Requiem for a prophecy

Forum RPG basé sur le dix-neuf ans plus tard de la saga Harry Potter
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Make some noise.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Anonymous Killjoy
avatar
MessageSujet: Make some noise.   Mar 18 Sep - 16:11

Rappel du premier message :

Insane Zombie au rapport.
Lieu : stade de Quidditch.
Heure : 21:03


Il fait pas tellement chaud, en tout cas il fait déjà presque nuit. Enfin… Le lieu de la fête est surplombé de lampions volants, donc ça n’a pas trop d’importance. C’est assez joli en fait. On se croirait en plein carnaval caribéen, avec les couleurs et tout ça. D’ailleurs les invités aussi sont déguisés. Le thème annoncé par des affiches truquées dans les salles co’ avaient annoncé le thème : « parade ». Les résultats sont assez surprenants… Enfin, la grosse Abercrombie aurait pu éviter le mini-short à paillettes et les plumes brésiliennes.
Une scène attend son groupe sous une toile de tente, une estrade accueille déjà des duellistes à la sauvage-hors-tournois, une autre tente avec deux trônes les attendent, la bièraubeurre coule à flots sur une buvette montée sur tréteaux et deux meufs circulent déjà avec les votes « miss et mister Poudlard » et « miss et mister bizu »*.
L’annonce de la fête n’avait circulé que dans un cours avancé de botanique, et pourtant tout Poudlard semble au courant, car tout Poudlard semble être déjà arrivé… Enfin, tout Poudlard ou presque, car la chanteuse du groupe réquisitionné pour l’occasion – Madal – semble se faire désirer. Oh, mais n’est-ce pas elle qui se pointe, en compagnie des deux organisateurs de la soirée ? Thaïs, dissimulée sous un ample maillot de l'équipe des Flaquemards et la moitié de son visage bandé aux couleurs de sa Maison, marche la tête haute sans broncher. Tibus Tintagel, lui, a préféré la sobriété en jouant la carte des fringues dites "années 80" : chemise entrouverte, cravate à paillettes bleu cyan et l'incontournable casquette retournée étaient de mise, les deux Poufsouffles marchaient un peu derrière leur troisième comparse, en formation "faucon" : le grand Laszlò Tudor, favori de ses dames, qui s’avance like a boss sous les regards de toute l’école, les yeux dissimulés par des lunettes de soleil totalement inutiles mais grave sexy, qui s’accordent bien à sa tenue de biker aux couleurs de sa maison. Oh tiens, serait-ce cette vieille Cornelia Blues qui remplit déjà son carnet de notes en bavant ? Quelque chose me dit que le prochain TDP ne va pas tarder…

*Pour voter, envoyez un hibou à The Daily Poudlard.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AuteurMessage
Jared Stern
avatar


MessageSujet: Re: Make some noise.   Dim 30 Sep - 16:48

A peine Jared eu il posé sa question qu'Amber lui fit un grand sourire, le faisant sourire lui aussi. Elle se tourna vers lui, des étoiles plein les yeux:

-Dans ce cas, tu voterai bien pour moi, hein?

Elle se pencha ensuite vers Jared, qui se pencha lui aussi, et lui chuchota à l'oreille:

-Ca reste entre nous, mais si je veux être miss, c'est parce que je désire battre quelqu'un.

Elle se redressa ensuite, et Jared remarqua à ce moment la le regard de Marie Elizabeth D'Acewood posé sur eux. Amber ne l'avait pas remarquée, et elle finit, un énorme sourire au lèvres:

-Et puis, être élue aux côtés d'un Mister ne me déplairait pas le moins du monde. Le sentiment d'être la plus jolie, la gagnante d'une soirée... C'est si merveilleux, tu ne trouves pas?

La rouge et hors avait presque l'air d'une petite file en plein rêve, éclatant d'un rire cristallin. Jared voulu répondre mais d'Acewood le devança.

-Un point de vue des plus utopistes ceci est. Et crois-tu avoir assez de charisme pour monter sur les hautes marches déchéances? Oublier cette idée, tu devrais, aucune chance tu auras. Trop pathétique et pitoyable tu es avec tes airs de candide!!

Jared l'avait déjà entendu parler, mais il éclata presque de rire. Il ne la connaissait pas personnellement, mais il savait que c'était une fouineuse. Elle savait autant de choses sur tout les élèves que lui, sinon plus; mais elle préférait les étalés dans le TDP, que ce soit des vérités ou des ragots. Jared avait entendu dire que c'était une bonne amie, mais il ne lui faisait pas confiance. Puis c'était quoi ces manières ampoulées la? Et puis Amber était gentille, pas la peine de la casser comme ça... Jared déçida donc d'être direct.

-Eh ben d'Acewood, t'es aigri, qu'est ce qui ce passe? Jalouse peut être? Ou simplement à la recherche d'un scoop? Tiens, en voila un : La grande ... "Marquise", dit le jeune homme en crachant presque le mot, Marie-Elizabeth-j'ai-la-grosse-tête d'Acewood,tenterai vainement de reproduire la façon de parler de maître Yoda!

Jared aurait eu honte de sa plaisanterie, il faut le dire, minable, mais il avait déjà assez d'alcool dans le sang pour se trouver hilarant. Il se tourna vers Amber :

-Bref. Bien sur que je voterai pour toi, t'inquiète! Ca fera trop cool sur ton CV, "Amber flamia di Capulet, Préfète et Miss Poudlard" !

Jared parti dans un grand éclat de rire solitaire en buvant un rasade de Whisky pur feu. Il soupira un grand coup et donna une claque bien virile dans le dos de Marie Elizabeth.

-Rrrrroh, prend pas la mouche, Marquise de mon coeur! C'était pour rire! Il est cool, Yoda! Tu veut une clope pour te faire pardonner? C'est des Dunhill, elles sont très bonne. Ca vaut pas un bon join, tu m'dira, hein !
Continua le jeune homme en donnant une deuxieme claque bien virile sur l'épaule de Marie Elizabeth. Dailleurs, tu saurais si y'a des gens à qui toper ici? J'ai jamais eu l'occasion, mais la... OH ! MAIS SUIS-JE BÊTE ! Fit Jared avec un air carrement idiot sur le visage, T'est une grande dame, tu fume pas? Si? C'est plutôt moldu les cigarettes après tout, j'ai jamais vu des vieux mages avec la clope au bec. J'en ai vu avec des pipes, par contre. ILS AIMENT BIEN LES PIPES LES VIEUX MAGES!

Jared pleurait de rire devant sa propre bêtise quand il vit Moreno arriver. Il tendit par reflexe une main dans laquelle son ami vint taper avant de se servir un généreux verre d'un quelquonque liquide avec plus de 40 degrès d'alcool dedans. Il semblait beaucoup plus détendu que tout à l'heure.

-Alors mon pote, t’as
serré un peu ou pas encore ? Sérieusement t’attaques pas à la folle là,
elle risquerait de mettre tes mensurations dans le TDP. Puis ne prends
pas Amber non plus, elle est déjà réservée.

Et après avoir envoyer un sourire aux filles, il reparti comme il était venu, la démarche peu assurée rappellant celle de Jack Sparrow dans ses grands jour.
Jared, rendu bavard par les quelques 5 verres qu'il venait d'ingurgiter à la suite, repris la parole.

-Mais qu'il est con ce gosse. Comme si j'allais sérré l'une de vous. No offence, hein? Mais bon, Amby, on est ami, puis j'peut pas lui faire ça. Et Marquise, j'aurais trop peur que ton père me trucide. J'suis sure que t'a été promise à un prince d'un petit pays du Moyen-Orient dès que t'a eu 4 ans. Et puis c'est pas totalement faux c'qu'il dit, j'ai pas envie de retrouver la taille de ma... T'vois c'que j'veux dire dans le TDP. Bref. J'me ferais bien un join. Ou quelqu'un, hahaha. Mais personne ne m'aaaaime. Ba, quand les gens auront un peu plus bu ...

Jared blablatait, à peine conscient des idioties qu'il débitait, en regardant autour de lui. Moreno était aller cuver dans un coin (déjà? Ils étaient arrivé y'a pas 20 minutes...), Klaus et Ruth se roulait une bonne pelle de réconcialiation à quelque pas, et le trio à qui Poudlard devait cette merveilleuse soirée était entouré de plein de gens. Il se mit à les fixer. A la kermesse, il avait cru les voir les yeux bien rouges. se serait cool s'il avait un p'tit kekchose...

Jared avait la gorge sèche, avec toutes ces bêtises. Il se servit donc un verre d'eau en faisant un grand sourire aux deux filles à ces cotés.



[HS: Pardon, Jared est un drogué, célavi!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Fiamata Dia Capulet
Gryffondor-KilljoyavatarGryffondor-Killjoy

MessageSujet: Re: Make some noise.   Dim 30 Sep - 23:44

-Phrase Lizzie

*On ne doit pas rire tous les jours avec elle...*

Pour déclamer de telles paroles avec autant de finesse et piquées d'un doux venin, il ne pouvait y avoir qu'une seule personne. Cette langue de vipère bien connue sous le nom trop distinguée pour elle de "Marquise". Sous cette jolie tenue doré et ses airs sage, elle cachait bien son sale caractère. Bizarrement, cette attaque mesquine n'affecta pas le moins du monde Amber. Sa joie était pour l'instant bien trop grande pour se sentir blessée. Lizzie lui faisait juste pitié. Ca devait être épuisant à la longue de parler comme elle le faisait. C'était surtour lassant pour ceux qui l'écoutaient. Amber plaignait ceux qui devaient supporter ses discours pompeux à longueur de journée.

Jared faillit s'esclaffer et prit les devants avant la Préfète. Il compara la façon de parler de la vert et argent à un certain "Yoda" dont Amber ignorait d'où cet exemple venait.


*Chouchou doit connaître! J'crois qu'il en a déjà parlé un jour. Je lui demanderai, il m'intrigue ce yoda.*

-Bref. Bien sur que je voterai pour toi, t'inquiète! Ca fera trop cool sur ton CV, "Amber flamia di Capulet, Préfète et Miss Poudlard" !

Jared se mit alors à rire bruyamment et tout seul... Enfin, Amber eut un rayonnant sourire reconnaissant tout de même, avant de rire aussi, discretement derrière sa main. Même s'il avait réussi à bien écorcher son nom involontairement sous l'effet des verres qu'il avait bu comme on boirait de l'eau plate.

Et c'est ainsi que plonger dans son euphorie, Jared donna une belle tape amicale sur le dos de Lizzie avant de causer avec elle comme s'il s'agissait de sa "pote". Parlant de choses qu'Amber avait du mal à saisir à cause du brouhaha de la fête et de sa capacité à se concentrer qui diminuait à force de se reservir des verres en douce.


- ...ILS AIMENT BIEN LES PIPES LES VIEUX MAGES!

*Mon Dieu mais de quoi parle-t-il?*

Amber riait nerveusement dans son verre comme une gamine en écoutant son ami tandis que Jared pleurait de rire à force de débiter ses idioties.
Les yeux de la Préfète se firent tout rond lorsqu'elle aperçut Mathéo revenir vers eux et saluer Jared d'une tape dans la main. La fête n'était pas encore bien entamée et pourtant Mathéo titubait presque, ça se voyait...


-Alors mon pote, t’as serré un peu ou pas encore ? Sérieusement t’attaques pas à la folle là, elle risquerait de mettre tes mensurations dans le TDP. Puis ne prends pas Amber non plus, elle est déjà réservée.

*Décidément, ils utilisent des termes vraiment étranges pour parler entre eux... Et... Hein? COMMENT CA DÉJÀ RÉSERVÉE?Et ne hurle pas, j'suis là oh. Non mais depuis quand j'suis sa propriété exclusive?Qui te dis qu'il disait ça pour lui? J'sais pas. *

Trop tard, le Serpentard était bien trop loin pour lui hurler son indignation... Même si au fond, elle n'osait pas s'avouer que ça lui avait fait un peu plaisir.

-Mais qu'il est con ce gosse. Comme si j'allais sérré l'une de vous.

*Serré quelqu'un... Se taper quelqu'un sans douteAh! Vraiment, j'ai encore du mal parfois.*

-No offence, hein? Mais bon, Amby, on est ami, puis j'peut pas lui faire ça.

Bien sur qu'elle ne voyait là aucune offense. Amber lui rendit un sourire pour acquiescer ses paroles. Jared était un ami qu'elle appréciat beaucoup et c'était tout. D'autant plus qu'elle était au courant des orientations du jeune homme.

Jared continua son jargon délirant en se moquant gentiment de la Miss Serpentard. Ce qui distrayait énormément Amber qui avait du mal à porter Lizzie dans son coeur.
Son ami mentionna ensuite l'idée d'aller se trouver quelqu'un dès que l'orgie aurait bien augmenté.


- Tu trouveras bien ton bonheur Jaredinou! Cherche bien,claironna-t-elle joyeusement à son ami.

Puis ayant presque oublié la présence de l'intrigante, elle se tourna vers elle, le regard chargé de pitié. Pendant que Jared buvait de... l'eau?


-Ma chère Lizzie, je sais que ta vie est tellement ratée que tu en viens au point de t'initier dans celles des autres. Mais moi... Tes moqueries, elles ne m'atteindront JA-MAIS, déclara-t-elle en prenant soin de bien peser ses mots. Tu me crois incapable d'être Miss? Soit. Nous verrons bien.

Amber fit ensuite signe d'être resservi de nouveau. Portant à ses lèvres sa boisson avec soin pour boire une belle gorgée, elle poursuivit:

-Tu essayes d'éteindre toutes étincelles de joie autour de toi, mais je ne me laisserai pas empoissoner par ta rancoeur.

Clin d'oeil malicieux vers la Serpentard avant de reboire.

-Eh bien, à ta santé !

________________Requiem for a Prophecy________________


Jake&Amby <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca McMillan
SerdaigleavatarSerdaigle

MessageSujet: Re: Make some noise.   Jeu 4 Oct - 16:49





    Rebecca ne cherchait pas forcément à allumer Kieran mais plutôt à faire enrager Tudor. La jeune femme lui faisait toujours la grève du sexe et elle devait bien montrer qui avait le pouvoir. Elle ne lâcherait certainement pas en premier. Quelle humiliation sinon. Bien sûr, Kieran était loin d’être repoussant après tout, ce n’était certainement pas Rebecca qui dirait non à une petite entrevue en tête à tête avec le jeune homme, surtout en ce moment. Sa meilleure amie arriva auprès d’eux. Rebecca la regarda d’un mauvais œil avant de se contenir. Naïa n’aurait sans doute remarqué. Elle connaissait sa meilleure amie, et comme l’indiquait sa robe de pouf, elle avait bien décidé de ne pas rentrer seule ce soir. Elle salua tout le monde avant de s’adresser directement à Rebecca.

    – Alors tu n'y vois aucun inconvénient si ce soir je m'occupe personnellement de Tudor?

    Haussement de sourcil. La belle fit comme si cela ne l’importait que très peu. Mais intérieurement, cela ne lui plaisait pas vraiment. Bien sûr, c’était elle qui avait dit que Tudor était un maître en la matière. Mais elle n’avait pas besoin de commencer par lui. Après tout, il fallait un minimum de classe pour s’attaquer à ce gibier. Et une fille aussi ignorante en la matière que Naïa ne devrait pas s’y frotter aussi rapidement. Enfin c’était l’avis de la Serdaigle en tout cas.

    *Regarde là comment elle se frotte à lui comme une pauvre chienne en chaleur.*

    Oui c’était bien Rebecca, qui parlait comme ça. Peu importe, la belle reporta son attention sur Kieran qui semblait avoir apprécié le compliment qu’elle lui avait fait. Il était bien beau d’ailleurs ce soir. Ce n’était pas qu’une parole en l’air. Voilà que la Duchâteau et son mec du moment avait débarqué et se lançaient de petites phrases cinglantes aussi inutile que pathétique. Franchement, ils pouvaient se parler en privée au lieu de laver leur linge sale en public. Rebecca les regardait avec son air condescendant qui lui allait si bien.
    Mathéo fit un aller-retour rapide. La jeune fille le regarda faire. Il était d’ailleurs toujours en froid avec sa copine pleurnicharde. Un sourire sadique s’afficha sur le visage de la belle. Elle avait une idée machiavélique. Mais celle-ci devrait attendre quelques minutes, Tudor s’était décidé à ouvrir la bouche pour remballer en beauté sa meilleure amie. Rebecca ne put s’empêcher de pouffer comme une gamine. Non franchement, cela était vraiment trop drôle. Elle était tellement sûre d’elle. Et lui qui la laissait tomber comme une vieille chaussette parce qu’il avait une meilleure proie.

    *Dans ta face ma belle. Erreur de débutante : prendre quelque chose pour acquis.*

    – WAOUH. Le grand Laz' aurait-il peur de dépuceler une jeune fille telle que moi? Est-il devenu si faible qu'il a honte de montrer sa virilité ?

    *Pathétique*

    Naïa avait l’air vraiment vexé mais était ce une raison pour dire à tout le monde qu’elle était encore pure alors qu’elle se comporte comme une véritable trainée. Pauvre fille, elle avait encore tellement de choses à apprendre. Rebecca la regarda d’un air désolé. Non pas qu’elle l’était réellement. Elle jubilait intérieurement que Tudor n’ait pas cédé à ses avances. Mais elle faisait genre en tout cas pour que personne ne sache ses véritables pensées.
    Dans tous les cas, la Gryffondor compris qu’il était temps de se retire puisqu’elle les salua en apostrophant Rebecca d’une voix faible. Elle lui sourit et vit sa meilleure amie partir. Maintenant il n’y avait plus grand monde. Bien qu’il restait encore Kieran d’assez fréquentable, la belle décida de se retirer. A vrai dire, elle n’avait pas vraiment envie d’entendre les « disputes » de gens comme Duchâteau.

    Donc la belle se dirigea pour commencer vers la buvette. Elle n’avait encore rien bu et voulait quand même se désaltérer. Néanmoins, elle n’ingurgiterait pas beaucoup d’alcool, elle préférait avoir les idées au clair pour faire du mal autour d’elle. C’était tellement plus jouissif après tout. Pourquoi s’en priver ?
    Rebecca prit un verre d’alcool d’une couleur rouge vif. Elle en but une gorgée puis regarda autour d’elle. Elle aperçut Mathéo avec son pote Jared, Amber, et D’Acewood. Intéressant. Visiblement, ce n’était toujours pas au beau fixe entre les deux tourtereaux car ils ne se parlaient même pas. Tant mieux, c’état nettement plus jouissif de les voir se déchirer. Rebecca s’accouda un moment à la buvette, regardant autour d’elle ce qui se passait.
    Mon dieu, vision d’horreur en voyant Black et Strife ensemble. Dans ce couple, ce n’était certainement pas lui qui portait la culotte. Elle l’avait trompé et c’était lui qui venait dans ses bras. Il était d’un pitoyable, franchement. La belle avait vraiment honte pour lui. Il était tel un toutou à courir derrière la stupide Gryffondor.

    Peu importe, elle se détourna de ce champ d’horreur et vit Mathéo qui se dirigeait vers les gradins. Elle se demandait ce qu’il pouvait bien aller faire là-bas. Elle avala la fin de son verre, le posa sur la table et se décida à le suivre tranquillement. Quand elle arriva à son niveau, elle le vit tel une épave, à moitié allongé, à cheval sur plusieurs places. Elle arriva doucement à son niveau, se baissa, et lui passa une main dans les cheveux. Elle lui passa une main dans le dos puis lui prit la main. Le Serpentard, qui était dans un état second ne semblait pas montrer de résistance. Elle l’aida à se relever. Le malheureux tenait à peine debout et cela semblait être une véritable épreuve pour lui. Elle l’emmena sous les escaliers. Au moins, là ils étaient à l’abri des regards. Mathéo s’assit tout de suite sur le sol.

    *Ce ne lui va pas de boire à lui.*

    En même temps, Mathéo ne résistait pas à grand-chose. S’il prenait autre chose que ses petits cookies et son verre de lait, ça n’allait plus. Mais dans certaines situations, qu’il ne fasse que des conneries avaient vraiment du bon. Et si c’était lui sa première victime de la soirée, ne serait-ce pas merveilleux. Foutre la merde partout où elle passe était vraiment le jeu/ l’activité préféré de la belle. Mais faire ça à un tel point ? Pourquoi pas. C’était un défi à relever en tout cas. La préfète des Gryffondor avait tellement peur d’elle que pourquoi ne pas donner une véritable raison à ses angoisses.

    *Tu es vraiment machiavélique. Tu crois que Mathéo est assez maître de ses pensées pour se rendre de ce qu’il fait.*

    Non évidemment. Dans cet état, le Serpentard n’était pas capable de grand-chose à vrai dire. Il semblait à mille lieux de la réalité. La fête avait commencé depuis quelques dizaines de minutes. Elle n’était pas prête de s’arrêter en tout cas. Puis Rebecca avait tellement de choses à faire. La fin de la soirée, elle l’a réservé à Kieran. Après tout, elle lui avait promis au cours de Botanique qu’elle viendrait le voir. Et elle comptait bien respecter ses dires.

    Son regard se reporta sur Mathéo. Il puait l’alcool à des kilomètres mais peu importe. Elle s’agenouilla vers lui et l’embrassa sur les lèvres. Le jeune homme aligna quelques mots à peine compréhensible.

    – Mais que qu’est s’tu fais ?

    Avait-il dit d’une voix lointaine avant de refermer à nouveaux ses yeux, qu’il peinait à gardait ouvert. Elle lui passa une main dans les cheveux puis passa ses mains sous son tee-shirt tout en lui retirant. Un sourire sensuel et machiavélique apparut sur son visage d’ange.

    – Ne t’inquiète pas, je contrôle la situation.

    Annonça t-elle d’une voix calme. Le jeune homme fit un grognement incompréhensible. Pour elle, ce petit cri lui donnait le feu vert à tout ce qu’elle voulait. Ne jamais donner le feu vert à Rebecca. C’est un coup à le regretter le lendemain matin. La Serdaigle savait que s’il en avait eu la force ou la conscience, il aurait évidemment refusé ses avances. C’est pourquoi, elle avait attendu qu’il soit dans cet état léthargique pour accomplir son envie. Mathéo refusait tout rapport avec elle depuis qu’il était avec Amber et ça, ça ne lui plaisait que très moyennement. Elle n’avait jamais aimé cette relation. Elle n’était pas jalouse parce que Mathéo était seulement une proie parmi tant d’autres. C’était simplement son ami mais il avait tout le temps le mot « Amber » à la bouche.

    *J'ai décidé de détruire quelqu'un, briser une existence, massacrer un destin par hasard, et tout à fait injustement, choisir un innocent, quelqu'un qui pourrait être heureux, qui n'a pas encore été corrompu, qui croit en tout, quelqu'un qui ne se doute de rien en ce moment, qui rêve d'amour, et d'avenir, sans se douter une seconde que je viens de décider sa perte. Et juste à cet instant, j'ai cessé de m'ennuyer.*

    La belle avait tout à fait conscience de ce qu’elle faisait. Ce n’était pas quelque chose d’innocent, comme emporté par une terrible envie. Au contraire, tout cela avait été minutieusement préparé. La victime était Amber. Mathéo n’était que le jouet qui la ferait arriver à ses fins.

    *Tu ne crois pas qu’il faudrait un jour arrêter de ne faire que le mal autour de toi ?*

    Non c’était inné chez elle, et depuis toute petite, elle le faisait. Elle aimait ça alors pourquoi arrêter. La belle embrassa à nouveau le Serpentard. Il se laissait faire. Il ne se rendait peut-être même pas compte après tout. Mais qu’importe.

    ♪ ♫ We are the party shaker … So welcome everybody … Let’s party tonight … Will sit until is wasted … They call us troublemakers … But we just like to party … And party tonight ♪ ♫

    Rebecca se releva tranquillement. Elle était fière d’elle. Elle avait réussi. Et maintenant, il n’y avait plus qu’à attendre les conséquences. Mathéo était à moitié habillé. Sa chemise était abandonnée un peu plus loin. Son pantalon était encore ouvert. Rebecca, quant à elle, remettait tranquillement son soutien gorge quand ELLE débarqua.

    Même si Mathéo n'était pas maître de ses pensées, il n'avait en aucun cas repoussé la belle par la suite. Rebecca se demandait qui allait en prendre le plus par la tête. Elle ne s'attendait aucunement à être surpris tout de suite. Elle avait simplement prévu de lancer la rumeur. Que cette fille vienne là venait de contrecarer ses plans à la dernière minute.

    NB. Bon il se passe bien une bonne demie heure, trois quart d'heure entre le début et la fin de mon post, vous comprenez bien, Rebecca est une machine mais elle ne fait quand même pas tout ça en 5 minutes ;p


________________Requiem for a Prophecy________________


Pouf Powa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Fiamata Dia Capulet
Gryffondor-KilljoyavatarGryffondor-Killjoy

MessageSujet: Re: Make some noise.   Jeu 1 Nov - 14:21

Flash back

-N'essaye pas d'être comme le monde Amby... Ça ne te ressemble pas! Tu n'as pas besoin de faire ça pour devenir quelqu'un de spécial. Tu vaux plus que ça... Note place n'est plus ici, tu le sais aussi bien que moi.

Feignant de ne pas entendre ce que sa cadette lui disait, une Préfète continuait à s'habiller et se parer, tandis que la plus jeune la regardait tristement. Mais au fond du cœur de l'ainée, un sentiment étrange naissait. C'était comme si une part d'elle lui disait qu'Hermia avait raison.

-Je t'attendrais. Mes valises sont déjà prête. Tout ira bien. Ne t'inquiète pas pour moi.

Amber quitta un instant sa coiffeuse et se posta devant sa soeur, un fin sourire aux lèvres. Elle embrassa ensuite tendrement sa protégée tout en la tenant contre elle. Les deux soeurs se regardèrent une dernière fois, souriant fraternellement et se comprenant dans leur regard, puis Hermia sortit doucement des dortoirs. Hermia n'allait pas se rendre à la fête. En effet, pour le bien sa soeur, Amber avait décidé de lui faire quitter Poudlard définitivement suite à une lettre envoyé par leur parent. Cependant, Amber savait bien qu'il en serait surement de même pour elle.

Fin du Flash back

Lizzie n'avait pas répondu à ses dernières paroles, et la tête d'Amber commençait déjà à devenir un peu trop lourde. Il fallait qu'elle quitte ce bar avant d'être complètement irrécupérable. Les paroles de sa petite soeur lui revenait sans cesse en mémoire.

Tu vaux plus que ça...

*Oh Hermia, Hermia... Se pourrait-il que tu ais raison? Qu'est-ce que je deviens? Je ne sais plus... Je n'en puis plus...*

Sans un mot, Amber quitta son siège pour marcher un peu. Elle se dirigea doucement vers les gradins afin de respirer un peu. Penser, réfléchir... Le ciel était d'une infinie beauté. Des étoiles déjà scintillaient dans cette sombre immensité qui se dévoilait peu à peu.

-C'est... si beau. Si beau.

Des larmes alors embuèrent brusquement l'ambre des mirettes de la jeune fille. Comme si elles annonçaient déjà la fin de quelque chose, sans qu'elle s'en rende vraiment compte. La fin de sa vie dans ce monde qu'elle avait côtoyé pendant six années.

Plus de retour en arrière possible.

Fermant doucement les yeux, elle se laissa bercer par ce souffle frais que lui apportait la brise du vent sur son visage encore humidifié par ces pleurs. Plus aucun son ne parvenait à ses oreilles. Elle se sentait emporté par une paix que jamais elle n'avait ressenti auparavant. C'était comme si une présence invisible venait la réconforter et lui dire qu'elle n'avait jamais été seule. Que quelqu'un avait toujours veillé sur elle depuis qu'elle était sur cette terre.


"Tu sais qu'Il était toujours là, hein Amby? Même si tu te refuses à le croire."

N'est-ce pas ces mots que sa bien-aimé soeur lui avait un jour prononcé.

*Oui, toujours Hermia...*

***

Elle ne savait pas combien de temps elle avait passé, seule assise là mais un bruit soudain la ramena à la réalité. Elle était encore à cette soirée... Se relevant avec peine, elle se décide à quitter les lieux et rejoindre Hermia quand elle entendit du mouvement sous les escaliers. Qui donc pouvait bien se trouver là dessous? Piquer par la curiosité, la jeune fille s'avança sous les marches pour voir.
Quand elle réalisa bien trop tard ce qui se tramait.

Lui.

Et elle.

Celui qu'elle aimait. Et celle qu'elle haïssait.


"Un coeur calme est la vie du corps, Amber."

Et ces paroles douces et pleines de sens que lui rappelait souvent Hermia et qui lui revenait en mémoire! Et pourquoi maintenant? Amber se doutait bien de ce qu'il s'était passé entre eux. Il fallait vraiment être inintelligent pour ne pas le savoir... Une demoiselle reboutonnant sa chemise, tandis que l'autre était à moitié nu, et dans un état qui faisait peine à voir...
La Préfète prit alors une profonde inspiration, son ancien elle lui hurlait de s'enrager et de hurler sa profonde indignation, tandis que la véritable Amber savait ce qu'elle devait dire et faire.


"Tu connais ce verset Amby? Une réponse douce calme la fureur, mais une parole dure excite la colère."

*Hermia.*

Le pardon est plus grand que la vengeance. Sans un mot Amber se mit face à celle qui avait toujours tout fait pour la briser. Et la jeune fille fit alors ce qu'elle n'aurait jamais imaginé faire un jour. Elle lui prit tendrement les mains, les yeux baissés avant de relever son regard vers Rebecca.

"Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais surmonte le mal par le bien"

-Penses-tu vraiment, Rebecca que ça va te rendre heureuse de faire le mal autour de toi? murmura-t-elle d'une voix douce. Avant je t'aurai surement giflé ou même insulté... Mais je ne veux plus me battre. Plus maintenant. J'espère que tu finiras par trouver réellement ce qu'est le vrai bonheur.

Puis lâchant cette brève étreinte, Amber s'agenouilla devant Mathéo. Sans doute n'allait-il pas la voir ou peut-être même l'entendre... Le jeune homme semblait être à dix sept mille lieux de là où il était. Tant pis.
Retenant difficilement ses larmes, la rouge et or porta sa main sur le visage du Serpentard.


-Mathéo... Comme j'aurai aimé être Miss... Pour qu'enfin tu me vois... Je t'aime.

"Seulement ne cherche pas à avoir l'estime des autres. Garde ton cœur plus que tout autre chose, car de lui viennent les sources de la vie."

Ne lui laissant pas le temps de réagir, Amber l'embrassa pour la dernière fois, un baiser qui lui témoignait toute l'amour qu'elle lui avait toujours porté même maintenant. Elle se débarrassa de la rose écarlate qui surplombait dans sa chevelure et la déposa dans les mains du jeune homme, avant de se relever et de partir sans rien ajouter de plus.

Le temps lui était à présent compter. Une dernière halte vers deux personnes avant de partir.

Athalie. Sans rien lui expliquer Amber s'élança vers son amie et l'enlaça. Amber lui déposa alors un parchemin plié dans ses mains. C'était un mot qui lui faisait part de son départ de Poudlard ainsi que les raisons qui la poussait à partir.


-Je t'en prie, ne m'en veux pas, lui murmura-t-elle désespérément avant de lui déposer un baiser sur la joue.

"Ma si chère Athalie,

Pardonne-moi de ne pas t'en avoir parlé. Hermia et moi avons décidé de quitter Poudlard et le monde de la magie. Ce monde n'est plus pour nous. Les raisons de notre départ sont bien trop nombreuses pour te l'écrire par lettre. Mais sache que la porte de notre maison te sera toujours ouverte et que je me ferai une joie immense de t’accueillir chez nous pour tout te dire.

Sache que je t'aime énormément ma bien aimée Thalie.

Ton Amby."

Puis, elle se dirigea vers Jake. Son éternel grand frère sur lequel elle se blottit quelques secondes avant de lui remettre également un mot dans la paume de sa main.


-Tiens, réussit-elle à dire avant de l'embrasser aussi et de partir rapidement.


"Jakinou d'amour,

Ce mot est surement la dernière chose que tu auras de moi. Je retourne dans mon vrai monde. Je sais déjà que tu te mettras en colère, et que tu ne comprendras pas ce qu'il me prend de tout quitter ainsi. Et comme je sais également que tu as en horreur mon monde, et que par conséquence je ne te reverrai plus, car tu ne voudras peut-être pas me rendre visite chez moi, enfin j'imagine... C'est à mon tour de te dire adieu.
Mais Jake, ne laisse pas la haine t'envahir... Ni ton coeur s'endurcir. La compassion est plus forte que la colère.

Ne m'oublie pas. Et par pitié, pardonne-moi.

Merci pour tout. C'est un bien petit mot je trouve, mais ce merci vient du plus profond de mon coeur et il est plus que sincère.
Ta petite Amber qui t'aime de tout son coeur.

PS: Le deuxième parchemin est pour Alice, pourras-tu le lui transmettre pour moi?"

"Chère Alice,

Je te prie de me pardonner pour cette longue attente que j'ai du te faire subir après la lettre que tu m'as envoyé. Je n'ai aucune excuse... J'espère de tout coeur que tu te portes bien. Et je prie pour qu'un jour tu trouves la paix dans ton âme et que tu trouves le bonheur. Tu dois être heureuse Alice. Je ne veux pas que tu vives jusqu'à la fin de tes jours dans l'éternel besoin de te venger. Il faut que tu vives.

Je ne sais pas si un jour nous nous reverrons... Sache que tu me manques, vraiment. Ta présence me manque. Seulement, je ne sais pas si j'aurai la joie de te revoir un jour. Tout simplement parce que je ne serai plus à Poudlard si un jour tu reviens... Et je ne sais pas si tu me comprendrais si je t'expliquais pourquoi.

Je ne t'oublierai jamais, Alice, ma soeur de sang.

Amber."

Il ne restait plus qu'à donner un dernier mot à une personne. Amber s'avança en hâte vers le bar et interpella Samael, occupé à servir les élèves.

-Tiens prends-ça Samael-chou, et ne pose pas de question, d'accord? lui déclara-t-elle avec douceur.J'aimerai que tu le lises pour moi, demain dans la salle commune à tous les gryffys.

Puis elle lui fit un baiser maternelle sur la joue avant de le regarder longuement dans les yeux se rappelant d'une demande qu'Alice lui avait un jour faite dans sa lettre.

*Pardonne-moi Alice. Je ne pourrai plus veiller sur lui.*


-Promets-moi de prendre soin de toi Samael,finit-elle par ajouter avant de quitter pour de bon le stade.

"Mes chers condisciples, Gryffys pour qui mon affection est si grande,

Quand Samael vous lira ces mots, votre Préfète ne sera plus là. C'est avec tristesse et profonde douleur que je vous fais mes adieux. Oh non, je ne regretterai jamais d'avoir eu ce privilège d'avoir été des vôtres et d'avoir été votre Préfète. Je vous quitte mais je ne vous oublierai jamais. Vous m'avez tant apporté.
La raison de mon départ n'a rien à voir avec vous, ni avec l'école. Il s'agit là d'une décision personnelle en lien avec mes réelles origines.

J'espère que vous ferez monter votre maison au plus haut cette année. Comme j'aurai aimé terminer ma dernière année à vos côtés... Seulement le destin en a décidé autrement et je ne peux aller contre la volonté de Celui qui me guide.

Léna, Klaus, Ruth, Chouchou et mon DBF vous me manquerez énormément. J'espère qu'un jour nos routes se recroiseront.

Amber Fiamata Dia Capulet, ex-Gryffondor qui jamais ne vous oubliera et vous portera toujours dans son coeur.

Hermia vous porte également ses adieux et transmet tout particulièrement son affection à Samael. "


Arriver dans les dortoirs, Hermia était là. Assise tranquillement sur son lit, les mains jointes et les yeux fermés. Quand la petite aperçue son ainée, elle se releva en un bond, en pleurs et sauta dans les bras d'Amber. La rouge et or, qui n'en était plus une à présent, enlaça avec tendresse sa petite sœur, lui caressant avec douceur ses cheveux.

-Rentrons chez nous, Hermia.

*Adieu mes biens aimés. Puissiez-vous trouver ce à quoi vous aspirer. Nous, nous L'avons trouvé. *

Et c'est cette nuit-là, que deux sœurs quittèrent l'enceinte d'une école qui avait bercé une partie de leur existence. Jamais elles n'oublieront ce qu'elles ont vécu ni même le regretteront. Car ce sont de nos erreurs que l'on apprend à grandir.
Mais à jamais les personnes qu'elles auront rencontré resteront dans leur cœur.



________________Requiem for a Prophecy________________


Jake&Amby <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athalie Duchâteau
Serpentard-KilljoyavatarSerpentard-Killjoy
Light me up when I am down.


MessageSujet: Re: Make some noise.   Sam 3 Nov - 11:27

Un fin sourire étirait les lèvres de la jeune fille, alors qu'elle ne quittait pas des yeux le beau Serdaigle. C'était amusant de ne pas se laisser faire, bien qu'un peu ennuyant sur les bords, surtout quand celui-ci lui avait proposé de "l'accompagner" à cette fête. Comme d'habitude, rien ne se passait comme prévu, mais évidemment, ce n'était pas nouveau. Surtout avec Jake.

- Tu ne disais pourtant pas ça, l'autre soir...

Les lèvres d'Athalie s'entrouvrirent instantanément, ses yeux clairs fixaient Jake d'un regard étonnement vide, tandis que son coeur venait de louper tout bonnement un battement. Après une fraction de seconde, une fois qu'elle eut reprit ses esprits, ses pensées se reconcentrèrent sur une seule et unique chose.

*Tu viens de signer ton arrêt de mort, Wood.*

Ce qu'il venait s'insinuer était grossier. Vil. Complètement déplacé. Et totalement son genre. Elle était presque certaine que chaque personne présente venait de comprendre, du moins ils pensaient comprendre, ce que le Serdaigle avait affirmer à l'instant. Or, ils savaient tout deux que c'était faux.

- Qui est-ce que tu t'es tapé l'autre soir, Woody ?

Poussant un soupir d'exaspération tout en se frappant la tête d'une main, la Serpentard gémit de dépit. Un gémissement tout de même discret, voir inaudible.

- P*tain, on organise une super soirée et personne nous offre un verre les gars ? J'me déssèche, on s'revoit après !

S'autorisant un regard vers le Serpentard, elle se remit à presque regretter de l'avoir quitté, alors qu'elle n'avait pas encore touché à la boisson. Elle hésita même à s'inviter également afin de profiter un peu de la soirée au lieu de se prendre la tête à cause de Jake qui gâchait toujours tout. Un verre ne lui ferait pas de mal, après tout.

Athalie tourna la tête en direction de Kieran, lui offrant un énième sourire qui essayait d'être sincère mais qui avait des allures de... piètres excuses ?

- On se voit plus tard ?

Question rhétorique. L'embrassant brièvement sur la joue avant de déguerpir, elle se manqua pas de passer à côté de Jake et de lui donner un coup d'épaule qui était, certes significatif mais qui lui avait fait, sans nul doute, bien plus mal à elle qu'à lui.
Elle haussa un sourcil lorsqu'elle entendit l'animal de compagnie de Becca humilié, du moins était-ce certainement son but, Lasz', assumant fièrement sa douce pureté. Athalie se demanda un instant si Naïa n'avait pas déjà abusé du Whisky-pur-feu.

S’avançant à son tour vers le bar, elle fut coupé par une fine silhouette et une chevelure de jais. Amber. Qu'est-ce qui lui prenait ? Elle venait de s'élancer vers Athalie avant de l'enlacer comme si sa vie en dépendait. La Serpentard ne comprenait plus exactement ce qui était en train de se passer et elle restait comme figé devant l'entrain de son amie, attendant une quelconque explication. Avait-elle consommé un peu trop de boisson, elle aussi ?

- Je t'en prie, ne m'en veux pas, venait-elle de déclarer avant de l'embrasser sur la joue.

Inquiète, Athalie fronça les sourcils. La Gryffondor lui faisait peur, quelque chose clochait et elle tentait désespérément de savoir quoi. Sans plus attendre, celle-ci s'en alla, la laissant ainsi sans rien.

C'est alors que la Serpentard sentit un papier froissé dans la paume de sa main. Écarquillant les yeux, celle-ci l'ouvrit avec empressement, avant de le lire. La première phrase n'annonçait rien de bon. Et c'est chaque mot, chaque phrase, chaque ligne de plus qui lui laissait un vide de plus en plus profond à l'intérieur d'elle-même. Elle ignorait vraisemblablement ce qu'elle ressentait. Cela faisait si mal. Elle ne pouvait mettre aucun mot là dessus, mais c'était bien présent. Et pour une fois, elle ne voulait pas cacher ce qu'elle éprouvait. La fin de la lettre la détruisait, la brûlait à petit feu. Sa vue se brouillait déjà, et elle s'en fichait pas mal. L'avant dernière phrase lui coupait littéralement le souffle. Sa respiration était saccadée et elle ne savait pas si elle voulait comprendre. Ses sentiments étaient mélangés. Quand était la dernière fois qu'elle avait ressentit cela ? Pourquoi cela faisait si mal..? TRAHISON, ABANDON, CHAGRIN, PEUR, COLÈRE. Tout ce qu'elle redoutait. Tout ce qu'elle détestait.

Lorsqu'Athalie releva la tête, affolée, elle chercha Amber du regard. Elle avait cette impression qu'on arrachait une partie d'elle-même. La Gryffondor n'avait pas le droit de la laisser ainsi. Elle était la seule personne qui la rattachait au monde extérieur, au monde réel. La seule personne qui était capable de lui redonner courage grâce à un unique sourire. Son parfum la rassurait, ses yeux ambres pétillants l'amusaient et ses bras protecteurs la rassurait. Non, elle n'avait pas le droit. Elle ne pouvait pas la laisser.

Athalie se mit à courir droit devant, sans regarder derrière. Elle la cherchait. Elle ne pouvait pas déjà être partie. Elle était là, quelque part. Et quand Athalie la supplierait de rester, elle resterait. Elle n'avait pas le choix, elle lui interdirait de partir, elle ferait quelque chose. La Serpentard essayait de se frayer un chemin parmi la foule des élèves présents à cette soirée. Les élèves riaient, dansaient, sans se soucier du reste. Athalie aurait tant voulu faire la même chose qu'eux, mais en compagnie de son amie. Elle n'était pas prête. Elle n'avait pas préméditer son départ, elle ne s'y était pas préparer. C'était comme si son coeur avait sursauté en lisant la lettre. La musique bourdonnait dans ses oreilles tel un bruit assourdissant qui refusait de s'en aller, qui prenait place à l'intérieur de vous et qui espérait combler un vide. Mais cela ne faisait que l'enfoncer d'avantage. La tête lui tournait, sa vue se brouillait de temps à autre mais elle restait là, elle voulait trouver Amber.

Et c'est après avoir tourné en rond pendant ce qui lui avait semblé des heures entières et qui n'était pourtant que des minutes, qu'elle s'arrêta. Qu'elle se rendit compte qu'elle était partie pour de bon. Elle ne reviendra pas. Elle l'avait laissé seule, entre les mains de ce monde tout à fait injuste. Avec une malheureuse lettre pour dire au revoir. Quelques mots pour lui annoncer qu'elle partait. Elle n'arrivait pas à comprendre. Elle ne le voulait pas. Que lui avait-elle fait ? Elle aurait dû être plus présente pour elle. Comment n'avait-elle pas pu lire la détresse qui se cachait dans ses yeux ? Athalie s'était contenté de se morfondre sur son sort, de s’apitoyer constamment et Amber avait continué à la soutenir, à la réconforter alors que personne d'autre n'aurait dû être rassuré, si ce n'était elle. Elle s'en voulait tant. Si seulement...

Elle devait quitter cette fête. L'air commençait à l'étouffer, l'ambiance était opressante et elle ne pouvait plus supporter de voir les élèves rirent de bon coeur. Elle se hâta de rentrer au château, continuant de marcher d'un pas pressant, presque en courant, elle atterit dans un couloir sombre, mal éclairé. Très mal éclairé.

Dépitée, elle se laissa glisser contre le mur, se laissant tomber sur le sol. Il faisait froid. Très froid tout à coup. Le sol était glacé, lui aussi. Il faisait encore plus sombre, maintenant. Elle ignorait si ce n'était qu'une impression, mais le noir envahissait petit-à-petit Recouvrant son corps de ses bras, elle regrettait tranquillement sa meilleure amie.

Ses yeux se fermaient doucement, mais elle ignorait si c'était les larmes qui lui brouillait la vue ou tout simplement la fatigue qui prenait le dessus. L'image qui se reflétait dans sa tête était divine, rayonnante. Parce que c'est Amber qu'elle voyait. Ses longs cheveux noirs qui ne cessaient de virevolter dans le vent comme ceux d'une princesse. Ses yeux couleurs ambres qui inspiraient la confiance et la joie de vivre qui émanait de celle-ci. Son sourire qui illuminait chaque personne. Amber était quelqu'un de bien, Athalie l'avait toujours su.

Et Jake, dans tout ça ? Amber était-elle allait le voir, lui aussi ? Ou peut-être avait-il été mit au courant avant elle ? Et s'il savait depuis longtemps ? Elle avait l'impression que sa tête ne tarderait pas à exploser. Elle ne savait qu'une seule chose : la seule chose qui reliait Athalie et Jake, était Amber. Et maintenant qu'elle était partie, tout s'effacerait. Tout redeviendrait comme avant.

Elle se remémora chaque instant passé avec elle. Les débuts difficiles où Athalie était encore une personne froide et caractéristique du cliché d'une Serpentard. Amber avait su voir le bon en elle, ce que personne n'avait jamais prit la peine de chercher, jusqu'à ce jour. Les merveilleuses vacances passées avec elle et sa soeur : Hermia, sa copie miniature, si adorable. La sortie à Pré-au-Lard où les deux jeunes filles avaient dénichés leurs tenues de bal après que Constance ait giflé Athalie injustement. Toutes ces fois où Amber avait protégé la Serpentard, à ses dépends. Toute ces fois. Et puis leurs discussions interminables, également. Tout ces souvenirs qui resteraient à jamais gravés dans le coeur de la belle Athalie. Elle n'oublierait jamais la Gryffondor. L'ex-Gryffondor, maintenant. Tout cela n'avait aucun sens. Mais une chose était certaine, dorénavant. Athalie allait finir ses années à Poudlard, seule. Car personne ne comptait, sinon Amber. Personne n'avait jamais su se comporter avec elle, sauf elle. Elle n'arriverait pas à s'en remettre. Pas sans elle. Et même si celle-ci avait préciser que ses portes lui seraient toujours ouvertes, rien ne serait plus jamais comme avant.

*Moi aussi je t'aime, Amber.*

Spoiler:
 

________________Requiem for a Prophecy________________

Light me up when I'm down:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harry-potter-world.exprimetoi.net/
Thaïs Y. Yohouré
Poufsouffle-KilljoyavatarPoufsouffle-Killjoy



MessageSujet: Re: Make some noise.   Ven 9 Nov - 0:37

En finissant son joint, contenant essentiellement les bienfaits de la poudre de dragon fournies par Lasz', l'adolescente créa un nuage de fumée qui couvrit la tête du bassiste. Elle était appuyée contre l'estrade, un pied relevé et posé sur un échafaudage, désinvolte et presque au bord de l'évanouissement. Plusieurs jours qu'elle répétait en secret dans les trous de son emplois du temps, et son corps commençait sérieusement à ne plus la suivre, c'est pourquoi elle se le cachait à elle-même, en le couvrant de fringues amples notamment.

- Let's go, guys.

Sur ces mots, Thaïs grimpa sur la scène, suivie de près par Will, qui en profita pour faire une roulade, comme un ninja, jusqu'à sa batterie, deux couvercles fixés sur son torse nu. Si elle avait été hétéro, sûrement qu'elle l'aurait trouvé attirant...
La grande sortit sa baguette de sa poche arrière, sans se soucier des autres musiciens qui se mettaient en place. Il y avait Kieran, le beau préfet des Serpentards, qui ferait office de guitariste, puis bien sûr William, dynamique et pro à la batterie, Popold, le gars chelou des Serdaigles, qui avait accepté d'apprendre à jouer de la basse exprès pour la teuf, et elle.

Un public s'était formé devant la scène, il les encourageait par des applaudissements ou des sifflements. C'était comme si le temps d'un instant ils avaient oublié le mal qu'ils lui faisaient, comme si ils l'acceptaient comme elle était le temps d'une soirée, ou d'une chanson.
Thaïs porta sa baguette à sa bouche, sans trembler, comme possédée, et elle entendit les entre'choquements des deux bâtons de Will.

*Three two one!*


- KILLJOYS. MAKE SOME NOISE.

Tin nininin nininin...

Le vide dans sa tête, que la musique, qui résonnait, résonnait. Une musique si familière maintenant, ils l'avaient tellement répétée.


- DRUUUGS GIMME DRUGS GIMME DRUGS...

Elle leva un bras, prise dans l'hystérie générale elle laissa son corps bouger au rythme des notes de son groupe créé pour l'occasion, nommé "Madal", car Alice restait le symbole de leur organisation secrète.

- NA NANANA NANANA NANANANANA...

Tout devenait bouillant, l'ambiance avait atteint son apogée, d'énormes ballons de toutes couleurs rebondissaient sur le jeune public, elle crut même apercevoir le temps d'une seconde Scamander s'enfuir à l'opposé du concert avec l'un d'eux. Certains produisaient des paillettes ou des micros feux d'artifice à l'aide de leurs baguettes, et dès qu'elle sautait à la vertical, l'imitaient.
Elle profitait de l'instant, s'approchait des musiciens, partageait ce moment avec Will qu'elle adorait un peu plus que les autres, taquinait Kieran pour le déconcentrer, évita le cracha de Durant qu'il lui lança dans la figure... Et tout cela en criant ses émotions à travers ces paroles. Ils vendaient du rêve, ils dégageaient une joie indéfinissable.


- LET THIS WOORLD EXPLOOOoode.

Elle suffoqua, elle tituba, puis sourit. Parce que ses camarades applaudissaient, parce qu'elle avait fini sa chanson et que tout était génial maintenant. Ils saluèrent plusieurs fois la foule, la remercièrent pour leur énergie, et se remirent en place pour une seconde chanson. D'un revers de main elle s'essuya le front et tapa dans la main de Will, mmh.
Son t-shirt un peu trop grand glissait de son épaule, mais lui collait dessus dans le dos avec la transpi, à moitié rentré dans son pantalon en cuir qui lui moulait tellement le cul qu'elle arrivait difficilement à se déplacer rapidement, en plus des docs jaunes pétantes qu'elle avait aux pieds. Même si son allure générale était assez strange, elle n'en demeurait pas moins agréable dans sa dynamique de faire participer tout le monde.


- VOUS ETES CHAUD CE SOIR ?
- OUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAIS.
- C'MON GUYS!


Toumtoum toum. Toumtoum toum. Elle frappa dans les mains, au même rythme que la batterie de Will, et les adolescents firent de même... Un rythme très connu.
Elle commença à chanter, en même temps que son public et son groupe. Interminable moment de plaisir, guidé par le bruit, la résonance, et les visages. Que le monde était beau ainsi tous unis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abby McFear
SerdaigleavatarSerdaigle



MessageSujet: Re: Make some noise.   Ven 16 Nov - 17:54

Abby se rendait à cette fameuse fête. En cours de botanique, elle avait entendu Jake et son ennemi juré, cette Athalie discuté d'une soirée qui aurait bientôt lieu sur le terrain de quidditch. Elle n'aimait pas trop les fêtes, il y avait trop de monde, trop de bruit pour elle et cela avait tendance à la rendre insupportable. D'habitude, elle en profitait pour avoir la salle commune des serdaigles pour elle toute seule et passait la soirée le nez plongé dans un bouquin au coin du feu. Elle savourait alors le calme et la solitude. Ou alors elle en profitait pour finir ses devoirs ou s'entraîner a se transformer en chat. Ou bien elle arrangeait un rendez vous avec son amoureux, profitant que Poudlard soit quasiment déserté par les élèves. Mais la elle ne pouvait pas laisser cette Athalie mettre le grappin sur Jake. Elle adorait ce type qui était un des rares mecs fréquentables de cet établissement et il était en train de se faire avoir par cette pimbêche d'Athalie, il semblait être de plus en plus sous son charme et elle ne comprennait pas pourquoi: elle avait beau regardé cette fille, elle ne lui trouvait vraiment aucun charme. En fait elle ne ressemblait à rien.

Elle ferait très bien les vieilles sorcières toutes moches dans les contes de fée. Il fallait donc qu'elle aille à cette fête pour remettre les idées en place à Jake et le surveiller de près. Il ne devait pas sortir avec elle. Abby n'avait aucune intention de sortir avec lui mais il était un ami et elle veillait sur ses amis. Elle ne savait pas si Athalie voulait véritablement lui mettre le grappin dessus mais elle trouvait que les deux se parlent c'était vraiment bizzare. Au fond elle s'en fichait de savoir si elle avait raison ou non, elle allait pouvoir se défouler sur celle qu'elle détestait. En même temps elle aurait bien aimé passé du temps avec son chéri. Au lieu de passer plus de temps à réfléchir, elle se concentra sur sa tenue.

Elle qui aimait être vue, opta pour une robe rouge bien voyante qui s'arrêtait juste en dessous du genou, des talons, pas trop haut quand même, de la même couleur que sa robe et un maquillage léger. Elle tourna dans le miroir, elle se trouvait belle comme ça. Elle descendit dans les couloirs et se rendit sur le terrain de quidditch. Dès qu'elle fut entré, elle fut saisit par le bruit et le monde. Heureusement que c'était dehors sinon elle aurait déja piqué une crise. Elle chercha Jake du regard mais évidemment, elle ne le trouva pas. Elle fit tout le tour de la fête mais ne le vit pas. Bon sang, ou était il passé? Elle voulait aussi lui parler de quelque chose et cela l'énervait de ne pas pouvoir lui en parler. Elle ne voyait pas Athalie non plus. Enervée, elle alla se poser a la buvette. A côté d'elle, il y avait Lazlo et un autre gars mais elle n'y fit pas attention. Elle ne voulait pas mettre de bordel,c'était quand même une fête cachée, alors elle en profita pour boire et s'enfila quelques verres. Elle commençait à être un peu saoule et continuait de regarder autour d'elle au cas ou elle aperçevrait Jake. Elle devait lui parler et tuer Athalie.

*Si je la vois elle regrettera d'être née*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Wood
Serdaigle-KilljoyavatarSerdaigle-Killjoy



MessageSujet: Re: Make some noise.   Ven 16 Nov - 18:44

Début de mon post ici

Cigarette aux lèvres, il se redirigeait vers le lieu qu'il avait quitté un peu plus tôt, ne sachant pas réellement où tout cela le mènerait. L'inconscience le submergeait, et il s'en contrefichait. Plus personne ne le retenait au final. Personne, ou presque. Son champ de vision venait d'accueillir Abby, l'une de ses rares amies. Et surtout, la seule qui lui restait.
Déterminé, ses pas menaient en direction de la jeune serdaigle qui se situait à la buvette, lieu qui à vrai dire venait de s'accaparer les ambitions de Jake.
La tristesse paraissait ne plus vouloir migrer, seulement, la force s'avérait être légèrement plus forte de façon temporaire.

-Je ne pensais pas te voir ici Abby. Je suis content de te voir. C'est une belle surprise en cette .. heureuse soirée.

L'ironie sombrait donc en lui? Rire intérieur. Heureuse était un grand mot qui en ce soir faisait offense à tous les actes auxquelles Jake avait participé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abby McFear
SerdaigleavatarSerdaigle



MessageSujet: Re: Make some noise.   Ven 16 Nov - 19:13

Elle était en train de boire, de se perdre dans les vapeurs de l'alcool. C'était bien de ne penser a rien, d'être dans un monde complétement à art. Et puis il y avait personne pour la voir, ses rares amis n'étaient pas là. Elle était seule et mince, elle avait oublier ses bouquins. C'était une chose rare, c'était la première fois qu'elle se retrouvait quelque part sans même un bouquin sous la main. Et la elle se sentait seule et elle ne risquait pas de trouver un bouquin dans les parages. Heureusement il lui restait l'alcool. Elle pensait lorsqu'elle fut surprise de sentir la présence de quelqu'un à ses côtés. Elle faillit avoir un acte violent, elle leva la main baguette dedans, mais s'aperçut à temps qu'il s'agissait de Jake alors elle suspendit son geste. Oups, elle avait faillit comettre un impair. Jetter un sort à un ami n'est pas une bonne idée, surtout quand ils sont rares. Il lui dit:


-Je ne pensais pas te voir ici Abby. Je suis content de te voir. C'est une belle surprise en cette .. heureuse soirée.


Au ton de sa voix, elle sentit que quelque chose n'allait pas et la fin de sa phrase était vraiment bizarre. Elle était encore assez maîtresse d'elle même pour le ressentir. Qu'avait- il pu bien se passer? Elle espérait qu'Athalie ne lui avait pas fait de mal sinon elle allait devoir le venger. En même temps ce serait positif, pas qu'il ait mal, mais qu'elle ait une raison de s'en prendre à Athalie. Elle saurait bien un jour ou l'autre ce qui s'était passé et sa vengeance serait terrible. On ne rendait pas triste son ami. Si elle est comme ça avec son ami, qu'est ce que c'est avec son amoureux... Elle tuerait directement la personne? C'était effectivement une possibilité. Elle est assez protectrice et jalouse mais comme personne ne connait sa vie sentimentale, elle ne prend pas de risque. Elle est en effet quelqu'un d'assez réservée pour parler des gens qu'elle aime. Elle préfère garder cela juste pour elle. C'est son jardin secret. Elle regardait Jake avec un petit sourire qui disait:


*toi mon pote tu m'inquiète faut que je te changes les idées et que je massacre la personne qui t'a mis dans cet état*


Il était peut être temps, qu'elle lui disait quelque chose, cela faisait au moins une minutes qu'elle était plongée dans ses pensées et qu'elle restait étrangement silencieuse. En plus elle avait ce sourire en coin et un verre plein d'alcool à la main. Jake devait se demander ce qui lui arrivait à moins qu'il ne soit pas en état de s'en aperçevoir, ce qui l'inquiéterait encore. Elle se demandait quoi lui répondre. Devait-elle l'interroger sur ce qui s'était passé? Mais il n'était peut être pas en état de répondre et elle se heurterait à un mur de silence et elle pourrait le heurter et le fermer complétement. Ou devait-elle changer complétement de sujet au risque de passer pour insensible. Elle allait encore passer pour la fille qui ne se préoccupe que d'elle. Mais au final, ce n'était pas grave, elle commençait à avoir l'habitude et au final c'est plutôt une bonne image. Et elle ne devait surtout pas montrer qu'elle s'inquiétait pour ses amis, qu'elle pouvait être gentille. Personne ne devait connaître ses faiblesses. Paraitre: insensible, orgueilleuse, narcissique lui allait très bien. Elle se doutait que Jake devait la connaître un peu mieux que ça, enfin elle l'espérait surtout. Que lui ne croirait pas qu'elle s'en fiche de lui et qu'elle ne pense qu'à elle. Elle finit par lui répondre, au bout encore d'une minutes:


-je voudrais te parler, est ce que l'on peut aller dans un endroit plus discret?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Wood
Serdaigle-KilljoyavatarSerdaigle-Killjoy



MessageSujet: Re: Make some noise.   Ven 16 Nov - 20:40

Abby eut une sorte de mouvement de recul, brandissant sa baguette magique en sa direction avant de rebaisser sa garde. Jamais trop prudente, une qualité que sans doute il lui faudrait retenir de nouveau.
La musique était maîtresse du stade de quidditch, et ce retournement de situation n'avait comme seul effet que de lui procurer quelques perturbations. Ayant été isolé durant quelques minutes avec la serpentarde, la tristesse et la colère avaient prit l'initiative de les cohabiter, et en seulement quelques secondes, il se retrouvait au milieu des bruits qui avaient semblé ne plus exister, en plein dans la fête qui avait été organisée. Pourtant, l'envie de s'amuser venait d'être bannie. C'était si contradictoire. La joie et la bonne humeur l'avaient tout d'abord ensorcelé, adoptant ainsi une attitude tout à fait surprenante, surtout venant de lui, et ce sentiment s'était alors bien trop vite dégradé. Cet horrible sentiment qui avait subi une mutation pour devenir colère, parcourait le chemin inverse. Amber, il l'avait perdue, tout comme ses autres amies. Et cette serpentarde ... Ressentir, un défaut qu'il devrait apprendre à maîtriser. Naïf, sous ses airs de brute.
Douloureux, trop sans doute. Unique envie, celle d'oublier, celle de s'évader, et surtout de ne plus penser à tout ce qui venait de se passer. Oublier, oublier. Envie intense. Ne plus souffrir.

Aspirant le contenu de sa cigarette, il opta, en attendant une éventuelle prise de décision d'Abby, pour cette solution afin de s'embrumer les idées.

-Je voudrais te parler, est ce que l'on peut aller dans un endroit plus discret?

Était-ce donc réellement un cauchemar? Il y avait celle qui ne prévenait pas, et puis celle avec qui on avait désiré cette conversation, mais au final chacune des situations s'avéraient être un échec complet.
Hésitation, et surtout appréhension quant au sujet de la discussion désirée de la jeune fille. Était-ce encore l'une de celle où l'on trouve des reproches à déclarer? Jake avait largement eu son quota en cette soirée, et tout ce qu'il souhaitait, c'était ne plus s'embêter avec la réalité.

-Hum ...

Soupirant, tout en se frottant la tête, il affichait l'air d'une personne qui réfléchissait.

-J'en sais trop rien. Si tu m'assures que tu ne me parleras de rien de très ... sérieux, alors ouais.

Puis réalisant qu'il s'agissait d'Abby, il reprit un peu plus confiance en lui, tout en supposant qu'il ne s'agirait que de propos peu sérieux. Saisissant une bouteille d'alcool tout en se débarrassant de sa cigarette, il encercla la main d'Abby et prit l'initiative de s'éloigner du centre d'attention en cette soirée. Légèrement en dehors du stade de quidditch, il s'appuya contre un arbre et prit une gorgée de la boisson qu'il s'était procurée.

-Alors ... qu'as-tu de si important à me dire? Enfin j'espère que ça ne l'est pas trop ..


Il arborait un léger sourire, mais pas ce genre de sourire que l'on expose aux autres lorsque l'on est heureux, mais plutôt celui qui exprime une prise de conscience, telle que celle du ridicule. Autrement dit, son attitude le faisait rire, bien qu'en soit rien d'hilarant ne siégeait aux alentours. Probablement que la cigarette n'était pas tout à fait innocente ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abby McFear
SerdaigleavatarSerdaigle



MessageSujet: Re: Make some noise.   Sam 17 Nov - 15:29

Elle observait Jake et sa réaction. Il avait l’air d’hésiter mais pourquoi ? L’esprit un peu embrumé par l’alcool, elle avait du mal à réfléchir comme d’habitude. En même temps elle n’avait pas l’habitude de boire, et il ne faudrait pas que cela devienne une habitude. En effet cela ne lui réussissait vraiment pas de boire. Elle sentait que sa tête commençait à tourner, bientôt elle allait même voir le monde tourner autour d’elle. Elle se concentra sur Jake, cela lui éviterait de penser à son mal de tête. L’idée qu’elle lui parle ne semblait vraiment pas lui. Avait-il peur de ce qu’elle allait lui annoncer ? Vu ce qu’elle voulait lui dire ce n’était vraiment pas une mauvaise nouvelle. D’ailleurs ce n’était pas du tout une mauvaise nouvelle mais plutôt quelque chose qui devrait lui changer les idées. Il en avait vraiment besoin d’ailleurs. Il finit par dire :

-J'en sais trop rien. Si tu m'assures que tu ne me parleras de rien de très ... sérieux, alors ouais.

*Qu’est ce qui lui arrives ? Il ne va vraiment pas bien lui*


Bien sur que non elle ne voulait pas lui parler de quelque chose de très sérieux. Et qu’est ce qu’il entendait a propos de chose sérieuse ? Il avait vraiment l’air sérieusement traumatisé. Elle espérait que son idée lui changera un peu les idées et lui redonnera un petit sourire ou en tout cas un air moins triste. Elle l’observa jeter la cigarette et prendre une bouteille d’alcool. Au moins ils avaient les mêmes idées. Elle fut surprise qu’il lui prenne la main. Elle n’avait pas l’habitude mais c’était plutôt agréable. Elle sentait une chaleur envahir sa main, elle qui commençait à avoir froid dans sa robe. Elle aurait du penser à prendre un gilet, elle qui d’habitude pensait à tout. En suivant Jake, elle regarda si elle ne voyait pas Devon dans la foule. Il ne valait mieux pas qu’il la voit, main dans la main, avec Jake surtout qu’il allait s’isoler, enfin pour l’instant. Vu ce qu’elle avait en tête, cela n’aurait plus d’importance dans quelques temps. Une fois qu’il fut adossé à l’arbre, elle se lanca après avoir vérifié que personne n’était dans les parages et que personne ne pouvait les entendre :

-Depuis quelques temps je sors avec Devon,c 'est un secret mais c'est de plus en plus dur de garder ce secret, de voir des filles l'apprcoher. J'ai envie de tuer un certain nombre de fille.

Une fois qu’elle lui ait dit, elle se demanda quand même ce qui lui prennait. Elle n’avait pas pour habitude de se confier, en fait d’habitude elle ne se confiait jamais. Mais là l’alcool devait l’aider et en plus elle ne pouvait s’empêcher d’avoir confiance en Jake. Elle était persuadée qu’il ne la tromperait pas. Elle n’avait plus qu’à espérer avoir raison. Maintenant comment allait-il réagir ? Abby n’en savait rien en fait. Elle lui prit la bouteille d’alcool et en but une gorgée pour se donner du courage.

*Allez ma poule reste impassible, tu dois pas lui montrer tes sentiments*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Wood
Serdaigle-KilljoyavatarSerdaigle-Killjoy



MessageSujet: Re: Make some noise.   Sam 17 Nov - 16:01

Tantôt la chaleur semblait émaner du soleil nocturne, tantôt la lune reprenait son pouvoir éminent, diffusant un vent glacial, permettant ainsi des variations de températures non banales. Un cercle vicieux qui au final se répétait incessamment, provoquant de nombreux frissons. Il le savait, et pourtant, il n'avait pas hésité, sans doute se retrouverait il dans un état laborieux, et c'était sans compter qu'avoir mit les voiles était en fin de compte une bonne initiative. La seule idée que la serpentarde aurait éventuellement pu le voir dans cet état le perturbait, comme si la situation était réelle. Sans doute, l'aurait-elle encore plus méprisée ... Vérité, tout cela serait bien trop complexe à oublier, il le lui avait dit, ou tout du moins l'avait suggéré. Avis personnel ou le partageait-elle également? Des questions, trop de questions qui ne trouvaient aucune réponses dans son esprit embué, et bouillant.

-Depuis quelques temps je sors avec Devon, c 'est un secret mais c'est de plus en plus dur de garder ce secret, de voir des filles l’approcher. J'ai envie de tuer un certain nombre de fille.

Direct, ça l'était au moins. Ce comportement était tout à fait en opposition avec celui qu'il avait adopté envers la belle blonde. Laissant les vrais sentiments dans la brume. Passer d'un état à un autre, ce n'était pas si compliqué après tout ... Lui qui était d'ordinaire lunatique ... Pourtant, l'incapacité se faisait ressentir.
L'analyse se fit plus tardivement, les propos arrivant à son cerveau telle la rapidité d'une tortue. Ah Abby sortait donc avec un jeune mâle. Pause, puis prise de conscience difficile. Elle était en couple ? Et en plus avec un né moldu? Waoooooouuuuuuuuh. Mais où se dirigeait le monde? État d'esprit amplifié, réaction trop prononcée, mais il le gardait à l'intérieur de lui, car même si il ne s'avérait plus être dans un état de sobriété, il savait qu'Abby n'était pas au courant concernant son appartenance aux mangemorts, et ce n'était en aucun cas le moment de reproduire un autre faux pas, encore avec une fille. Il hallucinait en vérité, alors qu'en temps normal, il aurait éventuellement pu être surpris, simplement ...

Elle venait de lui prendre la bouteille qu'il s'était procuré, et au lieu de gémir, il resta de marbre. Ressentant un manque de geste, il ralluma une de ces cigarettes, tout en tentant de réfléchir posément.

-Ah ... La grande Abby est en couple, intéressant... Petite cachotière ! Et donc si j'ai bien compris ... tu veux que j'aille ... euh ... tuer ces filles ?

Sourcil froncé, il ne saisissait pas réellement ce que voulait Abby, et l'idée qui lui venait directement à l'esprit ne l'enchantait pas réellement car cela signifiait qu'Abby possédait une image néfaste de Jake. Perdu dans ses pensées, il restait sceptique et douteux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abby McFear
SerdaigleavatarSerdaigle



MessageSujet: Re: Make some noise.   Sam 17 Nov - 19:07

L'alcool lui montait toujours à la tête et la poussait même à confier son secret à Jake. Elle ne pensa pas à la réaction qu'aurait Devon en l'apprenant, elle ne ne pensa même pas d'ailleurs qu'il faudrait qu'elle lui dise. Elle avait pas l'habitude des véritables relations amoureuses d'habitude c'était plus des amourettes. Elle avait eut quelques petits amis avant Devon mais cela n'avait jamais été véritablement sérieux ou en tout cas cela n'avait pas eu de réelle importance. Et là c'était complétement différent avec Devon. Son coeur battait vraiment pour lui, elle avait du mal à passer du temps loin de lui. Quand elle le voyait, elle avait juste envie de se jetter dans ses bras. Mais non elle devait garder une image parfaite et personne ne devait être au courant. Mais là sous l'emprise de l'alcool, elle avait envie de tout rêveler, en tout cas que Jake soit au courant. Au moins elle ne serait plus seule à porter ce secret. Mais étonnament, elle ne pensa pas aux conséquences que cela pourrait engendré. Son esprit était bien trop embrumé par l'alcool. Elle était vraiment ailleurs. Elle se reconcentra sur Jake, qui avait l'air lui aussi ailleurs. Mais elle avait l'impression que la nouvelle ne le réjouissait pas. Cette impression fut furtive puis elle pensa:

*non je dois me faire des idées, il doit juste être surpris par la nouvelle.C'est tout ne t'en fais pas ma puce*


Abby peut être naive en ce qui concerne ses amis. Enfin naive, disons plutôt qu'elle en a tellement peu qu'elle se laisse facilement berner d'illusion pour les garder. Et puis elle ne voit pas ce que Jake peut reprocher à Devon. Non la cohabitation va plutôt bien se passer entre les deux, elle en est sure. Elle espérait ne pas se tromper mais au fond elle sentait qu'elle faisait une erreur. Elle se ressaissit, il ne fallait pas qu'elle se laisse aller à des considérations sentimentales, cela ne lui ressemblait pas du tout. Elle écouta la réponse de Jake, qui la laissa perplexe d'ailleurs. C'était étrange comme réponse, comme s'il se parlait à lui même au début:


-Ah ... La grande Abby est en couple, intéressant... Petite cachotière ! Et donc si j'ai bien compris ... tu veux que j'aille ... euh ... tuer ces filles ?


*Je suis pas assez folle pour ça quoique... Je vais garder cette idée en tête au cas ou..*


-Cela te surprend a ce point la Jake? Et oui je ne te dis pas tout , je ne te croyais pas assez naif pour le croire*dit elle en souriant* Non je ne veux pas que tu tue ces filles, même si c'est une idée intéressante, mais j'aimerais qu'on fasse semblant de sortir ensemble pour voir comment Devon va réagir. Je voudrais être sure qu'il m'aime vraiment. Tu veux bien?


Maintenant elle en était sure: elle était vraiment cinglé comme fille mais elle s'aimait bien et c'était le principal. La elle venait d'avoir une idée complétement taré mais une idée qui lui plaisait beaucoup en fait. Et elle avait choisit un beau gosse pour le faire. Oui elle trouvait Jake plutôt beau gosse. Et elle avait l'impression que cela lui changerait les idées ce dont il avait vraiment besoin. Elle le plaignait un peu, il avait l'air vraiment d'être mal. Elle allait devoir vraiment mettre ses projets de vengeance en route et avant trouver qui avait fait ça. Quand cela serait fait la personne le regretterait amérement. Elle but une gorgée d'alcool avant de se recomposer un visage impassible comme si elle s'en fichait complétement de la réponse de Jake. Alors qu'à l'intérieur elle bouillait d'impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Wood
Serdaigle-KilljoyavatarSerdaigle-Killjoy



MessageSujet: Re: Make some noise.   Sam 17 Nov - 20:30

Le doute plana longtemps, pourtant l'idée s'avérait vraiment être absurde, mais dépourvu de raison à cet instant même, Jake se laissait puérilement croire que cette idée était celle qu'Abby voulait lui faire transmettre. Tuer des filles parce qu'elle le voulait ... Jake avait tué des personnes dans sa vie, et ce ne serait pas la première fois mais cette fois-ci l'acte était présenté sous un autre angle ... Il ne le ferait pas pour ses propres convictions mais pour une amie, et c'était assez étrange que de concevoir cela. Fallait-il qu'elle soit réellement amoureuse de ce garçon pour vouloir mettre un terme aux vies de jeunes filles innocentes ? Cette idée le laissait perplexe et dans l'incertitude, et bien qu'elle soit trop surprenante, Jake ne parvenait pas à se ressaisir quant à ses pensées.

Mais qu'était-ce l'amour au fond? Il avait cru aimer pendant un certain temps, et sans doute était-ce vrai, cette vérité durerait également durant le restant de ces jours, il ne pourrait pas oublier Amber contrairement à d'anciennes connaissances. Elle avait prit possession de son cœur, et il ne voulait pas qu'elle le lui rende. Un amour profond, mais pas celui semblable que l'on dévoue à son âme sœur. Un amour indescriptible éternel.
Dans cet optique là, ce qu'elle semblait souhaiter infliger aux jeunes filles était légèrement compréhensible. L'amour rend fou, Jake le savait, car lui même avait ressenti durant quelques semaines le besoin d'arracher les yeux d'Alice pour avoir imposé à Amber la vision de l'acte. Rancune.

-Cela te surprend a ce point la Jake?

Yeux ronds. Est-ce que ce qu'il pensait était vraiment vrai? Parlait-elle de ce qu'il croyait ?

*Euh ... que tu veuilles que je tue des filles ... Est assez surprenant en effet*

-Et oui je ne te dis pas tout , je ne te croyais pas assez naïf pour le croire.

*Ah ... *

Air abruti.

-Non je ne veux pas que tu tue ces filles, même si c'est une idée intéressante,

Ridicule, sentiment soudain. Comment avait-il pu envisager qu'Abby aurait été capable d'un désir pareil? C'était complétement absurde ! Se faire peur soi même, il venait tout juste de le faire. Les idées vaporeuses, son état venait tout juste d'être compris. Conscient que son cerveau était embué, il plissait les yeux, tentant de provoquer des bourrasques de vent à l'intérieur de celui-ci.

-mais j'aimerais qu'on fasse semblant de sortir ensemble pour voir comment Devon va réagir. Je voudrais être sure qu'il m'aime vraiment.

Alors ... Jake s'était imaginé un film tout entier pour rien? Elle voulait simplement jouer la comédie afin de le rendre jaloux, ou selon elle observer sa réaction. Mais comment avait-il pu être aussi stupide que cela et croire à ses premières pensées?
Il riait intérieurement, tant il se trouvait idiot d'avoir pu croire à cette tournure.

-Tu veux bien?

Divaguant dans ses pensées brumeuses, Abby venait une fois de plus de le ramener à la réalité.
Jake fixa alors le ciel durant quelques instants, se permettant une réflexion plus ou moins valable. Il tentait en vain de se permettre des pensées censées, tâche qui au final s'avérait plus complexe qu'il ne se l'était imaginé.
Quelques minutes plus tard, une conclusion semblait s'être prononcée, une conclusion peut être trop embuée et insensée, tout comme son état actuel, mais plus personne n'était là pour le juger. Amber n'était plus là désormais, et bien que cela était très difficile à accepter, il ne pouvait refuser l'opportunité de s'évader, ou tout du moins de retarder sa douleur. Et pour ce qui était de la serpentarde ... Elle lui avait bien signalé qu'elle ne voulait plus jouer à ce jeu. Du moins c'est ce qu'il avait cru comprendre ... Et puis cette proposition ne serait que théâtre ...

Il ne savait plus quoi penser, ayant l'impression que tout ce qui s'était passé durant cette soirée n'était qu'un vulgaire rêve ... Oui, c'est ce qu'il lui semblait. Amber serait là demain, la conversation entre la blonde et le serdaigle n'avait jamais eu lieu, leur dispute ne s'était jamais produite, et jamais il n'avait osé lui dire ses sentiments, et la proposition d'Abby faisait également partie de ce rêve. Demain, il se réveillerait, et alors sa vie ré adopterait ses habitudes, chassant toute présence du rêve. S'il acceptait, alors cela n'atteindrait personne, non personne. Il posséderait les mêmes relations avec tout le monde, puisque que tout ceci n'était qu'imaginaire. Oui, cette journée n'était qu'un rêve, et tout ce qui se passerait n'aurait aucun impact sur sa vie, puisque seul son esprit en était la source.

Reprenant son bien liquide, il leva la bouteille le sourire aux lèvres et prit le ton d'un grand homme s'apprêtant à faire un discours surprenant :

-En cette soirée, place du rêve, Abby McFear, trinquons à notre couple naissant en cette soirée festive !

Puis, buvant les deux quart de la bouteille, il la tendit en direction d'Abby, afin de finir cette déclaration dignement.

*Ce n'est qu'un rêve Jake, ce n'est qu'un rêve.*

-A ma nouvelle petite amie fictive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Barney Beber
PoufsouffleavatarPoufsouffle

MessageSujet: Re: Make some noise.   Jeu 22 Nov - 12:07

Un coup d’œil par la fenêtre du dortoir confirma la rumeur : il y avait bien une fête sur le terrain de Quidditch. Non, il n’y avait pas été invité. Barney repensa avec une pointe de honte à la découverte de sa lettre à Brenda par sa collègue préfète… Collègue qui, elle, y était. L’amertume le mit en colère ; il avait voulu avoir une vie, être aimé, et les autres refusaient ses demandes d’amitié. Ce soir, Barney ne se sentait plus comme un petit garçon… Ils allaient payer, tous. Pour l’avoir mis à l’écart, pour les coups qu’il s’était pris parfois, pour les moqueries, pour avoir teint les plumes de sa poule en rose, pour tout.

Et Marina serait reconnaissance de ce service rendu. Mieux : fière. Et peut-être franchirait-il un pas de plus avec elle…

Revêtu de son pyjama, il chaussa ses chaussons au pied de son lit, puis se ravisa. C’était une affaire de la plus haute importance : il revêtit son uniforme, badge bien en place sur sa poitrine – remit ses chaussons toutefois, il n’avait pas réussi à défaire le nœud magique que ce crétin de Tintagel avait infligé aux lacets de ses souliers – et il quitta son dortoir, vide, et sa salle commune, où seule se trouvait une première année, endormie sur un fauteuil la bouche grande ouverte. Il ferma la porte sans faire de bruit, et monta dans les étages, direction les appartements des professeurs.

Il était souvent venu trainer dans le coin – en journée bien entendu, il avait besoin de ses dix heures de sommeil et ne voulait pas être accusé de rôdage dans les couloirs ou autres – et n’eut pas besoin de lire le nom sur la porte pour reconnaitre celle de la sous-directrice. Il se demanda un instant si son débile de mari se trouvait avec elle, puis releva la tête tel un coq en sa basse-cour et frappa.

Pas un bruit ne lui répondit.
Un coup d’œil dans la serrure ne l’aida pas davantage : toutes les torches étaient éteintes. Il frappa à nouveau, puis de plujs en plus fort, affolé de s’être levé pour rien, de ne même pas réussir sa piètre vengeance contre ses camarades ingrats… Et une porte s’ouvrit, finalement, mais pas celle escomptée.


- Que diable trafiquez-vous là Beber ?

Barney se tourna en direction du prof de Sortilèges. De ses quartiers s’entendait le son d’un poste de radio diffusant le commentaire d’un match de Quidditch, il était en robe de chambre et tenait une Bièraubeurre à la main.

- J’ai un rapport pour le professeur Lauréana, déclama-t-il d’un air pompeux.

Soupir. Réplique de mauvaise volonté, visiblement.


- Pas là. Mais si c’est vraiment important… C’est moi qui garde la maison ce soir, alors dit moi c’que t’as à dire, Beber.

Il ne réfléchit pas trop. Spudding avait tendance à l’impressionner, même s’il aimait bien tous les Pouffsouffles… Du coup il s’écrasa, de toute façon il fallait bien que sa vengeance se mette en place.

- J’avais entendu une rumeur sur l’organisation d’une fête sur le terrain de Quidditch… Malheureusement, mes camarades semblent avoir réussi leur coup, ce soir. Ce n’est pas faute de les avoir dissuadés…

Les yeux ronds, Spud se précipita vers la fenêtre la plus proche donnant sur le stade.

- Merci. Dans ton dortoir Beber. 20 points pour Pouffsouffle. Je m’occupe de la situation maintenant…

________________Requiem for a Prophecy________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruth Black
Gryffondor-KilljoyavatarGryffondor-Killjoy



MessageSujet: Re: Make some noise.   Sam 24 Nov - 14:26

Ruth commençait à s’inquiéter. Sa réaction disproportionnée aurait-elle effrayé Klaus? Elle n'espérait pas en tout cas, ça aurait été stupide de la part de la jeune fille. Mais soudain, elle vit un sourire se dessinait sur les lèvres du jeune homme et elle se détendit. Elle le sentit se saisir de sa main qui était poser sur son visage, s'inclinait et lui faire un baisemain, tel le chevalier servant qu'il était ce qui fit furieusement rougir la Gryffondor.

-Je t'ai déjà pardonné princesse. Alors... Que nos erreurs passées s'envolent et que nos cœurs enfin fusionnent.

Une déclaration, tel un poème qui ravit Ruth mais si cela la contraria tout de même un peu qu'il lui pardonne aussi facilement. Mais elle n'eut plus le temps de tergiverser sur ce point car il venait de lui saisir de son menton, plongea ses yeux dans les siens et l'embrassa avec passion, ravivant la flamme qui brulait en la jeune fille. Tout ce qui pouvait se passer alors autour d'eux lui sembla futile et l'ignora complétement. Le monde pouvait bien s’effondrer à ce moment-là, elle s'en fichait. Elle était tout simplement heureuse. Tout à coup, sans comprendre quoique ce soit, ce qui lui tira un hurlement de surprise, Ruth se retrouva dans les bras de Klaus, en train d'être porté comme une princesse avant d'éclater d'un rire frais et enfantin.

-Et si je vous "offrais" un petit verre? proposa le Gryffondor d'un ton cavalier, en se tournant vers le bar, Ruth s'accrochant à son cou pour ne pas tomber.

Elle se mit de nouveau rire, déposant un baiser sur les lèvres du jeune homme, lui lançant un regard espiègle.

-Plus tard. Même si je trouve cette situation très chevaleresque, j'aimerais que tu me reposes à terre, s'il te plait. Cela me semble être plus simple pour pouvoir ensuite danser, tu ne penses pas?

Klaus l'approuva, autant profiter de la fête et il semblait y avoir beaucoup de monde au ledit bar, dont sa chère collègue Amber. Il se saisit de Ruth par la taille quand elle se retrouva de nouveau à terre, comme pour entamer une valse quand une personne que Ruth ne se s'attendait absolument pas à voir, débarqua. Ce fut le raclement de gorge de la personne qui brisa quelque peu la bulle de féliciter dans laquelle le couple se trouvait.

-Bonsoir!

Ruth lança un regard noir envers Naïa Swan qui paraissait quelque peu furieuse et semblait avoir décider de leur pourrir la vie. La Gryffondor allait répliquer mais l'autre ne lui en laissa pas le temps et continua:

-Ruth je présume? Et toi tu dois être Klaus ... Enchantée ! Tu ne m'en veux pas si je t'emprunte quelques secondes ta petite amie? Bien merci !


La jeune fille haussa un sourcil perplexe, ne comprenant pas ce que cette fille lui voulait. Elle échangea un regard tout aussi déconcerté avec Klaus et se tourna vers son aînée qui reprit au bout de quelques secondes:

-Je suis très jalouse, et aussi rancunière. Enfin ce n'est un secret pour personne. Oui je suis très jalouse ...

La, Ruth ne comprenait plus rien. Pourquoi est-ce qu'elle lui disait ça? Elle ne lui avait jamais rien fait à cette nana, alors pourquoi elle l'a fixait autant d'intensité?

-Tout ça pour te dire que je trouve les festivités sublimes et parfaites pour annoncer certaines choses. Le cadre parfait. Comme tu l'auras sans doute compris, je dois te parler.

Là, Ruth éclata de rire, trouvant décidément Swan particulièrement ridicule. Le regard de la jeune femme en face d'elle était froid mais avec un sourire étrangement joyeux qui cachait évidement quelque chose. Rester maintenant à savoir quoi!

-Non, vraiment, heureusement que tu le précise, je n'avais pas compris avec tes simagrées que tu désirais me parler,
répondit Ruth, railleuse, en croisant les bras. Alors, soit tu dis ce que tu as me dire, soit tu l'as ferme une bonne fois pour toute et tu vas voir ailleurs si j'y suis, ok?

La jeune fille n'avait pas particulièrement envie de discuter avec cette fille qu'elle ne pouvait pas supporter, cette Becca bis. Elle trouvait qu'elle était restée particulièrement polie et surtout, elle aurait très bien pu partir sans demander l'avis de cette nana mais elle avait comme la sensation qu'elle ne l'aurait pas lâcher. Ruth garda le visage neutre en attendant que Naïa Swan se décide enfin à dire ce qu'elle avait à lui dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Swan
MinistèreavatarMinistère



MessageSujet: Re: Make some noise.   Sam 24 Nov - 16:11

Le temps semblait durer une éternité, et la rouge et or paraissait ne pas vouloir répondre aux propos de la belle, si bien qu'une envie démesurée de la secouer dans tous les sens la saisissait de part et d'autres. Il lui semblait pourtant avoir été claire, et encore moins vulgaire ou même offensive. Pour une fois, elle avait su user de sa sagesse infime, se mettant alors en position supérieure.
Les deux jeunes rouges et ors ornèrent alors un regard signifiant l'incompréhension. Sans doute était-elle prise pour une délurée, non seulement par ses dires précédents mais sa réaction qu'elle avait eu quelques minutes plutôt face à Tudor qui l'avait lamentablement jetée. Horrible sentiment, mais ce n'était pas pour autant que ces plans se retrouvaient perturber. Cette fête ne possédait qu'un unique but pour la gryffondor. D'ordinaire, elle ne pensait qu'à s'amuser, et donc par la même occasion noyer ses veines dans des substances illicites, mais cette fois-ci, elle avait besoin de la moitié de sa sobriété.

Plus les minutes passaient, et plus Naïa restait impassible dans son regard et joyeuse dans son sourire. Quand enfin son interlocutrice sembla reprendre la parole disparue, après avoir émis un rire incompréhensible mais qui toutefois laissa Naïa de marbre :

-Non, vraiment, heureusement que tu le précise, je n'avais pas compris avec tes simagrées que tu désirais me parler.

Sourire faussement compréhensif, hypocrite.

Alors, soit tu dis ce que tu as me dire, soit tu l'as ferme une bonne fois pour toute et tu vas voir ailleurs si j'y suis, ok?

A l'écoute de ses propos, la jeune fille ne put s'empêcher de rire intérieurement ainsi que d'offrir un large sourire. Cette situation était ridicule, enfin, c'était plus le comportement de son interlocutrice qui était à plaindre. Comportement abusé, et emporté, alors qu'elle ne savait même pas de quoi il s'agissait. Peu importait, après tout, l'égoïsme lui réussissait, et ce n'était pas elle qui allait s'inquiéter des conséquences.

Regard rivé dans les siens, elle adopta un ton mélodique et chaleureux, annonçant ainsi une nouvelle sans doute méliorative, mais les apparences s'avéraient être un costume lourd.

-Je te conseillerais de calmer tes ardeurs, en premier lieu. Ensuite, je ne vais pas y aller par quatre chemins, je déteste le suspense. Alors, si j'ai un conseil à te donner, c'est de te la fermer, et de bien m'écouter. Oui je suis dans une phase plutôt ... disposée à être aimable.

Ironie. Regard sérieux. Son cœur battait, et parfois même loupait quelques pulsations pour lui provoquer une sorte d'adrénaline.

-Et je doute fort que la possibilité que j'aille voir ailleurs, comme tu l'as si bien dit, soit envisageable. Malheureusement pour toi, mais il y a un temps pour tout, pour chaque personne, et la cloche vient de sonner la fin de ton ring, ma chère sœur.


Sœur, ce mot résonnait dans son esprit et lui donner envie de vomir. Elle lui avait fait de l'ombre durant des années auprès de leur père, et ça, se sentir délaisser était un sentiment ignoble et insupportable. Rancune. Elle lui en voulait terriblement de lui avoir volé la vedette, d'avoir prit sa place au sein du cœur qui lui était destiné. Elle le lui avait volé, elle l'avait piétinée, mais cette fois-ci, c'était elle qui allait se noyer dans le désespoir.
Son père avait eu une relation avec sa mère alors qu'il avait eu une dispute avec celle de Ruth. Il suffisait d'une fois pour permettre le trouble et le chaos. Enfant illégitime, son père avait fuit ses responsabilités. Haine. Colère.

-Hé oui, c'est la triste vérité. Mais n'espère pas te débarrasser de moi aussi facilement que tu peux le croire. Je compte bien rentrer dans la vie de notre père, que tu le veuilles ou non d'ailleurs. C'est également mon père, tout autant que le tien. Et si tu doutes encore de mes paroles, alors ... demande lui. Demande lui à quel point il a fuit ses responsabilités.

Les yeux légèrement embués, jamais elle n'avait parler de sa situation familiale à qui que ce soit, même pas à sa meilleure amie, seulement parce qu'on lui avait ordonné. Mais ce secret était devenu trop lourd, trop important, et la soif de vengeance s'était faite ressentir dès le plus jeune âge, se noyant dans la jalousie extrême.
Elle réussissait alors à ressentir un semblant de pitié pour son interlocutrice, mais sa peine personnelle était beaucoup plus intense. Pendant des années elle avait du vivre dans l'ombre et dans le secret pour ne rien perturber, mais c'était une demande trop importante pour être acceptée.

________________Requiem for a Prophecy________________


Donnez moi un A !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruth Black
Gryffondor-KilljoyavatarGryffondor-Killjoy



MessageSujet: Re: Make some noise.   Sam 24 Nov - 16:53

Bien que cela ne fasse que quelques minutes que Swan avait débarquées, Ruth était déjà profondément agacer par cette fille. Mais qu'est ce qu'elle pouvait bien lui vouloir, bon sang? A quoi son petit discours sur sa personne rimait? Elle ne lui avait jamais adressé la parole, ni parler d'elle à qui que ce soit, la Gryffondor se contentait juste de l'ignorer superbement. Peut-être est-ce cela que Swan lui reprochait, son égo n'ayant pas supporté d'être ignoré? Finalement, son... adversaire se décida enfin à lâcher sa bombe, d'un ton faussement mielleux qui irrita un peu plus la jeune fille.

-Je te conseillerais de calmer tes ardeurs, en premier lieu. Ensuite, je ne vais pas y aller par quatre chemins, je déteste le suspense.

*Dit celle qui tourne autour du pot depuis le début.*

-Alors, si j'ai un conseil à te donner, c'est de te la fermer, et de bien m'écouter. Oui je suis dans une phase plutôt ... disposée à être aimable.

Ruth leva les yeux au ciel. Décidément, cette fille se prenait vraiment pour quelqu'un, ce n'est pas croyable! Mais elle avait surtout l'air mortellement sérieux. Et là, Ruth commença à s’inquiéter. Elle s'attendait au pire. Elle en avait presque oublié Klaus qui se tenait derrière elle, qui regardait tour à tour les deux filles. Elle sentait sa présence rassurante et pour le moment, la rouge et or restait calme.

-Et je doute fort que la possibilité que j'aille voir ailleurs, comme tu l'as si bien dit, soit envisageable. Malheureusement pour toi, mais il y a un temps pour tout, pour chaque personne, et la cloche vient de sonner la fin de ton ring, ma chère sœur.

La Gryffondor se figea. Elle venait de dire quoi là? Avait-elle bien compris les derniers mots de cette garce? Ma chère sœur... Le cœur de Ruth se mit à battre un peu plus fort, le sang lui montait aux oreilles. Elle ne dit rien, ne fit aucuns mouvements, attendant la suite. Ces mots devaient juste être là pour la déstabiliser, ils n'avaient aucuns portés. Mais soudain, Ruth se surprit à détailler Naïa et pâlit. C'était impossible, cette fille mentait, elle voulait juste se rendre intéressante, voilà tout. Dans son dos, elle chercha la main de Klaus, qu'elle trouva et serra avec force, pas certaine de pouvoir en supporter plus.

-Hé oui, c'est la triste vérité. Mais n'espère pas te débarrasser de moi aussi facilement que tu peux le croire. Je compte bien rentrer dans la vie de notre père, que tu le veuilles ou non d'ailleurs. C'est également mon père, tout autant que le tien. Et si tu doutes encore de mes paroles, alors ... demande-lui. Demande-lui à quel point il a fui ses responsabilités.

Si Ruth ne tenait pas à cet instant fermement la main de Klaus, elle se serait effondrée à terre. Son cœur battait de plus en plus vite, son corps se mit légèrement à trembler, l'horreur de cette vérité se peignait doucement sur son visage, chassant le bonheur qu'elle avait ressenti quelques minutes auparavant. Elle ne pouvait pas croire Swan, elle ne le voulait pas et pourtant, une partie de son esprit lui hurlait que la jeune fille en face d'elle disait la vérité. Ruth vit les larmes qui faisaient briller les yeux de son ennemie... Non de sa sœur ennemie si ce qu'elle disait était vraie. Mais c'était faux, cela devait être faux! Elle ne pouvait pas croire que son père est pu faire une chose pareille. Certes, il était lâche mais pas à ce point. Un nouveau coup de poignard dans le cœur, une nouvelle trahison de celui qu'elle essuyait de réapprendre à aimer. Alors, Ruth craqua. Elle saisit Naïa par les épaules et la secoua d'avant en arrière, le visage déformait par la colère.

-Tu mens! TU MENS!! Tu n'as aucunes preuves ce que tu avances! Tu fais juste ça pour faire du mal autour de toi, comme d'habitude. Tu fais juste ça pour qu'on te prenne en pitié. Tu n'es qu'une garce, Naïa Swan, tu devrais avoir honte de toi,
siffla Ruth, son visage à quelques centimètres de celui de son ennemie.

Elle la fixa de longues secondes dans les yeux, avec haine avant de la lâcher violemment, s'en fichant pas mal de savoir si son aînée tombait à terre ou pas. La jeune fille se recula, tremblante de toutes ses membres, les larmes aux yeux, se retournant quelques secondes pour reprendre son calme. Finalement, elle refit de nouveau face à Naïa, le visage dur et dangereux.

-Tu n'as aucunes preuves de tes mensonges, je n'ai aucune raison de te croire, répéta-t-elle froidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Swan
MinistèreavatarMinistère



MessageSujet: Re: Make some noise.   Sam 24 Nov - 17:42

Franche, elle l'avait été, et on ne pouvait pas se permettre de le lui reprocher. Tantôt cette caractéristique était perçue comme une qualité, tantôt comme un défaut. Mais au final, peu importait, le résultat était souvent le même. La personne ciblée se retrouvait blessée ou gênée. Elle venait de dire la vérité et pourtant, elle ressentait comme un vide.
La jeune fille restait figer, telle une statue glaciale, incapable de ressentir. Un cœur dur comme la pierre, mais ses yeux vivaient encore. Réalisant une observation détaillée de Naïa, elle se sentait épier, et offrait alors un regard neutre. un regard neutre qui se voulait foudroyant.
Les conséquences seraient sans doute complexe, mais peu importait. Aucuns remords, seulement un soulagement intense. Les moindres détails lui échappaient alors, se concentrant sur le visage décomposé de la rouge et or.
Baissant sa garde, elle put alors sentir rapidement une pression sur ses épaules, qui fut poursuivit par des actes violents. Secouée dans tous les sens, elle tentait tant bien que mal de se débattre, adoptant ainsi une position instable.

-Tu mens! TU MENS!! Tu n'as aucunes preuves ce que tu avances! Tu fais juste ça pour faire du mal autour de toi, comme d'habitude. Tu fais juste ça pour qu'on te prenne en pitié. Tu n'es qu'une garce, Naïa Swan, tu devrais avoir honte de toi.

La colère se lisait sur son visage, sans doute que ses propos ne la laissaient pas indifférente, c'était même l'opposé exact provoquant de violentes flammes au sein de son organisme. Elle se retrouvait dans la vase, alors que Naïa pouvait désormais presque toucher le sol de l'océan, cet océan si longtemps remplit d'algue, qui peu à peu s'emparait d'elle afin de la noyer. Cette fois-ci, c'était son in interlocutrice qui buvait la tasse.
Se débattant encore, il ne fallut pas lutter éternellement, puisque la pression fut soudainement relâchée. Allant à l'encontre du sol, Naïa s'écrasa sur le sol de manière violente. Regard meurtrier envers la jeune fille, non seulement pour ses propos mais encore plus pour ses actes. La réalité s'avérait être alors bien plus compliquer à accepter.

-Tu n'as aucunes preuves de tes mensonges, je n'ai aucune raison de te croire.

Ton froid qui se heurtait à Naïa. Regard mesquin, elle se releva lentement, tout en faisant perdurer le contact visuel avec celle qui venait lamentablement de la faire tomber, pour ensuite rester figer face à elle. La colère se lisait alors également sur son visage, et c'était comme si l'une était le reflet dans le miroir de l'autre.
S'avançant brutalement vers ce qui semblait être sa nouvelle ennemie, elle la fixa dans le fond de ses prunelles, et ne put alors contrôler ses pulsions. Sa main venait de partir et de s'écraser sur la joue de la jeune fille. Une claque, une gifle exprimant sa rage et sa furie interne.

-Je sais être franche quand il le faut ! Tu crois peut être que cela me réjouis que tu sois du même sang que moi ? Je dirais plutôt que c'est honteux et insupportable ! Et si je suis une garce, tu ne dois t'en prendre qu'à une seule personne, qu'à toi même. La personne que je suis est naît par ta fau-te.

Insistant sur chaque mot, la rage se percevait de façon visible. Et tout ce qu'elle pouvait dire s'avérait être véridique. Si elle n'avait pas existé, alors jamais elle ne serait devenue ce qu'elle était. Jamais elle n'aurait été une garce, une capricieuse, car son enfance gâtée, elle la devait simplement à cette sœur détestée, et à ce père fuyant toutes responsabilités.

-Par ta faute ! Je n'ai jamais rien demandé à personne ! Tu m'as pourri ma vie ! Tu me l'as pourrie. Tu me l'as détruite ! Tu m'as retiré mon père, et à cause de ça je n'ai jamais pu profiter de lui.

Elle exprimait sa colère de façon intense, et rien ni personne ne semblait alors pouvoir l'arrêter dans son discours effréné.

-Si tu es un minimum courageuse, alors tu oseras le lui demander, et tu verras alors qui possède la vérité. Mais je peux déjà le prouver sans ça !! Je sais beaucoup plus de choses sur toi que tu ne le crois Ruth Isadora Lily Black !


La rage bouillait en elle, tel un volcan en éruption. Rester là en face d'elle et ne pas lui sauter dessus s'avérait être un calvaire, mais cependant un calvaire temporaire, car il était probable que celui de sa sœur devienne davantage intense que le sien.

________________Requiem for a Prophecy________________


Donnez moi un A !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruth Black
Gryffondor-KilljoyavatarGryffondor-Killjoy



MessageSujet: Re: Make some noise.   Dim 25 Nov - 9:25

L'une et l'autre se fixaient avec toute la rancune et la haine qu'elles portaient. Comme si tout était si évidement à cet instant, qu'elles ne devenaient qu'une seule et même personne. Quelques têtes s'étaient tournées vers elles quand Naïa s’effondra au sol, apportant une mince satisfaction à Ruth. Elles n'étaient plus qu'un seul regard tandis que Swan se releva, très certainement blesser dans son amour propre. Ruth resta immobile tandis que son ennemie s'approcha à son tour, jusqu’à qu'elles soient de nouveau face à face, la fière Black la regardant avec une lueur de défi. Soudain, le claquement caractéristique d'une gifle se fit entendre, la joue de Ruth l'a brûla tandis que son cou se tourna violemment. La moitié de son visage se retrouva cacher sous sa longue chevelure brune, sans aucunes expressions sur son visage. Elle entendit Klaus derrière elle qui s'avançait pour les séparer avant que cela ne finisse plus mal mais la jeune fille l'arrêta d'un signe de la main, lui murmurant de rester où il est. Le Gryffondor resta donc sur place, inquiet.

-Je sais être franche quand il le faut ! Tu crois peut être que cela me réjouis que tu sois du même sang que moi ? Je dirais plutôt que c'est honteux et insupportable ! Et si je suis une garce, tu ne dois t'en prendre qu'à une seule personne, qu'à toi même. La personne que je suis est naît par ta fau-te.

Elle entendait clairement la rage qui montait peu à peu en Naïa, à chaque martellement de mots, comme de multiples coups de poignards empoisonner. Un venin qui se répandit peu à peu dans les veines de Ruth. Si seulement cette pauvre fille savait, elle ravalerait très vite sa fierté. Et elle l'a remercierait.

-Par ta faute ! Je n'ai jamais rien demandé à personne ! Tu m'as pourri ma vie ! Tu me l'as pourrie. Tu me l'as détruite ! Tu m'as retiré mon père, et à cause de ça je n'ai jamais pu profiter de lui.

Une unique larme glissa sur la joue de Ruth. Elle n'avait toujours pas bougé, le corps immobile, la tête sur la côté, sa joue ne la brûlant pas autant que son sang. Elle sera les dents, la colère commençant de nouveau à monter en elle, la respiration profonde et le pouls rapide tandis que l'autre continua.

-Si tu es un minimum courageuse, alors tu oseras le lui demander, et tu verras alors qui possède la vérité.

Ruth ouvrit doucement les yeux qu'elle avait fermés, comme pour mieux supporter les hurlements de la furie. Oh lui, évidement, elle lui demandera, en face à face dans leur vieille demeure à Londres. Comme toujours, il lui lancera un regard de chien battu, s'avançant vers elle pour la prendre dans ses bras mais comme toujours, elle lui tournera le dos, ne pouvant le supporter.

-Mais je peux déjà le prouver sans ça !! Je sais beaucoup plus de choses sur toi que tu ne le crois Ruth Isadora Lily Black !

La jeune fille fronça doucement les sourcils. D'où est-ce qu'elle connaissait son prénom en entier? Il n'était juste marquer que sur les papiers administratifs. Et si véritablement, cette fille savait plus de chose qu'elle ne le croyait. Doucement, Ruth tourna la tête vers Naïa, silencieuse, neutre. Sa joue était rouge et lui brulait toujours, témoin de la violence de la claque qu'elle avait reçu mais l'ignora. Contre toute attente, Ruth brisa les derniers centimètres qui l’ont séparé de cette sœur et l'a pris dans ses bras. Toutes les deux étaient à peu près de la même taille même si Naïa était légèrement plus grande, peut-être à cause de ses talons. Ruth tenait son aînée fermement contre elle, pour ne pas qu'elle l'a repoussé et murmura à son oreille:

-Je crois que tu n'as pas tout compris, Naïa. Vas-y, prend ma place, je te la laisse. Je suis fatiguée de me battre. Dis-toi qu'au contraire, tu as eu de la chance. Certes, auprès de toi, il a été absent mais même si je vis sous le même toit que lui, il n’en est pas pour autant présent. Il était un homme heureux avant, tu sais, riant et partageur même s'il avait toujours cette lueur triste dans son regard. Et maintenant, je sais ce qu'elle signifie: le regret. Oui, il regrettait de t'avoir abandonné mais crois-moi, c'est la meilleure chose qu'il est pu faire pour toi. Quand... Maman est morte, cette lueur a disparu, il est devenu un autre homme, perdu dans son travail et l'alcool. J'ai tenté de l'aider mais il y avait toujours une ombre derrière lui qui l'empêcher de se relever.

Ruth se tut quelques minutes, se mordant les lèvres. Elle n'avait jamais fait ce genre de confidence à qui que ce soit. Mais elle se devait de prévenir Naïa, c'était un peu de son devoir. Elle devait savoir ce à quoi elle a échappé alors elle reprit:

-Tu sais, toi au moins tu ne portes pas le nom maudit des Black. Certes, leurs sangs coulent dans tes veines mais tu n'es pas sous leurs emprises, ils ne savent même pas que tu existes. Ils ne t'utilisent pas, ils ne font pas de toi pantin de leurs sombres machinations. On ne tente pas de te faire croire à une puissance qui n'est plus et qui n'a très certainement, jamais était. Voilà ce que tu aurais vécu si jamais ne n'avait jamais vu le jour, tu serais prisonnière du noir, du dédain, de l’hypocrisie, du pouvoir, de l'influence salace de ses enfoirés de Mangemort.

Ruth s'arrêta brusquement. Elle avait craché ses derniers mots avec haine et peut être en avait-elle trop dit. Mais il était trop tard pour faire machine arrière. Finalement, elle lâcha Naïa, se recula de quelques pas et la regarda avec une profonde tristesse.

-C'est ça la vie que tu aurais voulu avoir? Crois-moi, tu n'as rien perdu, au contraire, tu as tout gagné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Swan
MinistèreavatarMinistère



MessageSujet: Re: Make some noise.   Dim 25 Nov - 10:32

Elle ressentait la furie des enfers envers sa semblable, et pourtant, au fond, elle n'y était strictement pour rien. Ce n'était en aucun cas elle qui avait décidé de sa venue au monde, mais c'était leur père ainsi que la mère de la rouge et or. Mais malgré ça, elle lui en voulait intensément, seulement cette rage clandestine était falsifiée et dédiée à la mauvaise personne. La vérité était que la personne qui méritait de recevoir cette détresse intense n'était autre que leur père. Lui seul enfin de compte était le responsable de ce désarroi, de ce manque de paternité durant des années. De l'existence de ce mensonge, de cette bombe qui venait d'être lâchée. Il avait fuit ses responsabilités, choisissant la situation de facilité. Lâche.

Elle lui avait offert une splendide gifle, et la jeune fille n'offrait désormais plus qu'une partie de son visage, le reste étant camouflé par ses cheveux. Elles étaient quittes, l'une étant tombée par terre, l'autre s'étant reçue une gifle. Même niveau.
Elles se mitraillaient du regard, et comme si la situation n'était pas assez surprenante, sa sœur l'entoura de ses bras afin de l'étreindre. Elle aurait pu se débattre, mais elle n'en avait pas envie, tout au contraire, elle resta telle une statue de cire, écoutant attentivement ce qu'elle s'apprêtait à lui dévoiler :

-Je crois que tu n'as pas tout compris, Naïa.

Le surnom garce venait soudainement d'être remplacé par son prénom, mais étrangement, cela ne lui procurait aucun sentiment contraire à ceux qu'elle ressentait.

-Vas-y, prend ma place, je te la laisse. Je suis fatiguée de me battre. Dis-toi qu'au contraire, tu as eu de la chance.

Les deux jeunes filles semblaient alors posséder un vocabulaire très différent, car Naïa ne possédait en aucun cas la même signification que celle qui se trouvait en face d'elle.

-Certes, auprès de toi, il a été absent mais même si je vis sous le même toit que lui, il n’en est pas pour autant présent. Il était un homme heureux avant, tu sais, riant et partageur même s'il avait toujours cette lueur triste dans son regard. Et maintenant, je sais ce qu'elle signifie: le regret. Oui, il regrettait de t'avoir abandonné mais crois-moi, c'est la meilleure chose qu'il est pu faire pour toi.


Ces mots transperçaient son cœur qui semblait vouloir croire la jeune fille, mais son cœur saignait abondamment, se tordait dans tous les sens possibles, et ratait des pulsations nécessaire à la survie. Les larmes montaient à ses yeux, et la force qui auparavant était présente, devenait invisible, laissant ainsi quelques larmes s'évader du bagne.

-Quand... Maman est morte, cette lueur a disparu, il est devenu un autre homme, perdu dans son travail et l'alcool. J'ai tenté de l'aider mais il y avait toujours une ombre derrière lui qui l'empêcher de se relever.

Elle se retrouvait démuni de tout bouclier, se révélant ainsi au grand jour, dévoilant ces ressentis, paraissant faible et propice aux attaques les plus dangereuses. Et son sourire qui paraissait alors éternel, venait de perdre la vie en cette soirée pour être remplacé par un visage impassible mais qui souffrait douloureusement.

-Tu sais, toi au moins tu ne portes pas le nom maudit des Black. Certes, leurs sangs coulent dans tes veines mais tu n'es pas sous leurs emprises, ils ne savent même pas que tu existes.

Et là était tout le problème. Elle était la fille de Stephan, et la famille de celui-ci ignorait son existence. Cela montrait à quel point elle était peu importante à ses yeux, et c'était ... d'autant plus blessant.

-Ils ne t'utilisent pas, ils ne font pas de toi pantin de leurs sombres machinations. On ne tente pas de te faire croire à une puissance qui n'est plus et qui n'a très certainement, jamais était. Voilà ce que tu aurais vécu si jamais je n'avais jamais vu le jour, tu serais prisonnière du noir, du dédain, de l’hypocrisie, du pouvoir, de l'influence salace de ses enfoirés de Mangemort.

Mais elle l'était, elle l'avait été. Prisonnière de l'ombre, de la jalousie, de la rancune, du manque d'affection, de la solitude. Elle avait été prisonnière de tout ça, séquestrée par elle même.
La gorge serrée, elle avala les derniers mots de la jeune fille avec une indifférence certaine. Les mangemorts ne l'effrayaient pas.

La brune brisait alors l'étreinte qui avait semblé durer une éternité, puis se recula de quelques pas afin d'observer la jeune fille, mais aussi pour lâcher ces quelques derniers mots :

-C'est ça la vie que tu aurais voulu avoir? Crois-moi, tu n'as rien perdu, au contraire, tu as tout gagné.

"Tu as tout gagné". Mais qu'avait-elle gagné alors? C'était si absurde, car pour elle, elle avait tout perdu, tout raté.
Quelques dernières larmes esquissaient ses joues, et le regard perdu dans le vide, elle devenait alors vulnérable, et se montrait comme possédant un cœur, comme étant une autre fille que celle de tous les jours.

-Tu ne peux pas savoir ce que c'est que d'être reniée par son propre père, que de vivre dans l'ombre depuis sa naissance... D'être ... une personne insignifiante, inexistante pour celui qui nous a donné la vie. D'être une enfant illégitime, une enfant non désirée. Non ...


Tout ce qu'elle avait ressenti durant des années se percevaient alors à travers son timbre de voix. Ses dix sept années avaient été un désastre, cependant atténué, et la gratitude qu'elle ressentait envers Cameron était immense. Un peu le père qu'elle n'avait jamais eu.

-Je ne considère pas cela comme une chance. Non. J'ai vécu durant dix sept ans, dans l'espoir qu'un jour il viendrait me voir afin de prendre de mes nouvelles, je me suis trompée.


Elle avait cru en des rêves irréalisables, des rêves trop idéalistes.

-Je ne devrais pas te haïr, parce qu'au fond, tu n'y es pour rien ... Ce n'est pas de ta faute si notre père est ... lâche. Tu es ... innocente dans cette histoire. Mais pourtant, je n'arrive pas à ne pas te haïr. Je n'y arrive pas ... !

Sa voix montrait alors à quel point elle était désolée de cette réalité. Oh oui, elle la haïssait pour des raisons qui lui était inconnues, et malgré la réalité des faits, elle la détestait toujours autant, et n'arrivait pas à trouver un raisonnement rationnel, une solution convenable. Elle la haïssait plus que tout, et pourtant, elle était innocente, et l'envie de l'égorger ne l'habitait plus. Les sentiments assassins dédiés à la jeune fille venaient de disparaître, mais elle ressentait toujours cette haine immortelle. Au plus profond d'elle, elle ressentait un sentiment de désarroi mais également de détresse. Elle était si profondément désolée, désolée de la détester, de la haïr, elle était tant désolée envers la jeune fille. Si désolée, qu'elle ressentait l'envie du pardon.

________________Requiem for a Prophecy________________


Donnez moi un A !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruth Black
Gryffondor-KilljoyavatarGryffondor-Killjoy



MessageSujet: Re: Make some noise.   Dim 25 Nov - 15:55

De la tristesse ou de la pitié, Ruth n'arrivait pas vraiment à ce décidé. Pendant qu'elle était collé-serré à Naïa, elle avait cru sentir une chose humide sur sa joue et dans son cou. Mais maintenant qu'elle était en face d'elle, la Gryffondor voyait clairement les larmes coulaient sur les joues de son aînée. C'était assez déroutant, Naïa était comme Rebecca, une sans-cœur. Fallait-il comprendre au final que non? Cette grande fille paraissait soudain vulnérable et là, ce fut clairement de la pitié que Ruth éprouvait. Elle resta neutre face à elle, la regardant avec dédain. Franchement, si c'était pour craquer maintenant, c'était qu'elle devait se torture depuis des années. Tout cela pour rien, c'était juste pathétique.

-Tu ne peux pas savoir ce que c'est que d'être reniée par son propre père, que de vivre dans l'ombre depuis sa naissance... D'être ... une personne insignifiante, inexistante pour celui qui nous a donné la vie. D'être une enfant illégitime, une enfant non désirée. Non ...

Non effectivement, elle ne pouvait pas savoir ce que c'était d'être ignoré par les siens. Soudain, un sourire ironique flotta sur les lèvres de Ruth. En effet, la jeune fille trouvait amusant que Swan ne supporte pas d'être renier par son... leur père alors que Ruth faisait tout pour l'ignorer. C'était tout de même assez contradictoire. En tout cas, la jeune femme paraissait en souffrir car elle semblait moins vaniteuse et sur d'elle tout à coup.

-Je ne considère pas cela comme une chance. Non. J'ai vécu durant dix-sept ans, dans l'espoir qu'un jour il viendrait me voir afin de prendre de mes nouvelles, je me suis trompée.

Ruth eu le plus grand mal à ne pas sourire, voir même rire. Swan en devenait presque pathétique là! Voilà maintenant qu'elle espérait que Stephan Black l’accueillerait à bras ouvert, la chérissant et lui murmurant naïvement qu'elle l'a protégerait, pire, qui l'aimait! La Black fit une grimace de dégout. Cette fille vivait vraiment dans l'utopie la plus totale!

-Je ne devrais pas te haïr, parce qu'au fond, tu n'y es pour rien ... Ce n'est pas de ta faute si notre père est ... lâche. Tu es ... innocente dans cette histoire. Mais pourtant, je n'arrive pas à ne pas te haïr. Je n'y arrive pas ... !

La surprise se dessina peu à peu sur le visage de la rouge et or. Swan savait pertinemment que rien n'était de sa faute mais elle l'attaquait quand même, la haïssait. Mais le pire, c'était qu'elle semblait le regretter. Là, Ruth était déstabilisée. Elle ne s'attendait pas à ce genre de réaction de la part de son ennemie. Mais la fière Black n'avait pas l'attention de pardonner aussi facilement, elle. Swan avait débarquée sans rien savoir d'eux, croyant pouvoir arriver fraiche et pimpante comme si de rien n'était. Cela dégouter infiniment la jeune fille qui ne le cacha pas. L'autre venait de tout gâcher, brisait les derniers liens de confiance déjà si fragile entre Ruth et son père. Oh oui, elle était indésirable et Ruth n'allait pas se gêner pour lui faire payer. Ruth n'aurait aucune pitié pour cette sœur, histoire qu'elle comprenne bien à quoi elle s'expose. Finalement, la Gryffondor se décidé à briser le silence qui venait de s'installer avec un soupir résigner.

-Sèche tes larmes, Swan, ce salop ne les mérite pas, lâcha-t-elle sèchement avant de continuer en haussant les épaules. Oui, effectivement, j'ignore ce que c'est d'être renier, non désirée et très sincèrement, je te tenterais rien pour comprendre. Et sache que même sans être cette enfant indésirable, tu es une personne insignifiante, a qui on jette un simple coup d’œil sans la voir. Oh mais tu peux toujours dire que ça aussi c'est de ma faute si ça te fait plaisir, vas-y, je m'en fiche.

Ruth était franche, voir même cinglante. Elle avait décidé de jouer au même jeu de la Gryffondor et ne se gênerait pas. L'effet de surprise passait et la colère, il ne restait plus que la haine. Oh oui, Ruth haïssait un peu plus Naïa Swan et continua sur sa lancée, quitte à tout foutre en l'air.

-Mais tu sais quoi? Tu as été stupide de t'accrocher à l'espoir insignifiant qu'il vienne un jour à toi! Tu l'as toi-même dit, c'est un lâche! Et un lâche ne fait jamais machine arrière. Jamais. Mais toi bien ça dans ta petite caboche, Swan. Ignore-le. Peut-être as tu un beau-père ou un autre homme que tu considères comme ton père, je l'ignore! Mais si c'est le cas, accroche toi à cet homme qui sera très certainement le seul qui ne t'offrira jamais l'amour que ce traitre n'a jamais pu te donner.

La jeune fille s'arrêta quelques minutes de parler, pour reprendre son souffle. Elle était furieuse. Mais surtout contre son père qu'elle ne traitait avec aucune délicatesse. C'était un cxnnard, qu'il assume. Ruth s'interrogea soudain sur une chose: est-ce que Adria était au courant de cette histoire? Est-ce qu'elle connaissait l'existence de Naïa Swan? Si c'était le cas, Ruth ne le saura très certainement jamais. Cela dit, Stephan ne pouvait rien cacher à sa femme mais là, c'était tout de même un secret bien trop lourd à porter pour ses faibles épaules. Une idée traversa soudain l'esprit de Ruth. Elle ouvrit la bouche pour la refermer aussitôt et se reforgea. Elle avait eu l'idée de demander à Swan de venir à Londres au début des vacances, pour faire le face à face entre le père et sa... fille. Mais pas par simple gentillesse de la part de la cadette, non plus par vengeance, pour voir le visage de son... leur père se déconfire et perde pied une fois encore, l'obligeant à faire face à ses démons. C'était mesquin mais la jeune fille pouvait se montrer très rancunière quand elle le voulait. Et là, elle avait bien l'intention de devenir invivable envers ses proches.

-Certes, ce n'est pas de ma faute. Je suis peut être ta cadette mais je ne suis pas coupable. Tu voudrais ne pas me haïr? Oh si, ma très chère sœur, haïs-moi car pour ma part, je te hais. Alors ne cherche pas à me pardonner quoi ce que soit, ne cherche pas à apaiser ton cœur car maintenant, c'est trop tard. Tu ignores ce que tu viens de déclencher et ne compte pas sur moi pour te l'expliquer. Je t'ai prévenu et maintenant, tu vas en subir les conséquences,
annonça avec froideur Ruth, ne voilant à peine ses menaces envers ceux qui deviendront très prochainement ses victimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abby McFear
SerdaigleavatarSerdaigle



MessageSujet: Re: Make some noise.   Mar 27 Nov - 23:12

Elle venait de proposer une idée complétement folle a Jake, l’esprit complétement embrumé par l’alcool qu’elle avait bu et qu’elle continuait de boire à petite gorgée. Petit à petit, elle se plongeait dans un état d’ébriété totale pour oublier quelque chose dont elle n’avait même pas conscience. Vraiment bizarre cette fille et complétement folle aussi mais ça on le savait déjà. En même temps Poudlard est un peu un asile de fou. Il suffisait d’observer cette fameuse fête pour le comprendre. Alors Abby venait de proposer à Jake de faire semblant d’être ensemble pour rendre jaloux son petit ami : Devon. Elle avait peur qu’il ne l’aime pas vraiment et voulait tester son amour. Oui elle a vraiment de drôle d’idée. Elle n’était même pas sure d’être vraiment consciente de ce qu’elle venait de proposer mais l’idée sonnait bien. En plus il était plutôt mignon quand même Jake. Elle commença à le détailler physiquement et lui trouva plein d’avantage dont un certain côté mystérieux qui lui plaisait beaucoup. Non elle n’est absolument pas amoureuse de lui mais c’est vrai qu’il a des avantages qui doivent attirer les filles.

*Il est beau gosse quand même mais il n’est pas à la hauteur de Devon qui a un petit plus.*


Elle se mit à réfléchir à ce petit plus justement mais elle n’arrivait pas à mettre de mot dessus comme s’il était inacessible. Oh elle finirait bien par trouver mais elle était sure et certaine de préféré Devon à Jake pour une raison qu’elle ignorait. Oui l’amour est un véritable mystère que peu de personne peuvent percer. Pour cela, il faut du temps et beaucoup de patience. Même dans ses pensées, Abby délirait complétement, elle n’était plus vraiment elle-même. D’ailleurs plein d’idées complétement folle lui traversait l’esprit. Elle pourrait faire un calin à Jake pour sceller leur accord. Non en fait, elle devait trouver beaucoup mieux, quelque chose de vraiment fort.Elle l’entendit parler et l’observa boire en souriant. Quand ce fut son tour elle dit :

-Oui trinquons à notre couple fictif naissant. Je nous promet un bel avenir fictif ! A nous deux Jake d’amour !


*Oh je sais ce que je vais faire*


Elle prit la bouteille que lui tendait Jake et but d’une traite ce qui restait de la bouteille. Elle eut la tête qui tourna un peu sous l’effet brutal de l’alcool. Et la elle se pencha vers lui et l’embrassa complétement ivre pour sceller leur accord. Elle espérait que Jake ne s’enfuirait pas en courant et qu’il se laisserait prendre au jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Swan
MinistèreavatarMinistère



MessageSujet: Re: Make some noise.   Sam 1 Déc - 15:03

Elle était restée sur un sentiment de tristesse, un sentiment qui souhaitait le pardon, et cette position dans laquelle elle se trouvait était tout à fait surprenante, surtout venant d'elle qui d'ordinaire ne possédait qu'un unique sentiment, celui de la destruction d'autrui. Mais nul doute ne subsitait quant à un retournement de situation évident. Jamais elle ne restait ficé sur un même sentiment, et encore moins sur celui qu'elle venait de ressentir durant seulement quelques secondes. Sa fierté, elle l'aimait plus que tout, et pour rien au monde, elle ne laisserait le privilège à sa sœur de le découvrir.
Comment avait-elle pu en arriver la? Probablement était-ce le besoin incurable de vengeance, de créer le mal aux alentours, mais également d'exister aux yeux de celui qui l'avait mise au monde. Pourtant, jamais il n'avait cherché à la connaître, et au fond, Naïa ne s'en était jamais plaint, ayant pour père Cameron. Sans doute qu'une fois que sa mère serait au courant de son acte, elle lui ferait savoir son mécontentement, mais peu importait, car désormais son désir personnel venait d'être assouvi.

-Sèche tes larmes, Swan, ce salop ne les mérite pas. Oui, effectivement, j'ignore ce que c'est d'être renier, non désirée et très sincèrement, je ne tenterais rien pour comprendre. Et sache que même sans être cette enfant indésirable, tu es une personne insignifiante, a qui on jette un simple coup d’œil sans la voir. Oh mais tu peux toujours dire que ça aussi c'est de ma faute si ça te fait plaisir, vas-y, je m'en fiche.

Ironie du sort. Rire intérieur, et sentiment du pardon soudainement volatilisé, remplacé par de la haine profonde. Elle ne pouvait pas l'aimer, c'était plus fort qu'elle. Tout avait commencé par le fait qu'elle s'avérait être sa sœur, mais également une haine physique et désormais concernant sa personnalité. Une envie de meurtre. Une envie si récurrente mais d'autant plus intense à cet instant précis.

-Mais tu sais quoi? Tu as été stupide de t'accrocher à l'espoir insignifiant qu'il vienne un jour à toi! Tu l'as toi-même dit, c'est un lâche! Et un lâche ne fait jamais machine arrière. Jamais. Mais toi bien ça dans ta petite caboche, Swan. Ignore-le. Peut-être as tu un beau-père ou un autre homme que tu considères comme ton père, je l'ignore! Mais si c'est le cas, accroche toi à cet homme qui sera très certainement le seul qui ne t'offrira jamais l'amour que ce traitre n'a jamais pu te donner.

Hésitation. Brouillard épais. Naïa ne savait plus quoi réellement penser de l'intention de son interlocutrice. Tantôt se montrait-elle insupportable et infecte, tantôt semblait-elle comprendre la situation et même adhérer aux dires de la rouge et or. Cependant, ses pensées ne se retrouvaient pas moins dépourvues de haine intense et de colère. Son jugement restait le même, identique.

-Certes, ce n'est pas de ma faute. Je suis peut être ta cadette mais je ne suis pas coupable. Tu voudrais ne pas me haïr? Oh si, ma très chère sœur, haïs-moi car pour ma part, je te hais. Alors ne cherche pas à me pardonner quoi ce que soit, ne cherche pas à apaiser ton cœur car maintenant, c'est trop tard. Tu ignores ce que tu viens de déclencher et ne compte pas sur moi pour te l'expliquer. Je t'ai prévenu et maintenant, tu vas en subir les conséquences.


Rire intense qu'elle tentait tant bien que mal de camoufler. "Tu vas en subir les conséquences". Phrase qu'elle trouvait particulièrement pathétique et bien humoristique. Était-elle humoriste? Et c'était elle qui devenait pathétique alors qu'elle même proférait des menaces stupides et tellement petites qu'elles étaient inefficaces? C'était le monde inverse.

Trouvant la situation particulièrement drôle, Naïa en déduit que les deux jeunes filles n'avaient plus rien à se dire, et que ce ne serait probablement pas les occasions qui manqueraient enfin que les deux jeunes filles créaient un contact afin d'envenimer davantage les faits déjà bien lugubres.

- Te haïr est si simple, c'est d'une facilité si infantile que j'en arrive même à te noyer dans une haine sans nom. Ne te souci pas pour mon cœur. Et je ne veux pas de tes explications inutiles.

S'avançant vers sa semblable avec un regard noir comme les ténèbres, elle conclut cet entretien de la façon qui lui correspondait le mieux, réadaptant ainsi son statut de garce approfondie :

-Ravie d'avoir pu semer le chaos dans ta misérable vie, d'avoir pu détruire ta tranquillité ainsi que ton quotidien. Enfin ce qu'il en restait puisque tu te trouvais déjà bien à un niveau exécrable. Ce fut un plaisir.

Offrant un large sourire hypocrite et spécifique aux garces, elle lâcha comme dernière déclaration avant de retourner dans le cœur de la fête :

-Au plaisir de te revoir détruite ma chère sœur.

________________Requiem for a Prophecy________________


Donnez moi un A !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Wood
Serdaigle-KilljoyavatarSerdaigle-Killjoy



MessageSujet: Re: Make some noise.   Sam 1 Déc - 15:40

La soirée devenait particulièrement différente de ce qu'il avait pu imaginé. Ayant de plus en plus chaud sans qu'il ne puisse trouver une raison valable, et surtout une solution à cette situation fortement déplaisante. Réflexion faite, il n'y avait aucune solution pour lutter contre la montée de l'alcool et l'assaut des drogues sur le cerveau et le comportement. L'unique solution était celle d'attendre, de patienter, et de savoir faire preuve de compréhension envers son corps qui jamais ne s'habitue à ce genre de situation. L'obligé à subir.

Abby venait alors de saisir, d’après ce qu'il lui semblait, la bouteille qu'il lui avait tendu, ce qui signifiait que celle-ci acceptait ce toast. Finissant la bouteille à moitié vide, désormais seule l'ivresse déjà présente pourrait les emporter au delà, plus d'alcool à disposition dans un champ de dix mètres. La solution restante était celle de retourner à cette fête remplit de personne comme eux, ou de s'abstenir. La seconde solution était moins plaisante ...

-Oui trinquons à notre couple fictif naissant. Je nous promet un bel avenir fictif ! A nous deux Jake d’amour !

*Oui monsieur le prêtre, unissez nous par les liens de l'alcool !*

Jake d'amour. Malgré l'alcool et la drogue qui coulait dans son sang, Jake restait tout de même assez conscient de ce qui se déroulait à l'instant précis, si bien qu'il plissa légèrement les sourcils. Son cœur qu'il pensait guéri, saignait de nouveau dans ce rêve aux allures de cauchemars par instant. C'était comme ça que la préfète adorée le nommait, plus exactement Jakinou d'amour. Être appelé de la sorte par une autre personne que sa meilleure amie lui procurait une drôle de sensation qui se fusionnait à l'ivresse de la fête.
Il ne fallut alors pas plus d'une minute pour que cette pensée furtive soit chassée entièrement de son esprit.

La suite des évènements fut d'autant plus étonnante. Abby qui quelques minutes plus tôt avait exprimé son accord, s'approcha alors dangereusement du jeune homme qui ne bougea pas d'un cil, tel un enfant en faute.
Ses lèvres frôlèrent les siennes, pour ensuite les livrer entièrement à l'autre. Abby venait de se pencher et de l'embrasser, et ce de son plein gré. Du moins, avec comme accessoire un alcool puissant.
Jake ne repoussa pas son amie, pour plusieurs raisons. Il n'avait aucune raison valable de briser ce contact, ce n'était pas déplaisant, et le cœur malade, il se devait de le soigner temporairement. Il fallait également l'avouer. Embrasser la petite amie d'un autre, et ainsi savoir que de la jalousie serait présente, s'avérait être une motivation comme une autre.

*Kiiiiiiiiissss meeeeee !*

Le baiser dura peut être une minute voir plus, mais le résultat était le même. Abby venait de rendre crédible leurs propos, et la peur semblait être absente. Ce baiser n'était pas désagréable, mais il n'était pas comme ceux qu'il avait connu. Faisant allusion à la serpentarde, il lui accordait une légère pensée furtive, beaucoup trop démuni de capacité pour penser à elle. Elle qui lui avait rendu le cœur incontrôlable.

*I kissed a girl, I liked it the taste of her cherry chapstick, I kissed a girl just to try it, I hope my boyfriend don't mind it, It felt so wrong, it felt so right, Don't mean I'm in love tonight, I kissed a girl I liked it, I liked it !*


Ces paroles résonnaient dans son esprit si bien qu'une envie irrésistible de chanter la chanson à voix haute le surprenait. Brisant enfin le contact physique, Jake ne put s'empêcher de sourire bêtement, tel un pauvre type hébété, pour ensuite saisir la main de la jeune fille et la faire tourner, comme pour la faire danser.

-"Us girls we are so magical
Soft skin, red lips, so kissable
Hard to resist so touchable
Too good to deny it
Ain't no big deal, it's innocent"


Sourire aux lèvres, un désir quelque peu surprenant venait d'être réalisé.

-Je crois que ... l'on devrait rentrer avant de ne réaliser des actes bien plus graves.

Il riait, mais au fond il n'avait pas tort. Ils étaient à la limite d'être ivre mort, et tout le monde savait que sous l'emprise de l'alcool les actes complétement irrationnels étaient souvent présents. Et la plupart du temps, ceux-ci s'avéraient être irréparables, gravés à jamais dans la roche. Jake se surprenait, il était dans un état déplorable mais faisait part d'une réflexion plus ou moins censée. Plus ou moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Make some noise.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Make some noise.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» And in the end, the love you take is equal to the love you make ✖ Diana Angelus Leroy
» you make me shine ▲ shane
» Rosemary > Can you make it feel like home ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem for a prophecy  :: Saison 1 :: Poudlard :: Extérieur-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit