Requiem for a prophecy

Forum RPG basé sur le dix-neuf ans plus tard de la saga Harry Potter
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Make some noise.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Anonymous Killjoy
avatar
MessageSujet: Make some noise.   Mar 18 Sep - 16:11

Rappel du premier message :

Insane Zombie au rapport.
Lieu : stade de Quidditch.
Heure : 21:03


Il fait pas tellement chaud, en tout cas il fait déjà presque nuit. Enfin… Le lieu de la fête est surplombé de lampions volants, donc ça n’a pas trop d’importance. C’est assez joli en fait. On se croirait en plein carnaval caribéen, avec les couleurs et tout ça. D’ailleurs les invités aussi sont déguisés. Le thème annoncé par des affiches truquées dans les salles co’ avaient annoncé le thème : « parade ». Les résultats sont assez surprenants… Enfin, la grosse Abercrombie aurait pu éviter le mini-short à paillettes et les plumes brésiliennes.
Une scène attend son groupe sous une toile de tente, une estrade accueille déjà des duellistes à la sauvage-hors-tournois, une autre tente avec deux trônes les attendent, la bièraubeurre coule à flots sur une buvette montée sur tréteaux et deux meufs circulent déjà avec les votes « miss et mister Poudlard » et « miss et mister bizu »*.
L’annonce de la fête n’avait circulé que dans un cours avancé de botanique, et pourtant tout Poudlard semble au courant, car tout Poudlard semble être déjà arrivé… Enfin, tout Poudlard ou presque, car la chanteuse du groupe réquisitionné pour l’occasion – Madal – semble se faire désirer. Oh, mais n’est-ce pas elle qui se pointe, en compagnie des deux organisateurs de la soirée ? Thaïs, dissimulée sous un ample maillot de l'équipe des Flaquemards et la moitié de son visage bandé aux couleurs de sa Maison, marche la tête haute sans broncher. Tibus Tintagel, lui, a préféré la sobriété en jouant la carte des fringues dites "années 80" : chemise entrouverte, cravate à paillettes bleu cyan et l'incontournable casquette retournée étaient de mise, les deux Poufsouffles marchaient un peu derrière leur troisième comparse, en formation "faucon" : le grand Laszlò Tudor, favori de ses dames, qui s’avance like a boss sous les regards de toute l’école, les yeux dissimulés par des lunettes de soleil totalement inutiles mais grave sexy, qui s’accordent bien à sa tenue de biker aux couleurs de sa maison. Oh tiens, serait-ce cette vieille Cornelia Blues qui remplit déjà son carnet de notes en bavant ? Quelque chose me dit que le prochain TDP ne va pas tarder…

*Pour voter, envoyez un hibou à The Daily Poudlard.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AuteurMessage
Ruth Black
Gryffondor-KilljoyavatarGryffondor-Killjoy



MessageSujet: Re: Make some noise.   Sam 1 Déc - 16:24

Au fur et à mesure que Ruth parlait, la lueur si étrange dans le regard de Swan disparu, pour être de nouvelle remplacé par la haine. Étrangement, Ruth était assez satisfaite d'elle. Comme si ce mettre à dos une personne comme elle était une bonne chose. Il y avait de forte chance que non mais Ruth aimait les défis... Ou alors était-elle tout simplement suicidaire. Quoiqu'il en soit, les deux filles se regardaient de nouveau avec haine. Comme si c'était le seule sentiment qu'elles pouvaient éprouver l'une envers l'autre. Ironiquement, c'était très certainement le seul qu'elle avait en commun, le seul qui les réunissaient même si cela les dégouter d'être ainsi liées de façon aussi implicite, elles pouvaient rien y faire mise à part s'ignorer sauf que cette solution était dorénavant impossible. La situation ne pouvait pas plus empirer maintenant, du moins à cet instant. L'atmosphère était tendue autour des deux filles, les personnes autour d'elles, témoins involontaire de cette scène, étaient comme prisonnières de cet air froid et mortel. Un sentiment s’accentuant quand Swan prit la parole.

- Te haïr est si simple, c'est d'une facilité si infantile que j'en arrive même à te noyer dans une haine sans nom. Ne te souci pas pour mon cœur. Et je ne veux pas de tes explications inutiles.

Ruth ne dit rien, pensant avec ironie qu'elle allait avoir besoin d'une bouée dans cette mer déchainée de haine mais qu'elle laisserait bien volontiers cette chère Naïa se noyait dans son égo. Quant au cœur de la ladite garce, elle n'en avait strictement rien à faire. Pourtant, à cet instant, elle avait envie de saisir l'organe si vital à la vie entre ses mains froide et de le glacer pour l'éternité. Oui, Ruth voulait la mort de Naïa et à n'en pas douter que c'était réciproque quand la jeune fille remarqua le regard assassin de son ennemie. Qui la première des deux tombera pour ne plus jamais se relever?

-Ravie d'avoir pu semer le chaos dans ta misérable vie, d'avoir pu détruire ta tranquillité ainsi que ton quotidien, annonça Swan avec froideur, en se rapprochant de Ruth tandis que la jeune fille commençait à pâlir. Enfin ce qu'il en restait puisque tu te trouvais déjà bien à un niveau exécrable. Ce fut un plaisir.

La grande Gryffondor offrit à sa cadette un sourire hypocrite qui mit mal à l'aise Ruth. La peur commença à voiler son regard, ses doigts tremblaient doucement. Elle prenait petit à petit la mesure de ses déclarations, de cette révélation, du chaos que cela allait entrainer et Ruth n'aurait surement pas la force de l'affronter... seule. Elle ne voulait plus se battre. Elle était fatiguée, las et Swan venait de donner un énième coup de poignard dans un cœur déjà bien fragiliser. Elle ne remarqua pas tout de suite que Naïa s'en allait, lâchant sa dernière bombe:

-Au plaisir de te revoir détruite ma chère sœur.

