Léna. Ne te reproche rien. Tu m'hypnotises.

    Et voilà qu’elle souriait à nouveau. Il avait trouvé les mots pour rassurer entièrement la jeune fille. Finalement cela n’avait pas été trop désagréable pour lui de se faire embrasser par la tornade qu’est la Gryffondor. Non maintenant avec ce qu’il venait de dire, elle ne se reprochait plus rien. Elle s’en fichait désormais d’avoir peut-être était un peu trop entreprenante. La vérité c’était qu’elle l’hypnotisait. C’était merveilleux d’entendre des paroles comme ça. A dire vrai, le jeune homme l’avait envouté également.

    Il n’imaginait même pas non plus l’effet qu’il avait sur elle. C’était d’ailleurs inexplicable. C’était tellement différent que par lettre. Une lettre c’est quelque chose de beau, mais ça ne semble pas vivant, pas réel. Tu t’autorises à aller voir d’autres personnes sans te sentir coupable. Mais là, en face, le voyant à ses côté, non il n’y avait que lui. Et elle se sentait tellement plus vivante. Si on lui avait dit l’année dernière qu’elle embrasserait le crapaud un jour, elle n’y aurait vraiment pas cru. Non elle n’aurait jamais pensé finir avec le jeune homme. C’était étrange mais avant de connaître le jeune homme, en écoutant ce qui se disait, elle n’avait jamais eu vraiment envie de le connaître et finalement elle avait eu bien raison de s’intéresser à lui.

    Il plongea ses yeux dans ceux de Léna tout en passant ses mains délicates autour du visage de la jeune fille. Il l’étreignait avant de l’embrasser à son tour. C’était doux, plus long que le premier baiser mais tellement agréable. Si elle avait pu rester pendu à ses lèvres encore un moment elle l’aurait fait. Il embrassait tellement bien. Il se détacha laissant un léger espace entre leurs deux visages.

    - Crois-tu que je puisse avoir le droit de t'aimer?

    Disait-il d’une voix sensuelle. Certains ont besoin de temps pour s’aimer, certains ont besoins de plusieurs mois, de plusieurs années. Alors que certains n’ont besoin que d’un battement de sourcil pour apprécier ce sentiment. Avait-il le droit ? Peut-être. Mais il n’avait pas besoin d’avoir une autorisation de Léna pour ça. Quand on parle d’amour, ça ne se contrôle pas et même si l’objet de toutes nos attentions nous supplie d’abandonner, on ne peut pas. Alors non Léna ne lui répondrait pas sur ce coup. C’était à lui de décider s’il voulait se diriger sur ce chemin sinueux. La facilité ou l’aventure ?

    Elle ne pouvait s’empêcher de sourire. Elle savait à ce moment précis qu’elle ne s’était pas trompée sur le comportement de Kieran. Alors peut-être avait-il fait des erreurs dans son passé en couchant avec n’importe qui, mais celui qui n’a jamais fait d’erreurs lui jette la première pierre, n’est ce pas ?

    *Tu cites la bible maintenant Léna, c’est nouveau ça ?*

    - Douce Léna.

    Douce ? Oui la belle s’arrêtait sur ce mot. Il était beau. On ne l’avait jamais utilisé pour elle après tout. Même quand elle était petite, elle n’était pas perçue comme douce ou calme, au contraire. On la voyait comme cette petite fille un peu trop turbulente qui se mettait toujours dans des situations incongrues et parfois dangereuse à cause de son goût de l’aventure. Avec elle, sa gouvernante avait eu des cheveux blancs bien trop tôt quand on se rendait compte de son âge. Même à cette époque elle n’était pas le genre de petite fille à se plier aux règles ou à tout faire pour se faire aimer des autres. Non elle préférait n’en faire qu’à sa tête. Ca n’avait pas vraiment changé depuis, d’ailleurs.

    Il y a je crois que je suis en réalité probablement certain d'être énormément, complètement, simplement et incontestablement sur d'être totalement, passionnément, extrêmement, et irrévocablement tombé sous le merveilleux charme et personnalité de ta personne.

    Et bien ça en faisait des mots pour dire ça. La jeune fille se demandait d’ailleurs comment il avait fait pour ne pas buter sur un mot. Oui parce qu’ils se ressemblaient tous quand même. La jeune fille fit un grand sourire. Kieran était trop chou mais aussi tellement marrant.

    *Arrête tu fais peur.*

    – Tu maîtrise la rhétorique bien mieux que je ne le pensais.

    Annonça t-elle avec un sourire. Oui elle n’aimait pas faire comme tout le monde alors la première chose qui lui était passé par la tête n’était pas de répondre comme une personne normale à cette phrase en commençant par le commencement. Bref, avant de se perdre définitivement dans les mots, la jeune fille plongea ses yeux dans ceux de Kieran avant de reposer un baiser doux et furtif sur ses lèvres. Oui c’était comme si ces lèvres appelaient la jeune fille.

    – Cap ou pas cap de m’aimer ?

    Annonça t-elle un sourire malicieux aux lèvres. Et pourquoi sauter d’un plongeon dans une piscine, quand on peut sauter d’une falaise et atterrir dans la mer.

    *Toi t’es quand même complètement tarée quand tu t’y mets.*

    – Parce que moi je pense pouvoir relever le défi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran O'Farrell
SerpentardavatarSerpentard



MessageSujet: Re: [Léna&Kieran] Dire qu'ils avaient bien caché leur jeu, les coquins.   Dim 12 Mai - 8:34

C'était phénoménal. De vivre. Oui vivre était en soi quelque chose d'exceptionnelle. Et dans cette incroyable existence qu'était le sienne, Kieran se surprenait bien des fois. Exactement comme là. En même temps il n'avait jamais prononcé de toute sa vie les trois mots si mondialement connus que formaient le "je t'aime". Excepté peut-être Ruth, quoique non... En fait, même si en ces temps d'innocence suprême, sous ses treize printemps et le fait qu'elle était son "premier amour", si sa mémoire était bonne, il ne lui avait pas dit non plus ces mots. Sûrement que le jeune homme avait du trouver autre chose... Une phrase du genre... du genre de Kiki quoi. Exactement, il était absolument certain qu'il n'avait jamais pu émettre de ses lèvres ces minuscules mots. Et visiblement ça n'était pas demain la veille que ça allait changer. Mais qui sait, un miracle pouvait toujours parvenir. Enfin pour le moment valait mieux pas trop le pousser, il risquerait de faire une syncope sinon. Et Léna devait sûrement avoir percé le caractère du jeune homme pour deviner qu'il n'était pas doué pour ça. Si ça se trouve, peut-être que la radieuse gryffy n'y était pas accoutumée non plus.

- Tu maîtrises la rhétorique bien mieux que je ne le pensais.

Son délicieux sourire voulait en dire beaucoup. Kieran avait compris comme lui, elle n'avait pas pour habitude de répondre directement. Préférant laisser une sorte de suspens ou laisser à l'interlocuteur le choix de faire ses propres suppositions dans sa réponse floue. Et c'était ce qui lui plaisait chez la belle Gryffondor. Elle n'avait rien de commun avec toutes ces autres filles qui passaient leur journée à rêver au prince charmant et qui préparait leur discours écœurants parfumés à l'eau de rose. Il n'y en avait qu'une à qui il pardonnait encore d'être romantique parce qu'elle était trop choupinette, c'était Hermia, sa petite sœur adoptée. D'ailleurs depuis que la grande Capu' l'avait sournoisement enlevée pour la ramener au bercail question de sécurité, il était bien triste. De ne plus voir ce petit ange et ses mimiques de jolie princesse.

Mais arrêtons-nous là. Il s'égarait un peu trop.

Donc, Kieran également était étonné lui-même de sa capacité surprenante à manier aussi naturellement la rhétorique et avec une telle aisance, c'était tout bonnement merveilleux. Non il ne se faisait pas d'éloge. Kieran se faire des éloges? Allons donc, ça ne lui ressemblait pas. C'était un homme si humble... Non enfin, c'était surtout qu'il était en proie à un élan des plus spectaculaire. Guidé par les beaux yeux de la belle, il s'était senti pousser des ailes. Ne disait-on pas l'amour donne des ailes? Et mieux encore! L'amour était le triomphe de l'imagination sur l'intelligence. Et ici, il ne s'agissait plus de son intelligence, même s'il était fortement intelligent. Mais tout s'envolait quand on était atteint par les flèches de... N'importe quoi mais où ses pensées dérivaient-elles?

Retournons au plus intéressant. L'envoutante Léna qui électrisait complètement l'étudiant avec son regard qui caressait magnifiquement le sien. Un regard qui lui ôtait toute volonté tant il était hypnotisé. Et comme si leurs lèvres étaient, dirait-on aimantées... Celles de la jeune fille se pressèrent de nouveau sur les siennes, de manière bref et si douce.


- Cap ou pas cap de m'aimer? demanda-t-elle de sa belle voix espiègle et délicieusement coquine. Parce que moi je pense pouvoir relever le défi.

Léna était excellente. Le jeune homme ne pouvait s'empêcher d'être profondément amoureux de ce côté vif et caractère unique si rare que possédait la Gryffondor.
Était-ce une invitation à un jeu? Peu importe. Même s'il s'agirait d'entrer dans des mises e scènes enfantines ou puéril, il s'en contre-fichait, tant que leur lien y était. C'était sans doute le début d'une liaison unique, un duo hors du commun qui ne ressemblerait à aucun autre de ces soi-disant couples que l'on voyait partout. Non ils allaient former la paire parfaite. Pour combien de temps? Ça il l'ignorait royalement, mais il n'avait pas envie de s'attarder sur ce genre de détail pompeux. Tout ce qu'il désirait c'était être avec elle, rester avec elle, passer des moments exceptionnels et incomparable avec elle, et c'était tout. Avec elle, il devenait un autre, et cela le plongeait dans un immense ravissement. Il le sentait, que leur relation serait différente des autres. Qu'elle serait belle et enjouée.

Répondant alors par un même furtif et tendre baiser, posant en douceur son front contre celui de la belle, yeux dans les yeux, Kieran lui déclara, complice:


- Défi relevé.

Et pour sur! C'était parce que c'était différent de n'importe quelle autre relation qu'il l'acceptait. Parce que cela venait de celle avec qui il se sentait si bien. Celle avec qui il était prêt à partager les plus belles folies, les plus beaux défis.

Dans ce superbe optique là il avait l'impression qu'il goûtait à quelque chose de complètement nouveau. Mais... C'était nouveau! Quand il resongeait maintes et maintes et fois, jamais en réalité il n'avait jamais vraiment ressenti ce sentiment d'être comme, libre. A vrai dire il noyait en général ses journées entre les cours et les filles. C'était soit s'acharner à haïr l'une jusqu'au bout, soit poursuivre une autre comme un fantôme, soit jouer, soit titiller mais jamais aimer en étant aimer en retour. Et même si ça semblait être plus un jeu qu'autre chose, ça ne l'était pas totalement pour autant. Il s'agissait peut-être plus d'un prétexte pour ne pas être forcé à jouer les amoureux roses bonbons. Et ça l'enchantait tellement venant de la part de la malicieuse Gryffy. Au moins, sans doute leur histoire serait d'autant plus unique, basé ainsi sur un début de bravade amoureuse qui ne ressemblerait à aucune autre pour un temps indéterminé. Et un jour certains se rappelleront en disant: Vous vous souvenez de ces deux-là? Ah ils étaient si spéciaux. Des partenaires comme on n'en reverra pas de sitôt. Ouai... L'irrésistible étudiant partait dans des délires parfois quand il pensait. On se demandait bien où il allait chercher ça. Un peu comme l'histoire de fonder une famille... Eh mais, elle était sang-pur en plus! Si ce n’était pas le destin ça. D'ailleurs était-ce le destin ou le hasard? Ou est-ce que le destin était intimement lié au hasard quelques fois? Parce que c'était tout de même merveilleusement incroyable que leur "destin" soit par "hasard" si "lié". Mais dans quel débat intérieur il partait? C'est qu'il allait un peu loin quand même.

Pour la dernière fois, il devait se concentrer sur sa Léna. Oui, maintenant Kieran se permettait de lui accorder ce pronom possessif. Il pouvait, n'est-ce pas? De toute manière il le mentionnerait que dans sa tête. Pour le moment bien entendu.

Une idée émergea alors tout doucement dans la tête de notre beau jeune homme... Et s'il en profitait pour à son tour en ajouter un? Pourquoi pas après tout. Bon après il n'était pas tout à fait certain que ce qu'il s'apprêtait à lui proposer allait lui plaire. Mais à vaincre sans péril on triomphe sans gloire. C'était une idée un peu farfelue là qu'il avait quand même, mais bon au nom de leur amour qui débutait. Ah ah n'empêche qu'il trouvait le mot amour vraiment... bizarre quand même. Bref au nom de leur amour qui débutait donc, elle pouvait lui faire ce petit cadeau. Comme pour remerciement du pendentif offert. Non quand même pas, Kieran n'était pas aussi débile. Il n'espérait rien en retour de son présent pour Léna. Disons que ce défi là pourrait être la deuxième manche de ce qu'ils commençaient ensemble. Tout les deux.
Arborant donc un sourire aussi malicieux que celui de la belle blonde, il demanda d'une voix de velours, presque chantante:

- Accepterais-tu que je t'en propose un à mon tour?

Et s'attardant rapidement -notons que s'attarder rapidement est limite contradictoire- une nouvelle fois sur les douces lèvres de la demoiselle, peut-être pour faire passer la requête avec plus de douceur. Il lui murmura en se détachant un peu, à juste quelques millimètres de sa bouche:

-Cap ou pas cap de porter mon ancien uniforme de Serpentard rien que pour une journée, pour celui pour qui tu viens de relever le défi d'aimer? Ensuite je te laisse en trouver un en retour.

________________Requiem for a Prophecy________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Taylor
GryffondoravatarGryffondor

MessageSujet: Re: [Léna&Kieran] Dire qu'ils avaient bien caché leur jeu, les coquins.   Sam 25 Mai - 11:35




    La compagnie de ce jeune homme était tellement bonne. Léna n’aurait pas pu trouver mieux. Finalement il était tellement gentil. Il ne semblait pas être le même que tous les autres mecs. Car la jeune fille avait pu en voir de ces spécimens et elle avait été rarement agréablement surprise. C’était rare de trouver quelqu’un de bien dans ce monde franchement. De nos jours, les garçons ne pensaient qu’à se faire le plus de filles possibles. Oui bon c’était quand même une vision assez pessimiste de la chose. Mais on ne pouvait pas faire mieux quand on tombait tout le temps sur les mauvais garçons. Mais bien sûr cette vision de la gente masculine pouvait évoluer. Surtout quand elle était tombée sur Kieran. Qui avait dit qu’il était exactement comme les personnes que Léna décrivait un peu plus haut. Non il était différent, bien plus sympathique qu’elle ne le pensait, et surtout beau à tomber par terre.

    A-t-on besoin d’amour pour heureux ? Peut-être que si finalement, car Léna se sentait extrêmement bien en ce moment précis. Bien sûr, elle n’avait jamais eu besoin d’un garçon dans sa vie pour être heureuse mais finalement elle pensait bien que les garçons contribuaient à leur bonheur autant que les amis. C’était comme un plat, il fallait tout plein d’ingrédients pour accéder au bonheur. L’amour en faisait parti mais pas seulement. Les amis y contribuaient beaucoup également. Sans Zimmou ou Ruth, elle ne serait pas très bien dans sa vie. Eux deux l’aidaient à surmonter les épreuves dures. Ils étaient là dans les bons comme dans les mauvais moments. L’aventure et l’inconnu participait aussi au bien être de Léna. Elle aimait partir à l’inconnu, car rien de plus excitant qu’un peu d’aventure dans ce monde de fou.

    *Tu es complètement folle ma chère Léna.*

    « Cap ou pas cap de m’aimer ». Et voilà le jeu était lancé. Avec cette petite phrase, elle avait lancé ce qui serait leur relation. Pas seulement un amour basique où petits mots, câlins et bisous rythment le quotidien. Non c’était un jeu de séduction constant. C’était pour ne pas s’ennuyer. C’était un lien unique, une toute nouvelle chose. Et la jeune fille était très excité par cette nouvelle aventure qui s’ouvrait à elle, à eux. C’était l’inconnu, tout ce qu’elle aimait et avec Kieran comme partenaire de jeu, elle avait tous les ingrédients nécessaires pour bien s’amuser.

    Il était tellement incroyable et rempli de surprise. Et avec ce jeu elle pourrait découvrir de nouvelles choses sur lui et surement sur elle-même aussi. Etait-ce un jeu dangereux auquel ils jouaient ? Peut-être mais c’était leur jeu en tout cas. C’était comme ça que tout avait commencé. C’était ce jour là, un samedi après midi peut être sur les toits de Poudlard. Tous les deux seulement. Et ce jeu était parti pour une grande durée. Parce que comment pouvait-on arrêter un « cap, pas cap ». On ne pouvait pas dire que l’on n’était pas capable, il fallait sans cesse montrer qu’on était le plus fort, pousser les limites du raisonnable.

    Un jeu de crétin ? Peut-être bien mais c'était notre jeu !

    Il répondait par un furtif baiser. Etait-il donc cap. Cela devenait de plus intéressant. Avec cette invitation répondue positivement, les deux jeunes gens pouvaient commencer à s’enfermer dans le monde. Un monde que seul eux pouvait comprendre. Les autres en seront incapables car ils ne comprendraient pas pourquoi un couple avait besoin d’un jeu pour se sentir vivant. Elle se fichait de ce que pensaient les autres. Ce qui était important, c’était lui et elle tout simplement. Alors oui Anthony ne serait surement pas d’accord qu’elle côtoie le Serpentard mais il n’aurait rien à dire. Elle avait choisi Kieran et c’était son choix pas celui de Zimmou. Il n’avait pas le droit de choisir qui elle avait le droit de côtoyer ou non. Car c’était sa vie pas la sienne. Léna savait que Kieran était très proche d’Athalie Duchâteau et elle espérait que le jeune homme n’autoriserait pas cette fille à se mettre entre eux. Léna ne l’aimait pas vraiment et c’était sans doute réciproque. Le courant n’était jamais passé. Mais elle s’en fichait, elle n’avait jamais à penser à faire des efforts. Mais c’était peut-être différent maintenant qu’elle sortait avec Kieran ? Elle s’apercevrait surement de ça par la suite.

    Son baiser était tellement agréable. Elle aimait tellement le contact des lèvres de Kieran avec les siennes. Si cela ne venait que d’elle, elle passerait des heures et des heures à l’embrasser. Elle était tellement bien avec lui. C’était comme si ses bras, ses lèvres, son corps tout entier l’appelait. C’était des pulsions qu’il fallait contrôler absolument. Mais c’était également si bon de se laisser aller et de faire ce que l’on avait envie pour une fois. Alors elle l’embrasse fougueusement, rapidement mais délicieusement.

    Elle se sentait libre avec lui. Elle avait l’impression de pouvoir tout repousser, de pouvoir tout surmonter. Elle pouvait vivre avec lui, partager ses lus beaux défis. Ils allaient bien s’entendre, elle en était convaincue. Ils étaient fait pour partager une relation. Et elle savait que ça allait être magique et hors du commun car il était entré dans le jeu en sa compagnie. Ils ne ressembleront à aucuns autres couples de Poudlard. Ils étaient tout simplement unique. Il voulait lui en proposer un aussi. Il voulait poser les deux pieds dans le jeu tout comme elle, quelques minutes plus tôt. Elle hocha la tête tranquillement car évidemment qu’elle voulait parce que c’était avec lui qu’elle voulait partager ce jeu, qu’importe comment on l’appellera.

    Il s’attarda une nouvelle fois sur ses lèvres. Il lui faisait tellement d’effet, c’était quand même incroyable. Elle fut presque déçu quand il retira ses lèvres des siennes afin de commencer à parler. Non elle voulait encore l’embrasser. Mais chaque chose en son temps, disait-on, non ? Très bien, alors elle allait faire un effort car il était quand même toujours très proche d’elle. Il ne partait pas, non. Il trouvait juste une nouvelle alternative à leur jeu. Car c’était lui qui le contrôlait à ce moment précis. C’était lui le maître du jeu jusqu’à qu’il lui renvoie la balle.

    *Tu es encore plus étonnante que je ne le pensais Miss Taylor.*

    -Cap ou pas cap de porter mon ancien uniforme de Serpentard rien que pour une journée, pour celui pour qui tu viens de relever le défi d'aimer? Ensuite je te laisse en trouver un en retour.

    Petit sourire malicieux. Alors c’était ça son défi. Pourquoi pas ? Léna était consciente de ce qu’il l’attendait quand elle avait commencé ce petit jeu très étrange, très idiot. Alors évidemment qu’elle allait relever le défi, jamais elle ne montrerait une faiblesse en refusant ça. Surtout qu’il y avait plus difficile comme défi. Il portait l’uniforme de Serpentard aujourd’hui. Intéressant comme coïncidence quand même.

    La jeune fille posa donc ses mains sur sa chemise et la déboutonna. Elle lui enleva afin de la porter elle-même. Tout cela devenait quand même très intéressant. Un jeu en permanence, tout le temps. Séduction à l’appui. Léna était là et elle ne s’arrêterait pas, elle aimait bien trop l’aventure pour ça. Quand elle fut vêtue de la chemise de Serpentard ainsi que de la cravate au couleur de sa maison elle s’arrêta. Elle l’embrassa furtivement puis recula d’un pas.

    – Qui a dit que je serais incapable de relever ce genre de défi ?

    *Léna, tu es encore plus dévergondé que je ne le pensais.*

    – Est-ce que tu tiens à me passer ton pantalon ? Car avec cette chaleur, je ne voudrais pas que tu attrapes mal, mon chéri …

    Annonça t-elle avec un regard et un sourire malicieux.

    – Sache que tu peux encore abandonner la partie si tu ne t’en sens pas capable ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran O'Farrell
SerpentardavatarSerpentard



MessageSujet: Re: [Léna&Kieran] Dire qu'ils avaient bien caché leur jeu, les coquins.   Lun 10 Juin - 8:05

Le duel amoureux venait d'être lancé. C'était si attrayant rien qu'en y pensant, de se dire que leur amour naissant servirait de fil conducteur pour tisser et créer une sorte de jeu entre eux. Léna avait lancé la première les dés, et avait déposé son pion sur la case " Cap ou pas cap de m'aimer". Irrésistiblement séduit par la jeune fille qui semblait aimer rentrer dans l'original et ne pas suivre les codes lassants d'un couple normal, il releva volontiers le défi. Les dés entre ses mains, l'étudiant avait choisi de poursuivre le jeu à son tour. Visite sur le terrain des petites folies pour débuter doucement.

Et sa belle Gryffondor était prête à répondre positif à sa proposition. Ses fins doigts se promenaient déjà sur son torse, pour le débarasser adroitement de sa chemise et de s'en revetir elle-même ayant préalablement pris et nouer la cravate Serpentard du jeune homme également. Inutile de cacher l'état de Kieran intérieurement quand elle lui avait enlevé sa chemise... Son coeur frémissait d'une douce ardeur, l'effet qu'elle lui faisait, était véritablement démenciel.
Après quoi, elle lui octroya de nouveau ce furtif baiser à faire défaillir mentalement le jeune homme pour la dix millième fois et reculant d'un pas, la belle dans son rôle de séductrice déclara:


-Qui dit que je serai incapable de relever ce genre de défi?

* Je ne doute pas une seconde que tu en sois incapable. *

Diantre, qu'est-ce qu'elle était dangereusement belle. Et elle avait beau flotté un mini chouilla dans la chemise du jeune homme, ça lui allait vraiment bien quand même avec sa cravate enroulé négligemment autour de son cou. Léna arborait un mignon air de garçonne comme ça avec ses cheveux d'or qui tombaient si gracieusement sur ses épaules. Ça la rendait encore plus désirable.

*Woh, stop. Mes pensées vont trop loin.*

- Est-ce que tu tiens à me passer ton pantalon ? Car avec cette chaleur, je ne voudrais pas que tu attrapes mal, mon chéri ... déclara-t-elle dans ce ton toujours empli de cette malice adorable. Son regard exprimant la même chose.

Et oui, donc. En effet! Il était tant et si bien en train de contempler la demoiselle, qu'il avait omit ce détail. Son pantalon. Tout à coup ça lui remémora un lointain et délirant souvenir, celui du soir où il s'était retrouvé en caleçon, un joli soutif sur l'épaule, dans un couloir à cause de... Bref là ça n'avait strictement rien à voir. Et là au moins il ne se retrouverait pas à moitié dévêtu contre son gré. Non à ce moment précis, c'était purement voulu et c'est ça qui était énorme. Evidemment qu'il allait lui passer son bas, n'était-ce pas le but du jeu? Reculer avant même que tout commençait et que ça devenait intéressant serait tout bonnement inintéressant et largement moins drôle. Et de plus, comment refuser une telle demande, surtout lorsque sa muse avait ajouté en fin de phrase un voluptueux " mon chéri " ? Non non et non il était impensable qu'il fuirait déjà devant ce défi si beau.
Bon, il était certain que par la suite, cela sous-entendait forcément qu'il allait rentrer aux dortoirs en chaussures et caleçon ... L' effervescence que ça risquerait de provoquer chez certaines si on l'apercevrait dans les couloirs en revenant. Kieran s'imaginait déjà en train d'hurler " C'est rien ! Pas de panique. Je suis sur mon cap ou pas cap pour ma chérie. " et pas sur son trente et un. Quoique ça pouvait l'être en quelque sorte. Sans aucun doute, ça allait jaser. Mais il s'en foutait, vivre sans prendre le risque de réellement s'amuser en commettant des folies ça n'était pas vivre. Autant rentrer dans un couvent et devenir bonne soeur. Ouai enfin pour lui ça aurait été bon frère. Ah non ça n'existait pas. C'était quoi alors pour les mecs? Mais bien sur, quel idiot, c'était prêtre ou un truc du genre. Bref, mais qu'est-ce qu'on s'en fichait de ça.

Retour à la fée-line Léna.


- Saches que tu peux encore abandonné la partie si tu ne t'en sens pas capable ...

Oh oh. Oh que non ! Allons, il ne fallait jamais sous-estimer Kieran. Il en fallait plus pour qu'il abandonne quoi que ce soit. Et il était hors de question qu'il laisse déjà à sa belle le loisir de remporter la première manche. Kieran allait la jouer cette partie et il allait la gagner rien que pour faire plaisir à la Gryffondor. Ce fut donc sans hésitation qu'il lui répondit:

- Moi ? Abandonner ? Ma précieuse, il m'en faudrait plus, répondit-il dans un clin d'oeil de sa voix sensuelle.

Puis bien décidé à prouver ses dires par l'acte étant donné que l'action valait toujours mieux que de belles paroles, Kieran défit sans aucune gêne sa ceinture, fit glisser son pantalon le long de ses jambes et le tendit ensuite à Léna.

Notons que juste avant il avait réfléchi un millième de seconde si son caleçon n'avait pas des motifs imprimés dessus compromettants ...

[i]Réflexion faite: non.

De toute manière la plupart de ses caleçons étaient sobre et en harmonie avec ses vêtements classe. Bref, passons les détails. C'était loin d'être le moment de parler chiffons.

Il n'empêche que ce qu'il vivait là était complétement délirant. Et ça lui plaisait à un point que personne ne pouvait comprendre. Avec Léna, c'était comme si l'existence prenait une toute autre dimension, un tout nouvel univers venait de s'étaler sous ses pieds et le fouler c'était juste un pur et doux délire. Quelque chose d'indescriptiblement génial.
Il en oubliait presque qu'il risquerait de devoir se pavaner dans le château comme ça avant d'aller dormir. Oh NAN ! Même pas. En fait le dîner n'avait même pas encore eu lieu du tout ! Kieran avait completement zappé qu'ils sortaient tout juste des cours... Ça devenait pire que comique comme situation du coup.

Bon dans ce cas autant se jeter à l'eau. Une idée de dingue lui vint alors à l'esprit. Quitte à se jeter dans l'eau, pourquoi pas plonger carrément dans l'océan?

Sourire amusé aux lèvres, il conclut gaiement toujours dans cet éternel jeu de séduction :


- Alors tu l'enfiles ma chérie ? Ne t'inquiète pas pour moi, je suis très résistant niveau santé. Je survivrai à mon nouvel accoutrement sexy. Chaussettes, chaussures et caleçon, ça le fait, non? Cap de dîner comme ça avec moi à la Grande Salle tout à l'heure ?

________________Requiem for a Prophecy________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Taylor
GryffondoravatarGryffondor

MessageSujet: Re: [Léna&Kieran] Dire qu'ils avaient bien caché leur jeu, les coquins.   Mer 12 Juin - 11:31

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Léna&Kieran] Dire qu'ils avaient bien caché leur jeu, les coquins.   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Léna&Kieran] Dire qu'ils avaient bien caché leur jeu, les coquins.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L’œil d'Enteris, Artémius d'Hespéria
» On ne jouit bien que de ce qu’on partage.
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.
» On s'entend tu pour dire que...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem for a prophecy  :: 
Poudlard
 :: Septième étage :: Toits du château
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit