Requiem for a prophecy

Forum RPG basé sur le dix-neuf ans plus tard de la saga Harry Potter
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Quoi de mieux que de se faire attendre ? [Perso/Amby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mathéo Moreno
SerpentardavatarSerpentard

MessageSujet: Quoi de mieux que de se faire attendre ? [Perso/Amby]   Mar 21 Aoû - 15:20



Amber et Mathéo.
© Never-Utopia







    Le jeune homme était assis sur son lit. Les cours étaient terminés et il était revenu dans le dortoir pour se préparer. Il avait encore une heure et demie voir deux heures avant que le repas ne commence. Sa tête se tenait entre ses mains comme s’il avait mal à la tête ou alors peut-être réfléchit-il. Peu importe, pas un chat dans la salle commune ni même dans le dortoir des garçons. A cette heure-ci, les gens étaient en train de faire leurs devoirs afin d’en être débarrassé quand viendrait l’heure du diner. Le Serpentard pourrait faire la même chose, mais il n’en avait pas envie et puis d’ailleurs, il avait quelque chose d’autre à faire maintenant. Et puis au pire il pourrait confier son travail à Constance De Harcourt. Elle se fera bien un plaisir à en faire un peu plus. Et puis quand Mathéo n’avait pas le temps, il lui confiait ses devoirs et il ne l’avait jamais vu refuser. Ce n’était pas aujourd’hui que ça allait commencer quand même. Bref, il savait qu’il devait se dépêcher. Il était déjà en retard. Il regarda rapidement sa montre. Dix-sept heures 40. Déjà dix minutes de retard et il ne semblait pas complètement pressé. En fait, il flippé un peu et retarder le moment où il devrait y aller en se cherchant des excuses.

    *Tu ne peux pas partir tant que tu ne t’es pas massé la cheville, tu risquerais de te la casser OU Non ça ne se fait pas d’arriver trop à l’heure, tu passeras pour un bizu OU Non coiffe toi encore les cheveux, ils ne sont pas tout à fait plat, la 50ème sera la bonne*

    Bref que des excuses plus ou moins intelligentes, plus ou moins censé. Mais bon vous vous demandez peut-être ce qui lui arrive au petit Mathéo. Et bien pour une personne normale, tout irait bien mais vous savez, c’est de Mathéo qu’on parle là. Ca faisait un moment qu’il n’avait pas passé un peu de temps avec Amber. C’était bizarre en ce moment. Elle disparaissait de la surface de Poudlard très souvent. Bon d’accord, elle y était toujours mais les deux jeunes se croisaient rarement. Le Serpentard ne disait rien. Il n’allait quand même pas la suivre pour être sûre qu’il ne se passe pas quelque chose d’étrange. Non il se demandait bien ce qui pouvait expliquer cette distance. Et Rebecca ne disait vraiment rien pour rassurer Mathéo. Non pire elle l’enfonçait, et c’était bien à cause du bourrage de crâne de cette fille que le jeune homme se mettait à douter, à stresser, et à devenir complètement parano.



    Flash Back

    Un matin à l’heure du petit déjeuner, dans la Grande Salle, au bout de la table des Serdaigles. Les deux jeunes mangeaient tranquillement quand Rebecca attaqua le sujet Amber. Bon Mathéo savait que quand on dérivait sur ce sujet, la Serdaigle n’était en général jamais très douce. Parfois elle était un peu cruel mais ça n’avait sans doute pas à voir avec la Préfète des Gryffondor. C’était plus le fait que O’Farell n’était pas souvent là, qu’elle faisait la grève du sexe à Tudor … Elle était donc un peu aigri. Et puis elle n’avait pas aimé que Mathéo lui dise qu’il ne coucherait pas avec elle maintenant. Surtout qu’elle ne comprenait pas vraiment car pour elle, les deux n’étaient pas vraiment ensemble. Bref, la princesse Rebecca n’aimait pas ne pas avoir ce qu’elle voulait.

    – Je pense savoir pourquoi elle t’évite !

    – On ne sait même pas si elle m’évite, c’est surement qu’un malentendu !

    – Elle en voit un autre en cachette.

    Rebecca avait de ses idées parfois quand même. Amber avait pleins d’amis garçons mais elle n’en voyait pas d’autre de la façon dont Rebecca pensait quand même. Son meilleur ami était Wood, cet espèce de débile. Non Mathéo n’appréciait pas vraiment cette fréquentation mais bon il ne pouvait rien dire quand même. Puis il savait qu’Amber n’aimait pas quand le jeune homme insultait Woody devant elle. Il voulait bien faire des efforts mais bon le Serdaigle était vraiment insupportable et Mathéo avait vraiment du mal parfois à l’apprécier. Comme Mathéo n’avait pas répondu à Rebecca, celle-ci revint à la charge. Visiblement elle était sûre de sa version.

    – Non je suis sérieuse Mathéo ! C’est peut-être le Serdaigle taré qui défend toujours sa pauvre sœur pitoyable. Non mieux c’est O’Farell ! Elle cache bien son jeu en faisant genre elle ne l’aime pas trop.

    N’importe quoi. Et puis O’Farell quoi. Bon d’accord c’était un beau goss mais c’était quand même tordu de faire semblant de détester quelqu’un alors que finalement on le voyait en cachette. Mais bon c’était vrai que ça faisait une bonne couverture quand même. Et voilà à cause de Rebecca, le jeune homme commençait à douter. Ce qui était totalement idiot et inutile. Après tout, Amber n’avait jamais fait quoi que ce soit qui puisse faire douter Mathéo. Mais d’un autre côté, c’était assez étrange comme comportement …

    *Tu deviens complètement parano Mathéo. Arrête de parler avec Rebecca, elle te pourrit l’esprit, sérieux !*

    Fin du Flash Back



    On est de retour dans le Dortoir de la salle commune des Serpentard. Mathéo est toujours assis sur son lit. Cinq minutes ont encore passé et pourtant il n’a pas bougé. Tranquille Emile. Et dire que tout ça était à cause de Rebecca. Si elle n’avait pas été là, il n’aurait certainement pas douté autant au point de rester là alors qu’il devrait aller la rejoindre. Bon un petit allé vers la salle de bain. On met un peu d’eau sur son visage et c’est parti. Bon maintenant qu’il s’était mis un peu d’eau sur lui, il en avait mis un sur ses cheveux aussi. Ah mince, il fallait les sécher maintenant puis les recoiffer une bonne dizaine de fois.

    *Non mais genre Mathéo, tu crois vraiment t’en tirer comme ça ! Tu t’en fous de tes cheveux mouillé, t’y vas comme ça*

    Bon le jeune homme sortit donc de la salle d’eau. Il n’avait plus vraiment d’excuses maintenant pour retarder encore l’heure de son arrivée auprès d’Amber. Oui ils s’étaient donné rendez-vous. Enfin c’était Mathéo qui lui avait rendez-vous et maintenant il n’était même pas capable d’y aller. Il craignait vraiment. Il se souvenait d’ailleurs du truc. Il lui avait fait passer un mot par Taylor où il lui disait de venir dans le parc près du Lac Noir vers 17h30 ce jour-ci. Mais il était 17h50 et … Non si ça se trouvait, elle en avait eu déjà marre et elle était rentrée plus en colère que jamais.

    *Oui c’est possible mais tu te bouges et tu vas minimum vérifier !*

    Bon, faut bien écouter pour une fois. Le jeune homme se leva donc et se dirigea vers la porte de sortie. Mais demi-tour, il avait oublié sa montre dans la salle d’eau. Quand il l’eut enfin récupérer et qu’il n’eut pas trouvé d’autres raisons de rester plus longtemps ici, il descendit dans la pièce principale de la Salle Commune. Il n’y avait pas de monde quand on y regardait de plus près. Un groupe de Sixième années était en train de regarder jouer deux de leurs amis, aux échecs version sorcier. Mathéo se rapprocha donc pour voir où ils en étaient.

    – Hey Moreno, ça te dit une partie contre moi après eux ? Je suis sûr de gagner haut la main !

    – Avec plaisir !

    *Non mais n’importe quoi, t’as la mémoire d’un petit écureuil tout rabougris ou quoi ! Tu vas la faire attendre combien de temps pour voir ta magnifique personne ?*

    Ah oui Amber. Non ça ne se faisait pas trop de la laisser comme ça surtout qu’il avait déjà vingt-cinq minutes de retard. Une seule partie ?

    *Non.*

    Une demi-partie ?

    *Non plus.*

    Bon Mathéo n’avait pas bien le choix. Et puis il fallait qu’il prenne son courage à deux mains et qu’il aille la voir. Après tout, il n’avait pas le droit de la laisser en plan alors que l’idée venait de lui. Oh et puis tout ça c’était de la faute à Rebecca. Si elle n’avait pas mis son grain de sel dedans, rien de tout ça ne serait jamais arrivé. Il n’aurait pas eu peur qu’elle voit quelqu’un en cachette et pourrait profiter de l’instant présent avec elle. Mais là non, il le savait dés qu’il serait avec elle, il se l’imaginerait avec quelqu’un d’autre et tout, et il ne pourrait pas lui parler ou la regarder comme il le fait d’habitude.

    – Bon en fait, ça ne va pas être possible. J’avais oublié mais j’ai un truc à faire, une prochaine foi mec.

    Lui annonça Mathéo tout en lui tapant dans la main. Il se dirigea enfin vers la porte et quitta la salle commune des Serpentard. Ce n’était pas trop tôt. Bon il avait mit une demi-heure pour sortir d’ici alors combien de temps lui faudrait-il encore avant d’arriver au petit coin du parc. Il monta les escaliers tout tranquillement.

    *Non surtout prends ton temps, après tout il n’y a rien qui presse …*

    Ouais mais bon ce n’était pas de sa faute s’il y avait plein d’attraction autour de lui au moment même où il devait aller voir Amber avec pleins de minutes de retard. Oh non, en plus Rebecca était dans le Hall. Il ne pourrait pas passer sans la croiser et si elle le tenait, tout allait être très mal et puis ça allait encore donner une raison à Mathéo d’être d’avantage en retard. Bon t’façon là ce ne serait pas de sa faute au pire. Rebecca allait venir le voir d’elle-même et le Serpentard n’avait rien fait pour ça. Il marcha discrètement mais une débile de Serdaigle à côté d’elle lui annonça qu’il y avait Mathéo qui passait.

    *Bitch va. Elle n’aurait pas pu se taire celle-là. Voilà encore une excuse pour te retarder.*

    – Alors tu vas voir ta préfète, fais gaffe, moi je te le dis. Puis il n’y a pas que moi à penser ce que je t’ai confié l’autre jour … Enfin c’est juste un conseil …

    Annonça t-elle avec son petit sourire avant de repartir voir sa copine. On dirait que cette situation lui faisait même plaisir. Rebecca était au courant de toutes les petites histoires de Poudlard alors Mathéo commençait à douter. Disait-elle vraiment faux ? Purée, il n’allait vraiment pas s’y retrouver. Et puis pourquoi dirait-elle des idioties ?

    *Je ne sais pas du tout. C’est vrai que Rebecca est un véritable ange. Elle est très loin d’être machiavélique ou manipulatrice …*

    Bref, oublions un peu Rebecca. Il fallait aller au Parc avant qu’il ne soit trop tard quand même. Le jeune homme sortit et sentit une douce brise lui caresser le visage. C’était très agréable. L’air pur faisait tellement de bien. Le jeune homme commença à avancer doucement, très doucement. Oui c’est que maintenant qu’il avait plus de 35 minutes de retard, une minute de plus ou de moins, ça ne changeait plus grand-chose maintenant. Le jeune homme espérait néanmoins qu’elle ne soit pas trop violente. Mais bon, quand même. Puis, elle ne lui avait presque rien dit la fois de l’incident en cours de Soins aux bestioles alors là, là situation était moins grave donc elle s’énerverait sans doute moins. Enfin avec un peu de chance. Il avait l’impression de marcher super vite pourtant il allait vraiment à deux à l’heure. Son cœur battait de plus en plus fort et de plus en plus vite. Peut-être valait-il mieux aller à l’infirmerie pour s’assurer qu’il ne ferait pas une crise cardiaque.

    *Mais bien sûr, mais t’as complètement raison quoi ! Et ce sera quoi ta prochaine excuse ?*

    Bon d’accord. Le jeune homme continuait donc son chemin. Voilà il y était presque. Elle était dos à lui et ne pouvait donc pas le voir arriver. Mathéo se demandait dans quel était d’esprit elle était. Allait-elle le tuer ? Non quand même pas. Bon là il hésitait à faire un bruit. Bon il n’allait pas rester planter là, il devrait lui montrer sa présence d’une seconde à l’autre. Inspiration. Expiration. C’est parti. Il avança donc à son niveau de façon qu’elle le voit puis tout en regardant le sol lui annonça.

    – Euh Salut. Je suis un petit peu en retard désolé.

    *Un petit peu en retard ? T’arrives plus de 40 minutes après l’heure et tu dis que tu es seulement un peu en retard ! Tu cherches à être drôle ou à te recevoir une baffe ?*

    – Euh … Ca va sinon ? Tu … n’as pas trop attendu ?

    *Maintenant tais toi et laisse la parler avant de t’enterrer toi-même !*



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Fiamata Dia Capulet
Gryffondor-KilljoyavatarGryffondor-Killjoy

MessageSujet: Re: Quoi de mieux que de se faire attendre ? [Perso/Amby]   Ven 24 Aoû - 15:32

Dix sept heures moins le quart. Il était temps pour Amber de quitter la bibliothèque. Rangeant soigneusement ses livres, elle sortit toute joyeuse, souriante avec l’insouciance et l’impatience d’une jeune fille à qui l’on semblait avoir promis un présent. Mais en cette fin d’après midi, c’était plutôt une personne pour la Préfète. Tout en montant les escaliers, elle tenait fermement entre ses mains son précieux mot. Celui que Léna lui avait fait parvenir de la part de Mathéo. Amber n’avait pas d’ailleurs compris pourquoi il n’était pas venu lui-même à elle, mais peu importe. Voir le visage souriant de sa camarade lui fit bien plaisir. Ce fut donc avec un immense ravissement qu’elle reçut le petit mot qui bien entendu comportait un rendez-vous fixé à une heure. Dix-sept heure trente.

Arrivée dans son dortoir, la jeune fille se débarrassa de son uniforme pour enfiler une tenue plus confortable. Une robe de soie ni trop courte ni trop longue. C’était une toilette claire qu’elle aimait mettre pour se promener lors de fin de soirée douce. Comme à l’accoutumée, elle laissa détacher ses longs cheveux, leur ajoutant un ruban pour l’entourer autour de sa chevelure. Ecarlate avec les bordures du ruban or. Une petite touche gryffy pour rappeler sa maison qui lui donnait un petit air de poupée.
Elle s’était donnée assez de temps pour se préparer, peut-être même un peu trop en fait… Mais bon c’était une fille après tout. Bref elle passa plusieurs minutes à se regarder, arranger sa coiffure, ses mèches rebelles, reprendre son peigne, se recoiffer à nouveau devant sa coiffeuse. Quand elle se décida enfin à quitter son miroir, elle jeta un coup d’œil sur sa table de chevet mais ne trouva pas ce qu’elle voulait voir.


*Hermia…*

Regard tourné sur le lit de sa soeurette. Comme toujours et sans grande surprise, la petite avait profité de l’absence de son ainée pour lui piquer son flacon de parfum à la cerise. Soupirant gaiement, elle récupéra son bien et s’en aspergea un peu et bien modérément avant d’inspecter une dernière fois son reflet et de quitter les lieux. Amber ne voulait pas arriver en retard. Elle était très pointilleuse quand il s’agissait d’être à l’heure. Que ce soit en cours ou à un rendez-vous. Bien sûr il lui arrivait d’être en retard comme tout le monde, mais ça restait assez rare.

Sortant de l’enceinte du château, la demoiselle parcourait les allées verdoyantes du parc pour rejoindre le Lac Noir. Il y avait encore foule en cette apaisante fin de journée. Les élèves se retrouvaient à l’extérieur pour profiter des rayons de soleil de mai avant son coucher imminent. Toujours plus attrayant que d’aller réviser évidemment et c’était normal. Enfin à dix-sept heures trente il faisait encore bien jour. L’astre de feu brulait encore d’une belle ardeur, reflétant ses lueurs mordorées sur le sombre lac tel des myriades de diamants insaisissables. Enfin elle déduisait qu’elle était arrivée à l’heure… Elle avait oublié sa montre. Un spectacle toujours aussi magnifique à admirer dont on ne pouvait difficilement se lasser.
Mais à première vue, le jeune homme ne semblait pas être encore là. Haussant légèrement les épaules, Amber en déduisit qu’elle était surement arrivée à l’avance. Et puis comme elle n’avait pas sa montre elle ne pouvait pas vérifier. Enfin, il n’allait pas tarder à venir normalement. Donc elle ne s’inquiéta pas.
La Préfète décida de s’installer aisément sur un rocher en attendant l’arrivée de Mathéo. Un petit temps de solitude pour respirer l’air tiède et agréable, et laisser ses cheveux virevoltés par la douce puissance du vent. Une chose qui ne la déplaisait pas pour le moment. Le silence apaisant de cette nature qui doucement s’endormait, était parfois entrecoupés pas les rires, cris et bavardages incessants de jeunes passants, mais elle ne les écoutait pas. Elle s’abandonnait lentement dans cette univers calme et harmonieux de ce paysage qu’elle trouvait féérique.

Jusqu’à ce qu’elle réalise que sa présence dans le parc n’était pas pour admirer la verdure. Les lieux étaient certes d’une beauté saisissante pour elle, mais elle était ici pour autre chose ! Depuis combien de temps attendait-elle ? Mais que faisait-il ? [/i]

*Il est bien long…*

Premier signe d’une attente qui s’allongeait chez la jeune fille : ses jambes qui se balançaient dans les airs lorsqu’elle était assise. Il ne l’avait pas oublié tout de même ? Non, ça n’était pas possible… Elle se l’interdisait de le peser. Sans doute avait-il eu un imprévu de dernière minute et qu’il allait bientôt arriver. Se rassurant par ses propres pensées, Amber se mit à écouter les yeux fermés face au soleil le chant mélodieux des quelques oiseaux posés sur les arbres non loin d’elle.

-Tiens, mais ne serait-ce pas là ma Préfète préférée ! claironna une voix derrière elle.
Ouvrant et levant les yeux au ciel dans un signe d’espoir tombé à l’eau, Amber tourna lentement son regard ennuyé vers son interlocuteur.


-Kieran… Je ne pense pas être ta Préfète préférée…

-C’est vrai, acquiesça le jeune homme amusé. Pour moi ce serait plutôt Rebecca en fait.

-Qu’est-ce que tu veux ? demanda-t-elle froidement sans lui accorder un autre regard.

-Oh la douce Amber semble être de mauvaise humeur. Et je crois savoir pourquoi… Enfin je pense deviner. Attends ne dis rien, déclara Kieran en posant son doigt sur les lèvres de son homologue pour l’empêcher de répliquer. Tu attends quelqu’un n’est-ce pas ? Et d’après ton regard désespéré il s’agit de ..

-Mais je n’ai pas…

-Mathéo !
coupa-t-il triomphant. Inutile de l’attendre plus longtemps. Je me doutais bien que t’étais là à attendre. Mais en fait il est avec Becca là. Tu sais cette superbe Préfète contre qui tu ne fais pas le poids.

La demoiselle tenta alors de lui administrer une correction, qu’il parvint à éviter adroitement. Le Préfèt semblait s’amuser de la situation contrairement à sa camarade.

-Bon, je vais te laisser avant que tu n’enrages. Mais comme je te l’ai dis, à ta place, je m’en irai sagement… réviser par exemple ! tonna-t-il avant de s’en aller bien heureux d’avoir énervé la rouge et or.

Agacé par les propos du jeune homme, Amber descendit de son rocher pour se rapprocher du lac et extérioriser sa soudaine colère en balançant quelques cailloux dans le lac.

*Je vais finir par la detester vraiment cette Rebecca !*

Oui mais après tout… Peut-être avait-il dit cela simplement pour la faire enrager. Oui mais alors pourquoi Mathéo était-il en retard ? Elle l’attendait depuis au moins une demi-heure au moins. Amber avait beau être patiente, il y avait des limites. Quand on donnait un rendez-vous à quelqu’un, on devait s’y tenir, surtout lorsqu’on donnait une heure. Pour la jeune fille c’était comme une promesse… Et s’il était vraiment avec la Serdaigle ? Mais cela voudrait dire qu’il se moque complètement d’elle ! Non. Elle ne devait pas penser cela. Et pourtant…

Oh j’en ai assez ! s’exclama-t-elle en s’élançant gracieusement dans les airs pour se mettre à faire quelques figures de danse classique.

Combien de temps allait-elle encore attendre ? La patience était une vertu qu’il fallait apprendre et expérimenter… Oui mais là la demoiselle commençait à trouver le temps bien trop long ! Et vertu ou non, l’envie de patienter encore ne l’enchantait guère.
Elle attendit encore dix minutes de plus quand lasser de s’occuper à faire passer le temps en dansant, elle finit par hésiter à rentrer au château et vérifier par elle-même les dires de son homologue vert et argent. Amber se retourna pour rebrousser chemin quand, deviner qui elle aperçut ? Mathéo qui marchait vers le lac le plus normalement du monde et aussi lentement qu’une tortue…
La Préfète se retourna alors rapidement, face au lac, bras croisés, en essayant tant bien que mal d’être le plus calme possible. Bien qu’elle bouillonnait à l’intérieur.


*Il a intérêt à avoir une excuse qui tient la route… Ce n’est pas galant de faire attendre aussi longtemps quelqu’un et de la faire espérer et s’inquiéter.*


Les bruits de pas s’accentuaient de plus en plus derrière elle. Et malgré sa colère, son cœur inconsciemment ne pouvait s’empêcher de battre avec ardeur. Elle ne voulait pas se retourner cependant. Feignant de ne pas avoir remarqué son arrivée, elle attendait que ce soit lui qui se mette en face ou à côté d’elle pour lui parler. Mais le jeune homme évitait son regard, pas étonnant en même tant, et n’osait l’affronter face à face. Comme toujours ses yeux étaient magnétiquement collés au sol…

-Euh… Salut. Je suis un peu en retard désolé.

Tu tu tu… Son excuse, elle l’attendait oui. Mais là, jamais elle ne s’était sentie aussi indignée par de tels propos. Alors il était juste « un peu » en retard !

*Non mais je rêve !? Est-ce qu’il essaierait de faire encore de l’humour ? Parce que si c’est le cas j’espère qu’il a autre chose à me dire… Ou je vais…*

-Euh… Ca va ? Tu… n’as pas trop attendu ?

Non, il fallait vraiment qu’il répète là. Amber croyait avoir mal entendu, ce n’était pas possible. Mathéo avait osé lui demandé si elle n’avait pas trop attendu. Mais bon sang, il était vraiment… Elle ne savait même plus comment réagir ni quoi penser. Elle resta figé, les yeux grands ouverts, la bouche légèrement entrouverte, réfléchissant à ce qu’elle devait bien répondre. Première solution, lui dire qu’elle avait passé un agréable moment en compagnie de cette vue imprenable et des gazouillis des oiseaux. N’importe quoi, jamais ! Deuxième solution, lui hurler dessus en le traitant de parfait idiot et le laisser sur place, seul. Pourquoi pas… Mais alors elle ne le reverrait pas de sitôt après… Troisième solution, le gifler et lui reprocher de l’avoir fait attendre plus de quarante minute. Bref des milliers de réponses se bousculaient dans sa tête.

Finalement, elle opta pour une toute autre réaction. La Préfète, suite au silence presque écrasant qui s’installa entre eux, lui administra une belle gifle, soudainement prise par un excès de mauvaise humeur. Une lueur furieuse mêlée de déception enflammait l’ambre de ses yeux. Tant pis si il allait mal prendre cette claque.


-Je suis désolée Mathéo... C’est parti tout seul. Mais tu l’as bien mérité et ne prétend pas le contraire, lâcha pour finir Amber.

Soudain elle se rendit compte qu’elle avait à faire au garçon le plus susceptible qu’elle connaissait. Sans aucun doute qu’il n’allait pas apprécier cette correction, mais il l’avait bien cherché !
Replaçant son ruban dans ses cheveux emmêlé sans qu’elle ne se soucie de son apparence après avoir tant danser, elle reprit place sur son rocher. Sans oser le regarder à son tour.


-Pourquoi m’as-tu fait venir ici et attendre aussi longtemps si c’était venir que maintenant ? Tu étais collé ou… ? demanda-t-elle calmement. Et n’essaye pas de me mentir, tu détestes autant que moi les mensonges, non ?

Peut-être que ça n’était pas si grave après tout, mais les paroles d’O’Farrell raisonnaient encore dans sa tête. D’autant plus que les excuses rapides de Mathéo ne la rassuraient pas du tout. Et ces longues minutes d’attente n’avaient fait qu’accentuer ses doutes. Voilà qu’elle appréhendait la réponse du jeune homme maintenant…

________________Requiem for a Prophecy________________


Jake&Amby <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathéo Moreno
SerpentardavatarSerpentard

MessageSujet: Re: Quoi de mieux que de se faire attendre ? [Perso/Amby]   Ven 24 Aoû - 18:38





    Mathéo n’était plus très sur que ce soit une bonne idée. Mais maintenant qu’il était à cinquante centimètres d’elle, il ne pouvait évidemment pas faire demi-tour. Mais pourtant, il y avait une petite voix dans sa tête qui lui disait de partir, de courir loin d’ici. Le jeune homme ne savait pas très bien ce qui se passait en ce moment entre lui et Amber mais ce n’était pas comme d’habitude en tout cas. Ils étaient distants mutuellement et cela commençait à devenir pesant. Et puis Rebecca et les rumeurs qui venaient en rajouter une couche. Non, Mathéo en avait assez de tout ça. Tout se passait bien quand ils étaient que tout les deux à mille lieux des autres et de leurs conversations stupides mais dés qu’ils étaient à nouveau entourés de gens, c’était là que ça devenait plus qu’étrange. Le Serpentard ne savait pas quoi faire. Plus le temps passait, plus il s’était dit que c’était une mauvaise idée de donner rendez-vous à Amber.

    Il ne l’avait même pas fait lui-même, il avait préféré demander à Léna de lui remettre un mot, ça en disait long sur leur relation du moment. Mais peut-être que la préfète des Gryffondor ne voyait pas la chose de la même façon. Peut-être ne lui avait-elle rien dit pour le moment car elle trouvait qu’il n’y avait aucun problème. Mathéo ne savait pas exactement ce qui n’allait pas, mais quelque chose déraillait, il fallait en être sur. Mais il n’avait pas vraiment envie de faire face aux problèmes. Il en avait suffisamment en ce moment pour ne pas s’en rajouter. C’était d’ailleurs pour ça qu’il avait hésité à venir. En tout cas, le jeune homme avait une appréhension. Il avait la sensation que l’entrevue ne serait pas remplie d’amour et de tendresse.

    Il fit un pas, puis deux. Mais non, il avait toujours cette boule au ventre. Ce n’était pas la même que d’habitude d’ailleurs. Normalement quand il venait voir Amber, il était tout excité et appréhendait un peu en même temps. Mais c’était différent, ce n’était pas de l’excitation qu’il ressentait. Et si à ce moment précis, il avait pu se trouver ailleurs, il aurait sans doute préféré. Voilà il avait fait un pas, il était maintenant devant elle, lui demandant si elle n’avait pas trop attendu. Oui c’était des paroles stupides. Il en avait totalement conscience mais à part ça il ne savait pas quoi dire. Donc il disait des paroles avides de sens. Amber ne devait pas être particulièrement joyeuse de l’avoir attendu plus de quarante minutes alors que c’était lui qui l’avait invité. Mais de toute façon, maintenant c’était fait. Il ne pouvait pas revenir en arrière.

    Elle semblait rester bouche-bée devant ses paroles. Mathéo doutait que ce soit un bon signe. En général, la préfète répondait au quart-de-tour. Elle avait le sang-chaud et ne restait pas comme ça. Mathéo avait relevait la tête pour la regarder. Son regard était neutre, impassible, comme s’il ne voulait pas montrer ce qu’il ressentait. Non s’il avait montré ses sentiments, peut-être aurait-il été froid. Il valait mieux qu’il reste neutre pour ne pas aggraver la situation. Mais c’était elle qui avait visiblement décidé de l’envenimer de son propre-chef. Elle était en colère et même si elle essayait de l’étouffer, ça se voyait.

    *Surtout tu te tais Mathéo, fais rien qui pourrait compromettre ta relation avec elle. Garde ton calme même si elle s’énerve.*

    Facile à dire franchement. Si, la jeune fille commençait à lui jeter à la figure toute sorte de reproche, il doutait pouvoir rester longtemps sans rien dire. Bref, il fallait arrêter de réfléchir aux possibilités de réaction de la Rouge et Ors. Elle réagirait de toute façon et c’était vraiment impossible à prévoir. Les Gryffondor étaient tarée d’ailleurs. Ils avaient toujours des réactions trop étranges. Bon donc quittons le cerveau de Mathéo et revenons à la scène d’Amber en colère sur le point de l’extérioriser.

    Un silence écrasant avait démarré. Qui allait donc le briser ? Certainement pas Mathéo qui était buté et attendait que la jeune fille se manifeste d’une quelconque façon. Finalement elle le gifla. Drôle façon de briser le silence. Dans ses yeux, on voyait de la colère. Mathéo se tenait la joue. Pas que sa « force » lui ait fait mal mais il ne pensait pas qu’elle lui en aurait mis une. Il la regardait avec de la surprise dans ses yeux. Non vraiment cette gifle, il l’avait assez mal pris. Il ne fallait pas qu’elle s’attende à qu’il soit tout mielleux, tout gentil par la suite, sinon elle serait bien déçu.

    *Reste calme. C’est un malentendu. Y’a du vent, avec l’attractivité terrestre, la gravitation mélangé à la brise, ça a fait une sorte de réaction chimique qui a fait levé sa main pour venir s’échouer sur ta joue. Rien de grave. Comme tu vois j’avais une très bonne explication.*

    Elle l’avait fait en pleine conscience de choses. Peut-être qu’elle ne le connaissait pas tellement au fond. Pourtant ça faisait un moment qu’ils se côtoyaient dans les bons comme dans les mauvais jours et pourtant elle ne semblait toujours pas connaître certains points de sa personnalité. Franchement si c’était pour se prendre une baffe, le jeune homme aurait du rester sur sa première idée de ne pas y aller du tout. Elle lui en aurait tout autant voulu mais au moins, il aurait évité la claque humiliante.

    – Je suis désolée Mathéo... C’est parti tout seul. Mais tu l’as bien mérité et ne prétend pas le contraire

    Mathéo leva les yeux au ciel. Il essayait tant bien que mal de se contenir mais on ne pouvait pas vraiment dire que la jeune fille lui facilitait la tâche. Encore heureux qu’elle était désolé. Et puis des reproches ou un petit mot aurait été amplement suffisant pour le « punir » de son retard. La baffe était peut-être un peu exagérée. Mais il n’allait rien dire, sinon il allait se prendre une pluie de reproche encore. Non là, le jeune homme n’était vraiment pas de bonne humeur. Au contraire, Amber faisait de sa fin de journée un moment loin d’être tranquille et sympathique. Le jeune homme soutenait son regard. Ce n’était pas lui qui allait lâcher le premier. Dire qu’il était venu pour ne pas toucher sa susceptibilité. Mais il était vraiment trop débile.

    *Arrête un peu. Elle t’en a mis une, tu ne vas pas lui en vouloir toute ta vie quand même.*

    Non non pas toute sa vie, une durée indéterminée pour l’instant mais assez conséquente. Finalement elle alla s’assoir sur un rocher. Voilà c’était donc tout ? Elle le giflait. S’excusait à moitié et se barrait. Génial, l’entrevue allait surement être longue dans ce cas ou alors courte s’il décidait de se barrer maintenant. Elle en avait profité pour se recoiffer également. Bref.

    *Va la voir, excuse-toi !*

    Bien sûr, pourquoi pas ramper et lui lécher les pieds tant qu’on y était. Et puis il s’était déjà excusé en arrivant, il n’allait certainement pas renouveler l’expérience pour s’en reprendre une belle. Bon il n’allait pas rester dans son coin tout seul et s’avança donc vers le rocher où était Amber. N’empêche il se trouvait très patient ce soir, parce qu’à l’ordinaire, il serait partit pour moins que ça. Elle avait de la chance de compter pour lui. Mais il était quand même inutile d’en profiter.

    – Pourquoi m’as-tu fait venir ici et attendre aussi longtemps si c’était venir que maintenant ? Tu étais collé ou… ? Et n’essaye pas de me mentir, tu détestes autant que moi les mensonges, non ?

    Sa voix s’était radoucit mais tout de suite après elle lui donnait ce qui ressemblait à un ordre. Ne ment pas. Bref, une petite expiration pour contrôler son mauvais caractère et réussir à assembler des mots pour faire une phrase convenable et un minimum polie.

    – J’aurais peut-être pas du te faire venir.

    Annonça t-il d’une voix froide. Ca allait peut-être la vexer. Plus surement que peut-être d’ailleurs mais tant pis. C’était elle d’ailleurs qui avait demandé d’être honnête alors il ne faudrait pas qu’elle se plaigne ensuite. Il n’était pas très gentil là. Mais elle l’avait vexé alors cela n’allait sans doute pas aller en s’arrangeant. C’était idiot. Parce qu’Amber était quand même l’une des meilleures choses qui lui était arrivé cette année.

    *A croire que ça t’fais chier le bonheur. Et dire que tout ça, c’est à cause de la Pouf. Sérieux coupe les ponts avec cette garce, on va te perdre à force.*

    Ouais Rebecca. Elle avait ses défauts mais c’était quand même quelqu’un de bien. Ca devait souler Amber aussi qu’il soit bien ami avec elle. Mais bon, lui non plus n’aimait pas son meilleur ami donc … Non le pire pour la Gryffondor, c’était que Mathéo pouvait trouver toutes les excuses du monde pour défendre Rebecca alors qu’elle lui faisait quand même des crasses parfois. Mais bon, la Serdaigle était une amie et on ne lâchait pas les amis comme ça. S’ils étaient devenus amis, ce n’était sans doute pas pour rien.
    Mathéo détestait bien le fait qu’Amber passe autant de temps avec cet idiot de Woody mais il ne lui reprochait pas sans cesse. Il devrait peut-être. Non ce serait méchant. Après tout, il n’avait pas le droit de lui dire qui elle avait le droit de fréquenter ou non, à point c’est tout.
    Bon elle voulait de l’honnêteté. Parfait.

    *Oui mais raconte l’histoire bien s’teuplait.*

    – J’étais dans ma chambre puis je suis descendu pour venir et j’ai croisé Rebecca en chemin. Et voilà.

    *Comme tu l’as dit, on dirait que tu te l’ait tapé. T’es con ou quoi ? Elle va croire que t’as fait ça pendant les quarante minutes où tu n’étais pas là.*

    – On a juste parlé.

    *Ouais ça fait encore plus suspect que t’es marqué un blanc pour dire ça. Faut refaire toute ton éducation mon pauvre.*

    – Et puis j’en peux plus. J’en ai marre de m’inquiéter toujours pour toi quand je te vois pas où que j’ai pas de tes nouvelles. J’ai pas envie de flipper à chaque fois que Rebecca me dis que tu pourrais potentiellement avoir un gars en vue parmi tout ceux que tu côtoies.

    *Mais tais-toi. Mais qu’est-ce que tu raconte pauvre débile. C’est toi le Bisounours atrophié des neurones pour une fois.*

    – Pis j’en ai marre que tu me foutes des baffes aussi ! Je suis arrivé en retard, je me suis excusé, c’est bon quoi. Faut pas exagérer quand même.

    *Et l’oscar de la débilité est attribué à …*

    – Tu t’excites pour rien aussi là.

    *Il n’y a vraiment plus de mots pour dire à quel point tu m’exaspère sérieux. Mais mon pauvre quoi, tout à l’heure elle te claquait parce que t’était en retard mais avec de telles conneries, elle va t’assassiner, je t’assure.*


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Fiamata Dia Capulet
Gryffondor-KilljoyavatarGryffondor-Killjoy

MessageSujet: Re: Quoi de mieux que de se faire attendre ? [Perso/Amby]   Sam 25 Aoû - 16:31

Il y avait de ces jours où tout semblait se retourner contre vous.... Et pour la jeune fille il s'agissait bien de ces jours malheureux. Et tout cela par sa faute. Mais non! C'était de sa faute à lui. S’il ne l'avait pas fait attendre si longtemps elle ne l'aurait probablement pas giflé c'était logique. Comment ça allait finir à présent? Ce dont la demoiselle pouvait être sûr, c'était que leur "rendez-vous" - si l'on pouvait le qualifier comme ceci maintenant- n'allait pas du tout se finir dans la joie et la bonne humeur.

A la réception de la gifle d'Amber, obligatoirement sous l'effet de la surprise, Mathéo porta sa main sur sa joue. Son regard étonné face à cette réaction qui ne ressemblait pas à la Préfète. Bon certes, elle était batteuse au Quidditch mais pas au point de l'avoir claquer pour qu'il ne s'en remette pas. C'était une petite gifle sous le coup de la colère...
Elle n'avait pas envie de ressentir de remords. Elle se l'interdisait. Ce qui était fait, était fait. Inutile de se ressasser un acte passé en se culpabilisant quand ca n'était point nécessaire. Oui Mathéo était probablement vexé, peut-être ou c'était sur qu'il allait lui en vouloir, qu'il n'allait pas lui jeter des fleurs, mais Amber devait ne s'en prendre qu'à elle-même. Après tout elle aurait pu y réfléchir à deux fois avant de lui administrer cette claque. Elle aurait pu réaliser qu'elle connaissait un minimum bien Mathéo pour savoir qu'il allait surement l'envoyer sur les roses après ça. Quoique sur les épines seraient plus appropriées.

Maintenant le retour en arrière n'existait pas. Amber devait accepter sa réponse, quand bien même elle serait dure. Cependant, elle se garderait bien de ne pas enfouir ses pensées si le jeune homme la provoquait. Etrange dans des moments pareils de s'imaginer qu'elle l'aimait...

Silence cathédrale. Mathéo expirait. Il s'était rapprocher d'elle pour pouvoir mieux l'engueuler peut-être... Amber le regardait aussi impassible qu'il semblait l'être.

Attendant nerveusement, sa réponse.


-Je n'aurai peut-être pas du te faire venir, finit-il par prononcer.

Ses quelques paroles eurent l'effet d'un millier de lames. Comment pouvait-il dire une chose aussi dure? Sur le visage de Mathéo luisait un regard glacial, aussi glacial que furent ces mots. Montrant une expression de colère difficile à garder. Elle n'arrivait même plus à répondre ou rétorquer quoi que ce soit tant elle avait l'affreux sentiment de le détester sur le coup.

Il n'avait d'ailleurs pas achever son discours.


-J'étais dans ma chambre puis je suis descendu pour venir et j'ai croisé Rebecca en chemin. Voila.

Une chose. Un seul mot qu'elle aurait préféré ne pas entendre. Le sien. Rebecca. Et les paroles de Kieran juste avant que Mathéo n'arrive lui revinrent alors, hantant ses pensées comme un cauchemar. Pourquoi elle? Son homologue Préfet avait donc dit la vérité?

*Non je ne veux pas le croire, je ne peux pas le croire. Pourtant il le dit lui même Amber... Tais-toi je ne veux plus t'entendre!*

-On a juste parlé.

Parler... Parler. Pourquoi ce temps de pause? Ce semblant d'hésitation apparente. Comme s'il voulait cacher quelque chose. Ou peut-être se faisait-elle des idées ! Kieran était doué pour exaspérer Amber, c'était un passe-temps pour lui dès qu'il apercevait la Préfète. Et puis il sous-entendait des évènements qui n'avaient sans doute pas eu lieu. Mathéo le disait lui-même, ils ont juste parlé... Parlé, pendant plus de quarante minutes ? Alors que le jeune homme savait qu'il lui avait donné rendez-vous. Mais qu'est-ce que cette Rebecca pouvait bien avoir pour qu'il soit resté aussi longtemps à lui faire simplement la conversation? Jusqu'à arriver en retard auprès d'Amber...

La rouge et or voulait dire quelque chose, mais Mathéo n'avait pas l'air d'avoir terminé.


-Et puis j'en peux plus.

Amber ouvrit de grands yeux surpris. C'était-il lasser de la jeune fille? Une crainte s'anima en elle. Que voulait-il dire?

*En peux plus de quoi? Mais parle! *

-J'en ai marre de m'inquiéter toujours pour toi quand je ne te vois pas ou que je n’ai pas de tes nouvelles.

En tant normal, ce qu'il venait de dire l'aurait profondément touché. Mais la tension qui régnait l'en empêchait. Et s'il avait déclaré cela c'était qu'il avait autre chose à ajouter, une raison pour avoir dit cela.
Un sentiment de culpabilité la rongeait au fur et à mesure. Amber s'en voulait. Elle était l'unique fautive de ce qu'il lui disait. Depuis la mort de Dimitri, elle l'avait volontairement évité plusieurs fois.[/i]

De peur qu'il ne se doute de quelque chose tant il était impossible pour elle d'enfouir sa profonde tristesse. Ineffable souvenir qui peinait toujours à cicatriser et qui le serait toujours. Seulement grâce au soutien de Klaus a qui elle s'était bien gardée de se confier et au retour salvateur de son meilleur ami, elle avait réussi à retrouver son sourire et sa bonne humeur naturelle. Bien que le passé la rattrape souvent, Amber avait su tenir le coup et redevenir peu à peu elle-même.
Voila pourquoi elle l'évitait! Comment pouvait-elle ne pas désirer lui parler? Tant de fois elle aurait voulu l'accoster mais son cœur encore trop fragilisé craignait de la trahir. Et elle ne comptait pas lui confier ce qui la tourmentait. Elle ne voulait pas qu'il s'effraie, le décevoir et décide de ne plus la voir... [/i]

-J'ai pas envie de flipper à chaque fois que Rebecca me dis que tu pourrais potentiellement avoir un gars en vue parmi ceux que tu côtoies.

*Pardon?*

Bonté divine encore elle! Toujours elle! Mais bon sang, c'était comme ci tout le château tournait autour d'elle! Comme si elle régnait sur Poudlard, manipulant avec brio toutes les personnes qu'elle souhait sans difficulté. Voilà maintenant que Mathéo la croyait, s'imaginant qu'Amber en voyait un autre que lui... Évidemment qu'elle s'entendait plutôt bien avec plusieurs jeunes hommes.
Jake c'était normal, il s'agissait de son meilleur ami depuis leur enfance.
Klaus, Préfet avec elle, il était donc logique qu'ils se côtoyaient souvent et s'étaient liés d'amitié mais pas au point qu'elle le "voit"! D'autant plus qu'elle savait pertinemment qu'il était avec Ruth, peu importe si ca n'allait guère entre les deux gryffys ces derniers temps, elle n'allait pas non plus en profiter! Et quand bien même elle ne voyait plus Mathéo, ça n'était pas une raison. Ruth était son amie, elle l'adorait, et l'idée de la trahir ne lui avait jamais effleuré l'esprit une seule seconde.
Aaron était pour elle un grand ami sur qui elle pouvait très souvent compté vu qu'ils étaient de la même maison. Il n'y avait rien de plus.
Quand à Kieran... Même pas en rêve. Il était peut-être beau, attirant, certes il avait des atouts qui l’avantageaient, mais son caractère insupportable exaspérait bien trop la jeune fille pour qu'elle s'intéresse à lui. D'ailleurs les seules fois où elle devait supporter sa présence c'était quand il se servait d'elle pour voisine de cours ou pour l'énerver quand elle était seule... Comme tout à l'heure.
Bref il n'y avait toujours eu que Mathéo depuis mais ce dernier était bien trop attardé pour le réaliser... Et à moins qu'elle le lui hurle-ce qu'elle ne ferait surement jamais- il ne comprendrait jamais.[/i]

*J'suis censée dire quoi maintenant?*

Une chose était sure, ca lui faisait quand même plaisir de savoir qu'il s'inquiétait pour elle. L'intérêt qu'il lui portait c'était peut-être agrandi...

Amber s'apprêtait à se défendre mais le jeune homme ne semblait pas en avoir fini:


-Et pis j'en ai marre que tu me foutes des baffes aussi!

*Que... Quoiiii? Mais c'est la première fois que je le... Io est fou!*

-...Je suis arrivé en retard, je me suis excusé, c'est bon quoi.

*Oui mais ton excuse... Puis Rebecca... C'est un peu trop. Je déteste cette fille. Tiens, moi, qui croyait que t'aimais tout le monde. Ne dis pas de sottises, je ne suis pas Dieu non plus! Et je déteste pleins de personne. Ah bon, qui? Les Mangemorts.Je vois. Sauf Alice...*

-Tu t'excite pour rien là.

Le calme apparent de la Préfète s'éteignit aussitôt. Elle avait réussi à se contenir depuis qu'il parlait, mais là, c'était trop! Son irritation se répandit en elle et l'embrasa d'un feu frappant, dans son cœur, à l'intérieur de son esprit, c'était l'horreur. Outrée, elle était outrée, abasourdie, perdue.

Excitée. Il venait de lui dire qu'elle était excitée!


Pour parler de tact, il n'en manquait pas. N'importe quoi. Elle aurait compris qu'il lui dise ca si elle lui avait sauté dessus en hurlant telle une lionne acharné en colère tout en le secouant pour lui reprocher d'être arrivé en retard. Ou bien si elle lui avait fait un combo de gifle... Ou encore lancer un sort d'expulsion ou autre proposition d' "excitée". Mais il s'agissait de tout sauf de ca! C'est lui qui exagérait oui.

Se levant de son rocher, Amber se posta face au lac pour prendre une petite inspiration, avant de se retourner vivement.[/i]

-Non mais tu plaisantes? Je t'ai simplement giflé une fois!se défendit Amber sur un ton exaspéré. Et excuse moi d'avoir blessé ta fierté ou je ne sais quoi mais ce n'est pas moi qui suis arrivée en retard. Et d'ailleurs...

Elle hésita un instant. Avant de reprendre.

-Tu me reproches de côtoyer peut-être trop de garçon mais il n'y a rien du tout. Et je n'ai pas de preuves à te donner.

S'arrêtant un moment pour reprendre un peu son souffle, elle poursuivit, toujours sur le même ton:

-Et qui me dit que ce n’est pas toi qui en voit des filles aussi? Avec ce que Kieran vient de me dire, je me demande si...

Finalement elle décida de ne rien ajouter par rapport à ce qu'il lui avait "suggérer". L'ambiance était déjà assez envenimée comme ça...

-Oh et puis peut-être que si tu arrêtais de croire tout ce que te dis ton amie, peut-être qu'alors je ne croirais pas les idioties d'O'Farrell! Pourquoi faut-il que la crois, elle, et pas moi? T'avais qu'à rester avec elle si tu ne me fais pas confiance après tout au lieu de venir...


L’intensité de ses dernières répliques avait soudainement perdu de leur ampleur et ses yeux se tournèrent, tristes, autre part que vers lui. La peur qu'il se décide à la prendre au mot l'hantait soudainement.

*Et puis... Si il va la voir, qu’est-ce que ca pourrait le faire? T'es sérieuse de te poser une question aussi dénué d'intelligence alors que tu l'aimes ou...?Je ne sais plus, ca me fatigue tout ca... Il m'énerve! Il m'exaspère! Mais tu l'aimes. Oui.*

Et tout ca à cause de Rebecca. Il y eut une période où elle arrivait encore à la tolérer mais ça c'était avant.

*Je la hais... Je la hais. Je la hais!*

Mais elle était l'amie de Mathéo... Et comme Mathéo ne comprenait pas la forte amitié entre la Préfète et Jake, Amber se demandait comment il pouvait avoir Rebecca pour amie. Seulement aucun des deux jeunes gens ne pouvaient critiquer leur fréquentation. C'était leur choix, et ils devaient mutuellement les accepté sans rien dire. Après tout ils étaient assez grands.

Bon sang! Et dire qu'elle s'imaginait passé un meilleur moment que ca! Impossible de retourner en arrière.

Une dispute était lancée. Et son regard lassé et agacé refaisait surface dans ses yeux ambres.


________________Requiem for a Prophecy________________


Jake&Amby <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathéo Moreno
SerpentardavatarSerpentard

MessageSujet: Re: Quoi de mieux que de se faire attendre ? [Perso/Amby]   Dim 26 Aoû - 9:04





    Mathéo était peut-être allé trop loin. Mais bon ce qui était dit était dit, on ne pouvait pas revenir en arrière. D’ailleurs, il n’avait même pas envie de retirer ses paroles. S’il les avait dit, c’était parce qu’il y avait une raison. On ne dit pas quelque chose qu’on ne pense et chaque parole a un sens. Voilà tout. Ca n’allait pas plaire à Amber. Il en était sur et certain mais à ce moment précis s’en fichait presque. Il valait mieux crever l’abcès maintenant que garder des choses sur le cœur. Exploser maintenant sans public était mieux que vider son sac un jour qu’ils n’en pourraient plus en plein milieu de la Grande Salle. Laver son linge sale en public n’était vraiment pas son truc. Bref, ils en étaient là. En pleine dispute et avec les paroles du jeune homme, ça n’irait sans doute pas en s’arrangeant de toute façon.

    Il la regardait le regard froid dur, accompagné de paroles sur le même ton. Et puis le coup de grâce avec sa dernière parole. Bref. L’art de s’enfoncer quand on est déjà sous terre made in Mathéo. Elle l’avait déjà claqué, au pire il ne risquait plus grand-chose à ouvrir sa bouche alors peu importe. De toute façon, il était honnête et lui disait ce qu’il pensait. C’était ce qu’elle avait demandé après tout, alors qu’elle ne se plaigne pas ensuite qu’il ait fait ce qu’elle lui a demandé. Mais bon, les filles étaient tellement compliqués et faisaient de petites choses quelque chose d’énorme.

    La dispute battait son comble. Mathéo savait que ça ne se terminerait pas bien. D’ailleurs, il n’avait même pas envie de faire d’effort pour. Il n’avait pas la force de se rabaisser à ça. Et puis maintenant, il ne savait même plus qui était fautif ou non. Le jeune homme releva les yeux vers Amber. Il arrachait l’herbe autour de lui, peut-être pour canaliser son agacement. Tant que lui parlait, elle se tut, écoutant patiemment ses propos. Elle n’en pensait sans doute pas moins. Qu’importe, elle allait surement lui dire ce qu’elle avait sur le cœur dés qu’elle en aurait l’occasion. Au fur et à mesure que la conversation continuait, elle semblait de plus en plus outrée, énervée. Enfin, Mathéo ne savait pas comment décrire cette émotion.

    – Non mais tu plaisantes? Je t'ai simplement giflé une fois. Et excuse moi d'avoir blessé ta fierté ou je ne sais quoi mais ce n'est pas moi qui suis arrivée en retard. Et d'ailleurs...

    N’importe quoi. Vraiment. Elle n’avait pas trouvé mieux en répartie. Ca y est qu’elle en remettait encore une couche comme quoi c’était de sa faute, qu’il était arrivé en retard. Il s’était excusé. C’est bon, fin de l’histoire. Mais non Amber aimait visiblement ressasser et reprocher toujours les mêmes choses. Non franchement le jeune homme en avait plus qu’assez. Et puis elle l’avait blessé dans sa fierté. Non mais franchement. Stop quoi. Mathéo se contrôlait, du moins essayait. Il n’avait pas que ça à faire de se faire démonter pour une petite chose. Et puis, il était en retard. Ok. Mais on aurait pu en rester là. Et bien non, Amber voulait encore et encore en parler pour bien montrer que c’était de la faute du Serpentard et en aucun cas de la sienne.

    Elle s’était levé, face au lac puis s’était retourné pour balancer ces quelques mots à la figure de Mathéo. Le jeune homme s’était retourné et levé à son tour mais il se tenait quand même à une distance assez respectable de la jeune fille. Non, il n’avait pas envie de s’en reprendre une et préférait ne pas courir de risque en restant aussi près d’elle. Puis, elle partait dans un bon délire là. Elle s’énervait toute seule. Bref.

    *Mathéo, mon p’tit Mathéo, dés fois je t’aime bien mais là, arrête tes bêtises et calme le jeu. Sinon elle va continuer de monter en puissance là.*

    Non, il n’avait pas envie de calmer le jeu. Oui il était borné. Mais c’était elle qui commencé à monter, et bien qu’elle continue si ça lui faisait vraiment plaisir. Le jeune homme était toujours assis sur le sol tandis que la jeune fille était debout. Même assis, il savait qu’il n’était pas inférieur. Il préférait rester assis et arrachait l’herbe pour se détendre et se calmer un petit peu que de se mettre debout et frapper dans quelque chose. Mais bon, si elle l’énervait trop, c’était surement ce qui allait se passer. Bien sûr, il ne frapperait pas sur Amber. Evidemment, il savait très bien que quand bien même on était vraiment énervé, on n’avait pas à lever la main sur une femme. Non ce serait plus un arbre qui prendrait et par la même occasion sa main. Elle semblait hésiter une fraction de secondes mais finalement repris la parole. Mathéo se doutait que les reproches n’étaient malheureusement pas terminés.

    *Courage. Peut-être qu’elle va finir par s’étouffer à cause de gueuler.*

    – Tu me reproches de côtoyer peut-être trop de garçon mais il n'y a rien du tout. Et je n'ai pas de preuves à te donner.

    D’accord. Et bien tant mieux. De toute façon, elle faisait bien ce qu’elle voulait. Et puis, si elle ne voulait pas s’expliquer sur ça. Et bien tant pis, qu’elle garde tout pour elle. De toute façon, ça ne s’arrangeait pas comme ça en espérant. Non, Mathéo pensait plutôt qu’il fallait parler et qu’il fallait tout dire là maintenant. Mais non, au lieu de libérer Mathéo, elle lui mettait encore plus de doutes dans la tête.

    *Toi aussi tu côtoies des filles, au pire*

    C’est pas pareil, ce n’est pas des bombes.

    *Et Rebecca, t’appelles ça comment toi ?*

    Bref, d’accord Mathéo côtoyait des filles mais bon il ne se passait rien avec elles. Et puis, Amber le savait bien. Rebecca lui avait même fait la gueule par un moment parce qu’il ne voulait même pas tromper la préfète avec un si bon coup qu’elle. Mathéo pouvait avoir tous les défauts du monde mais pas la déloyauté en tout cas. Et puis il défendait toujours ses amis. Même si Rebecca avait quand même une bonne emprise sur lui. Elle pouvait critiquer qui elle voulait, Mathéo ne lui dirait presque rien. Bon quand elle commençait avec Amber, il lui reprochait mais il abandonnait vite devant le caractère de la Serdaigle.

    – Et qui me dit que ce n’est pas toi qui en vois des filles aussi? Avec ce que Kieran vient de me dire, je me demande si...

    *QUOI ?*

    – Attend trois secondes et demie, tu me reproches d’avoir passé du temps avec Rebecca et toi pendant ce temps là t’étais avec O’Farell !

    Annonça le garçon avec un petit rictus. C’était vraiment le comble. Lui avait passé du temps avec Rebecca avant de venir et c’était la fin du monde mais elle qui reste avec Kieran, il n’y a vraiment rien à redire, c’est génial, c’est super, on kiffe la life. Non franchement c’était le comble de la chauve souris croisé avec le rat d’égout quoi.
    Donc maintenant c’était lui qui voyait d’autres filles. Pourquoi pas, c’était bien connu, Mathéo était vraiment à la hauteur de Tudor, c’était le tombeur de ces dames, non mais franchement soyons sérieux cinq secondes trois quart.
    Bref, Mathéo aurait bien aimé savoir ce que le Serpentard avait dit sur lui. Pourtant il l’aimait bien, alors le jeune homme le voyait mal dire des choses fausses sur lui rien que pour tout casser entre eux. Ou alors il était secrètement amoureux d’Amber et il voulait qu’ils ne soient plus vraiment ensembles pour avoir le champ libre.

    *Tu débloque Mathéo. Calme toi un peu et réfléchis avec ton cerveau pour une fois.*

    – Oh et puis peut-être que si tu arrêtais de croire tout ce que te dis ton amie, peut-être qu'alors je ne croirais pas les idioties d'O'Farrell! Pourquoi faut-il que la crois, elle, et pas moi? T'avais qu'à rester avec elle si tu ne me fais pas confiance après tout au lieu de venir...

    Non mais où on allait. On aurait dit que cette discussion était vraiment vouée à l’échec. Mathéo n’avait jamais dit qu’il croyait entièrement ce que disait Rebecca mais plutôt qu’il avait des doutes. Il ne croyait pas l’une plus que l’autre. Il se posait simplement des questions. Rebecca était l’une de ses bonnes amies et Amber était … Amber. Voilà, alors il ne savait pas vraiment qui croire. Et puis si c’était elle dans cette situation. Si elle devait choisir entre croire Mathéo et Wood, est ce que le choix se porterait évidemment sur le Serpentard. Mathéo n’en était pas si sur. Bref, et puis il était quand même venu, ça ne représentait donc rien pour elle. Et puis s’il avait envie d’être avec Rebecca, il y serait en ce moment même. Enfin bon s’il était avec elle, peut-être se prendrait-il beaucoup moins la tête.

    *Arrête Mathéo, tu veux être avec elle, tu le sais très bien. Oublie la Pouf quatre seconde un quart*

    Bref, oublions Rebecca un peu et puis pourquoi parlons-nous d’elle maintenant. Bon, elle avait un peu à voir avec cette situation délicate mais pas besoin de lui donner de l’importance en parlant encore plus d’elle. Mais bon aussi si elle se mêlait de ses affaires un peu, on n’aurait jamais parlé d’elle.

    – Arrête de t’en prendre à Rebecca, puis après tout elle n’a fait que donner son avis.

    *Non mais tu t’entends, t’arrive à réfléchir, ou tes deux p’tits neurones sont grillés.*

    Il n’en avait rien à faire de Rebecca. C’était une bonne amie c’est tout et ça n’irait pas plus loin. Tout était clair entre eux. L’amitié filles/garçons existait, il ne fallait pas aller plus loin. Il la défendait et c’était normal, ça faisait longtemps qu’il trainait avec elle. Ils s’étaient connus dans le train à Poudlard et avait tout de suite sympathisé. Amber était arrivée après. Alors d’accord il l’aimait beaucoup mais elle ne pouvait pas lui demander d’abandonner tous ses amis pour qu’elle se sente mieux.

    Mathéo en avait vraiment assez. Il avait l’impression de tourner en rond, que cette conversation ne se finirait jamais. Elle n’aimait pas Rebecca, il n’aimait pas Wood. Ca va ils faisaient bien la pair pour ça. Mais on, pour Mathéo ça n’avait rien avoir avec Amber, il détestait Wood depuis le jour où il l’avait rencontré. C’était quelqu’un de détestable. Il était vulgaire, nerveux. Enfin bon, la préfète semblait l’aimer bien qu’on se demandait comment elle y arrivait.

    – Et vas-y, je t’en pris, dis moi ce que Kieran a bien pu te dire ?

    Mathéo avait vu le Serpentard quand il discutait avec Rebecca. Il était parti dans le parc. Et visiblement avait retrouvé Amber. Mathéo n’avait vraiment rien à se reprocher sur ce côté-là. Il n’avait fait que parler avec Rebecca. Et aucune règle n’interdisait cela. Peut-être que le Serpentard avait mal interprété ce qu’il avait vu ou alors c’était la Gryffondor qui avait déformé ses propos. Le jeune homme voulait mettre les choses au clair alors autant demander explicitement au lieu de rester dans l’implicite avec les non-dits.

    Et dire qu’au début, cette dispute venait simplement d’un retard. Vu où on était maintenant, ils avaient tous les deux gardé des choses pour eux pendant un bon moment. Les reproches ne pouvaient pas venir que de cette journée. Et puis, ça faisait quelques semaines que Mathéo ne comprenait pas cette distance pesante. Bon on va dire que maintenant ils se parlaient. Mais c’étai peut-être une meilleure chose la distance que des cris et des reproches insupportables.

    *FIIIGHT. Oh ca va c’est bon je rigole !*

    – J’en crois aucune des deux plus que l’autre alors arrête de me prendre la tête un peu là. Et puis inutile de te sentir menacer par elle. Combien de fois, je t’ai dit qu’il n’avait absolument rien entre nous à part de l’amitié.

    *Pourquoi t’as dit ça ? Pourquoi t’as dit ça ? Pourquoi t’as dit ça ? Pourquoi t’as dit ça ? Pourquoi t’as dit ça ? Menacer ou le mot qu’il ne faut jamais dire à propos d’une fille. Un jour je t’achèterais l’encyclopédie pour comprendre les filles en 17 volumes, peut-être que tu seras moins boulet comme ça*

    Ouais une encyclopédie ne serait pas de trop pour comprendre parce que vraiment là. Et puis Mathéo pouvait comprendre qu’elle se sente menacé par Rebecca. Après tout, c’était la fille la plus « convoitée » par la gente masculine dans l’école. Et elle avait beaucoup de succès. Alors oui il comprenait mais c’était totalement inutile. Il n’avait jamais eu envie de sortir avec la Serdaigle. Une fois, il s’était passé quelque chose avec elle. Mais l’expérience n’avait jamais été renouvelée.

    *Les filles, c’est super jaloux entre elles, faut même pas essayer de comprendre quoi.*

    – Finalement, je crois que ce n’était pas vraiment le retard qui te déplaisait …



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Fiamata Dia Capulet
Gryffondor-KilljoyavatarGryffondor-Killjoy

MessageSujet: Re: Quoi de mieux que de se faire attendre ? [Perso/Amby]   Dim 26 Aoû - 16:06

Comment avaient-ils fait pour en arriver là? Dire qu'elle s'était imaginé tout sauf ça lorsque Léna lui avait fait parvenir ce mot. Peut-être que si elle avait quitté les lieux avant que Mathéo n'arrive, tout aurait plus simple. Mais savoir ce qui aurait pu se produire n'était pas possible.

L'éloignement aide parfois à mieux se comprendre et les retrouvailles n'en sont que meilleures. Tu parles. Qui avait bien pu inventer un truc pareil? Ou plutôt qui avait bien pu lui déclamer ces mots empli d'espérances ridicules? Elle ne se souvenait plus. Tout ce qu'elle voyait c'est que pour les deux jeunes gens c'était tout bonnement tout, mais vraiment tout l'inverse! Le parfait contraire! Et tellement que ca en devenait limite comique... Incapable l'un comme l'autre de se croire ou de s'accorder une véritable confiance, laissant place entre eux des doutes et des méfiances.
Et pourtant, si l'effort de s'écouter s'ouvrait à Amber et Mathéo, qu'ils se calmaient et que les tensions s'affaibliraient alors, la possibilité de se réconcilier serait possible. Cependant avec des êtres aussi têtus, il fallait un miracle. D'autant plus que l'attitude calme décontractée du jeune homme tranquillement assis sur l'herbe pendant qu'elle parlait, exaspérait Amber. A croire que durant tout ce temps il se moquait d'elle.
Sauf à un moment... Elle n'avait pas répondu à la réplique où il semblait outré qu'Amber ait osé lui reprocher qu'il était avait Rebecca alors qu'elle de son coté avait vu Kieran. Mais c'était le préfet qui l'avait rejoint... Donc elle n'avait rien ajouter de plus.


- Arrête de t'en prendre à Rebecca

*Ok j'me tais, j'dis plus rien. C'est la plus adorable fille de la terre!*

-... puis après tout elle n'a fait que donner son avis.

*Mais bien sûr. Oh mais quelle idiote je fais. Elle t'a juste dis que j'avais des vues sur d'autres. Rien de grave tout va bien. Demain ça fera tout le tour du château et je danserai un ballet classique pour la remercier.*

Elle n'avait fait que donner son avis... Inutile d'en faire toute une cascade d'irritation. Comme si Amber allait accepter cela sans rien dire. Rebecca colportait sur elle, elle allait crier "Amen" sans doute? D'ailleurs la Préfète ne comprenait pas pourquoi la Serdaigle trouvait bon d'informer Mathéo d'un tel mensonge. C'est qu'elle avait quelque chose derrière la tête. Comment la rouge et or pouvait-elle faire confiance à Mathéo maintenant?

*Ce n'est pas lui le vrai coupable, Amber... Il n'y est pour rien.Oui mais...*

C'est vrai, il n'y était pour rien. Pourquoi allait-elle retirer sa confiance si tout découlait de Rebecca? Ca n'avait aucun sens. Mathéo avait des raisons de la croire, c'était son amie, et c'était surement plus fort que lui vu la distance qui les avait séparé pendant un bon moment.

- Et puis vas-y, je t'en pris, dis-moi ce que Kieran a bien pu te dire?

- C'est à dire que...

- J'en crois aucune des deux plus que l'autre alors arrête de me prendre la tête un peu là.

*Mais daignera-t-il me laisser parler ou... Je croyais qu'il voulait savoir ce que m'avait dit Kieran. Faudrait savoir.*

Il était en pleine tirade. Un peu comme elle précédemment. Mieux valait le laisser continuer pour le moment. Déjà qu'elle lui prenait la tête...

*Vous êtes en train de jouer à qui va parler le plus, c'est ça? Arrête de dire des betises...*

-Et puis inutile de te sentir menacer par elle.

*Que veux-tu diiiiire? Ai-je bien entendu?*

Bien sur que si elle se devait se sentir menacer! Enfin non pas à ce point là non plus... Mais Rebecca était tout de même- Amber devait l'admettre- l'une des plus belles et désirée fille de Poudlard, pour ne pas dire "la". La grande majorité des garçons était à ses pieds. Il y avait de quoi flipper. Non pas que la Préfète se sous-estimait. Mais, c'était difficile à déterminer. Bref, elle voyait bien le fossé entre elle et la Serdaigle. Et la crainte qu'il finisse par choisir Rebecca la hantait inconsciemment.

-Combien de fois je t'ai dit qu'il n'avait absolument rien entre nous à part l'amitié.

*Je ne sais pas. Zero? Non une fois peut-être, je sais plus...*

Quelle entêtement acharnée que de ne pas croire aux dires de Mathéo... Surtout lorsque son père lui avait un jour dit, sur un ton taquin "Ne jamais laisser un garçon et une fille seules dans une pièce. Il finit toujours par arriver quelque chose.".

*Ah Papa pourquoi tu m'as dit ça, t'aurais pas du. J'arrive même plus à faire confiance à Mathéo alors que mon cœur m'invite à le faire.Ecoute ton cœur alors... J'y arrive pas!*

Comme le temps pouvait s'écouler à une vitesse infiniment longue dans des instants aussi dingue. Elle soupirait. Un désir. Un seul désir. Celui d'en finir avec cette discussion sans entente possible et quitter le parc pour se poser, hurler à l'injustice de la vie qui s'acharnait contre elle, contre eux. Et laisser le temps filer de nouveau.

Amber gardait les bras croisés, soupirant discrètement de temps à autre. Ses yeux rivés vers le château et ses environs.


-Finalement, je crois que ce n'était pas vraiment le retard qui te déplaisait...

La lassitude sans doute ne lui fit pas comprendre le sens de ses derniers propos. Elle le considéra un instant, essayant sans succès de voir ce qu'il sous-entendait.

-Je ne suis pas sûre de comprendre, rétorqua froidement Amber.

Prenant une grande inspiration pour se calmer un peu, elle se tourna de nouveau face au lac.

-De toute façon, je suis trop perdue pour comprendre et je crois être aussi lasse que toi Mathéo.

Elle voulait ajouter autre chose... C'était quoi déjà? Le jeune homme parlait tellement qu'elle avait oublié. Enfin Amber également avait la langue bien pendue quand elle s'énervait donc... Ses pensées allant toujours plus vite que ses lèvres ne le souhaiteraient.

-Ah oui!se souvint-elle brusquement en faisant face au jeune homme cette fois-ci. Je serai ravie si tu gardais les avis de Rebecca pour toi la prochaine fois. Ca évitera que je m'en prenne à ton amie. Et j'ai bien le droit de rétablir la vérité, ça n'est pas de ma faute si elle ne sait pas observer et qu'elle te rapporte après des propos qui ne tiennent pas la route.

Soupir. Cette situation ne lui plaisait pas du tout. Mais Amber n'était pas en mesure de taire ce qu'elle avait sur le coeur.

-D'ailleurs, tu ne vas pas me dire qu'elle est allée de dire tout ca sans arrière pensée et juste pour te passer une info fausse innocemment...

*Ou alors c'est qu'il est vraiment en retard... Eh c'est Mathéo que tu as devant toi. Ma-thé-o.Un Serpy. Pas un Serdaigle intello... Euh, ah... oui...*

________________Requiem for a Prophecy________________


Jake&Amby <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathéo Moreno
SerpentardavatarSerpentard

MessageSujet: Re: Quoi de mieux que de se faire attendre ? [Perso/Amby]   Dim 26 Aoû - 18:07





    – Je ne suis pas sûre de comprendre

    *Puis-je te proposer un dictionnaire ou peut-être que toi aussi tu as besoin de l’encyclopédie en 13 volumes sur le cerveau de la gente masculine ?*

    Méchant. Bref, son ton était glacial. Donc Mathéo se doutait bien que les reproches n’étaient pas finis. La dernière fois qu’il en avait eu autant, il était chez sa mère et son oncle, Pat, était venu les voir. Oui parce que sa mère n’osait pas faire les reproches elle-même. Non vous comprenez, elle aurait pu froisser son fils. Bref, elle avait fait appel à cet oncle, débile de première classe que Mathéo détestait pour le remettre en place. N’importe quoi. Donc Pat (déjà si ça ce n’est pas un nom complètement idiot enfin bref.) était venu le voir sans que Mathéo ne sache rien de sa visite surprise. Et il avait commencé à lui die qu’il n’avait pas à traiter sa mère comme une moins que rien, qu’elle méritait respect et obéissance. Bref, un ramassis d’idioties qui n’avait rien changé du tout. En effet, Mathéo avait fait semblant d’être docile avant de partir de la maison se changer les idées. Et les années avaient passé et il était toujours intraitable avec sa mère. Bon maintenant les temps avaient changés, depuis elle avait retrouvé l’amour avec le père de Lewis. D’ailleurs, il se demandait comment une moldu pouvait attirer les sorciers. Mais bon, donc maintenant que le père d’Aaron était là, le jeune homme n’avait rien changé à son comportement. Après tout, ce n’était pas son père et il n’avait aucune autorité sur lui.

    Bon là, on était quand même en train de s’égarer. Revenons à la situation magnifique et pesante qui régnait dans le parc à Poudlard. Rien n’avait vraiment changé. Quoi que si Mathéo était maintenant debout contre un arbre tandis que la préfète des Gryffondor était toujours ace au Lac. Elle ne le regardait pas, elle fuyait son regard. Le Serpentard ne savait pas vraiment pourquoi. De toute façon, il ne cherchait pas à qu’elle reste sans cesse les yeux fixés sur lui. Ca le faisait flipper dés fois avec ses yeux ambre. Elle regardait donc l’étendue d’eau calme ruisselant tranquillement. Le jeune homme regardait le sol, comme si c’était la chose la plus intéressante du monde. Bon, ça ne traduisait pas une quelconque honte ou quoi. Il releva la tête attendant qu’elle l’éclaire un peu plus parce que trois mots (enfin sept), ça ne l’aidait pas vraiment à comprendre ce qui se passait dans la tête de la jeune fille.

    Les filles étaient tellement compliquées. Elles avaient plein de facettes et puis dés fois c’était vraiment dur de les comprendre. Donc certaines fois, elle disait rouge, il fallait comprendre blanc. Quand elle disait blanc, il fallait comprendre rouge mais parfois quand elle disait rouge il fallait comprendre rouge. Alors avec tout ça comment les garçons pouvaient-ils s’y retrouver. Non mais franchement, il faudrait des sous-titres ou un décodeur.

    – De toute façon, je suis trop perdue pour comprendre et je crois être aussi lasse que toi Mathéo.

    *Ah beh vous avez enfin un point commun aujourd’hui, enfin je ne suis pas sûr que ce soit une très bonne chance par contre.*

    Oui ben elle n’était pas la seule à ne pas tout comprendre. Mathéo était dans le même cas alors elle devrait être un peu plus explicite, ça l’arrangerait grandement franchement. En plus, elle parlait mais sans jamais le regarder, c’était vraiment agréable. Non mais dés fois, il valait mieux rester couché. Pourtant sa journée n’avait pas été trop horrible mais ce soir c’était vraiment le coup de grâce. Il allait surement manger une soupe à la grimace au diner de ce soir. Enfin s’il allait manger bien sûr car elle était en train de lui couper totalement l’appétit. Il finirait peut-être dans sa chambre, dans son lit, sans rien dans le ventre.

    *Ouais et après tu te relèveras en pleine nuit parce que tu mourras de fin, brillante idée mon cher Mathéo. Et puis si tu ne manges pas, tu te prives toi, pas elle. T’es au courant de ça ?*

    Ouais ben finalement, il ira sans doute manger alors. En plus le buffet était toujours super bon. Alors se priver était vraiment complètement stupide. Bon assez parler de nourriture sinon le ventre du Serpentard n’allait pas tarder à crier famine. Donc changement de sujet, retour en image sur Amber qui n’avait finalement pas fini de parler, contre toute attente. Soudain, elle se tourna vers le jeune homme. Visiblement, elle avait besoin de le voir cette fois-ci pour parler.

    *Tu crois que si elle se retourne, t’as du souci à te faire ? Ouais peut-être qu’elle va te frapper et tu seras obligé d’appeler S.O.S sorcier frappé ou alors, elle va partir et te laisser là comme une vieille chaussette ramollie. Ou elle va juste parler. Oui c’est une possibilité aussi*

    – Je serai ravie si tu gardais les avis de Rebecca pour toi la prochaine fois. Ca évitera que je m'en prenne à ton amie. Et j'ai bien le droit de rétablir la vérité, ça n'est pas de ma faute si elle ne sait pas observer et qu'elle te rapporte après des propos qui ne tiennent pas la route.

    D’accord d’accord. Maintenant qu’elle n’avait plus rien à reprocher à Mathéo, voilà qu’elle s’en prenait désormais à Rebecca. Alors c’était elle finalement le sujet de leur dispute. Franchement, il fallait arrêter de donner autant d’importance à Rebecca. Elle en avait suffisamment de la part de nombreux garçons. Et Rebecca était si prisée et craint seulement parce que les filles n’arrêtaient pas de parler d’elle. Si on ne lui donnait plus tellement d’importance, la jeune fille serait sans doute moins crainte par les filles. Mais bon, celles-ci ne semblaient pas vraiment comprendre tout ça. Non c’était bien plus facile de détester cette fille. Et Amber ne faisait pas exception à la règle. Elle, non plus ne pouvait pas supporter la Serdaigle. Et maintenant elle lui reprochait de mentir simplement pour faire le mal. Non mais quand même.

    *Je suis d’accord. Comment pourrait-on soupçonner l’ange Rebecca de faire quelque chose autrement que par simple altruisme ou par amitié. Elle est tellement gentille et sainte.*

    Non d’accord, Rebecca avait ses défauts mais quand même elle n’était pas à ce point machiavélique. Elle ne faisait pas des choses simplement pour rependre le mal autour d’elle.

    *Non mais n’importe quoi. Mais qu’est ce que tu vas chercher là ? Ma Rebecca d’amour, un mauvais fond ? Non impossible, elle est la gentille incarnée cette fille.*

    – D'ailleurs, tu ne vas pas me dire qu'elle est allée de dire tout ca sans arrière pensée et juste pour te passer une info fausse innocemment...

    Alors là, réaction complètement débile je vous l’accorde. Une réaction qui donne envie de le frapper, de le secouer puis de le balancer dans le lac afin de le noyer. Mais ce fut une réaction incontrôlable. Vraiment incontrôlable. Le jeune homme se prit dans un énorme fou-rire. Il savait ce qu’elle avait dans la tête et ne pouvait, de ce fait, se contrôler. Enfin du moins, il pensait avoir compris ce qu’il pensait et il trouvait ça tellement inconcevable qu’il ne pouvait s’empêcher de rire.

    *Mais t’es un triple idiot croisé avec le cerveau d’un orang-outan ou quoi ? T’as envie qu’elle te tue sur place là ? Mais pourquoi t’as jamais les réactions d’une personne normale ? Tu sais, c’est dur de faire ta conscience parfois, j’ai trop envie de démissionner dans ces situations-là.*


    – Attend, tu crois que Rebecca pourrait vouloir quelque chose avec moi ? T’es complètement cinglée. Cinglée et parano. C’est mon amie et puis en disant ça, elle ne veut que mon bien. Elle cherche juste à me protéger.

    Annonça le jeune homme entre deux crises de fous-rire. Il commença à se calmer un peu, mettant la main devant sa bouche pour arrêter de rire bruyamment. Il regarda le sol parce que s’il croisait son regard il allait repartir dans un fou-rire incontrôlable et ce n’était en aucun cas la meilleure façon d’arranger les choses entre Amber et lui. Mais bon, il ne faisait pas exprès après tout.

    *Laisse moi rire moi aussi, genre je vois mal Rebecca toute mignonne toute gentille voulant le bien de quelqu’un d’autre qu’elle.*

    Bon stop maintenant, il fallait vraiment arrêter de rire intérieurement et extérieurement. Inspiration, expiration. Mais non c’était vraiment trop dur de s’arrêter. Le jeune homme était toujours en train de pouffer. Amber allait finir par le tuer ou l’étouffer pour qu’il s’arrête enfin de rire.

    – Pardon, je suis vraiment désolé mais c’était à mourir de rire ce que tu viens de me dire quoi !

    Annonça le jeune homme, se calmant peu à peu, toujours le sourire au coin de sa bouche. Cela allait peut-être aider à détendre l’atmosphère. Enfin. Ou pas, en fait ça faisait plutôt le contraire. Bavo Mathéo toi et tes réactions complètement débiles, tu as encore gagné. Bon maintenant le jeune homme se demandait comment rattraper un minimum le truc. Oui car quand même, il connaissait un minimum les filles et se doutait que la Rouge et Or allait être un petit peu vexé par sa réaction.

    *Tu peux prendre tout ça au sérieux, rien que quinze secondes*

    – Et puis arrête avec Rebecca, c’est impossible. Elle est trop magnifique pour moi, quoi, c’est une bombe !

    *Et ca va Amber est assez moche pour toi ? T’es con Mathéo, mais t’as même pas idée quoi.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Fiamata Dia Capulet
Gryffondor-KilljoyavatarGryffondor-Killjoy

MessageSujet: Re: Quoi de mieux que de se faire attendre ? [Perso/Amby]   Lun 27 Aoû - 9:26

Non... Impossible. Il n'était tout de même pas... En train de rire? Non, en réalité ce fut bien pire. Il ne riait pas. Mathéo était carrément parti dans un fou rire géant, incapable de cesser ses exclamations d'euphorie soudaine dont elle ignorait complètement les raisons. Qu'est-ce qui l'avait poussé à s'esclaffer de la sorte et sans gêne devant la Gryffondor qui restait inerte. Incrédule devant sa réaction inattendue.

*Quoi? J'ai dit quelque chose de drôle? Ben comme je te l'ai dit tout à, nous avons devant nous Mathéo! Bon sang, j'le comprends de moins en moins. Et j'me comprends plus moi-même aussi.*

Quelle réaction devait-elle avoir à son tour maintenant? Décidément, cette discussion vacillant entre énervement et attitude blasé commençait à avoir des allures comiques qui n'enchantait guère la jeune fille.
Le sentiment d'être prise pour une parfaite idiote pour le Serpentard vexa énormément Amber.

Et il ne se contrôlait même plus. Ses bourrasques de rire nerveux redoublant d'intensité à chaque fois qu'il tentait de se calmer.


*Je vais finir par...Non Amber calme toi. Ok Amber. Respire... Garde ton calme. Ne perds pas patience. Il va bien finir par s'expliquer. Ou mourir étouffer dans son rire... Y'a pas moyen de l’arrêter.*

En tant normal, elle l'aurait sûrement suivi dans cet élan joyeusement hilarant, mais soit il ne s'en rendait pas compte ou autre, mais le moment était mal choisi pour rire. Et quand bien même il voulait détendre l'ambiance, il n'y avait aucune raison valable pour se pouffer de rire de la sorte jusqu'à en suffoquer! Ou alors elle avait mal mesuré ses paroles... Le faire s'esclaffer n'était pas dans l'intention de la jeune fille.

Amber restait muette de stupéfaction, tandis que Mathéo faisait tout pour éviter de la regarder. Portant sa main devant sa bouche pour étouffer le vacarme incroyable de son rire incessant. Il allait finir par alerter tout le château à force...[/i]

*On dirait une hyène. Penses-tu vraiment que c'est le moment de comparer son rire à celui d'un animal? En plus, je dirai plutôt que c'est celui d'une licorne...Tu trouves? Oui oui! Eh mais arrête, j'ai dit que c'était pas l'moment oh.C'est toi qui a continué pas moi.Peu importe. Chut.*

Finalement, Mathéo parvint à se contrôler, bien que difficilement étant donné qu'il était encore sous l'effet de sa secousse euphorique, mais il y arriva:

-Attends, tu crois vraiment que Rebecca pourrait vouloir quelque chose avec moi?

Amber n'avait pas parler chinois, bien sur que oui elle le croyait! Rebecca était connue pour ca. La Préfète ne le disait pas dans le sens où elle s'imaginait que McMillan voulait sortir avec Mathéo, mais dans le sens où elle voulait se l'accaparer pour une nuit en gros. Ce n’était pas difficile à comprendre! Ou alors elle voulait juste que Mathéo s'éloigne d'Amber. Solution tout à fait plausible. Dans tout les cas, Rebecca ne l'avait pas dit avec une intention sympa pour la Gryffondor, c'était sur à des milliers de pour cent. Amber n'était pas dupe, elle se doutait bien que son homologue Serdaigle ne l'appréciait pas.

-T'es complètement cinglée.[/i]

*Pardon, je suis quoi?*

- Cinglée et parano

*Oh mais quelle douce attention venant de sa part. Il te l'a gentiment répété. Tu es cinglée Amber. La ferme! J'ai entendu.A croire qu'il peut aussi lire tes pensées.Parles encore une fois et je...Tu peux rien me faire...Je vais tuer quelqu'un.*

-C'est mon amie et puis en disant ça, elle ne veut que mon bien.

*Tu peux répéter? J'ai du mal entendre...*

Amber n'en croyait pas ses oreilles. A ses mots, la jeune fille avait compris qu'il disait cela dans le sens où Amber était susceptible de lui vouloir du mal. Mais était-il sérieux? Il ne devait pas se rendre compte de ce qu'il disait et l'impact que cela avait fait sur elle. La sensation d'une brûlure intense qui embrasait le cœur d'Amber tant ce fut contrariant et déstabilisant.

Le sang battait violemment à ses tempes. Et ses bras étaient maintenant déliés le long de son corps, ses petits poings resserrés fortement et qui canalisaient toute sa révolte. Comment pouvait-il la traiter de la sorte? Et tout en étant toujours en train de rire comme un véritable clown.


-Elle cherche juste à me protéger, conclut-il tout bonnement, son rire s'intensifiant.

*Te... QUOI?*

Un mauvais rêve. Amber essayait, tentait, s'efforçait de se dire, de croire qu'elle faisait un cauchemar. Et non, ça n'était que la pure et blessante réalité. Il avait osé lui dire ça. Ca voulait dire quoi? Qu'elle était un être inapprochable peut-être? Trop dangereuse pour que le jeune homme reste avec elle plus de quelque minutes sans qu'elle ne lui octroie le châtiment d'une Gryffy au sang chaud sans doute? Balivernes. Mathéo lui en avait sorti des belles depuis, mais là il y avait de quoi achever Amber moralement.

*Bientôt on pourra plus rien pour lui... Il a complètement perdu la raison! Je le déteste!Tu ne penses même pas ce que tu dis. Je suis tout à fait maîtresse de mes sentiments!Mais bien sur... Non mais tu ne réalises pas vraiment ce qu'il m'a dit là! Il me prend limite pour une créature dangereuse! Oui oui, mais il a pas pensé ce qu'il dit je pense. N'essaye pas de le défendre.*

Amber restait encore bouche bée devant ce cirque solo imprévisible, le problème étant bien-entendu l'irrésolu... Qu'allait-elle répondre maintenant? Allait-elle empoigné la gaieté de cœur inattendu de Mathéo et le contrarier volontairement en désapprouvant son attitude? Certainement. Elle n'allait tout de même pas passer outre ses propos, faire comme si de rien était et lui dire que tout allait bien dans le meilleur des mondes. Elle lui en voulait. Et cette rancœur n'était pas sur le point de s'éteindre, au contraire, elle s'attisait au fur et à mesure que le jeune homme parlait. Et riait...

Reprenant son souffle tout en parvenant à se contrôler, Mathéo trouva intelligent d'ajouter:


- Pardon, je suis vraiment désolé mais c'était à mourir de rire ce que tu viens de dire quoi!

*Tu es tout excusé. Non vraiment ça n'est rien. Je ne t'en veux pas le moins du monde!*

Pensée bien ironique évidemment et qui ne correspondait aucunement à ce que ressentait Amber. Une lueur furieuse enflammait les yeux de la jeune fille et cette lueur augmenta lorsqu'il eut l'épouvantable idée de parler pour dire:

-Et puis arrête avec Rebecca, c'est impossible. Elle est trop magnifique pour moi, quoi, c'est une bombe!

Arrêt cardiaque d'un millième de seconde.

*Oh mon Dieu... Il n'aurait pas osé? J'espère qu'il a un testament. Il ne m'a pas dit ca? Erreur fatale Mathéo! Dites moi que je rêve? Ca va chauffer! Je vais le tuer. Mathéo ne reste pas là, fuis mon gars!*

Mathéo avait virtuellement appuyé sur le bouton de la bombe à retardement de la demoiselle.

Impossible de garder plus longtemps son sang froid maintenant. Une telle maitrise de soi était déjà un exploit depuis qu'il s'était mis à exploser de rire. Amber bouillonnait tel un volcan capable de monter en irruption d'un moment à l'autre. L'envie de le gifler avec sa véritable force -c'est à dire celle d'une batteuse de Quidditch- la démangeait, mais elle se retint fort heureusement pour le Serpentard.

Un sourire narquois qui n'appartenait qu'à elle lorsque sa colère était à son comble se dessina sur son visage.


-Ah c'est donc ça... Pour toi je ne suis qu'un simple passe-temps JUSTE parce que tu ne peux pas avoir cette "bombe" de Rebecca c'est ça? s’exclama Amber dans une voix furieuse, pleine d'une colère terrible.

Un poing glacé lui comprimait le cœur, elle en perdait ses mots, ses pensées s'embrouillaient.

Elle le dévisageait avec une incrédulité douloureuse, oscillant entre irritation et déception totale.

- Tu dis qu'elle est trop magnifique pour toi, mais tu ne te rends pas compte à quel point tu es spécial! C'est toi qui es trop bien pour elle... Elle ne te...

Elle se stoppa soudainement.

-Bon sang, j'sais même plus ce que je dis à cause toi. Tu me perturbes avec tes idioties! Mais vas-y, va tenter le coup avec elle si ça n'est que la beauté qui te dérange chez moi! Surtout si tu me considères comme quelqu'un contre qui il faut se protéger. Rebecca a raison, je risquerai de te faire du mal si tu restes plus longtemps avec moi. Et de toute manière je ne te retiendrai pas!

Elle avait lancer sa tirade sans s'arrêter ni même reprendre son souffle. Sa colère était si forte qu'elle en avait mal à la tête.

*Punaise j'ai le vertige. A force de t'enflammer comme ca, c'est normal. Je suis blessée... c'est normal. J'vais m'en remettre. Je...Tu sais plus ce que tu dis, la journée était longue, vous auriez pas du vous voir, c'est mort entre vous deux pour le moment, bref oui tu vas t'en remettre. La vie est belle. Fiche moi la paix!*

-Peut-être que je suis cinglée mais toi tu es... Tu... n'es qu'un idiot Mathéo, murmura-t-elle pour finir sur un ton lasse où un fin sourire enfantin et résigné se dessinait sur ses lèvres.

Comme si elle finissait par accepter que leur relation était voué à l'échec et que ça ne servait plus à rien de se battre. Les cartes étaient mises sur table. Les pensées dévoilés.


*Rebecca a peut-être gagner aujourd'hui, mais je finirai par lui donner raison à cette garce manipulatrice. Je ne le perdrai pas, je ne veux pas.Bah là, t'es mal partie pour le récupérer... Je sais inutile d'en rajouter une couche pour me faire culpabiliser.!*

Bon maintenant, Mathéo allait lui en vouloir autant qu'elle lui en voulait... Elle avait tout gagné! Décidément, ces deux-là avaient un don inné pour envenimer l'ambiance. L'un en sortant des répliques qui pouvaient paraitre drôles dans certaines circonstances mais blessantes pour Amber, et l'une en jacassant comme une pie des propos agaçant et sans fin...

Superbe fin de journée!


________________Requiem for a Prophecy________________


Jake&Amby <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathéo Moreno
SerpentardavatarSerpentard

MessageSujet: Re: Quoi de mieux que de se faire attendre ? [Perso/Amby]   Lun 27 Aoû - 13:57





    Mathéo venait de comprendre à quel point la phrase qui venait de dire pouvait être blessante pour la personne à qui il parlait. Bon, il ne l’avait pas fait exprès et ne croyait pas que ça allait rendre comme ça. Mais ce qui était dit, était dit, et il ne pouvait pas revenir en arrière et dire quelque chose de plus censé et intelligent. Bon, Amber allait surement mal le prendre. De toute façon, tout semblait se dégrader au fur et à mesure qu’ils parlaient ensemble. Dire que Mathéo voulait crever l’abcès pour que tout aille mieux. Et bien cela avait été encore une brillante idée. Franchement la prochaine fois, il vaudrait mieux qu’il se taise. La préfète paraissait de plus en plus énervée. Et Mathéo n’avait vraiment plus aucune idée pour arranger le coup. A chaque fois qu’il essayait, il s’enfonçait d’avantage. Il allait atteindre bientôt la chine à force de s’enfoncer encore plus bas que terre.

    *Ah Ah mais quel humour mon p’tit Mathéo. Tu devrais te reconvertir en clown, tu sais ?*

    Bref. Mathéo était debout, la regardant se décomposé à chaque fois qu’il ajoutait une phrase. Finalement cette discussion ne leur aura pas été bénéfique. Il leur faudra sans doute un peu de temps pour digérer tout ça et peut-être que bientôt tout ira mieux et tout redeviendra comme avant. Encore fallait-il qu’il y en ait un des deux qui fassent le premier pas. Parce qu’ils étaient quand même pas mal têtu. Autant l’un que l’autre. Alors ça allait quand même être assez compliqué. Surtout que Mathéo avait horreur de s’excuser. Ce lui filait presque des boutons. Non, il en fallait beaucoup pour que le jeune homme daigne bien s’excuser. Même quand il savait que tout était de sa faute, il avait du mal. Pour lui, c’était en quelque sorte un aveu de faiblesse. C’était idiot mais bon. Et puis, il ne s’excusait jamais chez lui alors il n’avait également pas l’habitude.

    *Oui mais là, si tu veux que ça s’arrange, il va quand même falloir faire quelques concessions*

    Un sourire était apparu sur son visage. Ce n’était pas l’un de ces sourires réconfortant qui vous donnait envie de lui rendre quand vous le voyez. Non au contraire, il faisait assez flipper. C’était un sourire pour dire genre je vais te tuer dans cinq secondes, ne t’inquiète pas ça ne va pas faire mal. Non, sans blague, Mathéo ignorait si Amber s’en rendait compte mais elle faisait vraiment peur avec ce sourire au coin des lèvres. Franchement, il préférait quand elle faisait la gueule que quand elle faisait cette tête.

    *Tu crois que t’as encore le temps de te barrer en courant ?*

    Non, il n’avait sans doute pas le temps de partir et puis même s’il le désirait, ses pieds ne semblaient pas vouloir bouger. Non, il restait immobile contre l’arbre à regarder Amber s’énerver. Il ne voulait pas faire un pas. Il ne voulait pas la prendre dans ses bras, pour la calmer. Non il voulait simplement rester où il était. Rien n’avait d’importance.

    – Ah c'est donc ça... Pour toi je ne suis qu'un simple passe-temps JUSTE parce que tu ne peux pas avoir cette "bombe" de Rebecca c'est ça?

    *Heureusement que moi je t’ai compris, parce que elle ce n’est pas le cas. Elle te prend pour un Bisounours atrophié de ses deux seules neurones là*

    N’importe quoi. Elle n’avait vraiment rien compris. Il n’avait en aucun cas envie d’avoir Rebecca. Et puis il l’avait déjà eu une fois, mais bon c’était inutile de le rappeler à Amber ça. Donc, elle déformait vraiment tout. Et puis s’il voulait Rebecca, il ne resterait pas avec la préfète des Gryffondor. Elle était vraiment énervé et avait très mal pris ce qu’il venait de dire. Mathéo n’avait pas dit ça par pur et simple méchanceté mais c’est vrai que ses paroles n’avaient pas été très délicates et étaient vraiment maladroite. Et puis, il lui avait dit qu’il ne s’intéressait aucunement à Rebecca. Et puis, elle non plus. D’ailleurs la Serdaigle n’était pas du genre à sortir avec des garçons pour avoir des relations. Elle était plutôt adepte des aventures.

    Mathéo leva les yeux au ciel. Non mais franchement, maintenant s’il devait contrôler ses mots afin de ne pas la blesser. Et puis, c’était juste une erreur d’incompréhension. Bon s’il continuait avec des phrases dans le genre, il ne donnait pas chère de leur entente. Parce que là, ils étaient vraiment au plus bas. C’était leur première vraie dispute. Avant, ce n’était pas grand-chose. Celle-là était bien la pire et le jeune Serpentard s’en serait très bien passé. Un petit soupir assez inaudible. Encore heureux, elle allait surement encore plus s’énerver si elle savait que ça agaçait Mathéo au plus haut point.

    – Tu dis qu'elle est trop magnifique pour toi, mais tu ne te rends pas compte à quel point tu es spécial! C'est toi qui es trop bien pour elle... Elle ne te...

    Mathéo était trop bien pour les elfes de maisons et pour les Moldus mais après. Non, il ne pensait pas être trop bien pour Rebecca ou encore pour Amber. Ou par contre, il était d’accord sur le fait qu’il était assez spécial. En effet, il était vraiment unique en son genre. Bon il fallait qu’il se décide à enfin ouvrir la bouche. Il pensait de nombreuses choses. Il fallait simplement les extérioriser maintenant parce qu’elle devait savoir ce qu’il pense. Au moins, elle ne pourrait pas lui reprocher plus tard de ne pas être honnête avec elle.

    – Tu t’entends un peu ? Tu dis vraiment n’importe quoi et tu interprète mal ce que je dis. Je m’en fous de Rebecca en petite amie. Et puis si tu n’étais qu’un passe-temps, je ne passerais pas autant de temps avec toi. Et je serais déjà passé à une autre.

    *Euh, tu crois que c’est une bonne idée de dire ça Mathéo ?*

    Mathéo ignorait comment elle réagirait à ça. Bon, pour lui, ce n’était pas vraiment insultant ni rien. Mais les filles prenaient tout à cœur donc il ne pouvait pas vraiment dire l’issue de la conversation. Et puis il en avait marre. Pourquoi Rebecca était-elle la cause de cette dispute. C’était vraiment invraisemblable. Il n’y avait vraiment aucune raison qu’elle sème la zizanie entre eux. En plus, c’était totalement idiot car elle se fichait carrément de Mathéo. Elle était seulement amie avec lui. Puis avec tous les garçons à Poudlard elle avait du choix autre que lui. Vraiment Mathéo ne voyait pas pourquoi ça avait autant d’importance pour la Rouge et Or.

    *Elle est jalouse. C’est tout les filles ça. Rebecca a eu ton corps et pas elle. Elle est jalouse*

    N’importe quoi. Ca ne voulait rien dire. Puis elle n’avait pas à être jalouse. Mathéo avait beau passer beaucoup de temps avec la Serdaigle, il ne s’était jamais rien passé depuis qu’il avait rencontré Amber. Autant dire qu’il n’y avait pas de quoi être jalouse. Et puis Amber n’était pas comme Rebecca. Elle ne couchait surement pas avec tout le monde comme ça. Mais bon, les filles étaient bien trop difficiles à décoder pour comprendre quelque chose. Si elles avaient tous les mêmes réactions, ce serait nettement plus simple.

    *J’imagine bien que des caractères comme Rebecca dans le monde. Moi je dis, tu souffrirais mon pauvre petit. Allez ouvre ton cerveau et essayons de la comprendre*

    Essayer de comprendre une fille. C’était une tâche tellement compliquée. A côté de ça, se battre avec un dragon était vraiment d’une facilité infantile. Certaines filles étaient moins compliquées mais elles étaient aussi beaucoup moins intéressantes. Mathéo en avait un peu assez de cette conversation. Elle semblait interminable. Peut-être à un moment ou à un autre, il faudrait mettre fin à cette conversation au risque de se déchirer encore plus.

    – Bon sang, j'sais même plus ce que je dis à cause toi. Tu me perturbes avec tes idioties! Mais vas-y, va tenter le coup avec elle si ça n'est que la beauté qui te dérange chez moi! Surtout si tu me considères comme quelqu'un contre qui il faut se protéger. Rebecca a raison, je risquerai de te faire du mal si tu restes plus longtemps avec moi. Et de toute manière je ne te retiendrai pas!

    Non mais on nageait vraiment en plein délire. Mathéo se demandait même si Amber entendait ce qu’elle disait au moment où elle le prononçait. Le jeune homme avait beau s’expliquer encore et encore, c’était comme si elle ne l’entendait pas ou ne l’écoutait pas. Et visiblement c’était Mathéo qui était la faute de tous leurs problèmes. C’était sa faute car c’était lui qui était ami avec Rebecca. Le jeune homme en avait marre, elle n’avait qu’à se remettre en question dés fois elle aussi au lieu de tout remettre sur le dos du garçon.

    *C’est quand même un peu de ta faute tout ça. C’est toi qui est arrivé en retard et puis c’est toi qui écoute tout ce que dit la pouf.*

    Pfff. Si même sa conscience s’y mettait. Et puis, il s’était déjà excusé. Oui c’était la centième fois qu’il le disait mais quand même. Se rouler aux pieds des filles, très peu pour lui. Si même Amber commençait à lui prendre la tête. Il avait assez de sa famille pour ça quand même. D’ailleurs en parlant de famille, il avait refoulé la dernière lettre de sa mère. Tant pis pour elle, elle n’avait qu’à arrêter de lui envoyer des lettres roses parfumées tout aussi inutile les unes que les autres.
    Le jeune homme ne regardait même plus Amber.

    – Peut-être que je suis cinglée mais toi tu es... Tu... n'es qu'un idiot Mathéo

    Bien sûr, encore une fois. Il avait l’habitude maintenant de toute façon. Franchement Mathéo avait une terrible envie de partir maintenant. De toute façon, ça ne servait à rien, elle ne le comprenait pas. Il en avait vraiment trop marre et avait très envie d’abandonner. C’était voué à l’échec, il le savait. Ils ne s’écoutaient même plus alors à quoi bon continuer et s’accrocher alors que ça ne servait à rien.

    *Mathéo … Soit pas débile ! Essaie d’arranger les choses voyons*

    Mais ça ne servait strictement à rien de toute façon.

    *Si tu pars maintenant, je ne sais pas si vous pourrez vous en relever*

    Le jeune homme releva la tête vers Amber. Il la regardait, et était en train de se souvenir de ce qui lui avait tout de suite plus chez la belle. Mais là, c’était vraiment dur à ne pas oublier et à se concentrer. Elle le faisait devenir complètement timbré avec tous ces reproches. Il s’en fichait d’habitude mais là le pire était que ça venait d’une personne auquel il tenait.

    – C’est débile mais on ne se comprend pas. On est là à parler mais c’est comme si l’autre comprenait pas ce qu’on disait.

    *Tu veux en venir où là ?*

    – J’ai pas besoin qu’on me dise qui j’ai le droit de voir ou pas. Alors oui peut-être que Rebecca te fait peut mais c’est mon amie alors elle aura toujours de l’importance pour moi, et si t’es as capable de l’accepter …

    *Tu me soule à défendre la pouf.*

    – Et puis est-ce que je te fais autant de scène quand il s’agit de Wood moi ? Euh … j’crois pas non. Alors il faut que t’arrête.

    *Et beh ca va pas s’arranger, vous êtes aussi buté l’un que l’autre.*

    – Alors demande-toi, si le problème ne vient pas de toi finalement.

    Mathéo ne s’énervait même plus. Non son ton était plus las qu’autre chose. Il n’avait même plus la force de crier et de s’énerver.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Fiamata Dia Capulet
Gryffondor-KilljoyavatarGryffondor-Killjoy

MessageSujet: Re: Quoi de mieux que de se faire attendre ? [Perso/Amby]   Lun 27 Aoû - 18:03

Parfois se taire était nettement plus intelligent que de s'enfoncer encore plus à déclamer dans un jargon interminable des répliques où le sens n'avait plus lieu d'être. Et pourtant pour Amber se fut malheureusement impossible...

*Déployé une telle énergie pour sortir des bêtises pareils Amber... Tes réactions au quart de tour vont te le faire perdre plus vite que tu ne le penses. Laisse moi un minimum me remettre de tout ca!*

A quoi bon regretter? Le retour en arrière n'existait pas. Et quelle demoiselle n'aurait pas réagi comme elle? Ou alors, était-elle susceptible? Il lui semblait que non pourtant... En quelques secondes Mathéo avait réussi à battre les records pour animer la rouge et or d'une fureur sans égale... D'abord cinglée et parano pour ensuite la sous-entendre de fille contre qui il fallait se protéger. Et enfin il aboutissait sur l'idée vexante qu'elle n'était pas pourvue d'un physique aussi sublime que Rebecca. Interprétation et déduction logique de la Préfète à l'entente des mots du jeune homme, étant donné qu'elle n'avait aucun autre alternative à ses paroles blessantes. On pouvait donc comprendre l'état de furie intérieur de la jeune fille. Mais si son sang chaud ne s'était pas aussi rapidement attisé et qu'elle aurait pris le temps de se calmer au lieu de réagir comme une folle, la situation aurait pu s'arranger.

Et si elle avait au moins pris le temps d'analyser ce qu'avait dit Mathéo pendant qu'elle protestait avec véhémence sa colère telle une acharnée incapable d'écouter le moindre mot... Sans doute elle aurait pu s'adoucir. Mais elle était bornée et n'avait pas réalisé qu'il lui avait dit qu'il n'aurait pas passé autant de temps avec elle si elle n'était qu'un passe-temps.
Les filles étaient de véritables enigmes, toujours imprévisibles et Amber ne faisait pas exception du tout.

Mathéo ne s'était pas donné la peine de la regarder durant tout le discours de la jeune fille. Restant silencieux, appuyé contre son arbre, le visage impénétrable. Mais ce fut seulement lorsqu'il se décida à parler, qu'il leva son regard vers elle pour la considérer un instant:


- C’est débile mais on ne se comprend pas.

Ce changement de ton surpris Amber, Mathéo prenait une voix au timbre soudainement plus bas. La lassitude de cette conversation sans accord possible se faisait ressentir.

-On est là à parler mais c'est comme si l'autre ne comprenait pas ce qu'on disait.

Un sentiment étrange se fit ressentir en elle. Amber reconnaissait que les paroles de Mathéo étaient vraies. Ils ne s'écoutaient même plus. Se piétinant l'un sur l'autre et enchérissant des inepties ridicules.

Son humeur funeste s'éteignit brutalement, laissant place à une incertitude. Qu'allait-il lui dire ou reprocher maintenant?


-J'ai pas besoin qu'on me dise qui j'ai le droit de voir ou pas.

Un battement d'une âpre rudesse étreignit la Préfète.

*Mais comment ai-je pu être aussi bête? Et sortir des choses pareilles? Aucune idée, mais pour une fois, Mathéo semble avoir raison très chère. Et tu es fichue. N'enfonce pas le couteau dans la plaie...*

-Alors oui peut-être que Rebecca te fait peur mais c'est mon amie

*Il était vraiment inutile de me rappeler, vraiment.Je crois qu'il veut s'assurer que ça rentre bien dans ton esprit.*

-... alors elle aura toujours de l'importance pour moi, et si t'es pas capable de l'accepter...

Véritable coup dur pour Amber qui écoutait Mathéo sans se détourner de son regard cette fois-ci. Non pas qu'elle désapprouvait leur amitié, mais sa manière de lui avoir dit cela la blessait. Et même si elle ne comprendrait surement jamais pourquoi ils étaient amis, Amber se forçait à l'accepter. Donc elle ne comprenait plus rien.

-Et puis est-ce que je fais autant de scène quand il s'agit de Wood moi? Euh... j'crois pas non. Alors il faut que t'arrête.

La vérité était toujours dur à supporter, mais le Serpentard avait raison. Jamais encore il ne lui avait reproché la forte amitié qui liait Jake et Amber. Et de son côté elle faisait tout pour mentionner Rebecca de long en large. Pourquoi lui donnait-elle tant d'intérêt si elle ne la portait pas dans son cœur? Passer à autre chose aurait évité cette dispute.

-Alors demande-toi, si le problème ne vient pas de toi finalement,conclut-il sans se départir de son air défait.

Amber tombait des nues. Depuis le début elle ne pouvait se retenir de jeter la faute sur la Serdaigle. Et pour la première fois elle se remit en question. Etait-ce elle le problème dans tout ça alors?

Son corps fatigué ne pouvant plus la soutenir plus longtemps devant cette phrase fatale, la jeune fille se laissa tomber à terre. Son visage s'empourprant d'une honte subite.


Elle songeait, inerte, livrée à ce reproche trop dur à accepter qui la tenait ainsi affaissé.

*Donc c'est moi qui ne va pas! C'est magnifique. Je ne me suis jamais sentie aussi minable.*

Remontant d'un air excédé sa chevelure, Amber leva ses yeux vers Mathéo.

- Peut-être. Oui ça doit être moi, admit Amber.

Elle avait prononcé ses mots sur un ton de voix dont le flegme affecté cachait la plus violente douleur.


-Ecoute, je ne sais plus. Ca me fatigue. Et j'pense qu'on a tord autant l'un que l'autre.

Pause. Amber voulait ajouter une dernière chose. Ce fut donc après un long soupir qu'elle déclara d'une voix altérée :

-Mais peut-être que si tu ne m'avais pas blessé je n'aurai pas dit tout cela. Et puis j'en ai assez. Cette discussion commence à me fatiguer.

*C'est ca Amber, continue comme ca et bientôt tu parleras à l'arbre sur lequel il est appuyé je peux t'en assurer...*

Elle était excédée, blasée, finie, et ne trouvait plus la force de s'excuser, ni d'arranger les choses.

Comment ça allait finir? Amber n'en savait rien et redoutait plus que jamais ce moment. Celui où l'un d'eux finirait par en déduire que leur rendez-vous ne servait plus à rien et que l'achever vaudrait mieux que mille discours blasant.

Cette séparation l'effrayait, mais elle s'efforcait d'enfouir cette crainte en elle. Car elle le savait, qu'une fois qu'ils se quitteraient leur dispute terminée - sans excuse apparente car tous deux ne semblaient point faire un quelconque effort de pardon- elle ne pourrait lui parler normalement. Ils ne pourraient se reparler. Et impossible de savoir quand est-ce qu'ils parviendraient à s'entendre de nouveau.

La vie était injuste, ça n'était ni réellement de la faute du Serpentard, ni de celle d'Amber ou même de Rebecca ou Kieran. Mais la malchance. L'existence d'un être humain était sans cesse tourmentée par des évènements imprévu qu'on ne pouvait contrôler, oscillant entre joie et euphorie quand la vie vous souriait ou déception, tristesse et autre malheurs si bien connus...


*Je veux mon dortoir. Je suis trop énervée et dégoûtée pour m'excuser vraiment et sincèrement.*

Ne pas s'excuser. Une erreur qu'elle allait payer cher alors que tout ce qu'elle désirait sans se l'avouer, était de rester le plus souvent avec Mathéo. Amber ne mesurait plus les conséquences que pouvaient engendrer son entêtement, ses paroles et ses pensées. Acte qu'elle regretterai bien vite...

________________Requiem for a Prophecy________________


Jake&Amby <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathéo Moreno
SerpentardavatarSerpentard

MessageSujet: Re: Quoi de mieux que de se faire attendre ? [Perso/Amby]   Mar 28 Aoû - 14:55





    C’était étrange de voir où les deux jeunes gens avaient pu en arriver. Mathéo se disputait souvent. Après tout, il avait un caractère assez difficile. Et les gens perdaient souvent patiente avec lui. En général, il se fichait de se disputer avec des gens. Par exemple quand c’était Wood, il en prenait d’ailleurs un malin plaisir. Mais là ce n’était pas pareil. S’il y avait bien quelqu’un avec qui il ne pensait pas se disputer un jour, c’était bien Amber. Mais visiblement, il s’était trompé, vu où ils en étaient maintenant. Il la fixait, le regard las. Il avait arrêté de parler, de toute façon, il n’avait pas grand-chose à ajouter. Quoi qu’il dise, il la blessait un peu plus. Ce n’était pas son but car pour lui ses paroles n’étaient pas faites pour ça.

    *Alors qu’est ce que tu vas faire maintenant que tu es en arrivé à ce point ?*

    Il l’ignorait. Parce que c’était inutile de s’excuser s’il ne le pensait pas. Non Mathéo n’était pas le genre de personne qui disait ce que l’autre voulait entendre simplement pour le contenter. Au contraire, il ne disait que ce qu’il pensait. S’il n’avait pas été comme ça, peut-être ne se serait-il pas disputer mais leur relation serait basée aussi sur des mensonges. Alors finalement, qu’est ce qu’était le mieux. Le jeune homme ne pouvait pas aller à l’encontre de ce qu’il était. Le Serpentard se rongeait les ongles tandis qu’il observait toujours la jeune fille. Elle ne paraissait plus tellement énervé non plus mais dans le même état d’esprit que lui. Aussi lassé, aussi dégouté par la situation. Dire que c’était lui qui l’avait engendré à cause du mot rendez-vous. Quoi que c’était mieux qu’ils se soient ouverts peut-être. Les disputes permettaient de mieux connaître les gens également.

    Soudain la jeune fille se laissa tomber à terre. Mathéo fit le geste de se relever. Mais non, elle allait bien finalement. Elle s’était juste laisser tomber intentionnellement. Il s’accola donc à nouveau contre l’arbre, l’observant de loin. Elle avait l’air épuisé. Epuisé par la situation, autant que Mathéo l’était. Finalement elle releva les yeux vers le jeune homme. Elle ne s’était pas effondrée, elle voulait quand même continuer la conversation ou la clore …

    *Il est peut-être temps de partir maintenant avant de rendre la situation irréversible*

    – Peut-être. Oui ça doit être moi.

    Peut-être. Peut-être était-ce de la faute de Mathéo aussi. Ou simplement leurs tords étaient peut-être partagé, tout simplement. Cette discussion n’avançait vraiment à rien finalement. Ils continuaient simplement de se déchirer sans être passé par la case grand bonheur. Non parce qu’ils n’avaient jamais vraiment officialisé leur relation. Non, il se retrouvait quelque fois et passé de bons moments. Voilà sur quoi était basée leur relation. Mathéo n’avait pas eu envie de plus pour le moment. Cette relation lui convenait comme elle était. Mais même si une relation n’est pas officielle, ça ne protégeait pas quand même des mauvais moments. On pouvait le voir aujourd’hui. C’était dommage car la journée avait été magnifique. Il y avait un magnifique soleil, le ciel était bien bleu. Et pourtant c’était comme s’il pleuvait au dessus de leur tête.

    « Il faut être cruel pour régner, mon garçon … ». C’était les dernières paroles que son père lui avait dite avant de partir et de ne plus jamais revenir. Il ne savait pas pourquoi mais ces paroles lui revenaient à l’esprit en ce moment même. Il avait du mal à aimer maintenant. Parce que la personne qu’il avait le plus aimé, celui pour qui il aurait pu faire n’importe quoi tellement l’affection qu’il ressentait pour lui était grande n’était plus. Il ne savait pas ce qu’il était devenu et ça le rongeait de l’intérieur. L’amour semblait si futile à côté. Alors c’était peut-être de là que venait ses problèmes. Mais là comment pouvait-il faire pour y remédier. Amber ne pouvait pas comprendre. Elle ne le savait pas. Peu de personne était au courant de ce mal-être.

    Le jeune homme fuyait maintenant le regard de la belle. Il était vraiment mal et ça n’allait pas en s’arrangeant. Parce que maintenant qu’il avait trouvé une fille qui pouvait potentiellement lui apporter cette affection qui lui avait manqué, elle semblait s’en aller, tout comme son père des années plus tôt. Il se mordillait la lèvre inférieur tout en attendant que la jeune fille prenne la parole et rompt ce silence insupportable.

    – Ecoute, je ne sais plus. Ca me fatigue. Et j'pense qu'on a tord autant l'un que l'autre.


    Elle avait mis à l’oral, ce qu’il avait pensé plus tôt. Il fallait deux personnes pour en arriver là où ils en étaient. Et ça ne pouvait pas être la faute d’une seule et unique personne de toute façon. Il ne la regardait toujours pas. C’était trop difficile de se dire que c’était peut-être de sa faute qu’il allait perdre une personne comme elle. Il ne savait pas comment se battre pour elle. Il ne savait plus. Vidé de toute énergie, c’était dur pour lui de réfléchir à la question. Il se laissa glisser contre l’arbre pour atterrir assis par terre.
    Il passa une main dans ses cheveux d’un geste machinal. Comme si ça avait la moindre importance de comment il était coiffé.

    *Arrête de fuir son regard comme ça, elle ne te veut pas de mal, tu sais.*

    – Mais peut-être que si tu ne m'avais pas blessé je n'aurai pas dit tout cela. Et puis j'en ai assez. Cette discussion commence à me fatiguer.

    Au moins, sur ça, ils étaient d’accord. Cette discussion était fatigante pour les esprits des deux jeunes gens. Oui peut-être s’il ne l’avait pas blesser. Mais il l’avait fait. Maintenant chacun savait ce que l’autre pensait de la situation. Et même si c’était dur, voilà. La discussion commençait à toucher à sa fin. Ca se sentait autant dans les paroles que dans les comportements des deux sorciers.
    La discussion était stoppée. L’un comme l’autre, n’attendait peut-être que l’autre attaque à nouveau. Mais il n’en était rien. Mathéo se massait les yeux comme s’il venait de se lever ou comme s’il venait de pleurer. Il releva la tête tout en fuyant toujours le regard de la Gryffondor et mit fin à ce silence pesant.

    – Plus on parle, et plus on semble s’éloigner. Je crois que ce n’est pas vraiment une bonne idée de continuer là-dessus.

    Oui, il fallait peut-être y mettre fin. Enfin. Ils ne pouvaient pas continuer une conversation pareille. Mathéo sentait bien que s’ils ne s’arrêtaient pas là, ça allait vraiment mal finir et non, il ne le voulait pas. Il se releva doucement et tranquillement comme pour montrer que ça y est, ils allaient chacun pouvoir souffler de leur côté.

    *Qu’est ce que tu vas faire maintenant Mathéo ? Tu ne vas pas partir comme ça la laissant toute seule. Ce serait triste …*

    – Je pense qu’on devrait prendre le temps de réfléchir et de se calmer …

    Annonça t-il de la même voix qu’au début. Il s’approcha doucement d’elle et lui posa un baiser sur le front avant de commencer à se reculer. Après tout, restait plus longtemps n’apporterait rien de plus. Il avait les yeux tristes, le regard perdu. Il ne la regardait déjà plus. L voilà maintenant dos à elle, partant, l’abandonnant dans le parc où quelques heures plus tôt il lui avait donné rendez-vous avec de bonnes intentions.

    *Retourne toi, regarde là, montre lui que t’as un cœur toi aussi …*

    – Je suis désolé … Vraiment.

    Jamais il ne daignait la regarder depuis qu’il avait repris la parole. Peut-être par manque d’envie ou de peur de montrer ce qu’il ressentait.

    – Je t’aime beaucoup Amber, mais pour l’instant c’est trop …

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Fiamata Dia Capulet
Gryffondor-KilljoyavatarGryffondor-Killjoy

MessageSujet: Re: Quoi de mieux que de se faire attendre ? [Perso/Amby]   Mer 29 Aoû - 16:43

La joie s'enfuyait, s'enfuyait... En réalité, elle s'était éclipsée dès le début de leur conversation... Partie loin à l'horizon, laissant le silence s'imposer après des minutes de mésententes malheureuses.
Amber repensait à ses moments d'avant, entre ces décors blanc froid dans la cabane hurlante ou bien en hauteur sous un ciel crépusculaire. Ces instants où son cœur petit à petit s'était ouvert. Comme ils semblaient à des années lumières maintenant. Le bonheur était parfois injustement assailli d'embuches, mais pour cette fin de journée, cette dispute était bien trop grande à surmonter. Aucun des deux jeunes gens n’aurait pu s'attendre à un tel retournement de situation.

La tristesse à présent l'envahissait tout entière et un sentiment de culpabilité commençait à se faire ressentir. Hélas, Amber n'en pouvait plus et la difficulté d'arranger cette situation était trop grande pour le moment.
Elle sentait que le départ de l'un des deux s'approchait. Seulement qui allait dire les mots qu'il fallait dans un regard ou à l'oral pour le faire comprendre? Conclure qu'il n'y avait plus rien à dire et qu'il valait mieux pour eux de se quitter.

La jeune fille, toujours sur le sol, observait discrètement Mathéo en levant ses mirettes inquiètes vers lui. Ce dernier ne la regardait même plus. Sans doute l'avait-elle complètement déçu, dégoûté... ou pire. Et elle ne savait plus quoi dire ou quoi faire pour arranger la chose.
Ce fut après un long silence, que le Serpentard finit par prendre la parole:


-Plus on parle et plus on semble s'éloigner.

Oui, c'était vraiment ca. Et s'ils continuaient à se parler davantage, tout allait empirer. Amber était à quelques centimètres de lui, et pourtant elle se sentait si loin du jeune homme. Soudainement inaccessible pour elle. Un immense mur s'était initié entre eux l'espace de quelques minutes.

-Je crois que ce n'est pas une bonne idée de continuer là-dessus.

Hochement léger de la tête d'Amber, le regard sur cette herbe qui semblait sourire au soleil encore un peu présent tandis qu'elle, n'était que déception et tristesse. Ça n'était peut-être un mur, mais plusieurs murs qui s'étaient sillonnés entre eux, qu'elle en regrettait de ne pas être partie avant son arrivée..

Le jeune semblait fuir volontairement le regard d'Amber. Comme si la regarder davantage ne ferait qu'attiser une colère, ou une tristesse... Ou peut-être ne voulait-il pas la regarder par crainte.
Les battements de cœur de la Préfète se ralentissaient au fur et à mesure qu'il parlait, de son ton toujours calme, trop calme après cette tempête désolante. Mathéo n'osait même plus aggraver le ton, cela ne servait plus à rien ni pour lui, ni pour elle. Ils avaient tout dit et cependant trop dit. Mais il était bien trop tard aussi.
Leur dispute touchait à son terme, et enfin ils pourraient se quitter... Mais dans un état morne et empli de peine sans doute, où une pointe de fureur face à cette dispute inattendu les animerait peut-être.

Quand enfin, cet instant tant redouter arriva. Mathéo s'apprêtait à se lever sous le regard désespéré et alarmé de la demoiselle. Cet air placide qu'il arborait lui faisait redouter un emportement soudain. Allait-il partir dans un hurlement pour la réprimander une dernière fois ou lui reprocher d'être trop impulsive? Car c'est ce qu'elle était depuis peu... Réagissant impétueusement à la moindre parole du jeune homme qui devait être désespéré devant un tel cas qu'elle à présent...


*Je dois le répugner...Pas à ce point là mais ca ne doit pas être loin vu qu'il va te fuir. Comment le retenir? Insister à le faire rester n'arrangerai rien Amber... Je sais mais...*

Mais la peur de le voir si proche d'elle avant longtemps l'effrayait. Elle ne voulait pas ne plus lui parler. Pourtant Amber le savait, elle devait l'accepter malgré elle. Ils allaient de nouveau se distancer pour une durée dont elle ignorait la longueur. Comme si ne pas se voir autant qu'ils le désiraient avant ne suffisait pas. Voilà que cette querelle n'arrangeait rien de leur "relation" plus qu'étrange d'ailleurs.
Il est vrai qu'Amber n'avait jamais su définir exactement ce qu'il se tramait entre eux deux. Toujours à se titiller, se rapprocher, s'éloigner pour se retrouver et enfin s'éloigner de nouveau... Ils n'étaient pas ensemble à proprement parler et pourtant elle sentait au plus profond d'elle-même qu'il y avait plus que de l'amitié ça c'était certain. Cependant ils ne formaient rien d'un couple non plus. Quoi que ça n'était pas comme s’il y avait des couples vraiment officiels à vrai dire dans ce château...

Revenons à Mathéo. Debout devant elle.


-Je pense qu'on devrait prendre le temps de réfléchir et de se calmer...[/]

*Il n'a pas tout a fait tord. Une pause vous sera bénéfique. Mais on se retrouvait à peine... Je suis qu'une sombre idiote... Et... Attends tu parles de pause comme si nous étions ensemble... Vous êtes quoi alors? En vérité...Je ne sais pas.*


Elle avait besoin de réfléchir oui. De se remettre en question. Jamais Amber n'avait ressenti une telle culpabilité. La demoiselle avait toujours fait tout pour éviter les querelles et mésententes et pourtant, ici ce fut comme si elle avait volontairement et délibérément chercher son propre malheur. Et tout ça à partir d'un malheureux retard.

Ses yeux se firent plus grands lorsqu'elle aperçut Mathéo se rapprocher d'elle. Elle crut qu'il allait... N'importe quoi. Apres ce qu'il venait de se passer c'était plus un gifle qu'autre chose qu'elle méritait. Amber retint sa respiration, prise de frayeur. Quand elle sentit finalement la pression des douces lèvres du jeune homme sur son front. La Préfète ferma un instant ses yeux. Savourant doucement cet acte charnel bienveillant, comme une petite enfant à qui l'on disait adieu pour un temps.

Puis il se retira, bien trop rapidement. A son plus grand étonnement, Mathéo affichait une mine triste. C'était la première fois qu'elle le voyait ainsi. Ce qui la bouleversa complètement, surtout que le jeune homme ne la regardait toujours pas. Il était maintenant dos à elle. Amber était toujours prostrée au sol, incapable de se relever. Tout le poids de sa déréliction l'empêchait de se lever et la gardait à terre.

Sur le point de la quitter, elle espérait qu'il lui adresse une phrase, ou un dernier mot. Rien qu'un seul.


*Ne me laisse pas comme ca.*

-Je suis désolé... vraiment.

Et c'était lui qui s'excusait encore une fois. Aucun son ne put s'échapper des lèvres d'Amber. Elle était tragiquement bloquée sur le départ de Mathéo qui fuyait son regard.

-Je t'aime beaucoup Amber, mais pour l'instant c'est trop, ajouta-t-il dans cette conclusion achevant.

Il l'aimait beaucoup... Elle aussi. Mais comme il l'avait déclaré, leur différent était bien trop immense pour tourner la page et tout oublier d'un simple claquement de doigt.
Une séparation était la meilleure solution. Afin de laisser le temps faire les choses, laisser Amber calmer cette haine irrépressible et trop perceptible vis a vis de Rebecca.

[i]Laisser Mathéo pardonner les élans colériques de la jeune fille.

Il venait de l'avouer. Pour le moment c'était trop. Et pour Amber, elle était ce "trop".


-Je comprend...
murmura-t-elle dans une voix sourde, son regard baissé et bouleversé. Je suis aussi désolée que toi, Mathéo...

Ces derniers mot eurent un accent amères dans sa gorge, déglutissant pour renflouer ses larmes de faiblesse qui narguaient ses yeux. Elle les avait prononcé presque pour elle-même, ignorant si il l'avait entendu ou non. Ou s'il n'était déjà plus présent. Car elle ne voulait regarder le jeune homme s'éloigner, le voir partir ne lui ferait que plus mal lorsque l'on se sentait coupable.

"Now it's too late young girl... No matter what."

Quelle ironie du sort!

Amber s'avança doucement sur ses mains vers l'arbre sur lequel était posé Mathéo. S'appuyant contre lui, elle ferma ses paupières, songeuse. Tentant de barricader dans son esprit toute cette sourde tristesse et colère mêlées.
Elle fut alors hantée par des bribes de souvenirs. Moments passés avec lui, toujours furtifs et pourtant si beaux. Elle se remémorait ses drôleries, ses réactions déplacées, inattendu et toujours si amusantes mais surtout ces si rares élans de douceur qui vous touchent profondément le cœur.

Elle l'aimait oui. Comme elle le lui avait écrit, une fois, dans un mot anonyme... Malgré tout ce qui pouvait les séparer à présent, elle l'aimait. Et peu importe les desseins de Rebecca, elle ne laisserait pas faire et comptait bien le lui montrer un jour ou l'autre.

Serrant l'herbe sous ses mains, elle respira l'air frais pour se laisser envelopper quelques instants. Avant de rejoindre ses camarades au château.


________________Requiem for a Prophecy________________


Jake&Amby <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Quoi de mieux que de se faire attendre ? [Perso/Amby]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quoi de mieux que de se faire attendre ? [Perso/Amby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lézarder au soleil avec une amie, quoi de mieux? [Luna Lupinelli & Aliénore S. Marshall]
» Quoi de mieux que de noyer son chagrin dans un verre de whisky?[Valentin]
» Une baston... Quoi de mieux pour se détendre... et pour boire du Tzinpaf ? (PV Jenna, Laara, Saeko, Clio et Keylo)
» Le bar... Quoi de mieux pour se bourrer la gueule. [Pov Emmy]
» Quoi de mieux que de boire pour oublier (pv Raphael)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem for a prophecy  :: Saison 1 :: Poudlard :: Extérieur-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com