Si cette garce ne s'était pas déjà évaporer dans la foule, Ruth lui aurait très certainement sauté dessus et l'aurait AvadaKedavrahiser sur l'instant, sans aucuns regrets. C'était bien plus que la haine qu'elle ressentait, un sentiment tellement fort qu'elle ne pouvait le décrire, ni même le nommer. Les larmes coulèrent enfin sur les joues de la rouge et or, maintenant que son ennemie ne pouvait plus la voir. Le si fragile équilibre que Ruth essayait désespérément de maintenir venait de voler en éclat et elle n'avait plus le courage, la volonté de le reconstruire encore une fois. Non, Ruth semblait définitivement détruite. Tout semblait fini. Elle ne souhaitait plus qu'une seule chose: fermer les yeux et attendre. Attendre un miracle, pour son avenir devient plus lumineux, moins tortueux. Mais malheureusement, Ruth restait prisonnière de cette sinistre réalité, au milieu d'une fête dont elle savait même plus la raison, au milieu de personne qui lui était toute plus inconnue les unes que les autres, au milieu d'un immense endroit perdu dont elle n’ignorait pas signification, l'appartenance. Elle n'avait plus que la solitude, la douleur et la haine. Elle se retourna lentement avant de tomber dans les bras de Klaus, pleurant de toute son âme déchu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Lewis
GryffondoravatarGryffondor
I ♥ Athalie


MessageSujet: Re: Make some noise.   Sam 1 Déc - 17:04

Un sourire béat sur les lèvres, l'air un peu hagard mais bordel, tellement heureux, en compagnie d'une si jolie fille, que demander de plus? Aaron offrit un sourire radieux à celle qui devenait sa cavalière pour, très certainement, le reste de la soirée. Tiens, d'ailleurs, pourquoi Summer le regardait-elle avec ce ravissant petit air surpris? Le jeune homme fouilla dans sa mémoire déjà bien endommagé et se souvient tout à coup de la tronche de Mathéo. Parce contre, ce qu'il avait pu lui dire, il avait déjà oublié et éclata de rire devant sa stupidité. Rire qui se tut soudain quand la belle blonde lui annonça ses doutes.

-Non ... Aaron, je sais que tu as une préférence pour les garçons ... mais enfin ! De là à tenter ta chance avec ton frère ! Es-tu si désespéré que ça?

Heiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin? De quoi elle parlait là? Tenter sa chance avec son frère? Sortir avec son frère? Le Gryffondor eut un air hébété avant de recommencer à rire. Mais quelle idée saugrenue Summer venait d'avoir! C'était ridicule et puis, Mathéo n'était ab-so-lu-ment pas son genre. Il préférait les blond(e)s. Soudain, son cœur se serra et son regard se voila mais ce fut rapide, à peines quelques secondes avant de reprendre son sourire un peu idiot. Sourire qui s’agrandit car la noir et jaune riait et son rire était mélodieux, cristallin, pleins de vie et tellement enivrant. La jeune fille posa ses délicates mains sur ses épaules, comme pour appuyer ses paroles.

-Aaron Lewis. Vous êtes en état de d'ébriété profond. Vous risquez de réaliser certaines choses que probablement vous regretterez par la suite ...

Ce n'était qu'un murmure. Un murmure qui figea le sourire d'Aaron. Il l'a regardait comme s'il la voyait pour la première fois et détailla son fin visage, ses lèvres si attirantes, la voix qui s'en échappait tellement envoutante. Le rouge et or secoua la tête comme pour chasser cette étrange impression mais fut très fit déconcerter par le large sourire de Summer auquel il répondit mais reprit très vite son sérieux alors que quelques minutes plutôt il avait un air totalement stupide. Il posa sa main sur les joues de la jeune fille, la caressant d'un léger mouvement du pouce, plongeant son regard azur dans celui tout aussi bleu éternel de Summer et murmura sur le même ton.

-Vous savez, très chère Summer, ce soir, je ne peux rien faire que je ne regretterais plus tard.

Sans attendre de réponse de la jeune fille, il posa ses lèvres sur les siennes, gouttant pour la première fois depuis de longs moins à la texture sucrée de lèvre féminine. Il fit avec délicatesse, n'ayant guère envie de se retrouver avec la joue rouge et cuisante et surtout seul en cette magnifique soirée. Un doux contact qui ne dura quelques secondes mais Aaron garda tout de même son visage très près de celui de Summer, continuant de lui caressait la joue, quoique, un peu inquiet. Il pencha légèrement la tête sur la côté, fronçant les sourcils, quelques mèches tombant ses yeux remplis d’inquiétude, de peur d'avoir brusqué cette jeune fille qu'il savait fragile mais appréciait terriblement et qu'elle ne s'enfuit pour ne plus jamais lui parler.

-Et toi,
dit-il en revenant au tutoiement, penses-tu regretter quoique ce soit, ce soir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Summer Diland
PoufsouffleavatarPoufsouffle



MessageSujet: Re: Make some noise.   Sam 1 Déc - 17:34

La joie était à son comble, et la situation devenait de plus en plus distrayante. Et pour une fois, la jeune fille semblait oublier les douloureuses blessures de son passé récent comme ancien, laissant ainsi son esprit divaguer dans les vents d'été lumineux. Plus rien n'importait, elle se trouvait en compagnie de son grand frère et elle se sentait si bien, protégée et libre. Libre comme l'air des tempêtes. La présence rassurante du jeune homme l'enchantée, et elle pouvait alors sentir émaner de son corps une aura familiale.

Le jeune homme riait, accompagnant ainsi Summer dans son élan frénétique qui dévoilait sa bonne humeur de cette soirée. Elle voulait le taquiner, et il semblait que le jeune homme acceptait cela, ayant ainsi tout d'abord adopté un air hébété suivit d'un rire prononcé.
Puis, soudainement, le jeune homme porta ses mains sur le visage de la jeune fille, tout en plongeant son regard bleu dans celui de la jeune fille. Riant de plus belle, la préfète trouvait cette situation parfaitement drôle, et pourtant rien ne prêtait à rire. Cependant, celle-ci trouvait cette situation fortement amusante, sans doute un excès trop important de joie venait de surplomber son état quotidien.

-Vous savez, très chère Summer, ce soir, je ne peux rien faire que je ne regretterais plus tard.


Des questions brèves parcoururent alors son esprit euphorique. Chaque personne déclarait ces propos-ci une fois dans sa vie, et la plupart du temps lors des festivités, lorsque le sang se noyait dans l'alcool puissant.
Sobre était un mot totalement inapproprié en cette soirée, l'alcool coulant à flot comme une vente de fleur chez un fleuriste.
Le sourire éternel sur les lèvres, Summer riait intérieurement, alors que le jeune homme semblait agir de façon surprenante. Celui qu'elle considérait comme son frère déposa alors délicatement ses lèvres contre les siennes, l'embrassant ainsi durant seulement quelques secondes, afin de laisser un écart minime entre son visage et le sien.
Restant de marbre, elle fixait toujours le jeune homme, se perdant ainsi dans l'océan visuel du gryffondor.
Il penchait alors la tête, faisant recouvrir son visage de quelques mèches rebelles.

-Et toi, penses-tu regretter quoique ce soit, ce soir?

C’était à peine si elle avait entendu sa question, réfléchissant à ce qui venait de se dérouler avec difficulté. Deux façons de réagir se présentaient. Lui faire savoir à quel point cet acte était déplacé, ou lui faire savoir à quel point cet acte était apprécié. Hésitation qui n'en valait pas du tout la peine.
Restant impassible durant quelques secondes, elle employa un ton menaçant :

-Lewis, pour qui te prends tu?!! Je ne suis pas ... Mathéo.

Elle avait déglutit sur ses derniers mots qui prouvaient une volonté de faire croire un mécontentement, se retenant de rire. Tâche complexe, qui ne put être réalisé. Riant de plus belle, Summer posa sa tête sur l'épaule d'Aaron qui sans doute resterait dans le brouillard concernant sa réaction qui se voulait bancale.
Relevant sa tête afin de pouvoir se perdre dans le regard de son cavalier, elle lui offrit un ultime sourire avant de s'approcher de nouveau de lui comme il l'avait fait précédemment, afin de poser ses lèvres sur les siennes, pour ensuite embrasser sa joue chaude.

Elle venait de l'embrasser à son tour, percevant ainsi cet acte comme une preuve d'amitié intense. Se souvenant alors subitement de sa question, c'est avec le sourire qu'elle y répondit.

-Excepté le fait de ne pas avoir assez bu, non je ne crois pas.



________________Requiem for a Prophecy________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Lewis
GryffondoravatarGryffondor
I ♥ Athalie


MessageSujet: Re: Make some noise.   Sam 1 Déc - 18:29

C'était tout de même étrange de passer du rire idiot à un attitude sérieuse. Surtout quand on a quelques grammes d'alcool qui coulent dans votre sang. Mais, même si une partie de son esprit était embrumé, Aaron savait pertinemment ce qu'il faisait. Il était donc capable de soit regretter, soit assumer ses actes. Peut-être l'habitude qui le rendait plus résistant car il avait l'alcool joyeux. C'est du moins comme ça que tout le monde le qualifie: joyeux. Dans son état naturel ou pas. Quoiqu'il en soit, il était une compagnie très appréciable, ça devait être pour cela que Summer restait avec lui mais aussi parce qu'il l'a protégeait de ses démons. Il ne lui voulait qu'une seule chose: la rendre heureuse. Ainsi continua-t-il de fixer la jeune fille, guettant sa réaction, très inquiet. Elle le regardait dans les yeux, lui se noyant dans le sien, tel un océan de vie qui n'attendait qu'a se déchainer pour montrer sa véritable puissance et posait son empreinte dans le monde. Soudain, il remarqua que son cœur battait un peu plus vite mais ne comprit pas réellement pourquoi. Ou plutôt, préféra-t-il l'ignorer, trop accaparer par la sublime jaune et noir.

-Lewis, pour qui te prends-tu?!! Je ne suis pas ... Mathéo.

Aaron pâlit légèrement et recula. Enfin de compte, peut-être avait-il commis une erreur? La jeune fille semblait furieuse et lui, tout penaud. Il baissait les yeux puis les releva quand son esprit fit la connexion que les derniers mots avaient été dit sur un ton qui n’annonçait aucune menace future. Mais alors, Summer était-elle fâcher contre lui ou pas? Il ne comprenait plus vraiment et ne comprit encore moins quand la jeune fille éclata de rire pour posant sa tête contre épaule. Clignant bêtement des yeux, Aaron ne fit aucuns mouvements, ne comprenant plus la réaction de la belle blonde. Il baissa de nouveau la tête quand elle leva la sienne vers lui. Il lui fit un timide sourire, ne sachant pas vraiment réagir, hypnotiser par son merveilleux sourire et crut à un rêve quand il sentit les lèvres de la jeune fille se posait sur les siennes. A peine eut-il le temps de se remettre de sa surprise que les lesdites lèvres glissaient sur sa joue, telle une caresse. Il ferma les yeux, profitant de ce doux instant de féliciter, écoutant le son de la voix de Summer avec ravissement.

-Excepté le fait de ne pas avoir assez bu, non je ne crois pas.

Aaron rouvrit les yeux et sourit face à cette déclaration. C'était assez ironique comme phrase en sachant que quelques minutes plutôt, elle lui reprochait de, au contraire, trop boire et de finir bien vite en état d'ébriété avancer et d'avoir des regrets. Mais justement, elle venait de répondre à sa question et cela détendit le jeune homme: elle n'était pas fâcher contre lui, elle ne lui en voulait pas et au contraire, elle en redemandait! Mais un doute s'installa dans la tête du Gryffondor. Est-ce qu'ils étaient tous les deux sur la même longueur d'onde? Au pire, oublier cette question pour l'instant, profiter et régler ce problème plus tard. Un slow venait d'être entamer sur la piste de danse. Prenant délicatement Summer par les mains, il l'emmena sur la piste de danse et quand ils furent au milieu des danseurs, posa ses mains sur la taille de la jeune fille et ils commencèrent à danser.

-Navrez de te décevoir, indomptable indienne, mais je te conseille d'oublier cette idée sinon tu risques de réaliser certaines choses que probablement tu regretteras par la suite,
se moqua le jeune homme en reprenant les termes de la jaune et or. Et puis, si je ne m'abuse, tu es préfète, non? Ainsi, tu donnerais un mauvais exemple aux autres et ça, ce n'est pas très sérieux, venant d'une aussi ravissante jeune fille.

Un sourire énigmatique flotta sur les lèvres pendant qu'il admirait le visage parfait de la jeune fille. Il aimait bien la taquiner, et elle aussi et d'ailleurs, elle ne s'était pas gêner pour le faire quelques minutes auparavant. Ainsi, continua-t-il sur sa lancée, voulant l'amuser autant qu'il s'amusait à cet instant, en dansant sur cette piste de danse, au son d'une musique moldue qui eut beaucoup de succès il y a de cela quelques années, un slow incontournable, que les musiciens sorciers reprenaient à la perfection.

-Il serait dommage que j'ai mauvaise influence sur toi, chuchota-t-il dans un souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Summer Diland
PoufsouffleavatarPoufsouffle



MessageSujet: Re: Make some noise.   Dim 2 Déc - 11:00

Le jeune homme eut un mouvement de recul, ce qui confirmait bien les doutes de la jeune fille qui devenaient subitement plus certains. Son jeu venait de fonctionner, semant alors légèrement la pagaille dans l'esprit du jeune garçon. Le taquiner l'amusait beaucoup pour une raison qui lui était inconnue. Peut être simplement parce qu'elle l'appréciait beaucoup, qu'il avait su se montrer là quand elle en avait besoin ... Le taquiner n'était nullement un acte à visé mesquine, c'était tout le contraire, elle percevait plus cet acte comme une preuve d'amitié, qui démontrait que le jeune homme comptait pour elle.
Lorsque ces dernières paroles furent réceptionner par le cerveau du rouge et or, il semblait alors plus détendu et moins inquiet. Affichant un léger sourire timide, le jeune homme saisissait les mains de la préfète afin de l'emmener sur la piste de danse où un slow venait de débuter. Posant ses mains sur sa taille, la jeune fille en fit autant, déposant une de ses mains sur son épaule, tandis que l'autre se trouvait sur le torse du rouge et or, touchant ainsi la musculature du jeune homme qui semblait être entretenu.

-Navrez de te décevoir, indomptable indienne, mais je te conseille d'oublier cette idée sinon tu risques de réaliser certaines choses que probablement tu regretteras par la suite,. Et puis, si je ne m'abuse, tu es préfète, non? Ainsi, tu donnerais un mauvais exemple aux autres et ça, ce n'est pas très sérieux, venant d'une aussi ravissante jeune fille.

Après tout, que pouvait-elle regretter au point où elle en était? Elle n'avait jamais connu ses parents, la seule personne qui avait voulu d'elle était morte, et malheureusement elle n'en avait aucunement profité. Alice Von Gotha et elle se détestaient, Summer se trouvait être le bouc émissaire de cette serdaigle ... Non elle semblait ne plus rien pouvoir regretter.
Il se moquait d'elle, reprenant ainsi le jeu présent entre les deux adolescents, délaissé quelques secondes plus tôt par la jeune fille. Un jeu qui semblait ne jamais aboutir à une fin, déclarant ainsi un vainqueur et un vaincu. Un jeu aux allures éternels.
Aaron arbora alors un sourire mystérieux que la jeune fille ne parvenait pas à déchiffrer.

-Il serait dommage que j'ai mauvaise influence sur toi.

Il avait soufflé cette phrase dans un murmure, provoquant ainsi des frissons dans tout le corps de la jeune fille qui à ce moment même se trouvait dépourvue de raisonnement, trop envoûtée par la situation. Prenant comme prise le vêtement du jeune homme, elle tira légèrement dessus, pour ensuite relâcher prise et faufiler sa main en dessous de son T-shirt, voulant lui faire comprendre qu'elle se fichait éperdument de ne pas montrer l'exemple. Détournant le regard, elle fixa un point aux alentours, voulant éviter le regard du jeune homme, avant de prendre la parole :

-Si j'avais désiré montrer l'exemple, je ne serais pas venue ici.

Phrase véridique. Si elle voulait montrer l'exemple, ce n'était pas de cette manière qu'il fallait le faire. Et bien qu'elle se trouvait au poste de préfètes, Summer n'aimait pas se plier aux règles de temps à autre.

-Mauvaise influence sur moi? ... Laisse moi rire. Je ne me suis jamais sentie aussi bien depuis des mois Aaron !


Elle venait alors de recréer ce contact visuel qu'elle avait brisé auparavant. Rien n'était plus vrai que cette dernière phrase. Durant cette année, elle était passée du stade de joie à celui de désespoir, et vice versa, ne restant jamais fixé sur un même état. Des variations soudaines et brutales. Mais ce moment s'avérait être le meilleur de cette année. Elle était heureuse, n'étant pas obligée de penser à ce qu'il se passerait demain matin, étant dans une humeur festive. Un état d'esprit peut être temporaire, mais un état d'esprit favorisant une joie certaine.

________________Requiem for a Prophecy________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Lewis
GryffondoravatarGryffondor
I ♥ Athalie


MessageSujet: Re: Make some noise.   Dim 2 Déc - 16:04

A ses dernières paroles, la jeune fille eut une étrange réaction. Elle semblait comme envoutée. Il sentit son corps frissonnait et Aaron fronça légèrement les sourcils. Tous deux paraissaient comme jouer à un jeu. Non, en vérité, ils jouaient. Ils jouaient avec toute innocence à un jeu d'enfant qui ne l'était pas. L'un taquinant l'autre, comme pour chercher les limites de chacun. Un jeu dangereux peut être mais tellement amusant. Un jeu aux doux regards et aux sourires en coin. Soudain, Aaron remarqua que Summer s'accrochait à lui comme pour se retenir, pour s'empêcher de s’effondrer et le jeune homme crut que la préfète avait un problème. Mais elle relâcha aussitôt la pression qu'elle exerçait pour glisser une main douce sous son T-shirt, déconcertant un peu plus le Gryffondor mais qui ne se plaint pas. Il lança un regard plein d'interrogation vers sa cavalière mais cette dernière regardait ailleurs, comme si elle voulait l'éviter, ce qui était illogique.

-Si j'avais désiré montrer l'exemple, je ne serais pas venue ici.

Malgré lui, un sourire se dessina sur ses lèvres. Oui, effectivement, Summer avait raison. Si réellement, elle voulait faire correctement ce pour quoi elle avait été élue, à l'heure actuelle, elle serait très certainement devant le bureau du Directeur, à l'informer de ce qu'il se passait actuellement sur le stade de Quidditch. Sauf que ce n'était pas son genre. Non, c'était plutôt celui du boulet qui lui servait de collègue, ce Barney Beber. D'ailleurs, il ne l'avait pas encore vu. De toute façon, sa place n'était pas ici et il était trop idiot pour avoir compris le mot qui avait circuler en cours de Botanique, quelques jours plutôt. Et puis, de toute façon le rouge et or s'en fichait, il oublia aussitôt ce pauvre type quand Summer reprit enfin le contact visuel, la regardant avec surprise.

-Mauvaise influence sur moi? ... Laisse-moi rire. Je ne me suis jamais sentie aussi bien depuis des mois Aaron !

Le jeune homme éprouva une forme de satisfaction et de fierté face à ses paroles. Il avait réussi l’objectif qu'il s'était fixé le soir où il l'avait rencontré cette chère Summer: celui de lui rendre son sourire et de la savoir heureuse. Et il avait réussi. En gage de félicitation, le rouge et or offrit à la jeune fille un sourire triomphal. D'une main distraite, il défit une tresse de Summer, se faisait la fugace réflexion qu'elle était nettement plus belle les cheveux détachées. Aaron fit tourner les boucles blondes entre ses doigts quand il lui répondit avec un sourire amuser.

-Heureusement que tu es venue, sinon, j'aurais été bien malheureux dans cette immense soirée.

Malheureux, c'est sûr mais pas seul. Même s'il ne le montrait pas, le jeune homme était particulièrement triste en ce moment. Et être en compagnie de ce rayon de soleil lui redonnait le sourire et il remarqua qu'il n'était jamais aussi bien qu'en présence de la jeune fille. Aaron avait ses amis, certes mais ce n'était pas pareil, il n'avait pas la sensation d'être libre surtout lorsqu'ils venaient toujours le voir pour lui demander tel ou tel conseil, l'entrainaient dans des fêtes improvisés, etc... Mais avec elle, s'était différent, il se sentait libre. Le Gryffondor détacha la seconde tresse de la jaune et or et glissa ses doigts dans sa longue chevelure blonde pour les démêlés. Il déposa un subtil baiser dans le cou de Summer, sentant le doux effluve de vanille ses cheveux et murmurant au creux de son oreille:

-Tu sais quoi? Malgré tout ce qui a pu se passer au cours de cette année, tout ce que j'ai pu vivre, je crois que... Moi aussi je ne me suis jamais aussi senti bien. Il faut croire que c'est plutôt toi qui une influence sur moi. Une influence positive, il va de soi. Je suis bien avec toi Summer.

Alors, Aaron se recula, se sentant tout à coup très ridicule, regardant ailleurs, tandis qu'ils reprenaient la danse que les deux jeunes gens avaient arrêtés sans ce rendre compte. Il aborda un visage sérieux, quoique un peu triste et sentant le regarde de la jeune fille sur lui, lui offrit un grand sourire en disant:

-Finalement, tu as raison, je crois bien que j'ai trop bu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Summer Diland
PoufsouffleavatarPoufsouffle



MessageSujet: Re: Make some noise.   Dim 2 Déc - 16:57

La situation qui était tant appréciée par la jeune fille adoptait un état contraire, commençant ainsi à se poser des questions peut être et sans doute inutiles en cette soirée. Ils s'accordaient l'un à l'autre une confiance, et éprouvaient une amitié réciproque l'un envers l'autre, mais le fait qu'Aaron l'avait embrassé, et que celle-ci avait répondu à l'appel de ses lèvres provoquait de légères vagues dans cet océan paisible. Était-ce simplement parce que ses veines étaient trop enivrées dans l'alcool, ou alors ... était-ce plus sérieux que cela? Des questions beaucoup trop sérieuses, et auxquelles Summer ne possédait aucune réponse rationnelle.

Il affichait un large sourire satisfait, pour une raison que Summer ne tentait même pas de déceler, car ce qui comptait, c'était qu'il soit heureux. Sensible, elle put sentir la main du rouge et or s'égarer sur l'une de ses tresses, avant que celui-ci n'entreprenne de la défaire, provoquant ainsi une nouvelle série de frissons sur sa peau. Il jouait avec ses cheveux, comme une petite fille l'aurait fait avec ses poupons.

-Heureusement que tu es venue, sinon, j'aurais été bien malheureux dans cette immense soirée.

Entendre ses paroles lui laissait comme impression de s'entendre dire cela à Aaron. Intérêt commun. Les jeunes élèves agissaient l'un sur l'autre et de la même manière. Reflet dans le miroir.
Le travail étant aboutit à moitié, Aaron défit la seconde tresse tout en les démêlant, laissant ainsi ses cheveux tomber sur ses épaules, sauvages et ondulés. Rebelles.
Fermant les yeux, elle put sentir le souffle du jeune homme s'écrasait contre son cou, et ses lèvres effleurer sa peau. Acte qui provoquait une énième fois des frissons en cavales.

-Tu sais quoi? Malgré tout ce qui a pu se passer au cours de cette année, tout ce que j'ai pu vivre, je crois que... Moi aussi je ne me suis jamais aussi senti bien. Il faut croire que c'est plutôt toi qui a une influence sur moi. Une influence positive, il va de soi. Je suis bien avec toi Summer.

Cette déclaration rendait son cœur instable, et au fond, elle ressentait la même chose envers le jeune homme. Savoir qu'il se sentait bien en sa présence la flattait, et la rassurait d'une autre part. "Je suis bien avec toi Summer". Cette phrase la laissait particulièrement troublée, et ses gestes semblaient devenir complexes à réaliser. Sa main se trouvant encore sous son T-shirt, elle ressentait la chaleur du corps humain du gryffondor, quand le jeune homme rompit ce contact légèrement, tout en se reculant de quelques centimètres, mais préservant toujours le contact physique des mains, poursuivant ainsi leur danse qui ne semblait être qu'un prétexte pour être auprès de l'autre.

-Finalement, tu as raison, je crois bien que j'ai trop bu.

Il avait adopté un ton sérieux, qui faisait offense à son sourire récurrent. Se rendait-il compte de l’impact de ses actes alors? Reprenait-il peu à peu conscience de la réalité? Allait-il ... regretter ces baisers?
Une multitude de question, qui une fois de plus restaient sans réponse concrètes.
Se perdant alors dans l'immensité du ciel étoilé, elle fixa la nuit durant quelques secondes avant de consacrer toute son attention sur son cavalier. L'alcool rendait les personnes joyeuses, inconscientes, enthousiastes, euphoriques et délurées. Inconscientes de leurs actes.

Se rapprochant brutalement du jeune homme, tout en exerçant une force derrière son dos afin de l'obliger à se rapprocher d'elle, la distance devenait minime, et ses yeux se perdaient dans ceux du gryffondor, lui offrant ainsi un regard impassible et inexpressif. La main derrière son dos fit alors le trajet inverse, tout en veillant à ne jamais défaire le contact physique, pour arriver derrière la nuque du jeune homme. Levant légèrement la tête afin de ne pas le perdre de vu, elle fixait ses lèvres, décelant une envie excessive de poser les siennes sur celle du gryffondor. Le désir de l'embrasser s'emparait d'elle, mais comme si cela s'avérait être un pécher, elle résistait, pour ensuite se décider à lui répondre sur un ton qui se voulait neutre :

-Alors tu regretteras forcément des actes Aaron, n'étant pas dans ton état le plus ... conscient. Demain matin, quand tu te réveilleras, tu regretteras ...

Voulant illustrer ses propos mais surtout subvenir à ses envies, elle embrassa de nouveau le jeune homme, goûtant une troisième fois à ses lèvres. Seulement, cette fois-ci le baiser se montrait plus long et plus révélateur de ses ressentis. Cédant à son caprice interne, elle rompit le baiser afin de pouvoir se perdre dans l'immensité de l'océan des yeux d'Aaron.

- ... ça.

Puis telle une enfant en faute, elle détourna le regard, tout en agissant avec sa main sur la nuque du jeune homme, en exerçant une légère force.

________________Requiem for a Prophecy________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Lewis
GryffondoravatarGryffondor
I ♥ Athalie


MessageSujet: Re: Make some noise.   Sam 8 Déc - 18:15

Des pensées contradictoires. Des envies contradictoires. Des sentiments contradictoires. Le Gryffondor avait un cœur blessé à panser et son dévolu était tombé sur Summer. Sans préméditation, ni rien. Juste par hasard. Un hasard presque aussi beau que celui où il avait rencontré la jeune fille, une nuit il y a bien longtemps de cela à ses yeux tellement le rouge et or avait l'impression de connaitre depuis toujours la jeune fille. Du bout des doigts... Son sourire candide, son regard plein de sagesse, sa démarche aérienne. Était-elle celle qu'il attendait? Il ignorait et ne voulait pas faire souffrir la jeune fille ainsi ferait-il mieux de prendre ses distances. Mais comment se détacher de la douceur de ses mains, de l'attraction de ses lèvres? En tout cas, du fond de ses yeux bleus, Aaron pu voir que sa dernière action n'avait pas réellement plut à sa cavalière. Il baissa les yeux, tel un enfant pris en faute tandis qu'il l'a senti se rapprocher. Il ne chercha pas à l'éloigner plus d'elle, il n'en avait pas la force, ni même le courage de se défaire de son étreinte. Soudain, le rouge et or sentit le corps de la jeune fille contre lui, devinant aisément ses formes si attachantes, ses mains glissaient dans son dos comme pour le retenir tandis qu'il remit les siennes sur la taille de Summer, se demandant bien ce qu'elle avait en tête. Il avait pu sentir les frissons qui l'avaient traversé pendant qu'il lui murmurait des mots, jouait avec ses cheveux. Au final, peut-être étaient-ils sur la même longueur d'onde? Une once d'espoir traversa l'esprit d'Aaron tandis que son regard fut accaparé par celui si pure de Summer, son visage neutre le déconcertant tout de même quelque peu. Il entrevit légèrement la bouche, sous le coup de la surprise, quand il sentit la main de la jeune fille remontait le long de son dos, lui procurant un violent frisson, comme s'il avait froid, la suppliant du regard. Mais elle ne semblait ne pas vouloir s'arrêtait là. Toujours se méfiait d'une femme qui a une idée derrière la tête, surtout quand c'est l'homme qui a fait le premier pas, au risque d’amèrement le regretter. Mais comme il l'avait dit quelques minutes plutôt, Aaron n'avait rien à regretter. Du moins, presque rien.

-Alors tu regretteras forcément des actes Aaron, n'étant pas dans ton état le plus ... conscient. Demain matin, quand tu te réveilleras, tu regretteras ...

Lisait-elle dans ses pensées? Étaient-ils l'un et l'autre si semblable pour se comprendre aussi bien? Il sentit comme de la rancune, ou peut-être de la colère dans sa voix qu'elle avait tenté de garder neutre, mais qui l'a trahissait. Le Gryffondor ne savait plus réellement où il en était et la jeune fille ne l'aidait guère. Surtout quand cette dernière eut la brillante idée de se saisir des lèvres du jeune homme, lui offrant un nouveau baiser différent des autres. Il dura plus longtemps et très significatif des sentiments éprouvaient par les deux jeunes gens. Puis, à contre cœur, elle rompit ce baiser, le regardant de nouveau dans les yeux, comme à la recherche de quelque chose qu'elle ne trouvait pas.

- ... ça.

Ça. Un simple mot pourtant si significatif, la suite de la phrase non terminait, un simple mot pour qualifier tout le reste, comme une conclusion évidente. Elle détourna à son tour les yeux, telle une petite fille qui aurait commis une bêtise et qui refuse de la reconnaitre. Aaron l'a regarda tendrement, elle était si ravissante avec ce petit air. Le jeune homme put sentir la pression de sa main contre sa nuque, avec la sensation qu'elle s'accrochait à lui. Alors une évidence le saisit: pourquoi fuir? Alors, il s'empara du corps de la jaune et noir, brisait les quelques millimètres qui les séparaient et d'une main, caressa son visage, enleva une mèche rebelle. Puis cette même main glissa jusqu’à son délicat menton, le releva doucement, pour la forcer à le regarder. Il laissa plana un long silence avant de se décider à répondre.

-Pourquoi faut-il toujours que tu es raison? Pourtant, je me vois contraint de t'annoncer, que cette fois-ci, tu as tort.

Il avait prononcé ses mots distinctement, pour que Summer en saisisse bien le sens et aussi, et un peu, pour lui faire peur. Oui, cela l'amusait assez de taquiner la préfète, surtout qu'elle y répondait avec une répartie jamais encore égaler. Elle était parfaite. Aaron trouva la fête soudain trop bruyante, décidant d'amener la jeune fille faire une ballade le long du lac. Elle ne lui résista pas, admirant l'un et l'autre le reflet de la lune sur sa surface tranquille. Ils marchèrent de longues minutes, silencieux, bras dessus-dessous, s'éloignant petit à petit du terrain de Quidditch. Ils étaient maintenant suffisamment éloigner pour être tranquille et Aaron s'arrêta. Las de rester debout, il tomba soudain à terre, entrainant la jeune fille dans sa chute, éclatant de rire. Il s'allongea dans l'herbe fraîche, regardant Summer avec un sourire énigmatique, les bras derrière la tête.

-J'ai dit que j'avais sans doute trop bu. Non pas que je regrettais mes actes, ne déforme pas mes paroles, s'il te plait, se moqua-t-il en se donnant un air sévère avant de conclure: Maintenant, je te laisse deux choix: soit tu retournes à la fête et on fera comme si ne s'était passé ou alors tu me rejoints sur cette herbe, qui est très confortable soit dit en passant et on profite de cette nuit en tête à tête, alors, tu choisis quoi?

[là aussi je t'offres deux choix: soit on continu ici, soit on ouvre un rp au Lac si tu sens qu'on peut continuer encore longtemps comme ça x)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathéo Moreno
SerpentardavatarSerpentard

MessageSujet: Re: Make some noise.   Dim 9 Déc - 8:24





    Son corps était là mais son esprit semblait être ailleurs. L’alcool faisait des ravages sur les jeunes. Mathéo en avait clairement abusé et il le regrettera surement bien vite. Il était là à moitié allongé. Il voyait Rebecca marmonnait on ne sait quoi puis lui sauter dessus. Oulà mais le jeune homme était-il déjà aux pays des rêves. Mais comment s’était finie la soirée alors ? Et non pourtant ce rêve avait l’air plus que réel. Mais pourquoi se retrouvait-il avec Rebecca. Il voulait la repousser mais son cerveau ne semblait même plus contrôler ses gestes. Et puis, elle s’était relevé aussi rapidement qu’elle lui avait sauté dessus. Le jeune homme essaya de se relever mais sa tête tournait et il resta avachi par terre encore un moment. Il se sentait mal mais pas seulement à cause de l’alcool. Il savait qu’il avait fait une bêtise. Il savait qu’il avait fait quelque chose d’impardonnable. Il savait qu’il payerai tôt ou tard ce qu’il venait de faire. Mais il ne pensait pas que ce serait aussi rapidement. En effet, Amber se tenait proche de Rebecca. Et cette dinde prenait bien le temps de se rhabiller au cas où la Gryffondor n’ait pas compris. Le cerveau de Mathéo marchait mais le reste ne semblait pas relié. Vraiment pas. La belle lui prit tendrement les mains. Mathéo aurait bien voulu réagir mais il en était vraiment incapable. Il ne pouvait que la regarder. Voir sa beauté et sa grandeur d’âme. Elle était calme, étrangement calme. Mais de toute beauté. Leurs relations avaient été plus que froide ces temps-ci et voilà par quoi cela se finissait. La trahison ultime. Et pourtant, elle était douce. Cela cachait-il quelque chose de plus grave.

    – Penses-tu vraiment, Rebecca que ca va te rendre heureuse de faire le mal autour de toi ? Avant je t’aurais surement giflé ou même insulté… Mais je ne veux plus me battre. Plus maintenant, j’espère que tu finiras par trouver réellement ce qu’est le bonheur.

    Elle était douce, trop douce même. Mathéo était sur le sol et ne comprenait pas. Il regardait les deux jeunes filles de loin. Elle se tourna vers lui. Il sentait une profonde tristesse dans son regard qui le toucha énormément. Il avait l’impression d’avoir fait la pire chose qui existe : blesser la belle jeune fille. Et Rebecca qui avait toujours son sourire sarcastique. Comme le Serpentard aurait aimé ne jamais l’avoir suivi, ne pas avoir bu. Mais il était trop tard. Le mal était fait, et maintenant il était l’heure d’assumer ses actes. Il était absent. Et tout ce qui était dit arrivait bien trop tard à ses oreilles. Amber s’agenouilla près de lui. Il la regardait, mais il était malheureusement à 10 000 milles lieux de là. Il ne pourrait rien faire ce soir pour se rattraper si cela était encore possible bien sûr …

    – Mathéo … Comme j’aurais aimé être miss … Pour enfin que tu me vois … Je t’aime.

    Et elle était partie. Ses yeux se fermèrent. Il se réveilla en sursaut, espérant que tout ça n’était qu’un rêve. Et pourtant, il était toujours dans un piteux état, à moitié allongé dans les tribunes. Il se releva, toujours avec la tête qui tournait bien. Il ne savait pas depuis combien de temps il était là. Il ignorait combien de temps il avait dormi. Il descendit les quelques marches tout doucement, paumé. Il ne marchait pas droit du tout. Il déambulait. Repensant aux mots d’Amber. Il la cherchait des yeux mais aucune trace de la belle. Il s’assit la main dans la tête. Ces mots raisonnaient comme un adieu. Mais c’était Amber, elle réapparaissait toujours le visage rayonnant.

    Il restait là, s’allongea dans l’herbe. Puis se releva. Non cette position le faisait sentir encore plus mal qu’il ne l’était. Il sentit le mal lui montait. Il alla un peu à l’écart pour rendre. Il se releva. Vomir pouvait faire du bien. Mais là, le pauvre Serpentard avait vraiment une sale gueule : les yeux défoncés, les cheveux décoiffés, la chemise à moitié ouverte.
    Il vit son frère embrasser la Diland. Cette fille qui lui rendait la vie impossible rien que pour l’embêter. Il savait que c’était un jeu taquin. Mais là, ça ne lui plaisait pas vraiment. Et puis il n’avait pas besoin de ce spectacle désagréable, il avait déjà assez envie de vomir comme ça, il n fallait tout de même pas en rajouter. Le Serpentard arriva en pleine conversation. Mais il ne se gêna certainement pas pour écouter.

    – … Alors tu me rejoins sur cette herbe, qui est très confortable soit dit en passant et on profite de cette nuit en tête

    Mathéo ne laissa pas la Poufsouffle répondre. Il vint participer à la conversation au détriment des deux personnes. Il était plus que fait et en temps normal, les aurait peut-être laissés tranquille. Mais non, là il ne pouvait, Amber l’avait laissé. Et par pur égoïsme, il ne voulait le bonheur de personne.

    – Même coucher avec un mec serait moins honteux que ta proposition Lewi
    s …

    Lança-t-il d’un air dégouté. Il voulait être méchant. Voilà son seul but en venant ici. L’alcool avait le don de mettre en avant certains de vos défauts les plus cachés. Et c’était loin d’être une bonne chose. Le visage de Mathéo semblait déformé par la colère.

    – Tu es tellement pathétique ma pauvre Diland … O’Farell ne veut plus de toi, c’est pour ça que tu t’attaques à mon frère !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Summer Diland
PoufsouffleavatarPoufsouffle



MessageSujet: Re: Make some noise.   Dim 9 Déc - 11:08

Tout devenait absurde, aussi bien ses pensées que ses actes. Elle venait de réaliser des actes qu'elle n'aurait jamais osé faire en temps normal, sans doute l'ambiance festive qui régnait en cette soirée jouait énormément sur son comportement. Et plus elle songeait à ses actes, et plus la gêne se faisait intense. C'était Aaron, son ami, son frère, pas son petit ami. Elle l'appréciait énormément mais de là à lui offrir son cœur, elle en doutait encore. Son cœur semblait réticent à aimer de nouveau, ayant probablement trop souffert, mais également la peur de perdre un ami se faisait ressentir.
Ses pensées fusaient dans tous les sens et procuraient une synthèse médiocre qui n'avait aucun sens. Faisant le vide dans son esprit, son cavalier ramena la poufsouffle à la réalité qui était devenue transparente, tout en caressant sa joue pour ensuite la forcer à le fixer. Une obligation cependant agréable.

-Pourquoi faut-il toujours que tu ais raison?

Haussant un sourcil, son visage laissa planer une incompréhension nette qui se préparait à un retournement de situation probable. Son instinct lui chuchotait que le rouge et or n'avait pas aboutit sa déclaration et que la fin de ses propos ne tarderaient pas à se faire ouïr.

-Pourtant, je me vois contraint de t'annoncer, que cette fois-ci, tu as tort.


Ces propos contredisaient ceux précédemment déclarés et sonnaient comme une révélation éventuelle, portant un message plus ou moins clair et net. Pourtant, son être adoptait une position qui se voulait imperméable à la compréhension de cette phrase, laissant ainsi une nouvelle fois un brouillard embrumait son esprit volontairement cette fois-ci.
Entamant une marche lente mais déterminée, la jeune fille se laissait, sans trop savoir où menait ce chemin, guider par le garçon qui semblait être sûr de ce qu'il souhaitait. Les pas se faisaient plus nombreux, et alors, sans s'en rendre compte, ils se retrouvèrent le long du lac noir qui reflétait la lune blanche et éblouissante.

La silhouette du jeune homme se fit soudain plus proche de la Terre, tombant ainsi et entraînant la poufsouffle trop peu sur ses gardes dans sa chute. Il riait aux éclats, alors qu'elle souriait juste, incapable de rire pour une raison qui lui était inconnue.
Il laissa son corps chatouillait l'herbe, et tint sa tête par l'intermédiaire de ses bras tout en la fixant avec une allure énigmatique qui laissait perplexe Summer :

-J'ai dit que j'avais sans doute trop bu. Non pas que je regrettais mes actes, ne déforme pas mes paroles, s'il te plait. Maintenant, je te laisse deux choix: soit tu retournes à la fête et on fera comme si rien ne s'était passé ou alors tu me rejoins sur cette herbe, qui est très confortable soit dit en passant et on profite de cette nuit en tête à tête, alors, tu choisis quoi?

Une proposition venait tout juste de sortir des lèvres du jeune homme qui laissa la jeune fille dans une réflexion légère mais qui se voulait longue afin de faire planer le doute, seulement celui-ci était bel et bien réel. Le mal et le bien ne faisaient plus qu'un, et devenaient différentiables pour la jeune fille trop perturbée soudainement mais qui néanmoins conservait ce sourire.
S'apprêtant à répondre, elle fut brutalement interrompu par la venue d'une personne à laquelle elle ne pensait pas le moins du monde. Moreno qui avait l'air d'être dans un état piteux profond et affreux.

– Même coucher avec un mec serait moins honteux que ta proposition Lewis …

Dégoûté, c'est l'air qu'il affichait, et nul doute concernant son but qui se voulait être peu amical. En temps normal, de ce que Summer savait, les frères et sœurs provoquaient des disputes récurrentes pour taquiner l'autre ou tout simplement l'énerver, mais entre les deux jeunes hommes, cela semblait être encore plus intense que la norme.

– Tu es tellement pathétique ma pauvre Diland …


Etape suivante tellement prévisible. Après s'être attaquer à son frère, bien entendu venait le tour de la préfète, qui en réalité ne se gênait pas réellement pour le taquiner au quotidien mais une différence existait. Elle ne faisait pas ça pour désagréable ou même blessante, seulement parce qu'elle trouvait le jeune homme sympathique ... Du moins, durant certaine période.

-O’Farell ne veut plus de toi, c’est pour ça que tu t’attaques à mon frère !

Haussement de sourcil, qui en réalité camouflé un cœur qui venait de se remettre à saigner. Kieran. Ce serpentard pour qui elle avait soudainement éprouvé un désir étrange et incontrôlable. Elle tentait chaque jour de l'oublier, mais il fallait que certaines personnes s'opposent à cette volonté personnelle. Inspirant profondément afin d'éradiquer toute once de haine ou de souffrance, elle se releva lentement et s'approcha du serpentard tout en le fixant droit dans les yeux. La soirée avait été jusqu'à présent plus ou moins réussi, et Summer n'avait en aucun envie de se compliquer la vie en cette soirée plus ou moins stable.

-Moreno ... Aveugle mais également jaloux.


Elle soupirait tout en affichant un sourire qui révélait quelque peu ses intentions futures proches.

-Tu sais, tu peux me le dire si tu souhaites avoir ton frère pour toi tout seul pour ce soir ! Ça ne me dérange pas le moins du monde, je peux même partir maintenant et te laisser la possibilité de faire ce qui te chantes avec ton frère à l'abri des regards ! Je ne dirais rien, c'est promis !

Elle avait adopté un ton qui se désirait être taquin et provocateur, rendant ainsi la situation dangereusement amusante. Elle continuait de fixer le serpentard avec un sourire légèrement hypocrite, puis elle entreprit d'accepter la patience évidente.

________________Requiem for a Prophecy________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance de Harcourt
SerdaigleavatarSerdaigle



MessageSujet: Re: Make some noise.   Sam 29 Déc - 21:12

      - JE SUIS BOURRÉE. HÉ HÉ. JE SUIS BOURRÉÉÉÉÉÉE !


      - Merlin, t'es réellement pintée, Conny, se rendit enfin compte Enora après avoir entendu sourdement cette affirmation pendant plus d'une demie heure maintenant. Bon, au lit ? hasarda-t-elle en essayant de retirer la bouteille d'hydromel des mains de sa camarade.


      - JE SUIS VOTRE PRÉFÈTE. ET JE VOUS ORDONNE DE VOUS AMUS-... Constance venait de se ramasser contre l'estrade où se déroulait des duels de magie.


    Tandis que la jeune Valentine essayait de relever son amie, celle-ci en profita pour lui gerber dessus, un peu.


      - TU M'AS VOMI DESSUS. AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH.

      - Hulk pas taper ? implora Conny en empoignant un bout de sa robe "Blanche-Neige" pour essuyer le t-shirt d'Eno', les yeux embués et la mine pleine de remords.


    Mais Eno' virevolta et disparut dans la foule, alors qu'elle même se mit à rire diaboliquement pour aucune raison, en titubant légèrement de gauche à droite.


      - Excuse-moi, tu n'aurais pas vu ma maman ? fit-elle à un grand costaud de l'équipe Serpentarde de Quidditch, avec un petit sourire attendrissant.

      - Euh... Ta mam-...


    Elle était déjà repartie, se faisant pousser de part et d'autre par des gens beaucoup trop bruyants. Comment justifier son état ? L'adolescente avait attendu son prince charmant en vain, et de verre en verre elle s'était transformée en dark-Blanche-Neige, imbibée d'une odeur forte d'hydromel ou de je-n'sais-quoi de moins clean, elle divaguait maintenant entre d'énormes lampions de couleurs, puis s'arrêta parallèlement sous un rose-doré pour essayer de l'attraper. Voyant qu'elle était bien trop petite, Constance s'affala au sol et mit à pleurer de tout son corps dégueulassé par sa gerbe.

      - J'ai été élue ? Je suis Miss Poudlard, pas vrai ? s'enthousiasma-t-elle en relevant la tête sur la personne qui s'était approchée d'elle.

      - Miss Dinde, ouais, lança une voix âpre pleine de mépris. Celle de Léopold Durant, qui se faufilait comme un rat en direction du château après avoir craché sur ses camarades lorsqu'il jouait au concert. Tu f'rais mieux d'rentrer, princesse Pouilleuse, se marra-t-il avant de la quitter définitivement dans l'obscurité en la laissant pantoise.

      - CONNYCONNYCONNY.

      - Mais quel est cet oiseau ?
      se reprit-elle, de nouveau pleine d'énergie.

      - On-a-un-problème. Le professeur Spudding arrive. J'l'ai vu traverser le Hall à l'instant, quand j'suis sortie des toilettes pour me nettoy-. Conny ?

      - ...Oiseau... Laszlò
      , entonna-t-elle avant de s'évanouir pour de bon.

      - BORDEL.


    Enora essaya de réfléchir, en s'épongeant difficilement le front d'un revers de manche. Elle pouvait encore s'en tirer, et Constance la ralentirait... De toute façon, elle ne se rappellerait de rien le matin venu, n'est-ce pas ? La Serdaigle se barra en courant, suivant ainsi les pas de Durant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Make some noise.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Make some noise.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» And in the end, the love you take is equal to the love you make ✖ Diana Angelus Leroy
» you make me shine ▲ shane
» Rosemary > Can you make it feel like home ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem for a prophecy  :: Saison 1 :: Poudlard :: Extérieur-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit