Requiem for a prophecy

Forum RPG basé sur le dix-neuf ans plus tard de la saga Harry Potter
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 [Public] But the ground is just dust...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Frank T. Hewlett
Forces Sorcières IntérieuresavatarForces Sorcières Intérieures

MessageSujet: [Public] But the ground is just dust...   Dim 19 Aoû - 13:25


BOTANIQUE
LES CHAMPIGNONS MAGIQUES




    La serre numéro trois ne ressemblait pas à la serre des années précédentes... Monsieur Hewlett avait décidé de regrouper toutes les espèces de plantes dans les deux autres, pour en faire de celle-ci une salle de classe accueillante. Pour cela, il avait eu besoin de l'aide de toute une équipe de grands naturalistes. Mais voilà qu'elle n'avait pas servi jusqu'à présent, faute de n'avoir pas trouvé un prof compétent pour enseigner la Botanique aux sorciers de Poudlard... Et il ne pouvait que comprendre le refus des personnes à qui il avait fait des propositions plutôt alléchantes... Quoiqu'il en soit, malgré les évènements qui bousculaient l'ordre du Monde Magique, Frank Hewlett avait décidé de prendre en main le sort des élèves. Aucun d'eux ne méritait de rater leur BUSES ou leurs ASPICS, car, la sentence était tombée le soir dernier, les examens de fin d'année étaient maintenus. Nous ne dirons pas qu'il souhaitait aussi se détacher de toutes les obligations qui l'attendaient... S'isoler dans cet endroit chaleureux, parmi des êtres innocents (ou pas...) qui ne savaient rien de ce qu'il se passait en dehors de l'école... (ou pas.) Il était très heureux de pouvoir leur faire cours, et il n'avait mis aucun de ses collègues au courant, peut-être par peur qu'on se moque de lui ? Parce que tout le monde savait qu'il aurait adoré avoir des enfants...

    Il ne s'y connaissait absolument pas en Botanique, et n'avait jamais su garder une plante plus d'une semaine, Marina peut en témoigner (la même chose se passa avec leur poisson rouge, RIP Bubulle). Mais, alors qu'il habitait, exilé aux Etats-Unis, avec sa famille, sa plus grande soeur s'était passionnée pour cet enseignement. Alors qu'elle préparait un diplôme pour devenir Herbologiste professionnelle affiliée aux Plantes potentiellement dangereuses pour les Moldus, il avait appris énormément de choses sur les Champignons, en la faisant réviser. Depuis, il avait bien sûr lu l'ouvrage de Phyllida Augirolle, et si jamais il devait se reconvertir, ce serait en Champignologue.

    La salle de classe, donc, était particulièrement agréable, ouverte sur la nature, calme, et surtout largement décorée avec des plants verts. Le tableau de la classe, par exemple, déjà vert foncé en lui même, était entouré de lierre. Des tournesols brillaient dans leurs vases en pierre, et le mur en face de la baie vitrée était couvert de différentes espèces qui pouvaient bouger ou s'entortiller. Une odeur de roses ou de lilas embaumait la pièce, accentuée par la chaleur suffocante de la serre. Les tables étaient disposées l'un en face de l'autre, collées, de façon à former plusieurs carrés, où l'on pouvait y loger à cinq grand maximum. Et sur ces tables... Des petites boîtes en bois.

    Deuxième cours de la journée, la tranche horaire la plus ingrate puisque juste avant l'heure du repas de midi... Mais le directeur ne comptait de toute façon pas tenir deux heures sur un sujet comme les champignons, et laisserait sortir les élèves avant que le clocher ne retentisse, et de toute manière il savait que certains élèves le grugeraient pour pouvoir se rendre dans la Grande Salle en premier... Surtout que ces adolescents-là se trouvaient dans leurs dernières années à Poudlard, et donc se permettaient de se croire au-dessus des lois, au-dessus des plus jeunes surtout... Mais Frank ne pouvait s'empêcher de les adorer. Tous, quel qu'ils soient bien entendu... Mais peut-être un peu plus ses "têtes-brûlées", comme il aimait les nommer ainsi.
    La sonnerie retentit jusqu'ici, alors que Frank sortait sa baguette pour écrire le titre de la leçon d'aujourd'hui, dans une encre semblable à de la craie.

________________Requiem for a Prophecy________________

    J'ai connu la véritable liberté. J'ai connu le monde paisible, animé par un état d'esprit remarquable.
    Un monde qui m'a été enlevé.
    Je réalise aujourd'hui qu'il me faudra du temps, que la route qui m'attend est longue et obscure.
    Elle ne me mènera pas toujours là où je veux aller. Mais quoi qu'il arrive, je la suivrais.
    Pourquoi se battre ? Pourquoi résister ?
Personne d'autre ne le fera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tibus Tintagel
Poufsouffle-KilljoyavatarPoufsouffle-Killjoy



MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Dim 19 Aoû - 18:29

    - Botanique ? Tss... Ça existe encore ?

    Il faisait super chaud et Tib' avait la flemme de ramener sa mouille dehors, surtout que le cours de DCFM l'avait assommé. Il traversa le château en traînant des pattes, checkant des mains qu'il connaissait au passage, la routine du matin quoi. Lasz' avait dû être blasé de l'attendre et s'être rendu aux serres avant lui... Ou n'être toujours pas sorti de la classe de Lauréana. Dire que c'est Thaïs qui l'avait forcé à continuer cette matière... Il espérait au moins que la prof soit aussi sexy que celle du début de l'année.

    Sa cravate pendouillait déjà autour de son coup, et sa chemise était ouverte jusqu'au cinquième bouton, si ça ne tenait qu'à lui il serait déjà torse-nu... et en caleçon. Ce qui n'aurait pas déplu aux filles de Poudlard - ni à certains gars.
    Il reconnut une grosse camarade de sa promotion et put repérer la bonne serre - like a boss. Tib' se rajouta à la file qui finissait de rentrer à l'intérieur, et il eut l'extrême intelligence de faire un rapprochement entre la salle commune des Poufsouffles et la salle où allait se dérouler le cours de Botanique. Les tables étaient positionnées d'une manière assez cheloue, mais la sienne lui était déjà toute attribuée, il jaugea bon de le signaler en foutant son sac vide à côté de Lazs', en diagonale de Thaïs... THAÎS ?


    - Tf'ais plus la tronche ?

    - T'es toujours aussi con ? brailla-t-elle du tac au tac, avec un sourire...

    Bizarrement la réaction de Tib' ne fut pas de lui foutre un pain, mais de lui rendre son sourire, un poil vexé peut-être, mais heureux d'avoir retrouvé sa pote après son passage à vide.
    Mais il sembla se passer quelque chose d'anormal, puisque Tibus semblait agité et regardait dans tous les recoins de la serre.


    - Où est ma prof sexy ? implora-t-il avec émotion, en refoulant le directeur qu'il avait devant les yeux.

    Certains avaient déjà posé leur manuel sur leur table, d'autres des paires de gants en peau de dragon, et d'autres encore des lunettes de protection.
    C'est alors, toujours aussi intenable qu'il était, qu'il prit peine de regarder la boîte devant son nez, il la souleva en gueulant :


    - LE TESSERAAACT, sous les rires de quelques nés-moldus cultivés.

________________Requiem for a Prophecy________________
Only on this earth for a short time, time
So don't go outside, cause you don't want to die, die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laszlò Tudor
Serpentard-KilljoyavatarSerpentard-Killjoy

MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Lun 20 Aoû - 13:18

- Hein-de-quoi ?

Ouvrant un oeil tout collant d'une nuit achevée affalé sur un bureau, Lasz regardait sans comprendre Dylan Abercrombie qui le secouait comme si le cours de DCFM était fini... Ah, il l'était ?

- BlablablaBotanique.

Ah oui, ils avaient eu un mot sur le panneau d'affichage des salles co' pour dire que ça reprenait... Lasz' se redressa, la marque de son rouleau de parchemin imprimée sur la joue, et s'étira dans un grognement bestial. Au moins, il n'aura pas fait perdre de point à sa maison, pour l'instant... Enfin, pour ce qu'il en savait, mais il pensait que Lauréana l'aurait réveillé pour lui annoncer. Encore un peu somnolent, il ramassa son sac, oublia les affaires posées sur le bureau car trop occupé à sourire à une jolie Serpy du nom de Leigh qu'il ne s'était pas encore tapée.

- On s'voit ce soir à l'entrainement hein, oublie pas !

Loin d'être un rencart, en fait Leigh avait été la meilleure postulante pour remplacer Alice en tant que batteuse... Et donc être en binôme avec lui. Ce qui selon lui était un bon présage...

*Une question de temps avant que j'me la tape.*

Mais ses réflexions intenses furent interrompues par la rouge chevelure de Constance, actuelle cible, et le monologue de sa copine - avec qui il était sortit en deuxième année, mais elle avait pas vraiment bien évolué physiquement depuis, à son goût - qui il le savait avaient également Botanique.

- Ça va les filles ? Fit-il en se plaçant entre elles deux et en les prenant par les épaules tandis que Thaïs le doublait en se foutant de sa gueule.

Il finit le chemin avec elles, en pronosticant sur le nouveau prof, et les abandonna à l'entrée pour s'installer en face de Thaïs.


- T'as plus séché en un mois que moi depuis le début de l'année ! C'est cool que tu sois là aujourd'hui.

*Oui, aussi parce que je pige rien en Bota.*

- Tiens, Laszlò, t'avais oublié ça. Fit une grosse fille de Poufsouffle rougissante en lui tendant ses affaires oubliées.

- Merci !

En même temps, le sac habituellement vide de Tibtib atterrit contre sa chaise, et leur trio de choc était à nouveau réuni. Lasz' tomba des nues en apprenant que Thaïs faisait la gueule à Tib, mais fit semblant d'être au courant et ne commenta pas.

- Où est ma prof sexy ?

Tiens bonne question, mais le regard de Lasz' se porta sur Monsie... Enfin, sur Frank, et il compris qu'il faisait des heures sup. Il le salua solennellement d'un signe de tête, comme pour passer pour quelqu'un de sérieux avec les FSI et tout ça, mais son meilleur pote fit foirer son plan.

- LE TESSERAAACT.

Chcrompf <- rire nasal qui rend très crédible. Pour la peine, il lui mit une grande claque dans le dos, qui le fit s'affaler contre la table et renverser le contenu du-dit Tesseract. Revenge, ça lui apprendra à le décrédibiliser indirectement..

- PIETRE DIEEEU.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Taylor
GryffondoravatarGryffondor

MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Mar 21 Aoû - 9:03



Cours de Botanique.
© Never-Utopia






    Léna s’était levée en pleine forme. Elle n’avait dormi que peu mais elle semblait avoir la pêche comme jamais. Depuis qu’elle avait quitté son lit, elle ne s’arrêtait pas une seconde. Elle avait de l’énergie à revendre. Elle s’était donc préparé et portait aujourd’hui un jean noir et une petite chemisette aux couleurs de sa maison. Elle l’avait reçut il n’y a pas longtemps et le trouvai assez sympa. Donc la belle s’était coiffé en un chignon un peu brouillon qui donné un air de coiffé-décoiffé. Enfin prête, la belle quitta le dortoir. Dans la salle commune, les garçons étaient également d’attaque à commencer la journée. Il jouait d’ailleurs avec une espèce de balle qu’il se lançait à travers la pièce. Mais vu comment ils étaient partis, il ne manquerait pas longtemps avant de casser quelque chose. Léna se rendit vers la porte quand elle sentit la balle dans son dos. Les garçons s’étaient donc amusés à la viser. La jeune fille se retourna et ramassa la balla à ses pieds. Elle fit également le mouvement de quitter la salle commune avant de se faire retenir pas l’un des deux garçons.

    – Attends Léna, sois mignonne, rends nous notre balle !

    – Ben je ne sais pas, j’ai quoi en échange ?

    – Ce que tu veux, ma belle !

    – Je saurais m’en souvenir !

    Annonça la Gryffondor avec un sourire malicieux avant de lancer la balla à son pote. Elle sortit enfin de la Salle commune. Elle descendit les escaliers rapidement. Elle arriva enfin au rez-de-chaussée et pénétra dans la Grande Salle. Elle partit s’installer à la table des Rouges et Ors et commença son petit-déjeuner. Elle n’avait pas très faim mais vu le nombre d’heures qu’elle avait mangé, il valait mieux qu’elle prenne des forces pour tenir toute la journée. Elle avala donc un jus de fruit et quelques bons gâteaux préparés par les elfes de maisons. Mais le temps passait rapidement et il était déjà temps d’aller à leur premier cours de la journée. Très longue fut cette heure. Interminable même. Le cours de Défense Contre les Forces du Mal avait vraiment été barbant ce matin. Enfin si la Gryffondor s’était au moins intéressé un peu au cours, peut-être qu’elle l’aurait trouvé moins ennuyant. Bref, en tout cas maintenant c’était fini et la jeune fille n’allait certainement pas le regretter. Maintenant place à la Botanique. Léna avait vu une affiche sur laquelle on disait que les cours dans cette matière reprenaient. Il était temps car ils approchaient dangereusement des examens qui étaient malheureusement maintenus. La Gryffondor quitta donc le château pour se diriger vers les Serres. Sur le chemin, elle rencontra d’autres élèves qui se demandaient également ce qui était arrivé à leur professeur pour qu’il disparaisse pendant autant de temps. Léna arriva enfin aux Serres. Quand elle pénétra dedans, elle fut assez surprise de voir une salle propre et accueillante sans plantes tout autour d’eux.

    – Mon Dieu, mais qu’est ce que c’est ce bordel ?

    Demanda t-elle avant de regarder autour d’elle où était leur professeur. Elle fit de grands yeux ronds quand elle vit le Directeur de Poudlard dans la salle de classe. Oh non que faisait-il là ? C’était donc lui qui allait faire les cours de Botanique. Mon Dieu, ils ne pourraient pas bouge un orteil avec le représentant de l’ordre ici. Léna sentait que cette heure de cours allait être encore plus barbante que celle de Défense Contre Les Forces du Mal.

    *Juge pas avant d’avoir entendu son cours quand même ! Sois patiente !*

    Le sujet du cours avait été écrit sur le tableau. Aujourd’hui, ils allaient donc étudier les Champignons magiques. D’accord, Léna restait quand même un peu perplexe. Elle alla s’assoir au Deuxième rang et vit des choses posés sur sa table. Elle n’y fit pas tout de suite attention puisque Tibus attirait déjà l’attention sur lui.

    – LE TESSERAAACT

    Ouais pourquoi pas mais qu’est qu’il racontait. Visiblement cela en faisait rire certains. Mais la Gryffondor n’était vraiment pas sure de comprendre. Bref, elle s’en fichait après tout. Peut-être que quelqu’un l’éclairerait un peu plus tard. En tout cas pour le moment elle restait immobile. Attendant que le nouveau professeur se mette à parler pour expliquer lui-même le sujet de son cours. Tudor rejoignit son pote de toujours. Et bref, il cria un truc assez inaudible pour la jeune fille. Léna se tourna vers le Directeur, le regard remplit d’interrogations.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Summer Diland
PoufsouffleavatarPoufsouffle



MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Mar 21 Aoû - 12:00

Cela faisait plusieurs lunes que le cours de botanique avait cessé d'être enseigné, peu de personnes savaient la réelle raison pourtant si évidente. Poudlard devait manquer de personnel digne de ce nom. Mais peu importait, car on leur avait annoncé qu'aujourd'hui cette matière serait de nouveau enseignée aux élèves contrariés par la nouvelle.
L'aube venait de se lever il y avait de ça quelques heures, et la matinée était encore bien présente alors que le soleil tapait déjà sur Poudlard. Une tenue légère s'imposait si le mal être voulait être chassé.
Dévalant les escaliers avec son uniforme, elle s'attachait les cheveux en une queue de cheval banale, tant la chaleur devenait accablante, redoutable. Les cours de deuxième heures avaient lieu aux serres, comme ceux d'autrefois. Traversant enfin le hall, puis le parc, un calme étrange faisait assaut de Poudlard.

Arrivant enfin aux serres, Summer pénétra dans la troisième qui était leur lieu de rendez-vous. Doute. Une nouvelle question s'interposa entre la certitude et le doute qui hantaient son esprit. La serre n'en était plus une, elle ressemblait plutôt à une salle de classe très conviviale. Un changement assez perturbant. Ses interrogations subtiles ne furent que de courtes durée, car au loin, elle pouvait percevoir déjà quelques élèves trop peu silencieux pour ne pas les reconnaître.
Cherchant du regard le nouveau professeur, elle arriva rapidement à la conclusion qu'il ne s'agissait en réalité que du directeur. Surprise. Le directeur endossait donc le costume de professeur de botanique?

– LE TESSERAAACT

Tibus .. Mais bon sang, qu'est-ce qu'il lui prenait à toujours crier des choses incompréhensibles en cours? Sans surprise, Laz suivit Tintagel de très près dans ses actes, aussi étranges soient-ils...

- PIETRE DIEEEU.

*Alléluia..*

Ok. Tout le monde possédait la liberté de parole, mais à ce point..
Remarquant la présence de Léna, Summer se dirigea en sa direction et prit position à ses côtés. La jeune fille exprimait un regard remplit de questions envers le professeur, que Summer comprenait amplement. Parfois, les deux garçons réagissaient de façon .. excessive. Mais ce n’était nullement une critique.
Summer réalisa également que Thaïs se trouvait parmi leur rang. Fille appartenant à sa maison, avec qui, à l'époque, elle eut quelques doutes -inutiles-.
Préférant ne rien dire, et commenter la scène qui venait de se dérouler, Summer attendit patiemment que le cours daigne commencer, tout en adressant un sourire à Léna. Observant par la suite le tableau qui s'était retrouvé orné d'une écriture, elle put lire le thème du cours. "Les champignons magiques". Septicité.
Au fond, ce n'était pas plus mal que les cours reprennent, car Summer avait choisi cette matière pour ses ASPICS qui se dérouleraient prochainement..

________________Requiem for a Prophecy________________



Dernière édition par Summer Diland le Jeu 23 Aoû - 13:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frank T. Hewlett
Forces Sorcières IntérieuresavatarForces Sorcières Intérieures

MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Mar 21 Aoû - 15:03

    Hewlett n'ignora pas les regards surpris de ses élèves et leur répondit même par un sourire, tout en classant anxieusement quelques parchemins. Il reconnaissait chacun d'entre eux, certains mieux que d'autres... Comme Laszlò Tudor, qui lui adressa un signe de tête au passage, pour être sa plus récente recrue aux FSI, et celui qu'il avait cru comprendre être le meilleur copain de celui-ci, Tibus Tintagel... Mais il n'aurait jamais pensé qu'ils commenceraient à faire les zouaves à peine rentrés.
    Frank n'avait jamais vraiment pris au sérieux les professeurs qui râlaient l'attitude de ces deux petits monstres, mais maintenant qu'il se trouvait en face d'eux, il devait faire un effort considérable sur lui-même pour ne pas imploser.
    "Si jamais tu es obligé d'enseigner ou remplacer l'un de nous, fais attention aussi aux deux pipelettes là, Taylor et Black, à Gryffondor qu'elles sont ! Sûr qu'elles parlent derrière mon dos celles-là !", lui avait prodigué l'ancien professeur de Sortilèges, peu avant qu'on ne le retrouve dans un des cachots du château, en train de se balancer d'avant en arrière en répétant inlassablement des phrase de professeurs ou affirmant la théorie du complot de ses élèves... Dire qu'il était devenu un patient régulier de Ste-Mangouste, à présent...
    C'est sûr, les petits sorciers se tenaient mieux... Mais l'âge de l'adolescence était connu pour être ingrat.

    Quoiqu'il en soit, la chose contenue dans le "Tesseract" s'étaient faufilée, comme il était à prévoir, à travers la salle de cours. Elle sautait, à vrai dire, se jetant parfois contre des parois, ou bondissant sur les têtes de quelques élèves sous des cris féminemment stridents.
    Prenant conscience de la tristesse de la situation dans les regards interrogateurs des autres élèves, il se vit incapable de sévir et se contenta de faire des gros yeux, puis de les lever au plafond dans une expression totalement désabusée... Il ne pouvait pas s'empêcher d'éprouver de la sympathie pour ces genres de cas, étrangement.


      - Bon, tonna-t-il pour recouvrer un semblant de silence, malgré les "boing" de la chose, nous pouvons au moins apprécier l'enthousiasme de vos camardes qui brûlaient d'impatience de découvrir ce que nous cachaient ces petites boîtes disposées devant vous...


    Certains baissèrent la tête, hésitant clairement à ouvrir la leur. Le directeur immobilisa le minuscule champignon d'un seul coup de baguette, près du tableau, alors qu'il commençait à l'effacer à force de rebondir dessus.

      - Il était - il adressa un regard réprobateur aux deux comparses, histoire d'appuyer l'utilisation du passé - enfermé, parce qu'il appartient au groupe des Champignons Bondissants.


    Sur ces brèves explications, Frank Hewlett posa sa baguette magique sur le bureau en bois de chêne, retroussa un peu les manches de sa chemise blanche, et prit le petit champignon, feu bloqué dans les airs, entre ses mains. Celui-ci recommença à bondir, mais c'était sans compter le plaquage sur le bureau, avec difficulté étant donné la force du végétal magique.
    Toujours les deux mains le maintenant, il s'adressa à la classe :


      - Bien, maintenant, vous allez prendre vôtre baguette dans une main, et vous préparer à ouvrir vôtre boîte dans une autre. A trois, vous l'ouvrez et formulez le sort que j'avais effectué... Et qui est ?


    Plusieurs voix répondirent en choeur "Petrificus totalus !", d'un ton particulièrement blasé de l'avoir répété sûrement cent fois.

      - Parfaitement, Petrificus totalus, le maléfice du Saucisson, non Mademoiselle, pas l'aliment. J'ai cru savoir que vous l'aviez bien travailler en Sortilèges, ça ne devrait donc pas poser de problèmes... lança-t-il avec un clin d'oeil taquin, toujours penché sur le champignon du Poufsouffle perturbateur.
      Préparez-vous... Miss Bulstrod, pas dans vôtre nez, la baguette, mais pointée en direction de vôtre boîte... Hum, vôtre boîte.
      Bien, allons-y... Un... Deux...


    Un silence sépulcrale régnait dans la serre, plusieurs transpiraient d'appréhension - dont le directeur lui-même qui devait maîtriser un champignon aussi intenable qu'un Lutin de Cornouailles...

      - Vous n'aurait pas de deuxième chance... Trois !

________________Requiem for a Prophecy________________

    J'ai connu la véritable liberté. J'ai connu le monde paisible, animé par un état d'esprit remarquable.
    Un monde qui m'a été enlevé.
    Je réalise aujourd'hui qu'il me faudra du temps, que la route qui m'attend est longue et obscure.
    Elle ne me mènera pas toujours là où je veux aller. Mais quoi qu'il arrive, je la suivrais.
    Pourquoi se battre ? Pourquoi résister ?
Personne d'autre ne le fera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathéo Moreno
SerpentardavatarSerpentard

MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Mer 22 Aoû - 11:23






    Le supplice de la Défense Contre les Forces du Mal était enfin terminé. Mathéo avait vu ce cours s’écoulait tellement lentement qu’il se demandait s’il allait un jour sortir de ce cauchemar. Surtout que Lauréana était en forme en ce moment. Elle distribuait des punitions à tout va. Bref, elle devait être carrément contrariée car elle était encore plus peau de vache qu’à l’ordinaire. Mais bon, maintenant ça allait mieux. Normalement il aurait du avoir Botanique maintenant mais ça faisait un moment que le cours n’était plus assuré donc … Il pouvait aller se détendre maintenant. Il irait surement d’abord faire un tour à la bibliothèque pour faire genre « je bosse ». Donc Mathéo parcourait les couloirs quand il croisa un groupe de Serdaigle de son année. Ils avaient leurs sacs et semblaient se rendre on-ne sait-ou. En croisant Mathéo, ils l’apostrophèrent.

    – Eh Moreno, tu sèches la Botanique ? Regarder le tableau de temps en temps ne te ferais pas de mal.

    Annonça le plus grand de la bande. Alors comme ça, ils avaient à nouveau Botanique. C’était assez étrange mais en même temps pas si idiot que ça. Après tout les examens étaient maintenus pour les Cinquièmes et Septièmes années. Lui était tranquille car il n’en avait pas cette année. Encore heureux car il détestait bosser. L’année dernière fut la pire de toute. Obligé de bosser jour et nuit pour rattraper tout son retard. C’était vraiment le meilleur moyen de rentrer en dépression quoi. Et puis il n’était pas comme certains qui aimaient bosser. Lui au contraire détester ça. Et puis il ne pouvait pas avoir un Joker Constance le jour de l’examen. Bref, le jeune homme n’avait vraiment pas envie de ressasser ces horribles souvenirs.

    Le jeune homme prit donc la direction des Serres. Avant il avait fait vite fait un détour par la salle commune pour prendre ses affaires dans son dortoir et vérifier le tableau d’affichage pour être sur qu’on ne lui ait pas raconté n’importe quoi. Il aurait bien aimé et pourtant ils avaient raison. Les cours de Botanique reprenaient. Leur professeur disparut subitement avait surement décidé de rentrer enfin au château et de reprendre son activité professionnelle. Sur le chemin, il croisa d’autres élèves qui se demandaient également ce qui était arrivé à leur prof. Mathéo arriva donc enfin aux Serres et entra dans celle où ils avaient cours.

    Stupeur. En effet, la serre ne ressemblait aucunement aux dernières fois où il avait foulé ce sol. Non, la pièce ressemblait à une salle de classe propre et accueillante. Toutes les plantes encombrantes avaient disparus. Mathéo vit le professeur, mais lui qui s’attendait à la femme vit devant ses yeux le directeur de Poudlard : Frank T. Hewlett. Alors à partir de maintenant, c’était lui qui s’occupait des cours de Botanique. Pourquoi pas, mais bon ça risquait d’être un peu moins fun avec lui. Il n’était pas le seul à être surpris par leur prof puisque Tib’s demanda où était sa prof sexy. Bon certes c’était maladroit mais c’était un peu ce que tout le monde se demandait après tout.

    – LE TESSERAAACT

    Bon Mathéo ignorait ce qu’il avait voulu dire. Peut-être était-ce un cri de joie ou quelque chose dans le genre. En tout cas, ça en faisait rire certains. Ceux qui comprenaient surement. Tudor, comme un bon ami, vint accompagner son pote avec un autre bruit que Mathéo n’essaya même pas de comprendre. Il regarda sur sa table, où une boîte et quelques instruments étaient posés. Le jeune homme ne se risqua pas à l’ouvrir tant qu’il n’était pas sûr de son contenu. Oui dés fois mieux valait ne pas être trop curieux. Oui le pauvre avait été traumatisé étant petit avec des boites surprises. Bref, il ne fallait pas ressasser le passé. Cela était sans doute mieux.

    Le professeur commença à parler. Le calme allait sans doute revenir dans la classe et on pourrait donc comprendre le sujet. Il avait écrit au tableau « Les champignons magiques ». Le titre n’avait rien d’attractif mais bon, ne jugeons pas avant d’avoir écouté sa défense. Mathéo releva donc sa tête vers son nouveau professeur et fit genre le super intello de base super concentré et intéressé sur les futurs paroles de son prof.

    – Bon, nous pouvons au moins apprécier l'enthousiasme de vos camardes qui brûlaient d'impatience de découvrir ce que nous cachaient ces petites boîtes disposées devant vous...

    Mathéo n’avait jamais eu l’occasion de voir comment était vraiment leur directeur mais vu ses paroles, il n’avait pas l’air d’être un gars soulant trop stricte. Il semblait même amusé par la situation mais c’était peut-être une meilleure façon de les punir ensuite. Ouais c’est vicieux un adulte alors il fallait toujours se méfier d’eux. Le champignon qui s’était échappé rebondissait tranquillement quand Frank l’immobilisa d’un coup de baguette magique. Mathéo eut un petit sourire. Peut-être que le cours de Botanique ne serait pas si barbant après tout. Il expliqua pourquoi ils étaient enfermés dans leurs boites.

    Mathéo se désintéressa un peu du cours pour regarder autour de lui ce qui se passait. Il vit Thaïs non loin de lui. Dire qu’il était amoureux d’elle en Troisième année avant de se faire refouler royalement. Devant lui, Taylor était à côté de Diland. Elle ne semblait pas l’avoir vu. Encore heureux parce que sinon elle aurait été capable de le taquiner avec ses pouvoirs de préfètes. Il fallait simplement ne pas faire de bruit pour ne pas qu’elle le remarque.

    – Parfaitement, Petrificus totalus, le maléfice du Saucisson, non Mademoiselle, pas l'aliment. J'ai cru savoir que vous l'aviez bien travaillé en Sortilèges, ça ne devrait donc pas poser de problèmes...

    Oulà. Et oui Mathéo il ne fallait pas se désintéresser d’un cours même quelques secondes sous peine de ne rien y comprendre ensuite. Donc il cru comprendre qu’il faudrait utiliser le maléfice du saucisson. C’était surement pour immobiliser le truc dans la boîte mais vu comment le machin gesticulait, Mathéo n’était pas rassuré pour autant. On était vraiment obligé de faire cet exercice ?

    Ce professeur avait quand même l’air assez cool, un clin d’œil pour faire genre je suis votre ami. Il était pas mal, peut-être plus sympa que leur ancienne professeur de Botanique sexy. Bref, Mathéo regardait autour de lui et il ne semblait pas être le seul a appréhender ce truc quand même. Bon y’en avait certains qui faisaient leurs grands comme s’ils étaient les meilleurs du monde et qu’ils allaient réussir du premier coup.

    – Préparez-vous... Miss Bulstrod, pas dans vôtre nez, la baguette, mais pointée en direction de vôtre boîte... Hum, vôtre boîte. Bien, allons-y... Un... Deux...

    Bon il fit comme le professeur l’indiquait. Bon sauf qu’il n’avait pas encore sorti sa baguette. Il la cherchait dans son sac mais c’était tellement le bordel qu’il avait du mal à voir quoi que ce soit. Bon elle était tout au fond mais c’était bon, il l’avait enfin entre les mains. Il se remit donc sur sa chaise et la pointa sur la boite encore fermé.

    – Vous n'aurait pas de deuxième chance... Trois !

    *Vas-y fait nous flipper encore plus tant que tu y es !*

    Voilà, on y était. La boîte s’ouvrit et le petit champignon jaillit. Ca y est, il se mettait à sauter et s’enfuyait. Mince, ce n’était pas ça le but. Mathéo aurait peut-être du lancer le sortilège immédiatement. Mathéo se mit à se lever et partir à la poursuite de son champignon. Il sautait partout, c’était presque impossible de le suivre. Le Serpentard lança le maléfice mais il toucha un espèce de vase qui trainait par là et qui explosa. Oh. Ca c’était mauvais enfin plus pour lui que pour le vase, si son prof se mettait à l’enguirlander.

    Bon malgré ça, il chercha à nouveau son champignon des yeux. Il était près de la porte de la serre qui était ouverte. Oh non, il ne fallait pas qu’il se barre sinon il allait vraiment se faire tuer. Il avançait tout doucement pour ne pas brusquer la bestiole/plante.

    – Non mon mignon, reste ici, viens voir papa !

    Il se rapprochait de plus en plus. Il allait l’avoir. Encore un petit pas et … Et non, la machine bondit à nouveau dehors. Et mince. Le jeune homme n’avait pas vraiment envie d’aller la chercher. Il ferma la porte, c’était plus sûr pour les autres et revint tranquillement à sa place. Il croisa le regard de son professeur, et tout en regardant ses pieds, lui annonça.

    – Euh … Je suis désolé monsieur mais ces machins, ça rebondit bien vite !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Swan
MinistèreavatarMinistère



MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Mer 22 Aoû - 19:55

Le premier cours de la journée venait -enfin- de s'achever sur le gong de la sonnerie, créant ainsi un écho infernal d'un tout autre type. Cours très intéressant de part le fait des discussions qui avaient siégé en ce lieu, discussions très subtiles et alléchantes, plaisant de façon démesurée aux sixième sens dont la nature lui avait décemment fait don. Un sixième sens non négligeable. Certains possédaient l'ouïe plus intense, d'autre la vue plus précise, et il y avait l'exception : l'amour incontesté pour la parole. Un don chérit, vénéré, auquel s'ajoutait la beauté extrême, et fort utile en cas de mission secrète, ayant comme objectif un but personnel.

Cherchant de ses prunelles celle qui lui ressemblait tant, elle semblait faire part d'une présence invisible. Probablement avait-elle déjà du se rendre au cours de botanique, qui soudainement reprirent de leur activité quelque peu lugubre ces derniers temps. La botanique, cela n'avait rien d'attrayant. Une matière salissante de part les manipulations avec la terre marron et répugnante, rien de concrètement constructif. Pourtant, ce cours prenait tout son intérêt vu de ses yeux à la couleur similaire à celle des terres anciennes. Tout cela n'avait rien de studieux mais cela avait l'âme de quelque chose de sucré et de sûre, mais seulement pour elle même. Tudor. Là était la réelle raison de sa présence en cours de botanique, un réel sacrifice mais qui en apparence, semblait en valoir la peine, selon les dires de sa meilleure amie. Conseils qu'elle s'avisa de ne pas contredire. Après tout, c'était le beau gosse du lycée, le mec le plus populaire sans doute, le gars AVEC QUI il fallait entretenir une relation. Et peu importait la durée, tant que l'acte avait été commis.

Arrivant dans ce qui semblait être le lieu de l'apprentissage, malgré le peu de fois où Naïa s'y était rendue -indiquant fermement être allergique aux plantes, excuse idiote mais efficace-, elle pouvait remarquer une transformation quelque peu déroutante. Point de terre à l'horizon seulement des tables, et une pièce bien propre pour qu'il s'agisse d'une salle de botanique.
Après avoir dédié quelques minutes à l'observation, son regard s'attarda sur le professeur, -sur le magnifique- directeur. Enfin de compte, le cours s'avérerait beaucoup plus intéressant que ce qu'elle avait pu s'imaginer.

-Bonjour Monsieur le Directeur !


Cherchant du regard la serdaigle, elle remarqua qu'elle n'était toujours pas arrivée. Tant pis, l'acte ne pouvait être rallongé encore et encore.
Se dirigeant vers sa cible, elle remarqua alors qu'une sorte de jeune fille se trouvait à côté de celui-ci. Ah c'était la bouée flottante. Saisissant une chaise, elle s'installa entre Thaïs et Lazolo, puis elle déposa ses fesses à côté du serpentard, lui offrant ainsi par la même occasion un magnifique sourire qui se devait d'être charmant.

– Bon, nous pouvons au moins apprécier l'enthousiasme de vos camardes qui brûlaient d'impatience de découvrir ce que nous cachaient ces petites boîtes disposées devant vous...

Naïa ne savait pas de quoi voulait parler le directeur, mais le simple fait d'entendre sa voix lui procurait une joie intense qui l'aiderait dans sa quête ravageuse.

– Parfaitement, Petrificus totalus, le maléfice du Saucisson, non Mademoiselle, pas l'aliment. J'ai cru savoir que vous l'aviez bien travaillé en Sortilèges, ça ne devrait donc pas poser de problèmes...


Le maléfice du saucisson .. Ah si seulement Tudor pouvait également la saucissonner.

– Préparez-vous... Miss Bulstrod, pas dans vôtre nez, la baguette, mais pointée en direction de vôtre boîte... Hum, vôtre boîte. Bien, allons-y... Un... Deux...

Attention reporté sur Tudor, une seconde fois. Naïa suggéra alors doucement :

-Si tu es aussi doué que dans tes activités extrascolaires, ce devrait être un jeu d'enfant ... N'est-ce pas Lazslo ?

Activités extrascolaires, appellation qui se devait d'être comprise, mais ne relevait pas d'un niveau extrême. La certitude s'emparait alors d'elle, sachant pertinemment que Tudor saurait de quoi Naïa parlait.

-Vous n'aurait pas de deuxième chance... Trois !


Top départ, ce qui signifiait que le défi pouvait être relevé. Ouvrant sa boîte, à son tour, tout en gardant un œil sur son jackpot, le champignon s'empressa de jaillir de la boîte, se faisant rapidement maîtrisé par le sort indiqué.


________________Requiem for a Prophecy________________


Donnez moi un A !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca McMillan
SerdaigleavatarSerdaigle

MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Jeu 23 Aoû - 9:17






    Rebecca venait de sortir du cours de Défense Contre les Forces du Mal. Il avait été assez intéressant pour ceux qui s’étaient donné la peine d’écouter. Certains comme à leur habitude se plaisent dans le bazar. Rebecca n’aimait pas bien ça. Après tout, les cours étaient fait pour s’instruire et pas pour s’amuser. Il y avait assez de temps libre pour ça quand même. Les gens ne semblaient pas comprendre que leur avenir avait un peu d’importance. Rebecca savait faire la part des choses entre le travail et le plaisir. Et ça marchait plutôt bien pour elle pour le moment. Bon la Serdaigle avait fait un petit détour pour déposer ses affaires et prendre ceux de Botanique.

    Elle avait vu un mot sur le tableau d’affichage comme quoi la Botanique reprenait. Ce n’était pas trop tôt après tout. Ca faisait un petit moment qu’ils n’en avaient pas eu. Et puis, ils avaient pris énormément de retard de ce fait sur le programme. Et pour ceux qui passaient les examens, c’était assez urgent de rattraper le retard. Maintenant qu’elle avait pris ses affaires, la jeune fille prit le chemin des serres. Le chemin fut assez court finalement. Elle arriva en même temps que d’autres élèves. Certains étaient déjà placés et faisaient déjà des choses très intelligentes.

    – Bon, nous pouvons au moins apprécier l'enthousiasme de vos camardes qui brûlaient d'impatience de découvrir ce que nous cachaient ces petites boîtes disposées devant vous...

    La jeune fille alla s’assoir à la table de Lorcan Scamander, Constance De Harcourt, Enora Valentine et Johar Goldstein, bref en gros à une table où tout le monde l'aimait. Elle était assez éloigné de Naïa sa meilleure amie. Elle était à côté de Tudor et Rebecca était sensé lui faire la grève du sexe. Il fallait mieux être crédible et ne pas trop l’approcher. La jeune fille ignorait encore combien de temps elle lui ferait payer l’incident à la kermesse. Mais encore un peu plus longtemps, là ce n’était pas assez. Naïa avait décidé de se le faire. Rebecca n’aimerait quand même pas trop que sa meilleure amie l’ait avant qu’elle ne puisse le ravoir. Elle adorait Naïa, ce n’était pas le problème mais partager son quatre heures avec quelqu’un d’autre … Non Rebecca ne voulait pas trop. Ce n’était pas son truc.

    Cependant elle était en cours en ce moment et elle ne pouvait pas se laisser distraire par des histoires aussi futiles. Elle décida donc de se concentrer pleinement sur son cours et son professeur qui n’était rien d’autre que Frank T. Hewlett. Leur directeur assurait le cours de Botanique en ce moment. Donc on ne savait toujours pas ce qui était arrivé à leur ancienne prof. Peut-être était elle partie de son plein-gré après tout et qu’ils n’avaient pas trouvés de remplaçants.

    – Parfaitement, Petrificus totalus, le maléfice du Saucisson, non Mademoiselle, pas l'aliment. J'ai cru savoir que vous l'aviez bien travaillé en Sortilèges, ça ne devrait donc pas poser de problèmes...

    Donc il fallait lancer ce sortilège sur le champignon dés que l’on ouvrait la boîte. D’accord, Rebecca avait tout assimilé. Elle tenait sa baguette dans sa main, prête à jeter le sort. Elle était bonne en sortilège, elle n’aurait sans doute aucun mal à réaliser cet exercice tellement facile qu’une première année pourrait le faire. Le directeur paraissait tranquille et sympathique. Il devait surement être strict, il le fallait pour exercer ce métier, mais là c’était étrange. Il semblait être proche de ses élèves. D’ailleurs en y repensant, la jeune fille ne se souvenait pas de l’avoir vu en colère ou même crier. Lauréana, elle, on l’avait entendu un bon nombre de fois. Mais lui non. Un peu étrange, non.

    Il compta jusqu’à trois pour commencer l’exercice. Quand trois arriva, sa boîte s’ouvrit et le Champignon sauta. A peine avait-il fait un mouvement qu’il se retrouvait paralysé. Rebecca avait remarquablement bien réussi son sort. Et elle n’était pas peu fière d’elle. Quand elle regarda autour d’elle, elle vit que tout le monde n’était pas aussi doué qu’elle. Mathéo était en train de faire n’importe quoi. Son champignon partait, il était désormais prêt de la porte à parler avec sa plante.

    – Non mon mignon, reste ici, viens voir papa !

    – C’est un mirage auditif ou j’ai vraiment entendu ce qu’il a dit ?

    Un autre pas et le champignon s’en était allé. Mon dieu, Mathéo ne changerait donc jamais. Il était tellement doué que ça en faisait peur certaines fois. Il ne le faisait pas exprés, c’était bien ça le pire. Maintenant il revenait tout confus à sa place, les yeux baissés comme un gamin qui venait de faire une bêtise et qui attendait qu’on lui dise sa punition. Il allait vers son professeur lui annonçait peut-être ce qui se passait au cas où il ne l’avait pas vu.

    – Euh … Je suis désolé monsieur mais ces machins, ça rebondit bien vite !

    Rebecca eut un petit rire étouffé. Mathéo avait beau être son ami, elle le trouvait quand même assez désespérant. La belle était assise sur sa chaise en attendant une suite aux paroles de son professeur. Pour elle l’exercice était fini et réussi brillamment.



________________Requiem for a Prophecy________________


Pouf Powa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Wood
Serdaigle-KilljoyavatarSerdaigle-Killjoy



MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Jeu 23 Aoû - 14:23

Jake se sentait de plus en plus forcé à assister aux divers cours qui se présentaient à lui, malgré son amour incontesté pour fuir les cours tant barbants. Étrangement, celui-ci s'était donné le droit d'assister au cours de DCFM qui venait juste d'avoir lieu auparavant. Il s'y était rendu, mais à vrai dire, n'avait pas réellement écouté ce que disais la professeur, il avait préféré la partie pratique à celle longue et ennuyante qu'était l'écoute. Pourtant, c'était une preuve de respect envers celui qui parlait, mais ... c'était plus fort que lui. Il ne pouvait s'imaginer en train d'écouter de longues tirades inutiles, puisque la plupart des choses qui étaient dites étaient déjà sues.

Deuxième heure. D'ordinaire, cette plage horaire avait été libérée, car il n'y avait aucun professeur assez compétent pour reprendre les rennes de cette matière floral. Heureusement que certaines personnes aimables s'étaient aviser de le mettre au courant concernant la reprise des cours de botanique par un professeur encore inconnu, car très peu amouraché de lecture, il ne lisait presque pas le panneau d'affichage. Après tout, la plupart du temps, celui-ci se chargeait de transmettre de mauvaises nouvelles qui avaient le don d'énerver Jake, ou dans certains cas, de le laisser abusivement indifférent.
Jake savait que le cours de botanique avait lieu dans les serres -pour ne pas changer-, mais il ne connaissait pas le numéro de celle-ci.

Traversant le parc, la chaleur se faisait déjà intense, comme quand la canicule recherchée prenait par surprise l’Angleterre une fois par an, ou peut être légèrement plus, mais pas davantage. Après tout, ce pays était pluvieux. Desserrant sa cravate trop serrée, Jake apercevait enfin ce qui semblait être le lieu d'apprentissage. Une salle de botanique complétement métamorphosée, enfin de ce qu'il croyait.
Lorsqu'il se permit enfin de franchir le seuil, le professeur débutait déjà son cours en déclarant de banales déclarations. Pas si banales que ça enfin de compte. C'était Hewlett. Un chouette type qui ne s'avisait presque jamais d'accorder du tord aux élèves. Presque.

– Bon, nous pouvons au moins apprécier l'enthousiasme de vos camardes qui brûlaient d'impatience de découvrir ce que nous cachaient ces petites boîtes disposées devant vous...


Jake s'attarda alors à se trouver une place convenable. ABOMINABLE. Ce cours était à maudire. Il ne restait plus qu'une seule place de libre, celle à côté de Moreno. Pourquoi? Mais qu'avait-il fait pour mériter ce supplice? Sans doute, aurait-il pu s'emparer d'une chaise rapidement pour se trouver une autre place, mais quelque chose luimurmurait que le professeur serait contre. Saleté de cours. Et après on l'accusé à tort et à travers qu'il provoquait Moreno? Certes, il y avait du vrai la dedans ... mais si en plus on l'obligeait à s'installer à ses côtés. Soit, ce n'était pas si dramatique après tout, au dernier cours de DCFM, il s'était mis en binôme avec le serpentard attardé. Cours qui s'était révélé être bien plus intéressant que prévu. Et puis, c'était également un bon moyen de le faire grimper sur son dinosaure enragé.

– Parfaitement, Petrificus totalus, le maléfice du Saucisson, non Mademoiselle, pas l'aliment. J'ai cru savoir que vous l'aviez bien travaillé en Sortilèges, ça ne devrait donc pas poser de problèmes...

Tandis que Hewlett continuait de fournir les instructions, Jake s'installa à côté de Moreno, avec un regard noir qui signifiait pas mal de chose, mais qui était surtout vecteur de menaces. "M'fait pas chié où j'te fais bouffé le champignon". Son regard voulait dire ça, et il l'assumait.

– Préparez-vous... Miss Bulstrod, pas dans vôtre nez, la baguette, mais pointée en direction de vôtre boîte... Hum, vôtre boîte. Bien, allons-y... Un... Deux...


Le décompte venait de commencer, et Moreno semblait vouloir prendre les choses en main avec quelques peu de difficultés. Il semblait vouloir saisir quelque chose au fond de son sac, sans doute sa baguette magique. Jake l'observait avec intérêt. Probablement que ce triple idiot se ferait encore remarqué.

– Vous n'aurait pas de deuxième chance... Trois !


Moreno ouvrit rapidement la boîte comme un enfant qui ouvre ses cadeaux d'anniversaire, si rapidement qu'il se trouva dépourvu de sens. Le champignon sauta et prit la fuite, poursuivit par le serpentard de près. Situation réellement hilarante.

– Non mon mignon, reste ici, viens voir papa !

Waouh. Ce gars était réellement atteint pour parler à un champignon. Mais comment Amber pouvait-elle aimait un homme tel que lui? Était-elle aveugle? Bon sang, elle méritait tellement mieux.

– C’est un mirage auditif ou j’ai vraiment entendu ce qu’il a dit ?

McMillan, la copine à Moreno. Pour une fois, il trouvait ses propos utiles, et se sentait obligé de répondre face à son interrogation.

-Nan rien que la vérité. Ton ami semble atteint.

Seulement, cela semblait être réellement la vérité ...

– Euh … Je suis désolé monsieur mais ces machins, ça rebondit bien vite !


Jake le scrutait d'un regard moqueur qu'il assumait parfaitement. Ce serpentard faisait honte à sa maison, et aux gens qu'il fréquentait. Puéril.

-Bouffon va ! T'arrive même pas à maîtriser un champignon? T'as quoi à la place des muscles, des raviolis ? Franchement tu fais pitié. Et j'te plains. Parce que si t'es aussi doué que ça en amour ...


Provocation qui faisait sourire Jake intérieurement. Se concentrant une bonne fois pour toute, Jake soupira, et ouvrit à son tour sa boîte, et lança le sort de façon informulé. Contre toute attente, le champignon se fit plus têtu et hargneux. Lâchant précipitamment sa baguette magique, il prit la décision de se servir de ce qu'il possédait le plus au monde. Sa force physique. Saisissant le champignon à l'aide de ses deux mains, il exerça une force assez importante pour que le champignon reste là où il était.
Un petit bruit se fit alors entendre, et Jake venait alors de comprendre qu'il venait d’exercer une force beaucoup trop importante, le champignon venait littéralement de se faire broyer.

-Pas très solides ces champignons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary-Elizabeth d'Acewood
Serpentard-KilljoyavatarSerpentard-Killjoy



MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Jeu 23 Aoû - 14:50

Marie-Elizabeth était particulièrement de très mauvaise humeur ce matin-là. Pour une personne aussi distingué qu'elle, cacher ce sentiment était une bonne chose pour tromper son ennemi. Mais là, la jeune fille n'avait aucunement envie de faire croire à son entourage que tout allez pour le mieux. Et puis, de toute façon, qui se souciait de savoir son humeur? Mise à part ses rares amis, il va de soi. Aux masculins, évidement, car la gente féminine a plutôt tendance à détester celle qui casse les mythes et déclare haut et fort les vérités gênantes. Qu'importe! Cela ne dérange pas particulièrement la rouquine qui avait toujours vécu seule, dont les soirées mondaines avaient forgés son caractère. Elle écoutait, analysait, critiquait et brisait. Quoiqu'il en soit, ce jour-là, il fallait mieux éviter de s'en prendre à la Serpentarde, quitte à recevoir une amoncelle de remarques désobligeantes. En effet, au matin, quand elle se leva, elle trébucha sur un truc en plastique qui couina, manquant de faire tomber la jeune fille. Quand elle baissa les yeux, elle vit un chat brun jouait avec ce qui s'avéra une balle. Une fille du dortoir se précipita vers son animal mais trop tard, Lizzie avait saisi l'animal part le cou et l'avait balançait à l'autre bout de la pièce. Le cri du pauvre animal ne lui attira aucune sympathie, bien au contraire. La vert et argent se tourna vers sa condisciple, qui lui jetait un regard noir à travers ses larmes, tenant sa bête dans ses bras.

-Tâche de ne plus laisser cette chose sur mon chemin, sinon, c'est en écharpe de fourrure qu'il finira.

On l'a traita de monstre mais elle les ignora. La jeune fille revêtit son uniforme, habitait depuis toujours à en porter et s'installa devant une glace et passa son éternel rouge à lèvre rose pétant sur ses lèvres quand le bâton se brisa et tâcha sa chemise blanche. Lizzie ferma les yeux et prit une profonde inspiration. Les choses allaient vraiment de travers ce matin-là. Et la série noire continua. En cours d’Arithmancie, elle obtient un simple Acceptable alors qu'elle avait bossé comme une dingue sur son devoir. Les larmes aux yeux, elle s'était pourtant tue. Elle se vengerait de cette vieille perdrix. Ainsi que de la Harpie de la Bibliothèque qui l'avait dérangée sans cesse pendant qu'elle travaille sur ce devoir, sous prétexte qu'elle avait laissé une boisson sur la table. Elle ne critiqua personne cette journée là et pourtant, elle avait besoin de se défouler. C'était sans compter sur les cours de Botanique qui reprenait. Enfer et damnation! Qu'elle détestait la terre et les plantes. Elle ne les affectionnait qu'en pot pourris qui apportait un agréable effluve dans sa chambre, chez elle, ou plus près encore, parfumait délicatement ses cahiers. Fort heureusement pour elle, quand elle rentra à son tour dans la serre, s'installa à une table mise de façon étrange à ses yeux, de façon à avoir une vue d'ensemble sur les élèves et les oreilles traineuses. Lizzie détailla chaque personne présente à sa table. Il y avait un Poufsouffle sur lequel beaucoup d'encre couler qui d'après ses souvenirs, portait l'horrible nom de Beber Barney, ainsi qu'un autre Serpentard, d'une banalité effrayante et qui n’intéresse guère la marquise. Elle remarqua soudain la Gryffondor, Naïa Swan, à la même table que Laszlo Tudor. Intéressant. On disait pas mal de chose sur cette allumeuse mais si cette dernière voulait enfin finir de façon définitive comme sa pseudo meilleure amie, Rebecca McMillan, la Serpentard serait en première loge pour pourrir la réputation de cette fille. Mais elle était beaucoup trop énerver pour attendre alors elle prit les deux autres élèves en témoin.

-En voilà une qui profite que la chasse soit ouverte. Mais on se demanda qui sera le gibier et le chasseur à la fin. Quoiqu'il en soit, Miss McMillan semble pleine de regret. Bientôt, en manque elle sera, si mon avis vous voulez.

Elle se mit à bavarder comme à son habitude, écoutant d'une oreille distraite le professeur Hewlett qui... Le professeur Hewlett? L'école était si en manque de personnel que le Directeur assure deux cours à la fois?!

-Des rides il va finir par avoir. Cela va gâcher son si beau visage. Mais sa femme n’est-elle donc pas déjà chauve? C'est ce que disent les rumeurs. Parfait est ce couple.

-Bon, nous pouvons au moins apprécier l'enthousiasme de vos camardes qui brûlaient d'impatience de découvrir ce que nous cachaient ces petites boîtes disposées devant vous...

Ces petites boîtes? Quelles petites boites? Lizzie baissa les yeux sur ladite petite boite et la regarda de travers. Finalement, si, il semblerait qu'elle avait devoir se salir les mains. Le jardinage, c'était le travail des domestiques, c'était pour entretenir leur immense jardin que son père déployait une fortune, pour que sa fille n'abime ses doigts de joueuse de piano avec les épines des plantes. Malgré tout, la marquise était condamnée à devoir mettre la "main à la pâte" comme dit la bonne cuisinière. Elle retient difficilement une grimace de dégout.

- Il était enfermé, parce qu'il appartient au groupe des Champignons Bondissants.

Qui ça "il était"? Quelqu'un de suffisamment idiot a ouvert cette vulgaire boite peu engageante? Pauvres fous!

-Bien, maintenant, vous allez prendre votre baguette dans une main, et vous préparer à ouvrir vôtre boîte dans une autre. A trois, vous l'ouvrez et formulez le sort que j'avais effectué... Et qui est ?
Parfaitement, Petrificus totalus, le maléfice du Saucisson, non Mademoiselle, pas l'aliment. J'ai cru savoir que vous l'aviez bien travaillé en Sortilèges, ça ne devrait donc pas poser de problèmes.... Préparez-vous... Miss Bulstrod, pas dans votre nez, la baguette, mais pointée en direction de votre boîte... Hum, votre boîte.
Bien, allons-y... Un... Deux...Vous n'aurait pas de deuxième chance... Trois !


La baguette à la main, soudain attentive parce que guère ravie de devoir faire des travaux pratiques, l’œil à l'a guet, regardant d'un air surpris Mathéo Moreno se faire une fois de plus remarquer. Avec tout ce qu'elle dégotait sur lui, elle tenait un article sensationnel, à le faire pâlir. Lui et ainsi que son frère. Qui d'ailleurs, s'était mis à côté de la préfète des Gryffondor, Amber. Tiens, tentait-il de rendre jaloux le présomptueux Serpentard? Lizzie nota cette info dans un coin de son esprit tandis que du bout des doigts elle ouvrit la lentement la boite. Elle n'était pas experte en sortilège mais celui-ci, elle arrivait à plutôt bien le maitriser. Surtout pour attraper les petits premiers années qui étaient ses yeux et ses oreilles car le Château est grand et les ragots encore plus. Le truc que le professeur Hewlett prénomme "Champignon Bondissant" ne fit qu'un seul et unique bond, la vert et argent se remettant rapidement de sa surprise pour ensuite immobiliser la plante qui ne l’attirait guère. Son condisciple s'en tira plutôt bien lui aussi tandis que le jaune et noir se ridiculisait une fois de plus. Pas autant que Mathéo, certes, car il se tenait au fond de la classe. D'après ce qu'elle avait pu comprendre, le jeune Barney avait tenté, non pas de Stupéfixier la chose mais le Directeur lui-même. Quelle idée saugrenue!

-Bouffon va ! T'arrive même pas à maîtriser un champignon? T'as quoi à la place des muscles, des raviolis ? Franchement
tu fais pitié. Et j'te plains. Parce que si t'es aussi doué que ça en amour ...


Tiens, voilà que la vieille querelle Jake Wood/Mathéo Moreno reprenait. Lizzie se demandait comment se faisait-il que le Serdaigle soit autant obséder par son condisciple. Y aurait-il anguille sous roche? Un sourire mauvais se dessina sur les lèvres de la jeune fille. Voilà un scoop comme elle les aime. Les vérités gênantes, c'était son pain quotidien, sa drogue. Elle l'a, elle tenait une belle et magnifique rumeur. Ciel, qu'elle s'aimait dans de pareil moment. Sa bonne humeur revient tout à coup pendant que dans son esprit se dessinait les grands lignes de ce qui deviendrait très certainement un futur article du TDP. Limite, si Marie Elizabeth n'en jubilait pas, laissant échapper un gloussement, mettant la main de la bouche, l'air gêner. Oh oui, que Lizzie aimait les ragots.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance de Harcourt
SerdaigleavatarSerdaigle



MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Jeu 23 Aoû - 18:23

      - Huuuu... J'en peux plus, s'exaspéra Constance, les cheveux déjà emmêlés, appuyée contre la rambarde du grand escalier de marbre.

      - Mh, j'en peux plus des cours, vivement les vacances.


    Les deux filles regardèrent leur camarade avec des gros yeux, à vrai dire il n'avait pas vraiment la réputation d'apprécier les vacances... Surtout celles d'été qui étaient les plus longues de l'année.

      - C'est même pas les cours en eux-mêmes, si Mrs Lauréana ne passait pas son temps à éduquer les babouins qui nous font office de camarades de classe, on aurait mieux fait de terminer le programme à - O.M.G. Lasz' en vue - Lasz' en vue !

      - Les babouins ? répéta Enora, incrédule.


    Constance trépignait littéralement sur place, et ne se rendit même pas compte du sourire moqueur de Johar qui préféra évacuer les lieux avant l'explosion hormonale de la rouquine. Enora, elle, posa sa main devant sa bouche et parla d'une voix étouffée, semblable à celle des commandants de bords des avions moldus.


      - Contact shht. imminent shhht. Un. Deux. shhhht.

      - Ça va les filles ?

    L'état de Constance, après ça, nous impose une ellipse narrative.
    Et c'est dans leur nouvelle classe de Botanique que nous les retrouvons. Johar leur fit un signe discret de la main pour les amener à sa table, et Enora dû traîner sa copine jusqu'à celle-ci, car Constance se tournait délibérément vers celle de Laszlò Tudor, leur beau camarade Serpentard. Le trio semblait enthousiaste de prendre un cours avec le directeur en personne, et s'étonnait du panel de connaissances d'Hewlett.


      - Ça va de mieux en mieux entre nous... chantonna Constance en sautillant sur sa chaise, avant d'afficher une mine triste. Mais plus je discute avec lui, plus j'ai des remords pour le filtre d'a-

      - Chhhhut. La McMillan ramène ses fesses.


    Les trois amis levèrent des têtes remplient de curiosité sur la nouvelle arrivante. En effet, Rebecca McMillan venait de s'installer... en face de sa rivale. Sûrement qu'elle ne voulait pas se mélanger avec les élèves des autres Maisons, intègre qu'elle était.

      - Coucou Rebecca, entonna une voix alors inconnue.

      - Mais... Mais il est là depuis quand ? s'étonna Enora avec une tronche effarée.

      - C'était le premier à rentrer dans la serre, en fait, justifia Johar avec un sourire nerveux, fusillant sa voisine d'en face d'un regard réprobateur.

      - Tiens, tu ne t'installes à la table de Laszlò ? Il y reste une place je crois...

      - Tu n'y es pas non plus j'te fer-


      - Chut, écoutez un peu les filles, grogna le Serdaigle après avoir échangé un regard avec Lorcan, qui semblait obnubilé par le cours.

      - Il était enfermé, parce qu'il appartient au groupe des Champignons Bondissants.


    En effet, un petit champignon flottait à côté de M. Hewlett, ni Conny, ni Eno', comprirent réellement le pourquoi du comment, mais ça c'était avant... Avant qu'elles ne jettent un coup d'oeil presque machinal vers la table des perturbateurs... La boîte de Tibus était vide, et le regard réprobateur que leur avait lancé le professeur voulait tout dire. Lorcan griffonna sur son parchemin, et les autres prirent son exemple avec un sentiment de gêne. Mais Conny releva la tête, prenant conscience qu'un truc clochait à la table de son Prince.

      - MAIS ELLE FOUT QUOI TA COPINE, LA ?


    Lança Conny à Becca en chuchotant avec rage, rouge de colère, après avoir finalement remarqué l'homologue Gryffondor de cette dernière, aux côté de Lasz', avec son air aguicheur et sa poitrine beaucoup trop en avant.
    Johar lui tapota l'épaule d'un air faussement compatissant.


      - Bien, maintenant, vous allez prendre vôtre baguette dans une main, et vous préparer à ouvrir vôtre boîte dans une autre. A trois, vous l'ouvrez et formulez le sort que j'avais effectué... Et qui est ?

      - Petrificus Totalus ! lancèrent en choeur Lorcan, Johar et Conny, qui avait retrouvé une voix fluettement désagréable et fausse, avant de se renfrogner à nouveau.

      – Parfaitement, Petrificus totalus, le maléfice du Saucisson, non Mademoiselle, pas l'aliment. J'ai cru savoir que vous l'aviez bien travaillé en Sortilèges, ça ne devrait donc pas poser de problèmes...


    Les cinq élèves de la table sortirent leur baguette, et Constance s'entraîna rapidement à faire le geste avec la sienne.

      - Préparez-vous... Miss Bulstrod, pas dans votre nez, la baguette, mais pointée en direction de votre boîte... Hum, votre boîte.
      Bien, allons-y... Un... Deux...


    Enora ricanait comme une dinde, elle ne supportait pas les silences sérieux... Conny posa sa main sur la boîte, prête à l'ouvrir au signal, tout comme ses camarades.

      - Vous n'aurait pas de deuxième chance... Trois !


    D'un geste commun à celui des autres elle ouvrit le couvercle, et prononça en même temps :

      - Petrificus totalus !


    Le petit champignon reçu un éclair et sautilla légèrement sur lui même, elle hésita d'abord à le toucher, puis décida de jauger le résultat des autres. Celui de Johar était parfaitement immobile, celui d'Enora se penchait d'avant en arrière, si tant est qu'un champignon ait un avant et un arrière bien définis, et celui de Lorcan - qui s'était mis à grattouiller le champignon - était tout aussi immobile que celui de Johar... Mais le plus intéressant était le résultat de sa voisine d'en face, et elle dut se lever légèrement de sa chaise pour apercevoir son végétal magique, d'une manière totalement désintéressée, bien entendu. A son grand désespoir elle avait réussi, elle aussi.

    Ce qui n'était pas le cas de tout le monde, notamment de Mathéo qui semblait avoir carrément paumé le sien... Eh oui elle ne pouvait pas intervenir sur tous les fronts... Alors que Hewlett immobilisait les derniers champignons bondissants, Constance jeta un nouveau regard noir à Naïa.


      - Ça ne te fait rien, à toi, quelle flirt avec Lasz' ? se surprit-elle à demander à Rebecca, d'un manière totalement calme et détachée.

      - Bon et sinon, quelqu'un peut me dire pourquoi mon champi se balance comme un autiste ?

    Alors que Johar essayait d'arranger le champignon d'Eno', tout en se marrant, Constance échangea rapidement sa boîte avec la sienne, sans regrets apparents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jared Stern
avatar


MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Jeu 23 Aoû - 21:00

Jared se dirigeais vers le cours de Botanique. Cendre était apparu à coté de lui au détour d'un couloir, et Jared l'avait pris dans ses bras, en se demandant distraitement comment le chat faisait pour savoir ou était son maître- peut-être était-ce dû au hasard.
Jared lacha Cendre lorsqu'il arriva en vu des serres, l'animal ayant tendance à essayer de manger les plantes, ce qui était peu recommendable. Quelque voix donnèrent la réponse d'un ton plus ou moins monocorde.

Il pénétra dans la serre numéro 3. Celle-ci était étonement propre et rangée. Ilse laissa tombé à coté de Mathéo. Quelque seconde plus tard, Jake wood s'assit de l'autre coté de Mathéoen jetant u regard noir à ce dernier.
Le cours portait sur les champignons magiques. Jusque la, rien d'exeptionel. Mais la, ce fut le drame:

-Bien, maintenant, vous allez prendre vôtre baguette dans une main, et vous préparer à ouvrir vôtre boîte dans une autre. A trois, vous l'ouvrez et formulez le sort que j'avais effectué... Et qui est ?

Quelques voix donnèrent la réponse d'un ton plus Jared leva les yeux au ciel. Il étaitincapable de lancer le moindre sortilège ou moins monocorde.

- Parfaitement, Petrificus totalus, le maléfice du Saucisson

Jared leva les yeux au ciel. Il était incapable de lancer le moindre sortilège. Il décida de garder sa boîte gentment fermée et de demander l'aide de quelqu'un plus tard.

– Préparez-vous...
Miss Bulstrod, pas dans vôtre nez, la baguette, mais pointée en direction de vôtre boîte... Hum, vôtre boîte. Bien, allons-y... Un... Deux...
Vous n'aurait pas de deuxième chance... Trois !

Jared regarda les autres tables avec un interêt, sans faire un geste pour ouvrir la sienne. La table ou était réuni les Serdaigles sebait avoir réussi le sortilèges avec succès. Il n'eut pas le temps de regarder les résultat des autres tables car Mathéo venait de sauter de son tabouret, à la poursuite du champignon qu'il n'avait pas réussi à immobilisé. Jared esquisa un sourire, avant de glousser quand Mathéo se mit à parler au champignon non-coopératif. Champignn qui finit dailleurs par s'échaper de la serre, alors que Mathéo renonçait à le poursuivre.

Jake, qui détestait coordialement Mathéo qui le lui rendait bien, ne pus s'empecher d'intervenir.


-Bouffon va ! T'arrive même pas à maîtriser un champignon? T'as quoi à la place des muscles, des raviolis ?
Franchement tu fais pitié. Et j'te plains. Parce que si t'es aussi doué que ça en amour ...


Sur ces mots, il ouvrit sa boîte, rata son sortilège informulés, attrapa le champignon à main nue, et l'écrasa tout bonnement.

-Pas très solides ces champignons.

Marie Elizabeth d'Acewood avait observé la scène de loin. C'était une jolie jeune fille rousse, une 5ème année qui était aussi à Serpentard. Son unique but dans la vie était de colporter de ragots. Elle savait beaucoup de choses sur tout le monde, aimait raconter les vérités gênantes, tout autant que des ... supositions peu flateuses. A voir son air réjoui, Jared eu un mauvais préssentiment. Il détourna le regard, ne souhaitant pas être repéré par cette fille. Il aurait voulu défendre sonami, mais des rumeurs sur lui, non merci.

Il fixa son regard sur sa boîte, toujours solidement fermé. Il décida d'essayer discretement de jeter le sort, peut être qu'un miracle se produirait ?
Il entrouvrit la boîte, juste assez pour faire passez sa baguette dans l'interstice.

Il se racla la gorge et pria pour un miracle.

-Pétrificus Totalus !


Il ne se passa strictement rien. Pas le moindre rayon lumineux, et Jared entendait distinctement le petit champignon sauter dans la boîte comme pour le narguer.

Il referma sechement le couvercle en soupirant. Il était définitivement nul en sortilèges. Ilallait devoir demander l'aide de quelqu'un. Il grogna presque à cette idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frank T. Hewlett
Forces Sorcières IntérieuresavatarForces Sorcières Intérieures

MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Jeu 23 Aoû - 21:53

    A la fin du décompte, Frank figea son Champignon Bondissant au même moment que ses élèves - ou plutôt au même moment que certains de ses élèves...
    Car la plupart n'avait pas été assez rapide, et il devait à présent en figer lui-même, en faisant attention de ne pas pétrifier un des adolescents, ce serait fort dommage...

    Celui de Mathéo Moreno crapahuta jusqu'à l'extérieur, inutile de le poursuivre plus longtemps...


      – Euh… Je suis désolé monsieur mais ces machins, ça rebondit bien vite !

      - Rien de grave M. Moreno, il retournera à l'état sauvage..., rassura-t-il en haussant les épaules d'un air désolé. En fait, heureusement qu'il était le supérieur hiérarchique de son personnel, car il se serait fait incendier pour avoir perdu un si précieux Champignon Bondissant, qui possédait des effets bienfaisants en Médicomagie...

      - Bouffon va ! T'arrives même pas à maîtriser un champignon ? T'as quoi à la place des muscles, des raviolis ? Franchement tu fais pitié. Et j'te plains. Parce que si t'es aussi doué que ça en amour...

      - Vous ferez équipe avec M. Wood pour la deuxi-. Oh... bien.


    Le dénommé Jake Wood venait d’aplatir son propre champignon dans sa boîte... Frank paraissait aussi gêné qu'amusé, mais surtout bien contrarié. Il prit celui posé sur son propre bureau et le donna au jeune Moreno.

      - Vous allez faire équipe ensemble, et si j'entends un seul mot plus haut que l'autre, vous suivrez le champignon, prévint-il en montrant du doigt la porte.


    Rien de mieux qu'un travail en équipe pour calmer les tensions et régler des différents... Quoique, sa femme et lui ne donnait pas un exemple véritablement probant.
    Il s'adressa à Tibus Tintagel, qui avait été privé de cet exercice - et de son champignon - et qui comprit assez rapidement, pour une fois, qu'il allait faire équipe avec Laszlò.

    Il fit ensuite un rapide tour des tables pour régler quelques autres dysfonctionnements et invita la classa à faire le silence.


      - Nos petites créatures sont dissipées, n'est-ce pas ? Voilà la deuxième partie de l'exercice : vous allez disséquer votre champignon, le cisailler de haut en bas, plus exactement... Afin d'obtenir deux coupes parfaites. Pour cela, vous utiliserez encore vos baguettes. Ceux qui ne maîtrisent pas encore le sortilège de découpe sont priés de laisser leurs aînés le réaliser à leur place, sous peine de se voir atrophier d'un doigt.


    Il se déplaça jusqu'au tableau et le tapota de sa baguette magique, qui fit apparaître d'autres inscriptions.

      - Une fois ceci fini, je veux que vous décriviez en cinq lignes minimum l'aspect de votre Champignon Bondissant. Il faut savoir qu'ils ne sont pas tous constitués de la même façon... Je veux que vous déterminiez le système qui permet au votre de bondir.


    Il croisa ses mains et jugea le moment opportun pour débuter le travail.

      - Je passe dans les rangs, appelez-moi si besoin.


    Il commença par la table des phénomènes et attendit que les élèves se décident à effectuer la première consigne. Il ne l'avait pas dit pour ne pas les angoisser, mais le tableau l'indiquait : le devoir était à rendre sur parchemin.

________________Requiem for a Prophecy________________

    J'ai connu la véritable liberté. J'ai connu le monde paisible, animé par un état d'esprit remarquable.
    Un monde qui m'a été enlevé.
    Je réalise aujourd'hui qu'il me faudra du temps, que la route qui m'attend est longue et obscure.
    Elle ne me mènera pas toujours là où je veux aller. Mais quoi qu'il arrive, je la suivrais.
    Pourquoi se battre ? Pourquoi résister ?
Personne d'autre ne le fera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laszlò Tudor
Serpentard-KilljoyavatarSerpentard-Killjoy

MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Ven 24 Aoû - 16:45

Lasz se foutait clairement de la Jonface de Tib qui mattait les… Champignons ? sortis de la boite gambader à travers la pièce.

- Le Tesseract a décidé de t’offrir ce pouvoir de merde : faire bouger les plantes ! Ainsi soit-il. Fit-il d’un ton solennel, avant de tourner la tête vers le bruit d’une chaise raclant le sol.

Naïa Swan, meilleure amie de Rebecca, venait d’établir ses quartiers au bout de leur table, alors que ce n’était même pas une place… Quoi qu’il en soit, elle sourit au Serpy qui lui rendit son habituel smile-de-niais-qui-sait-qu’il-plait.


- Cette chaise est pour Becca ? Demanda-t-il en désignant la chaise vide à côté de Thaïs d’un geste du menton.

Il resta un instant débile, alors que le dir-Frank empêchait Naïa de répondre, et au lieu d’écouter il se demanda si Becca lui faisait la grève du sexe parce qu’elle préférait les filles… Et d’ailleurs, c’était quoi le genre de Thaïs du coup ? Enfin il était pas encore sûr qu’elle préfère les nanas, mais tout le monde sait que le TDP dit souvent la vérité. Après tout, Cornelia Blues ne répète-t-elle pas qu’il est beau et intéressant à chaque édition ?

- … le maléfice du Saucisson, non Mademoiselle, pas l'aliment.

Saucisson ? Il sentit son ventre gargouiller douloureusement. Et il n’était que 10h et demi…

- J'ai cru savoir que vous l'aviez bien travaillé en Sortilèges, ça ne devrait donc pas poser de problèmes...

Oops. Dans le doute, il fit un sourire charmeur à la Gryffy et poussa sa propre boite vers elle – vu qu’elle avait rajouté une chaise, elle n’en avait pas – en faisant genre « je suis assez chevaleresque pour ne pas t’empêcher de faire cet exercice, chérie. » La vraie raison étant évidemment son incapacité à réaliser ce sort… Mais malheureusement, Thaïs en fit brutalement atterrir une autre devant lui, avec sa tête de « elles font chier à toujours te squatter ces connasses. » Certes, aujourd’hui n’était pas le moment, niaha. Il ne pris même pas la peine de se concentrer un minimum, quitte à passer pour un bizu autant avoir une excuse…

- Bien, allons-y... Un... Deux...

- Si tu es aussi doué que dans tes activités extrascolaires, ce devrait être un jeu d'enfant... N'est-ce pas Lazslò ?

*Gné ?*

Non non, il restait bien plus fort au Quidditch qu’en sortilèges, c’était pourtant un secret pour personne.

- Vous n'aurez pas de deuxième chance... Trois !

Alors, il ouvrit la boite comme les autres, rata le premier bond de son champi – ce qui, lorsqu’on le connaissait bien, était grandement prévisible.

- FUCK. Petrificus totalus de mes couilles !

Deuxième éclair de lumière, qui atteint sa cible, mais… Loin de s’arrêter de sauter comme sous le coup d’une potion de vitalité trop dosée, le champignon se mit à gonfler, gonfler, et accessoirement à tout péter sur son passage, heureusement que le prof était en train d’engueuler Wood et Moreno.

- Ça s’assomme ce truc ou pas ?

Tib haussa les épaules et Lasz donna un coup de boite-Tesseract sur le champi qui couina et se cassa la gueule… Coup d’œil discret vers le prof – « … allez disséquer votre champignon, le cisailler de haut en bas, plus exactement... Afin d'obtenir deux coupes parfaites. Pour cela… » – il calla le champignon-géant contre le mur pour faire croire à un saucissonnage.

- Une fois ceci fini, je veux que vous décriviez en cinq lignes minimum l'aspect de votre Champignon Bondissant. Il faut savoir qu'ils ne sont pas tous constitués de la même façon... Je veux que vous déterminiez le système qui permet au votre de bondir.

- J’suis un cerveau, héhé.

En effet, l’exercice serait plus facile pour Tib et lui vu la taille du machin. Ouvrage en deux, prise de toute la place sur la table, refoulage des deux gonzesses.

- Elle est belle, ta tige. Dit-il en tâtant un truc mou à l’intérieur, avant de ramener Tib et Thaïs en cercle, tels des conspirateurs. Big Peanuts, voilà ta mission de codage : « la kermesse t'a déçu ? Alors viens au grand rattrapage samedi soir sur le stade de Quidditch ! Musique, alcool, zéro surveillance et zéro contrainte, organisée par le trio palatin ». Frankie est cool, on devrait pouvoir se démerder pour l’faire passer.

Hochements de tête solennels puis chacun reposa le cul sur sa chaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athalie Duchâteau
Serpentard-KilljoyavatarSerpentard-Killjoy
Light me up when I am down.


MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Ven 24 Aoû - 18:28

Athalie déambulait dans les couloirs, telle une âme errante, à moitié étouffée par la chaleur ambiante. La botanique reprenait, une mauvaise nouvelle en soi, elle n'avait jamais apprécié cette matière inutile, selon elle. Quoiqu'il en soit, la sonnerie tant appréciée par la Serpentard retentit enfin, annonçant la fin du cours des Défenses contre les Forces du Mal. Appréciée lorsqu'elle annonçait son terme, un peu moins lorsqu'il s'agissait du commencement.

Quand elle était passé devant le panneau d'affichage, c'était comme si une alerte rouge avait sonné, la prévenant de la tragédie avant même qu'elle n'ait à tourner la tête afin de lire ce qui était écrit. Puis elle avait marché à reculons, vérifiant cette triste annonce. Le fait que les cours de Botanique s'étaient arrêtés n'avaient pas changés grand choses puisqu'elle n'y participaient pas régulièrement. Mais maintenant que les sabliers avaient été remis à zéro, elle ne pouvait plus se permettre de sécher une partie des cours, elle préférait ne pas avoir à porter le lourd fardeau de la déception des Serpentard lors de leur défaite. S'ils échouaient, bien entendu, puisqu'ils avaient l'air bien partie.

Quoiqu'il en soit, Athalie entra dans la salle de classe, suivit d'autre élèves, saluant brièvement le professeur avant de se dépêcher d'attacher ses cheveux en une queue de cheval mal faite. Les serres avait l'air d'avoir changé depuis l'autre fois, du moins lorsqu'elle daignait encore participer au cours. Mais ce qui était le plus étonnant était l'apparence changeante du professeur de Botanique. Elle ne rêvait pas, c'était bien leur directeur qui allait leur faire cours ? Très bien, elle se poserait des questions inutiles plus tard.
Elle remarqua alors Rebecca assise pas loin et une soudaine envie de meurtre vint gêner sa bonne humeur. Elle n'avait pas oublié l'"incident" de la grande salle et cette pouf se devait de couvrir ses arrières parce qu'elle ne s'en tirerait pas comme ça.

- Bon, nous pouvons au moins apprécier l'enthousiasme de vos camardes qui brûlaient d'impatience de découvrir ce que nous cachaient ces petites boîtes disposées devant vous...

Athalie observait la fameuse boîte qui se tenait devant elle tout en haussant un sourcil curieux. Elle balaya la salle du regard, avant de reporter son attention sur le professeur et faire semblant d'écouter à nouveau.

- Parfaitement, Petrificus totalus, le maléfice du Saucisson, non Mademoiselle, pas l'aliment. J'ai cru savoir que vous l'aviez bien travailler en Sortilèges, ça ne devrait donc pas poser de problèmes...

Ah oui, les sortilèges. Euh, oui, pourquoi pas. Elle tâta le pan de sa robe de sorcier afin de dénicher sa baguette, demeurant introuvable. elle se demanda un instant si elle l'avait oublié... Mais non, elle l'avait au cours précédant.

- Bien, allons-y... Un... Deux...

Athalie trouva enfin sa fameuse baguette, se hâtant de sortir, presque prise au piège par les instructions de leur nouveau professeur remplaçant qu'était le directeur. Elle déglutit, pointant sa baguette sur la boîte qui contenait le champignon. Ses yeux divaguèrent vers Rebecca... Elle pourrait formuler le sort en sa direction et plaider sa cause en affirmant qu'elle n'avait pas fait exprès de la toucher, et... Non. Autant ne prendre aucun risques, elle se vengerait quand l'occasion se présentera.

- Vous n'aurait pas de deuxième chance... Trois !

Athalie s'empressa de formuler le sort indiqué, pétrifiant de justesse le champignon qui venait de sauter en sa direction alors qu'elle ouvrait sa boîte. Elle eut une mine satisfaite, tandis qu'elle se tournait en direction de Mathéo qui n'avait pas l'air de très bien s'en sortir.

- Non mon mignon, reste ici, viens voir papa !

Elle prit sur elle pour ne pas rire mais elle ne put retenir un sourire amusé face à la situation. Le champignon du Serpentard n'avait pas l'air d'apprécier sa compagnie et bondissait de plus en plus rapidement. Mathéo avait beau essayé de le rattraper, le champignon décida tant bien que mal d'aller faire sa vie ailleurs et détala en direction de la sortie.

Jake se tenait prêt de Mathéo et affichait un air moqueur qui voulait dire "Tu me fais pitié". Et il ne tarda pas à formuler cette phrase autrement. D'une manière bien à lui.

- Bouffon va ! T'arrive même pas à maîtriser un champignon? T'as quoi à la place des muscles, des raviolis ? Franchement tu fais pitié. Et j'te plains. Parce que si t'es aussi doué que ça en amour...

*C'est vrai qu'il est doué, lui.*

Quelle ironie du sort.
Athalie se tourna en direction de celui qui venait de parler. Elle aurait reconnut sa voixentre mille et ce n'était autre que Jake, évidemment. Ils ne s'étaient pas reparlés depuis leur altercation dans la salle de classe et ce n'était pas dans l'ordre de ses propriétés... Il s'était passé des choses plus ou moins étranges là-bàs, vraiment étranges, certaines choses qu'elle aurait aimé oublier. Or, c'était impossible. Et elle ignorait même pourquoi elle le souhaitait. Mais le jour où elle comprendrait ce qui se passait dans sa tête, Jake sera devenu gentil et tolérant. Clairement, c'était pour ne pas dire improbable. Mais lui-même était si étrange, qu'elle ne le comprenait pas. Mais alors pas du tout. Il avait montré plusieurs facettes de sa personnalité et elle ne savait même pas laquelle elle préférait. Pouvait-on favoriser quelque chose que l'on ne comprenait pas ?

Celle-ci resta tout d'abord scotchée devant ses paroles. D'accord, la première partie la fit un peu rire, c'est vrai... Mais sa dernière phrase déplaisait quelque peu à la Serpentard. Elle était persuadée qu'il était au courant pour Amber et Mathéo et elle ignorait si ce qu'il venait de dire était en quelque sorte pour défendre la rouge et or, mais... Ce n'était... pas très sympa. Jake venait d'écraser son champignon dans sa boîte et elle fut elle-même étonnée de compatir avec cette pauvre... chose. Jake n'était pas très délicat, c'était le cas de le dire.

- Vous allez faire équipe ensemble, et si j'entends un seul mot plus haut que l'autre, vous suivrez le champignon.

Leur directeur semblait vouloir faire le sage et apaiser les tensions, mais elle ne savait pas si c'était réellement la bonne solution que de les faire travailler en équipe.

Athalie se rapprocha de Mathéo, passant à côté de Jake sans un regard, avant de murmurer prêt de l'oreille du Serpentard :

- Ne lui répond pas, c'est un crétin.

Coup d'oeil vers ledit Serdaigle qui l'écoutait, bien entendu. Sourire satisfait en coin qui signifiait on ne peut plus clairement "Provocation."

Elle espérait tout de même que Mathéo prendrait ses paroles au sérieux, histoire qu'il ne réponde pas quelque chose qui déplairait à Jake... Elle-même savait combien il était facile pour lui de réagir au quart de tour. Et elle n'avait pas vraiment envie que ce cours parte en bagarre général, même si ça lui permettrait de s'esquiver en douce.

Celle-ci préféra alors écouter la suite, histoire de savoir à quoi elle avait affaire et... ce qu'elle devait faire.

- Nos petites créatures sont dissipées, n'est-ce pas ? Voilà la deuxième partie de l'exercice : vous allez disséquer votre champignon, le cisailler de haut en bas, plus exactement... Afin d'obtenir deux coupes parfaites. Pour cela, vous utiliserez encore vos baguettes. Ceux qui ne maîtrisent pas encore le sortilège de découpe sont priés de laisser leurs aînés le réaliser à leur place, sous peine de se voir atrophier d'un doigt.

Athalie afficha une mine de dégoût profond. Apparemment, elle ne découpait pas des champignons tout les jours. Elle ne se souvenait même pas quel était le sortilège de découpe, justement... Elle préférait donc ne tenter faire et attendre. Ca lui donnait une bonne excuse pour ne rien faire.

- Je passe dans les rangs, appelez-moi si besoin.

Ah. Et bien, elle l’appellerait plus tard.

________________Requiem for a Prophecy________________

Light me up when I'm down:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harry-potter-world.exprimetoi.net/
Invité
Invitéavatar
MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Ven 24 Aoû - 19:08

Eden était arrivée au cours de Botanique juste à temps, elle était toujours en retard à la plupart de ses cours. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'elle avait horreur d'être bousculée et de se presser quand cela n'était pas absolument nécessaire. C'est aussi la raison pour laquelle elle se retrouvait systématiquement au places les moins avantageuses. Aujourd'hui par exemple elle était juste derrière Tintagel et Tudor, personnellement elle se fichait bien d'eux la plupart du temps. Même si leur comportement puéril avait le don incroyable de la mettre de mauvaise humeur. Son visage ne reflétait jamais rien, il était donc difficile de s'en rendre compte. Elle sourit cependant néanmoins aux références des ses deux imbéciles, elle n'était pas la seule plusieurs nés-moldus avaient compris la référence aux Avengers. Elle qui adorait les films d'actions et de super-héros n'avait pu louper la sortie de ce film ci. Elle avait une préférence pour le méchant de l'histoire comme d'habitude en fait. Elle adorait toujours le méchant de l'histoire. Peut être parce qu'elle aimait la psychologie que se cachait derrière ces "pauvres" hères mégalomane ? Oui peut être...

Elle se secoua néanmoins afin d'être attentive au cours, se fichant pas mal des autres élèves en fin de compte. Elle écoutait le directeur avec attention. Elle ouvrit la boite de la main gauche d'un geste vif, sa baguette dans sa main droite. Elle lança le sort avec une précision chirurgicale et le petit champignon se figea en plein bon. Il retomba sur la table dans un petit bruit mat. Elle entendit Moréno courir après son champignon fugueur, ce garçon était désolant. Son comportement de gamin prit en faute encore plus. Elle leva les yeux de son travail quelques secondes pour voir Wood écrabouiller ce pauvre petit champignon. Qui essayait elle de duper ? Elle n'avait pas de compassion. Elle regarda plutôt la bestiole avec un intérêt scientifique, son attention se tourna de nouveau vers le directeur qui avait repris la parole mettant Wood et Moréno en binôme.

- Nos petites créatures sont dissipées, n'est-ce pas ? Voilà la deuxième partie de l'exercice : vous allez disséquer votre champignon, le cisailler de haut en bas, plus exactement... Afin d'obtenir deux coupes parfaites. Pour cela, vous utiliserez encore vos baguettes. Ceux qui ne maîtrisent pas encore le sortilège de découpe sont priés de laisser leurs aînés le réaliser à leur place, sous peine de se voir atrophier d'un doigt. Une fois ceci fini, je veux que vous décriviez en cinq lignes minimum l'aspect de votre Champignon Bondissant. Il faut savoir qu'ils ne sont pas tous constitués de la même façon... Je veux que vous déterminiez le système qui permet au votre de bondir.


Eden prenait des notes avec une rapidité et une diligence exemplaire. Elle souhaitait se souvenir de tout, sait on jamais si cela tombait aux examens de fin d'année... Une fois ses notes prises elle s'attela à ce nouveau exercice, certains allaient grimacer. Découper quelque chose qui semblait vivant les dégouteraient probablement, personnellement elle s'en fichait. Elle aimait plutôt l'idée, c'était passionnant. La botanique faisait partie des matières qu'elle aimait beaucoup. Elle commença sa dissection avec une concentration à toute épreuve, n'écoutant déjà plus ses camarades et son professeur du jour.

- Diffindo. Chuchota la jeune femme. Son sort de découpe parfaitement réalisé et sa précision chirurgicale lui permit de découper le champignon en déplaçant doucement sa baguette du haut vers le bas afin de parfaitement découper la bestiole et de ne pas l'abimer. Elle sourit quand elle y parvint, elle regarda ensuite ses notes pour continuer son travail en parfaite autonomie.
Revenir en haut Aller en bas
Thaïs Y. Yohouré
Poufsouffle-KilljoyavatarPoufsouffle-Killjoy



MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Ven 24 Aoû - 20:05

    Le cours de DCFM s'était achevé sous une ribambelle de devoirs, lesquels elle n'avait pas pris la peine de noter, comptant sur Tib' - qui mourrait d'envie de reconquérir son amitié, et il faut dire, lui manquait atrocement - pour les lui donner, alors que celui-ci même comptait sur Lasz'... Le bon cercle vicieux.
    Thaïs avait d'ailleurs laisser Lasz' roupiller alors que la salle se vidait, et encore elle n'avait, cette fois-ci, pas eu l'envie de jouer au Rondoudou.

    Elle s'arrêta au niveau d'une armure et posa son sac sur le socle pour vérifier si son livre de Botanique y figurait, mais au fond d'elle, même s'il n'y était pas, elle savait qu'elle aurait trop la flemme de retourner jusqu'à son dortoir, alors elle fit mine qu'il y était, parce qu'il n'y était pas.
    Lorsqu'elle releva la tête, Lasz' s'était incrusté entre deux nanas de Serdaigle, et elle ne s'empêcha même pas de réprimer son rire rauque en passant devant eux. Mais même si sa bonne humeur était superficielle, elle comptait bien reprendre une vie sociale quasi-normale, et traîna ses vans jusqu'à l'extérieur du château pour rejoindre la serre, qui s'était transformée en salle commune des Poufsouffles.

      - 'Jour M'sieur, lança-t-elle machinalement avant de s'installer à une table vide sur laquelle elle comptait bien accueillir ses potes.


    Un peu surprise, c'est Lasz' qui arriva le premier, avant Tingel, et qui s'installa à la place en face d'elle.


      - T'as plus séché en un mois que moi depuis le début de l'année ! C'est cool que tu sois là aujourd'hui.


    Elle lui répondit par un sourire en coin et rajusta son col de chemise fièrement, tandis qu'une meuf de sa Maison, la seule avec qui elle n'avait aucune chance qu'on la soupçonne d'être attirée par les filles, apporter le sac de Lasz'.
    Lorsque Tib' arriva, elle hésita à pousser la chaise avec son pied pour qu'il s'étale par terre.


      - Tf'ais plus la tronche ?

    Okay, elle s'en voulait terriblement de pas lui avoir causé depuis l'article foireux du Daily Poudlard.

      - T'es toujours aussi con ?


    Mais c'est pas pour autant qu'elle le lui montrerait. Pendant que ses deux comparses se marraient, Thaïs fixait la fille qui était dans sa ligne de mire depuis sa nomination parmi les Préfets des Gryffys... Même si elle ne se faisait pas d'illusion quant à une possible relation, puisqu'il semblait que celle-ci soit plus penchée sur les gars.

    La leçon portait sur les Champignons Bondissants, celui de Tibus bondit d'ailleurs sur sa touffe avant de continuer son périple jusqu'au directeur. Elle tapota ses cheveux, amusée.

      - Cette chaise est pour Becca ?


    Thaïs se rendit compte de la présence de la nana entre elle et Lasz', en bout de table, alors qu'une place était effectivement vacante à côté d'elle.

      - On a peur de Tata Thaïs ? lança la Poufsouffle avec un sourire flippant, avant de reporter son attention sur Hewlett en ignorant sa voisine.


      - Parfaitement, Petrificus totalus, le maléfice du Saucisson...


    Elle se souvint de la fois ou elle avait essayé de figer la teub de Tib' lorsqu'il était en érection, pour voir... Une expérience à ne pas renouveler, mais qui restait un très bon souvenir pour Thaïs qui n'était jamais ressortie indemne de son fou-rire en voyant les parties reproductrices de son pote faire des ronds dans les airs, et la honte qui s'en suivit lorsqu'il fallut expliquer ça à l'infirmière.

      - J'ai cru savoir que vous l'aviez bien travaillé en Sortilèges, ça ne devrait donc pas poser de problèmes...


    Lasz' fila sa boîte à la Gryffondor qui s'était incrustée, mais Thaïs n'allait pas le laisser s'en tirer aussi facilement, et tout en continuant de le fixer avec un sourire particulièrement narquois, elle tendit le bras jusqu'à la place vide à côté d'elle pour lui poser devant son nez l'autre boîte. Un jour peut-être, elle aurait le même succès que Lasz', avec les filles...

      - Bien, allons-y... Un... Deux... Vous n'aurez pas de deuxième chance... Trois !


    Thaïs retourna la boîte pour assommer le champi et le rendre un peu plus inoffensif, lorsqu'elle ouvrit la boîte elle eut ainsi tout le temps de prononcer la formule.

      - Il est pinté le mien ou..?


    Le Champignon Bondissant titubait sur la table... Juste avant de se faire brutalement écraser par le Hulk de Lasz'.

      - PUTAIN. C'EST QUOI CE MICHE-CHAMPIGNON ?!

      - Ça s’assomme ce truc ou pas ?

      - C'toi qu'vais assommer Tudor
      , lança-t-elle sauvagement avant de tendre sa jambe au-dessus de la table et de foutre un coup de pied au gigantesque végétal pour le décoller de son propre champi.

      - Ah bah... Non en fait, merci. Le mien est figé, du coup.


    Lasz' dégagea son ignoble création de la table, qui prenait toute la place, et Thaïs écouta les nouvelles consignes.

      - Vous allez disséquer votre champignon, le cisailler de haut en bas, plus exactement... Afin d'obtenir deux coupes parfaites.


    Cool, ce sortilège elle l'avait souvent utilisé, pour défricher les caleçons de Tib' notamment.

      - J’suis un cerveau, héhé.

      - Pff, un tricheur surtout
      , ragea-t-elle en se marrant à moitié, jusqu'à ce qu'il remette sur la table le Champi psychopathe.

    Elle n'avait du coup qu'un tout petit carré d'espace, tout comme sa voisine avec qui elle échangea pour le coup un regard similaire au sien, soudain compatissant.


      - Diffindo !


    Le champi se coupa en deux, avec une partie plus épaisse que l'autre, et en perdant un peu de peau par la même occasion.

      - Elle est belle, ta tige.

      - Faites v-...


    Inutile, Lasz' lui demandait d'approcher au dessus de la table. Elle hésita en se rappelant de la fois où il lui avait montré une fausse fée dans son bol de soupe et qu'il lui avait plongé la tête dedans, il y a quatre ans.
    Mais Tib' se pencha aussi.

      - Big Peanuts, voilà ta mission de codage : « la kermesse t'a déçu ? Alors viens au grand rattrapage samedi soir sur le stade de Quidditch ! Musique, alcool, zéro surveillance et zéro contrainte, organisée par le trio palatin ». Frankie est cool, on devrait pouvoir se démerder pour l’faire passer.


    Ah ouais, ils en avaient déjà causé, de leur prochaine teuf. Thaïs était sûre qu'il lui donnait cette responsabilité pour se faire pardonner... Ou juste parce que Tib' savait pas écrire.
    Du coup elle s'affaira direct à la tâche, sur un bout de parchemin. Elle essaya plusieurs trucs avant de concocter le message parfaitement indécodable.

      - Héhéhéhé, fit-elle en recopiant au propre son oeuvre et en négligeant son champignon. Finish ! C'est bg ? Elle le fila à Tib' avec un sourire qui découvrait ses dents parfaitement blanches.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Summer Diland
PoufsouffleavatarPoufsouffle



MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Ven 24 Aoû - 20:32

Les élèves arrivaient en masse, contre toute attente. En effet, le message annonçait semblé avoir été entendu par la plupart des élèves, car la serre métamorphosée en salle de classe était bientôt remplit. Le cours semblait vouloir parcourir le chemin du commencement, avec un directeur plutôt sûr de lui, une qualité non négligeable quand on s'avérait être à la tête d'une école de magie telle que Poudlard. Une école de magie en pleine zone de perturbations que les adultes se donnaient bien la peine de dissimuler aux élèves, ainsi qu'aux parents, voulant à tout prix les préserver.

Le directeur qu'était Hewlett débuta alors un discours ayant pour but de les informer sur le cours d'aujourd'hui et sur ces mystérieuses boîtes qui se trouvaient sur leurs tables, encore fermées pour pouvoir se doute de quoique ce soit. Du moins, jusqu'à ce que Tibus ouvre volontairement sa boîte tout en laissant bondir le champignon dans toute la salle. Des rires firent écho à son acte quelque peu voulu. Le directeur reprit alors rapidement les rennes, laissant peu de répit à ceux et celles qui se trouvaient encore bien amusés pour rester studieux. Le sortilège qui se devait d'être su pour ce cours fit l'effet d'une sono, sortant ainsi des lèvres des élèves enthousiastes -semblait-il-. Rapidement, il déclencha ce qui paraissait être un compte à rebours, qui offrirait la possibilité aux élèves d'ouvrir à leur tour leur boîte, afin de maîtriser la plante magique.

-Bien, allons-y... Un... Deux...Vous n'aurait pas de deuxième chance...


Silence. Summer tenta alors de reporter toute son attention sur la boîte, voulant réussir à maîtriser le champignon magique.

Trois !

Ouvrant sa boîte comme si elle suivait le rythme de la cadence, de sa main libérée elle agita sa baguette en direction du champignon et répéta comme un automate le sort déclaré par tous les élèves. Un léger doute traversa alors son esprit quant à la réussite de son sort, mais l'immobilité du champignon prouvait bel et bien que ce sort lui était acquis.
Satisfaite de son résultat, elle observa ceux des autres -plus ou moins similaires-, très différents d'une table à l'autre. Il y avait en premier lieu Mathéo. Ce serpentard ne manquait pas un seul instant pour se faire remarquer, chose que Summer lui faisait regretter de temps en temps. Voilà qu'il courrait après son champignon tout en lui parlant. Summer retint un rire, qui en conséquence se produisit à l'intérieur.
Sans tarder, une fois que la majeure partie des élèves avaient réalisé les instructions, le directeur reprit le cours du fleuve là où il l'avait laissé.

- Nos petites créatures sont dissipées, n'est-ce pas ? Voilà la deuxième partie de l'exercice : vous allez disséquer votre champignon, le cisailler de haut en bas, plus exactement... Afin d'obtenir deux coupes parfaites. Pour cela, vous utiliserez encore vos baguettes. Ceux qui ne maîtrisent pas encore le sortilège de découpe sont priés de laisser leurs aînés le réaliser à leur place, sous peine de se voir atrophier d'un doigt. Une fois ceci fini, je veux que vous décriviez en cinq lignes minimum l'aspect de votre Champignon Bondissant. Il faut savoir qu'ils ne sont pas tous constitués de la même façon... Je veux que vous déterminiez le système qui permet au votre de bondir.

Des instructions que Summer tâcha de ne pas oublier maladroitement. Saisissant de nouveau sa baguette, elle lança le sort adéquat afin de rendre le champignon démembré, comme sur un bloc dans un hôpital, quand le patient se trouve dans un état critique.
D'abord concentrée, un mot vint perturber son acharnement à examiner ce maudit champignon à l'organisme plus compliqué que prévu. Saisissant le bout de parchemin, elle débuta la lecture de celui-ci qui possédait une écriture agréable. Des bruits s'élevèrent dans la classe, et sans doute était-ce ce bout de parchemin qui en était la cause.


Sourcil froncé. Analyse plus approfondie. Quand soudain, une nette compréhension se fit plus intense. Son visage qui arborait un air sérieux en adoptait à présent un, un peu plus relâché, et qui pour ainsi dire exprimait une sorte de joie. Large sourire. Une fête venait de voir le jour à cet instant précis, et qui s'annonçait pour ainsi dire, délirante. Tout ce stratagème était organisé par le trio palatin. Ce trio ne pouvait pas correspondre à tout le monde. Après tout, personne n'était lié comme les doigts de la main autant qu'eux. Autrement dit Tib', Laz' et Thaïs.
Summer tourna alors légèrement sa tête vers Léna, lui offrant ainsi un sourire qui était significatif. Faisant à son tour passer le mot, Summer avait bien la ferme intention de s'y rendre.

(ALICE TU ES UN CERVEAU. OUI O_O C EST SUM QUI DIT CA XDDD)

________________Requiem for a Prophecy________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Fiamata Dia Capulet
Gryffondor-KilljoyavatarGryffondor-Killjoy

MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Sam 25 Aoû - 8:28

Le cours de DCFM avait été très instructif et intéressant ce matin là pour la Préfète, même si elle avait été un peu déçue de ne pas avoir pu en placer une seule durant toute la durée du cours... Tout ça à cause de ce Barney Beber qui voulait tout le temps participer sans penser aux autres. Amber ne comprenait jamais pourquoi le jeune homme semblait se réveiller qu'à ce cours là. Comme s'il avait été mis en mode silencieux à tous les autres cours pour enfin s'éveiller à celui-la. A croire qu'il s'etait vraiment entiché de leur directrice de maison. N'importe quoi. Tout le monde pouvait avoir ses rêves, mais le sien derivait complètement de l'impossible!
Bref, ils avaient maintenant cours de botanique. Tout en se dirigeant vers la serre 3, Amber sortit de son sac en bandoulière un long ruban pour s'attacher soigneusement sa chevelure. Pour ce cours il valait mieux prendre des précautions. Elle était bien curieuse de savoir qui allait remplacer leur ancienne professeur mystérieusement disparu.
A sa grande surprise et celles de ses camarades, ce ne fut pas une dame qui les attendait mais leur directeur! Mais qu'est-ce qu'il faisait là? Sans se poser plus de question, la Préfète pénétra dans la pièce qui était miraculeusement bien ordonnée. Déjà une douce odeur de rose émanait dans la pièce. La fraiche salle nouvellement décorée offrait un tableau paisible, farfouillé entre les tournesols ensoleillés dans des vases de pierre, les branches de lierres qui entouraient gracieusement le tableau où étaient inscrits le sujet de cours et les végétaux farfelus placés dans un coin de la salle. Les tables aussi étaient disposées autrement qu'à l'accoutumée. Elles étaient installées de sorte a accueillir quatre élèves voir six.

Bref, la jeune fille se mit alors à chercher un camarade susceptible de bien vouloir d'elle pour ce cours. Elle n'eut d'abord pas de mal à apercevoir Mathéo... Mais leur dernière entrevue qui avait fini par une dispute ne lui donna guère envie de s'installer prés de lui. Son manque de douceur ce jour-la lui restait encore en travers de la gorge. Et elle ne voulait pas non plus qu'il s'imagine qu'elle allait faire le premier pas vers lui, alors que tout était de SA faute. Bien que son cœur l'appelait à se rapprocher du jeune homme, Amber détourna son regard et se dirigea vers une autre personne. Aaron Lewis. Son adoré Gryffondor gentleman qui ne manquait jamais une occasion pour lui remonter le moral sans s'en rendre compte forcément. Ce fut sans grande hésitation qu'elle s'installa prés de lui, affichant son plus beau sourire.


-Coucou Aaron. Aujourd’hui je reste avec toi pour ce cours, ca ne dérange pas au moins? déclara-t-elle sur un ton innocent.

-Où est ma prof sexy? s'écria une voix masculine désespérée.

*Tibus... Non mais je rêve, il n'a pas du s'apercevoir que c'était le directeur devant lui, c'est pas possible autrement...*

Amber ne put se retenir de sourire en voyant le trio hilarant réuni.
Difficile pour Tibus de ne pas se faire remarquer des le début du cours... Il venait de laisser filer une drôle de mini créature de la boite qui était sur sa table. Petite chose qui était incontrôlable, elle ne tenait pas sur place et bougeait partout!


-Bon, lâcha soudainement le directeur, nous pouvons au moins apprécier [...]

Apparemment, c'était bien lui qui allait donner cours. C'était assez drôle pour Amber. D'autant plus que vu d'aussi prés le directeur avait l'air aussi cool que leur professeur de méta.
Stoppant habilement le petit fuyard prés du tableau, leur nouveau professeur continua:


-Il était enfermé [...]

La Préfète s'esclaffa discrètement de rire derrière ses mains lorsqu'elle observa leur professeur tenter de récupérer difficilement le champi après s'être retroussé les manches. Comme s'il s'agissait la de quelque chose d'extrêmement dur... Ce qui était le cas en fait. Au final, il parvint à le bloquer sur son bureau, ce qui amusait Amber.

*Il est drôle pour un directeur. Surtout pour un directeur de l'école. C'est fou.*

-Bon maintenant, vous allez prendre votre baguette avec une main.

Non pas possible! Comme si les élèves pouvaient prendre leur baguette avec leurs orteils. Amber ne savait pas si, le directeur s'en rendait compte, mais elle avait la vague impression qu'il les considérait comme de petits enfants.

-... et vous préparez à ouvrir [...] et qui est?

Ok, ca n'était plus une impression, c'était une confirmation. Ce qui fit sourire de nouveau Amber tandis qu'elle répondit comme ses camarades à la question du professeur.
Ensuite, Frank se mit à expliquer de manière exagérément enfantine l'utilité du sort.


-Vous n'aurez pas de 2eme chance, 3!

Youhou, la Préfète adorait déjà le directeur, il avait une façon de donner ce cours de manière si vivante qu'elle en était toute joyeuse et à la limite de redevenir une gamine. Les yeux brillants de gaieté, elle ouvrit comme tout le monde sa boite et d'une grâce enfantine prononça clairement:

-Petricus totalus! Et voilà ! claironna-t-elle tandis qu'elle voulait se tourner vers Aaron pour voir si c’était pour lui.

Sauf qu'un objet non identifié fonça dans la pièce.


-C'était à qui ca?

L'euphorie allait finir par gagner la gryffy quand elle vit Mathéo courir de long en large tel un acharné après son minuscule végétal en fugue. Sa maladresse ou celle du champi lui fit casser un malheureux vase. Et voilà que la chose à la dérobade s'éclipsait vers la porte ouverte.

-Non non mon mignon, reste ici. Viens voir papa!

-Hein? s'étonna Amber en l'ayant entendu avant de rire à nouveau.

Plusieurs fois Amber s'était demandé qu'est-ce que le jeune homme pouvait bien manger le matin pour sortir de pareils absurdités aussi hilarantes qu'inattendues. De quoi faire rire les élèves c'était certain ou exaspérer les plus sérieux ou coincés aussi. Du coté de la rouge et or, ce fut un rire difficile à contenir qui l'anima. Un petit rire cristallin et nerveux, incontrôlable qui redoubla discrètement derrière ses mains lorsqu'elle entendit Mathéo s'excuser auprès du directeur. Et qui devinez quoi? Avait encore et bien sur les yeux rivés sur son sol bien aimé.

Heureusement le directeur fut incroyablement compréhensif et eut même un air désolé. C'était étrange, le directeur lui rappelait son père. Toujours prêt à se montrer patient et a trouver une solution des qu'il y avait le moindre problème. Une sensation mélancolique s'éveilla en la jeune fille jusqu'à ce qu'elle entende une voix peu rassurante.


*Oh non non non non non non! Mais qu'est-ce qui a pris Jakinou de se mettre à coté de Mathéo?*

-Bouffon va! [...]

Amber ouvrit de grands yeux ronds en écoutant les paroles tranchantes de son meilleur ami. Non... Il n'était pas en train de critiquer la relation plus qu'étrange des deux antagonistes? Si? Et si c'était non, de qui il parlait alors? Son cœur se serra brutalement. Elle brulait d'envie d'hurler pour défendre le Serpentard et réprimander Jake mais en cours et devant le directeur... Bonjour l'impression qu'elle ferait au prof surtout en étant préfète.

Hi non mauvaise idée! Le directeur venait de mettre les deux ennemis ensemble pour la suite pratique. C'était intelligent pour calmer les tensions oui, mais...


-Je me demande si ca marchera entre ses deux tètes brûlés... Je connais trop Jake, il ne s'adoucira pas si facilement... s'inquiéta la jeune fille.

Intérieurement elle espérait qu'ils ne décident pas de régler leur différent en plein cours... Et... Hein? Mais pourquoi Athalie était à leur table? Et depuis quand? Une vive jalousie se mit a naitre soudainement sans qu'Amber le désire. Sa meilleure amie était avec son meilleur ami et celui qu'elle aimait. Athalie avait préféré se mettre avec eux plutôt qu'elle... Bon sang mais pourquoi? Y'avait-il quelque chose entre la Serpy et Jake? Athalie et Mathéo?

*Ca me fatigue de réfléchir ces temps-ci*

Finalement elle décida de comprendre tout cela plus tard et de se concentrer sur le cours avant d'exploser.


-Mes petites créatures [...]


Le visage de la Préfète se décomposa brutalement a l'entente du mot "disséquer". Si il y avait bien quelque chose qui la rebutait c'était de couper des créatures sans défense aussi petites étaient-elles...

-Oh noooon... pauvre champi... murmura désespérément Amber.

-Une fois ceci fini [...]

La demoiselle esquissa une petite grimace avant de lire les inscriptions mises sur le tableau. Ah bien sur, leur directeur avait beau être conciliant et tout, il y avait un devoir a la clé à rendre. Et sur parchemin bien sur. Quelle mesquinerie.

-Bon... euh... On fait ca ensemble Aaron? Chuchota Amber à l'oreille de son voisin. C'est pas que je ne maitrise pas le sort et que j'ai besoin d'un aîné pour m'aider hein mais... tu vois...

Elle ne continua pas sa phrase, espérant intérieurement que le jeune homme saisirait ce qu'elle voulait dire en voyant ses yeux implorants et désespérés.

*Hum? Qu'est-ce que c'est encore? Un champi écrasé? Mais non idiote c'est un mot... Aaaah. Il vient d'où?Mais qu'est-ce que ça peut te faire! LIS! Oui oui! C'est bon. Inutile de m'agresser.*

Et inutile aussi d'espérer que ca venait de Mathéo... Soupir.

*Il faudrait que je cesse un peu de toujours penser à lui.Tu peux pas.*

Re-soupir. Amber se mit alors à le lire rapidement. Sauf que son côté naïf et quelque peu noble ne lui fit pas saisir la moitié même de ce qui était inscrit...

-Oh mon Dieu. La honte. Attends avant de dire oui pour couper le champi... Euh... Ne le dis à personne. Je ne comprends pas trop ca Aaron, explique moi par pitié, supplia la jeune fille encore plus désespérée chuchotant toujours et en tendant le mot.

Tout ce qu'elle avait compris c'était que le "trio hilarant" -c'est ainsi qu'elle l'avait nommé- organisait une fête mais elle ne voyait pas où tant ce mot fut un véritable jargon pour elle.




________________Requiem for a Prophecy________________


Jake&Amby <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathéo Moreno
SerpentardavatarSerpentard

MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Sam 25 Aoû - 9:16




    Mathéo avait laissé partir son champignon. Il ne l’avait pas fait exprès mais bon, ce n’était pas ça qui allait l’empêcher de dormir ce soir. Il n’aimait pas la botanique et était simplement venu parce que c’est ce qu’on demande à un élève. Si les cours n’étaient pas obligatoire, on ne le verrait pas souvent, ça c’est sur. Bref, le jeune homme était tranquillement venu dire à son professeur qu’il avait perdu le champignon. Non, il n’avait pas couru pour aller le voir, vous avez déjà vu des vaches galoper pour aller à l’abattoir. Mais Frank T. Hewlett n’était pas le prototype des directeurs que Mathéo avait connu quand il était petit. Il était surement le contraire d’ailleurs. Quand il était à la petite école, avant d’entrer à Poudlard, son directeur était un pauvre abruti chauve qui ne faisait que punir. A croire que c’était son passe-temps favori. Bon d’accord, avec le comportement du jeune garçon, il n’allait pas être tendre, mais il y avait quand même des limites. Et puis dés fois, Mathéo ne pouvait pas se contrôler. Inutile de le blâmer. Mais bon, les Moldu ignoraient tout de leur monde donc encore une fois il fallait se taire et accepter les sanctions.
    Non Frank lui annonça que ce n’était pas très grave. Tant mieux, Mathéo était donc sur de ne pas se faire remonter les bretelles pour la énième fois.

    – Bouffon va ! T'arrive même pas à maîtriser un champignon? T'as quoi à la place des muscles, des raviolis ? Franchement tu fais pitié. Et j'te plains. Parce que si t'es aussi doué que ça en amour ...

    Mathéo n’avait pas de mots pour décrire Wood. Enfin si, il en avait plein en stock mais ça aurait pu choquer la sensibilité des plus petits. Franchement, celui qui faisait pitié était plutôt le Serdaigle. Certes il n’aimait pas Mathéo mais là, on ne lui avait vraiment rien demandé. Alors il devrait mieux s’occuper de son champignon que de celui des autres. Le Serpentard se contrôlait ca s’il avait suivi son instinct, il lui en aurait collé une. Mais il ne pouvait pas, il avait déjà assez de retenues à son actif, pas besoin d’en rajouter encore. Et puis on était en cours et de plus devant le proviseur de l’école. Un combiné qui ne laissait aucune chance à Mathéo de régler son compte à ce pauvre petit prétentieux.

    En plus, il le trouvait désespérant. Il osait dire quelque chose à Mathéo sur son travail avec le champignon. Lui avait essayé de faire son beau en jetant un sortilège informulé qui avait été finalement inefficace. Whoua s’il voulait montrer à Mathéo qui était le boss, et bien c’état plus que raté pour le coup. Il avait saisit le champignon et l’avait serré dans ses mains le broyant littéralement. Il faisait pitié franchement. Mathéo revint à sa phrase, les premiers mots étaient normaux vu son degrés d’amabilité. Il ne devait pas être allé beaucoup à l’école avant Poudlard pour n’avoir aussi peu de vocabulaire.

    La dernière phrase l’avait laissé perplexe. Amber lui avait-elle parlé de leur dernière entrevue. Si c’était le cas, Mathéo prenait ça comme une trahison. Elle savait qu’il ne pouvait pas voir en peinture Wood et elle était allée lui raconter leur dispute en détail. Il se tourna vers elle en lui jetant un regard noir. Il s’intéressa à nouveau à sa table. Athalie les avait rejoints. Peut-être s’occuperait-elle de Wood pour que Mathéo soit tranquille.

    *Mais ne lui envoie pas un regard de méchant comme ça. Elle ne lui a peut-être même pas raconté. Et puis ce n’est pas la première fois que t’es maladroit avec elle.*

    – Vous allez faire équipe ensemble, et si j'entends un seul mot plus haut que l'autre, vous suivrez le champignon

    *Tu crois qu’il est sérieux ?*

    Mathéo l’ignorait mais visiblement non. Le visage de leur directeur n’arborait aucun sourire, ni clin d’œil. Il devrait donc faire équipe avec le plus grand abruti de l’espèce. Mon Dieu, le jeune homme allait vraiment finir par se suicider. Mais d’abord il voulait répondre à Wood, parce que Hewlett l’avait coupé dans son élan. Il n’allait quand même pas se laisser faire comme ça, il ne s’appelait pas Jill Wood quand même. Athalie s’était rapprochée de lui pour lui murmurer quelques mots à l’oreille.

    – Ne lui répond pas, c'est un crétin.

    Et bien pour une fois on est d’accord tiens. Mais même si Athalie avait raison, Mathéo ne pouvait pas se taire. Il ne pouvait pas crier comme un débile comme Wood mais allait donc murmurer ses pics pour que le prof ne l’entende pas.

    – T’es amoureux de moi là, pour me donner tout le temps de l’importance ou quoi ?

    Lança t-il à voix basse avant de s’intéresser à nouveau à Athalie. Il lui fit un signe qui voulait dire qu’il était désolé mais qu’il était obligé. Mathéo se demandait d’ailleurs pourquoi la Serpentard étai venue ici. Après tout, il y avait encore des places avec sa meilleure amie et Aaron. Peut-être préférait-elle leur compagnie.

    *P’têtre qu’elle est venue pour Wood !*

    N’importe quoi. La Serpentard était une jeune fille avec du gout, elle ne pouvait en aucun cas finir avec le Serdaigle. Enfin, le Serpentard oublia tout ça quand le prof recommença à parler tout en donnant les instructions pour la suite du travail. Ils devaient disséquer les champignons avec leur baguette. Génial. Bon ils avaient eu le droit à un champignon neuf pour faire le boulot. Mais Mathéo n’allait certainement pas s’y coller. Wood n’avait qu’à le faire, ça lui donnerait une bonne occasion de se croire encore le meilleur.

    – Psssssst Mathéo, tiens faut que tu lises ça puis que tu fasses passer !

    Annonça un élève de Serdaigle de son année. Le jeune homme prit le mot et commença à le lire. C’était signé le trio. Pas de doute sur l’identité, ça venait forcément de Tudor, Tib’s, et Thaïs. Donc continuons, la première fois qu’il le lut, il n’avait pas tout compris mais en se penchant bien dessus, on pouvait tout déchiffrer. Et oui c’était un code, surement au cas où que Frank ne le ramasse. Alors comme ça le trio infernal organisait une fête au stade de Quidditch afin de rattraper la kermesse raté. C’était une idée brillante. Mathéo irait évidemment, il avait besoin de se vider la tête en ce moment avec une bonne fiesta. Il replia le mot et le passa à Athalie sous le nez de Wood.

    – Tiens, je pense que tu vas aimer !

    Annonça le jeune homme avec un sourire aux lèvres. La fête allait surement rameuter du monde. Après tout, peu de gens n’aimait pas les fêtes et puis si c’était organisé par le trio, on ne risquait surement pas de s’ennuyer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Wood
Serdaigle-KilljoyavatarSerdaigle-Killjoy



MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Sam 25 Aoû - 10:22

A peine venait-il d'écraser son champignon, lui ôtant par la même occasion sa vie, que le directeur se trouvait déjà là. Même bien avant. Ce qui voulait dire que celui-ci avait entendu les propos qu'avait tenu Jake vis à vis de Moreno, et qui étaient pour ainsi dire peu flatteur.

- Vous ferez équipe avec M. Wood pour la deuxi-. Oh... bien.

Il venait alors de se rendre compte de l'état dans lequel se trouvait le champignon magique, broyé. Mais ce n'était pas ça qui était d'une certaine manière choquant. Il y avait tout d'abord la réaction de Hewlett face à Jake, qui était pour ainsi dire très étonnante. Jake venait directement d'insulter Moreno et sans scrupule. Mais rien, aucune sanction apparente. Même pas un reproche quant à son langage familier. Du moins en apparence, car c'était sans compter le fait qu'il venait de créer un binôme, sans leurs accords. Enfin, cela ne semblait plus d'actualité puisque Jake venait de détruire son champignon. Une lueur d'espoir se fit alors connaître de ses yeux. Quand soudainement le professeur provoqua un retournement de situation. Se déplaçant vers son bureau, il saisissa le champignon et l'offrit à Moreno.

- Vous allez faire équipe ensemble, et si j'entends un seul mot plus haut que l'autre, vous suivrez le champignon.

*C'est ... une bla-gue ?!*

-Monsieur, ...

* il ne fallait vraiment pas vous savez ... Vous êtes vraiment ... très cool.*

Cette déclaration était totalement inutile, puisque le professeur s'avérait déjà être parti et sa décision semblait être irrévocable. C'était la dernière chose que Jake désirait, mais c'était les consignes, et ils étaient plus que dans l'obligeance de les suivre. D'ailleurs, les propos du directeur ne faisait que confirmer cette légère certitude. Il fallait se rendre à l'évidence et accepter, les deux jeunes hommes devraient travailler ensemble. Ils ne pouvaient le nier. Soupir. Mais tout ne s'annonçait pas si péjoratif que cela, après tout, même si la haine le hanter, si Moreno s'avérait être désagréable, Jake pourrait toujours trouver une solution quant à sa satisfaction. Mais en réalité, le jeune homme n'avait rien demandé au serdaigle, c'était Jake lui même qui n'avait pu s'empêcher de le provoquer, comme un désir présent depuis des siècles oubliés.

- Ne lui répond pas, c'est un crétin.


Son attention se reporta alors vers la jeune fille, dont la voix lui rappelait vraisemblablement une personne connue. En effet, il s'agissait de la serpentarde qui était la meilleure amie d'Amber, et qui ... se trouvait à leur table. Alors comme ça ... Elle prenait la défense de ce serpentard? Jake fixa la jeune fille, mais pas avec l'un de ses regards sombres et blessants, non plutôt avec celui d'un ami. Enfin, ami était bien un grand mot pour caractériser leur relation quelque peu étrange, surtout vis à vis des derniers évènements. Une relation très lunatique voir bipolaire. Leur dernière rencontre c'était déroulée dans une salle de classe vide, après la kermesse ratée, et d'après les souvenirs de Jake, pas mal de choses s'étaient déroulées, toutes plus surprenantes les unes que les autres. Il s'entendait encore implorer le pardon de la jeune fille, du moins durant quelques secondes. C'était comme si, ce soir-là, il avait été une autre personne. Et il regrettait bien des choses pour une fois. Des choses, qu'il n'aurait pas voulu avouer, mais une chose l'y avait amené, de manière inconsciente.

- Nos petites créatures sont dissipées, n'est-ce pas ? Voilà la deuxième partie de l'exercice : vous allez disséquer votre champignon, le cisailler de haut en bas, plus exactement... Afin d'obtenir deux coupes parfaites. Pour cela, vous utiliserez encore vos baguettes. Ceux qui ne maîtrisent pas encore le sortilège de découpe sont priés de laisser leurs aînés le réaliser à leur place, sous peine de se voir atrophier d'un doigt. Une fois ceci fini, je veux que vous décriviez en cinq lignes minimum l'aspect de votre Champignon Bondissant. Il faut savoir qu'ils ne sont pas tous constitués de la même façon... Je veux que vous déterminiez le système qui permet au votre de bondir.

Le travail qu'ils devraient réaliser venait d'être énoncé. Génial. Ce cours s'avérait être génial. Ironie du sort.

– T’es amoureux de moi là, pour me donner tout le temps de l’importance ou quoi ?

Jake eut un rire, tellement ses propos étaient peu crédibles. A la limite du fou rire, il tentait tant bien que mal de se retenir afin de ne pas rire aux éclats. Non, ce gars, il fallait l'avouer tout de même, il était marrant.

– Tiens, je pense que tu vas aimer !

Le jeune homme arborait un sourire, et comme un vulgaire personnage, il passa le mot sous son nez, sans même lui faire lire. Rah. C'était désormais la serpentarde qui l'avait entre les mains. La curiosité attisé de part le bout de parchemin mais également par les propos tenus par Moreno, il ne put s'empêcher de dérober le mot d'entre les mains de la jeune fille avant même qu'elle ne puisse y jeter un coup d’œil.

*On réglera ça plus tard, espèce d'idiot*

-Je suis un crétin, non? Je tiens pas à te donner tord.

Il avait déclaré ceci d'une façon ironique, abusé, et décontracté, comme pour provoquer la jeune fille, qui d'une certaine manière l'avait également provoqué auparavant. Il réutilisait les propos de la jeune fille, s'insultant lui même, mais il n'en avait que faire quant aux insultes qui pouvaient lui être destinés. Un sourire aux lèvres, il accorda un ultime regard à la belle blonde, puis entama la lecture du parchemin.
"Kiwi-fesse t'a déçu? Allez viens, allez viens, Grand roux sage chante "Saturday night fever" on the salade de Question-Bitch ! Murène-nique, Arbre-à-colle, Freedom. Trio Palatin."
Message codé semblait-il, et vu la réaction de Moreno, ce n'était pas un simple message codé. Rapidement, ce message quelque peu complexe se transforma en un labyrinthe dépourvu de mur. Une fête était organisée pour rattraper la kermesse belle et bien ratée, sur le stade de quidditch. Et le reste s'avérait d'une facilité. Alcool, enfin, ils possèderaient une liberté sans nom. Sourire aux lèvres. Cette nouvelle avait chassé comme le vent la haine importante envers Moreno.

Replaçant le bout de parchemin entre les mains de la jeune fille, comme si de rien n'était, il déclara alors comme pour confirmer les propos de Moreno :

-Je pense aussi !

Il laissa planer un silence, puis se rapprocha doucement de la jeune fille afin de lui murmurer quelques propos imperceptible par les autres personnes présentes :

-Tu pourras élargir ton public ... Ton heure de gloire à sonner ! Tu vas pouvoir faire un strip tease en live.

Provocation qui rappelait les évènements passés dans la salle de classe vide. Sourire aux lèvres, il revint à sa place, puis regarda Moreno, cependant avec un regard banal, ni méchant, ni noir, ni stupide. Simplement normal. Il prit sa baguette, concluant que Moreno ne voulait pas réaliser cette tâche, et sans scrupule, découpa le champignon encore vivant, laissant ainsi son organisme se dévoiler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran O'Farrell
SerpentardavatarSerpentard



MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Sam 25 Aoû - 18:16

Dernier cours de la journée avantune pause midi bien mérité apres cette matinée catastrophée. Surtout vu l'heure barbante qu'il venait de passer en cours de DCFM... Dire que c'était de la faute de ce Beber Pouffy incapable qui jacassait comme une vraie cocotte allarmée dès que Marina disait "a". Kieran n'en pouvait plus de devoir supporter une minute de plus sa voix de loser-qui-croit-etre-super-intelligent-ET-BG. Tout ce qu'il espérait c'est que le prochain cours soit moins agaçant que le précédent.

*Bien... donc on reprend la bota. Cool cool. J'me d'mande bien qui a remplacé l'autre disparu.*

Stupefaction dès l'entrée dans la serre qui était bigrement bien agencée! Par contre, une odeur plutôt forte de rose ou il ne savait quoi trainait un peu trop dans la pièce.

*On dirait les filles qui s'aspergent de parfum pour un rdv. *

Non pas qu'il n'appreciait pas les parfums. Certes, il trouvait toujours agréable la douc fragrance qui emanait de certaines mais parfois c'était exageré pour d'autre.
Bref! Pénétrant dans la salle, il visualisa les groupes qui déjà se formait grâce à l'agecement nouveau des tables. Très astucieux mais qui faisait un peu...maternelles, non? C'était mignon. Son dévolu se posa sans difficulté sur Rebecca. Impossible de ne pas la voir. Quoique l'ex-Prefete Serdaigle du nom de Constance qui réapparissait par miracle, était aussi très jolie. Donc il décida de prendre à leur table. Lorcan y était également. Justement, Kieran ne savait pas pourquoi mais il s'était attaché au Serdaigle. Sans que ce dernier sans aperçoive d'ailleurs, mais peu importe. Kieran le trouvait trop chou avec son aura de folie constante et étrange qui emanait de lui. Bon il y avait aussi Enora et Johar, mais il ne les connaissait pas encore assez. Tant pis. Le jeune homme s'avanca tout de même.
Arborant un sourire charmeur en direction de Rebecca, mais il n'eut même pas le temps de la saluer, ni de saluer les autres, que déjà Tibus se manifaistait.


-Mais où est ma prof sexy?

Tiens c'est vrai, il avait presque oublié qu'il était en cours et qu'ils avaient un nouveau professeur qui était leur directeur. Hein? Leur directeur? Depuis quand avait-il décidé de se soucier des cours de bota et de jouer les professeurs de plantes en tout genre? Enfin peu importe. Meme si le Serpy trouvait cela bizarre.

Sans se soucier de ses voisins pour le moment, Kieran resta un instant omnubilé par un truc étrange qui se baladait en sautillant dans toute la salle. Il ne s'etonna pas lorsqu'il comprit que la mini-créature provenait de chez Tibus, enfin de la boite du Poufsouffle, d'après les explications du directeur.
Le Serpy écoutait d'une oreille distraire les divagations de ses camarades tout en prenant quelques notes.


-MAIS ELLE FOUT QUOI TA COPINE, LA? vocifera Conny dans un chuchotement mécontent.

Jetant un regard en direction de là où la Serdy envoyait des ondes négatives bien visibles, Kieran comprit qu'elle parlait de la meilleure amie de Becca.


*Ben elle tente une approche ves Lasz', c'est pas difficile à voir pourtant...*

-Bon maintenant, commenca le professeur , vous allez prendre vôtre baguette dans une main, et vous préparer à ouvrir vôtre boîte dans une autre. A trois, vous l'ouvrez et formulez le sort que j'avais effectué... et qui est?

-Petrificus totalus! repondirent en choeur- si l'on pouvait nommer cela de "choeur"- Lorcy, Johar et Conny.

*Outch. On peut pas dire qu'ils sont bon pour la chorale ces trois là.*

Il n'empêche, que le directeur était bien trop... décontracté pour être un directeur c'était limite flippant pour Kieran. Même si il trouvait cela cool.
Bref, c'était délirant. Surtout lorsque Hewlett se mit à parler saucisson pour expliquer à une incapable l'utilité du sort comme s'il avait devant lui une gamine... Ce qui n'était pas totalement faux. L'attitude du directeur était si singuliere que e Préfet avait encore un peu de mal à s'adapter. Imaginant un stratagème derriere cette gentillesse.


*Faut que j'arrete de flipper pour un rien moi.*

Jouant donc le jeu, il repondit à l'appel du "trois" lorsque le directeur les invita à ouvrir leur boîte et à immobiliser leur petite bêbête. Ce qui fut facile pour lui, tout comme ses voisins. Ou presque. Celui de Conny n'etait pas tout à fait pétrifier. Le plus fou c'était celui d'Enora qui se balancait tel au autiste dans sa boite, comme s'il avait un probleme de mental. Ce qui était surprenant pour un champi.

*Han le truc! C'est dingue!*

Pour Mathéo par contre ce fut encore plus extravagant. Son camarade était pire que désespérant parfois... A courir ridiculeusement de la sorte après son champi dans toute la pièce, il en devint vite l'attraction du cours...

*Ce mec n'en rate jamais une. Y'a des fois où j'me demande si il le fait pas expres... Quoique ca doit être inné chez lui en fait.*

-Non mon mignon, reste ici, viens voir papa !

-C’est un mirage auditif ou j’ai vraiment entendu ce qu’il a dit ?

-Nan rien que la vérité. Ton ami semble atteint.

-C'est dans sa nature, faut pas lui en vouloir, défendit le Préfet qui appréciait quand même beaucoup Mathéo malgré son coté vraiment pas doué.

Rebecca eut alors un ravissant petit rire étouffé devant le spectacle solo ridicule de Mathéo. Son champi c'était enfui maintenant. Tandis que Kieran éclata de rire.

Jake par contre ne semblait guère trouver cela drôle.


-Bouffon va ! T'arrive même pas à maîtriser un champignon? T'as quoi à la place des muscles, des raviolis ? Franchement tu fais pitié. Et j'te plains. Parce que si t'es aussi doué que ça en amour ...

*Eh doucement, c'est pas un crime non plus...*

Kieran ne pouvait pas supporter ce genre de mec, trop violent à son gout. Il manquait vraiment d'humour celui-la. On se demandait bien si on riait souvent avec lui. Mais ca ne devait pas être le cas c'était certain.

-J'vois pas pourquoi il se met dans une colère pareil. C'est lui qui fait pitié! intervint Kieran

Heureusement que le directeur n'avait pas tenu rigueur de la perte du champi. Par contre il venait de trouver bon de rassembler les deux pour qu'ils travaillent le reste du cours en binome...[/i]

*Pourvu que Mathéo ne fasse pas de gaffe avec lui.*

Athalie était aussi à leur table. Mais quel soulagement! Une telle presence féminine allait surement calmer les tensions. D'autant plus qu'il s'agissait de la belle Athalie. A qui il n'avait plus parlé depuis un bon moment d'ailleurs...

-Bon et sinon quelqu'un peut me dire pourquoi mon champi se balance comme un autiste? demanda soudainement Enora.

-Un probleme de moral peut-être, taquina Kieran en se reconcentrant sur leur table.

Le jeune homme eut un rire discret lorsqu'il vit Conny profiter de l'occupation de Johar à aider Eno, pour échanger sa boite avec la sienne innocemment et sans remords.

Le directeur reprit ensuite la parole, expliquant le déroulement de la suite du cours . Dissection du champi, redaction et bien sur le tableau était inscrit ce devoir à rendre du coup. [/i]

-Eh bien allons-y... soupira le jeune homme tandis que les deux Serdy en face de lui semblait encore parler de Lasz'.

*Y'a pas que lui bordel dans le chateau...*

________________Requiem for a Prophecy________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca McMillan
SerdaigleavatarSerdaigle

MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Dim 26 Aoû - 9:38





    Constance n’avait beau pas être sa meilleure amie. Elle alla s’assoir à sa table. Notamment car elle préférait être avec des Serdaigle intelligents qu’avec des idiots ne pensant qu’à s’amuser. Et puis, le groupe de Serdaigle aimait bosser et écoutait assez bien le professeur dans chaque matière. Il n’y aurait surement pas trop de dérangement. Elle s’assit en silence. Les chuchotements s’arrêtèrent lorsqu’elle s’assit en leur compagnie. Il était surement surpris que la belle vienne s’assoir avec eux. Mais bon, les relations ne pouvaient pas être pire alors si ça les arrangeait un peu en s’asseyant ici, Rebecca n’allait pas dire non évidemment. Elle fut accueillit par un petit coucou assez gentil. Elle sourit donc à la bande et s’assit tranquillement. Pas besoin d’être méchante si ce n’était pas nécessaire. Lorcan Scamander était là également. Rebecca l’aimait bien. Elle le trouvait simplet mais assez attachant. Le groupe commença à discuter entre eux. Rebecca ne les écoutait que d’une oreille. Pour l’instant, elle n’avait pas vraiment besoin de s’intégrer à la conversation.

    – Tiens, tu ne t'installes à la table de Laszlò ? Il y reste une place je crois...

    – Tu n'y es pas non plus j'te fer-

    Rebecca ne répondit que d’un signe de la tête à Constance. Non, elle n’avait aucunement envie de s’assoir à côté de lui. Elle n’avait toujours pas digéré la kermesse. Et puis sa meilleure amie avait déjà décidé de se poser là-bas. Inutile d’être deux là-bas, ça lui donnerait trop d’importance. Qu’il reste là-bas avec ses potes et Naïa. De toute façon son fan-club était bien assez grand. Bref. La belle n’avait pas particulièrement envie de penser à lui. Par contre, elle aimerait bien se taper Tibus simplement pour le faire chier. Ouais c’était ça son plan maintenant. Elle allait lui montrer qu’il n’était aucunement indispensable et que son meilleur pote pouvait très bien le remplacer. Bon personne n’arrivait véritablement à l’égaler. Mais bon. Il fallait qu’elle tienne encore quelques semaines avec cette grève.

    Bon le professeur parlait. Rebecca écoutait. Après l’intervention d’un des garçons, tout le monde s’était tut. Johar voulait écouter le cours en bon Serdaigle qui se respecte. Et Lorcan il avalait littéralement les paroles de leur professeur. La belle se demandait comment il faisait pour fixer Hewlett sans jamais cligner des yeux. La jeune fille prenait des notes tranquillement comme tout le monde à sa table. Mais soudain Constance se mit à parler assez fort.

    – MAIS ELLE FOUT QUOI TA COPINE, LA ?

    *Elle le chauffe pour pouvoir mieux se le taper !*

    Rebecca jeta machinalement un coup d’œil vers la table de Tudor et Naïa. Elle avait mis un bon décolleté pour que Tudor ne puisse pas le rater. Là, il n’avait même pas besoin de jumelles dis donc. Depuis que Rebecca lui avait dit que c’était un bon coup, elle n’avait pas perdu de temps pour lui sauter dans les bras. Dire qu’elle voulait perdre sa vertu avec lui. Elle était sa meilleure amie et en temps normal ça ne l’aurait pas déranger qu’elle se tape Tudor. Mais là, c’était pas pareil, elle lui faisait la grève donc elle ne pouvait même pas lui montrer à quel point elle était mieux que Naïa.

    Le cours continua tranquillement. Rebecca savait que ça ne plaisait pas du tout à Constance. Déjà que ça ne lui avait pas plus quand c’était elle alors si sa meilleure amie s’y mettait. Ca n’irait vraiment plus. N’empêche, au moins, si Constance arrivait à se le faire un jour, elle le ferait avec un gars ayant beaucoup (beaucoup) d’expérience. Leurs champignons immobilisés pour la plupart, la Serdaigle revint à l’attaque avec Rebecca.

    – Ça ne te fait rien, à toi, quelle flirt avec Lasz' ?

    Rebecca fut surprise d’entendre cette question de la part de Constance. Elle ne semblait même pas agressive rien. La jeune fille regarda un instant son champignon inerte avant de reporter son attention sur sa rivale.

    – Si grave.

    Annonça-t-elle d’une voix neutre. Elle ne disait que la vérité. Et puis c’était étrange. Elle n’avait pas l’impression de parler à Constance, cette pauvre fille qu’elle aimait embêter en lui disant qu’elle couchait avec Tudor.

    – Au pire, essaie de te le faire avant elle. Je lui fais la grève du sexe, je me mettrais même pas dans tes pieds ! T’as le champ libre, profites-en !

    Annonça la jeune fille d’un ton dégagé. Tout le monde travaillait assidument. Kieran aussi. Le jeune homme était venu s’installer à leur table également. Rebecca était assez contente de ça. Oui, elle pensait évidemment que c’était pour elle qu’il était venu là. Bien sûr, c’était l’égocentrisme de la jeune fille qui en ressortait. Mais bon, il n’allait pas venir pour des garçons et puis Constance c’était Constance. Elle était une jolie fille mais elle était à fond sur Tudor et il fallait le reconnaître, Rebecca était bien plus jolie.

    La jeune fille se ré-intéressa au reste de la classe. Après que Mathéo ait perdu son champignon, Wood s’était mit à lui aboyer dessus comme un cinglé. Non mais franchement, il avait beau être beau, se mettre en colère pour si peu était vraiment inutile. Et puis le Serpentard avait beau être désespérant, il ne le faisait pas vraiment exprès. Kieran se mit à défendre le jeune homme. Rebecca ignorait qu’ils étaient amis. Mais bon, bref, revenons à notre table. Un des champignons se balançait bizarrement. La belle n’intervint pas. Le sien était parfaitement immobile, c’était l’important.

    Le professeur annonça les consignes suivantes. Donc il fallait disséquer le champignon et ensuite il faudrait décrire ce que l’on voyait. Kieran ne parlait pas beaucoup. Mais pas de problème, la belle l’intégrerait bien à la table. D’abord elle utilisa le sortilège de découpe et disséqua son champignon. Le résultat n’était pas trop mal.

    – Dis donc Kieran, tu es bien calme pour une fois !

    Annonça la jeune fille à voix basse avec un sourire malicieux. La belle sortit un bout de parchemin. Bon elle était plutôt douée en Sortilège mais la Botanique n’était pas top son truc donc décrire la bestiole ne serait pas trop compliqué mais savoir pourquoi le machin bondit serait un peu plus difficile.

    Tandis que la jeune fille se mettait au travail. Elle sentit une boule de papier voler jusqu’à sa table. Elle l’attrapa et commença à le lire. Le trio organisait une fête samedi soir au stade de Quidditch. C’était une idée parfaite. En plus dans ce genre de fête, il y avait moyen de bien s’amuser. Avec alcool à volonté, on ne pourrait pas s’ennuyer. Et visiblement beaucoup de gens étaient invités. Il y allait avoir une ambiance de folie. La jeune fille passa le mot à Constance tout en lui murmurant.

    – Cette fête en est l’occasion !

    Dit-elle avec un sourire. Oui, il lui arrivait d’être généreuse et de partager ses proies. Mais bon, elle préférait donner son autorisation avant. Rebecca tourna la tête vers la table de Tudor. Naïa était toujours en train de l’allumer. On se demandait si son soutien gorge n’allait pas exploser avec la pression que donnait ses seins sur la chose.

    Elle se tourna vers Kieran. Il était en beauté aujourd’hui. Enfin comme d’habitude quoi. Mais Rebecca ne le regardait vraiment que maintenant. Les deux jeunes se croisaient assez souvent mais ça faisait quelques jours qu’ils n’avaient pas eu vraiment l’occasion de s’échanger quelques mots. Elle lui murmura

    – Si tu viens à cette soirée et que tu n’as pas ton fan-club autour de toi, je crois que tu ne le regretteras pas.


________________Requiem for a Prophecy________________


Pouf Powa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Swan
MinistèreavatarMinistère



MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   Dim 26 Aoû - 13:45

Le sourire auquel elle avait accordé une importance venait d’être réceptionné par le jeune homme qui ne tarda pas à le lui rendre. Un sourire de beau gosse qui sait pertinemment qu’il ne laisse pas indifférent les jeunes demoiselles. C’était un atout que de savoir ce que l’on valait.

- Cette chaise est pour Becca ?


Question stupide et inutile. Le beau serpentard avait donc déjà oublié que celle-ci lui faisait la grève du sexe ? C’était pourtant clair.
Naïa avait mis au point scrupuleusement son plan vis-à-vis de Tudor. Décolleté, et autre, la première phase de la partie était mise en route. Après tout, plus rien ne l’empêcher de réaliser ses souhaits. Rebecca lui avait en quelque sorte donnée sa bénédiction, et puis, même sans ça, elle l’aurait fait de toute façon. Après tout, ce n’était pas elle qui faisait la grève du sexe au beau serpentard. Et la serdaigle semblait bien résolue à s’y tenir. N’était-ce donc pas le moment parfait pour réaliser son plan ? Enfin, il restait encore cette autre serdaigle complètement hystérique. La tomate s’avérait être son nouveau surnom, et elle semblait être un obstacle à la réussite de son plan. Mais les personnes connaissaient mal Naïa, quand elle était résolue à obtenir quelque chose, en général elle ne lâchait pas prise. Têtue et capricieuse. Elle voulait Tudor, elle voulait l’emmener dans son lit. Elle l’aurait. Résolution.

- On a peur de Tata Thaïs ?

Une voix féminine assez flippante quand on écoutait plus attentivement … Naïa détourna alors quelques secondes son regard sucré du serpentard pour le déposer sur la poufsouffle. Ses propos étaient flippants, c’était une certitude. Cependant, Naïa ne s’autorisa qu’à lui accorder un léger sourire, avant de reporter de nouveau toute son attention sur le serpentard BG.

- Il est pinté le mien ou..?

Naïa s’avérait être la seule à avoir réussi à maîtriser son champignon grâce au sort, mais peu importait, car la situation montait en degré d’intensité de façon hilarante.
Détournant son regard du beau serpentard histoire de quelques secondes, elle reporta son attention sur sa meilleure amie qui était … QUOI ? Assise à la table de cet autre serdaigle ? Impossible. Elle n’avait pourtant pas rêvé quant au duel qui avait eu lieu au parc lors de la kermesse ? Mais à quoi jouait-elle au juste ? Non, c’était impossible, il devait y avoir un mal entendu, la raison qui l’avait poussée à se rendre la bas devait être vraiment crédible.

- PUTAIN. C'EST QUOI CE MICHE-CHAMPIGNON ?!


- Ça s’assomme ce truc ou pas ?

Question qui en déclencha une autre dans l’esprit de Naïa. En fait, elle espérait réellement l’assommer avec ses intentions de fatalité. Tudor, pas le champignon.
Toutefois, ses pensées idéalistes furent interrompues par une sorte de champignon sauvage et gros. Très gros. Aussi gros que l’expérience de Tudor, espérait-elle. Le champignon semblait perdre la boule et semblait avoir prit une bonne vingtaine de kilos en un laps de temps record.

- C'toi qu'vais assommer Tudor.

Elle semblait réellement énervée et comme par réflexe, celle-ci tendit sa jambe sur le champignon mutant afin qu’il ne saccage pas la table bientôt trop petite pour le supporter. Tandis que tous les trois tentaient en vain de contrôler le champignon, Naïa restait là, et ne bougeait pas, ne sachant pas réellement comment réagir.

- Ah bah... Non en fait, merci. Le mien est figé, du coup.

Soudain, Laz’ sembla trouver la solution adéquat. Virant le champignon de la table, l’espace devenait soudainement plus grand.

- Vous allez disséquer votre champignon, le cisailler de haut en bas, plus exactement... Afin d'obtenir deux coupes parfaites. Pour cela, vous utiliserez encore vos baguettes. Ceux qui ne maîtrisent pas encore le sortilège de découpe sont priés de laisser leurs aînés le réaliser à leur place, sous peine de se voir atrophier d'un doigt.


Ce sortilège était assez simple à réaliser, sauf que l’espace manquait de nouveau. Laz’ venait de remettre son champignon attardé sur la table, laissant ainsi un espace minime aux deux jeunes filles. C’était quoi au juste ce refoulage ?

- J’suis un cerveau, héhé.

- Pff, un tricheur surtout.

Soudain, contre toute attente, la jeune fille qui avait été victime de quelques propos désobligeants un matin précédent, elle lui accorda un regard compatissant, lui semblait-il. Naïa le lui rendit alors, après tout, elle ne semblait pas si étrange que cela. Juste un peu déjantée.

- Diffindo !

La poufsouffle ne perdait pas de temps, du coup, Naïa la suivit de prêt dans ses actions, réalisant à son tour le sort demandé.

- Elle est belle, ta tige.

- Faites v-...

Alors que Naïa suivait du regard leurs moindres gestes, elle les aperçu soudainement se regrouper tous les trois en un cercle. Impossible de le nier. Ce comportement attisé réellement sa curiosité, et le fait d’être mise à part ne lui plaisait pas du tout …
Enfin de compte, elle pensait plus vite qu'il ne le fallait.

- Héhéhéhé. Finish ! C'est bg ?


Elle tendait un bout de parchemin sur lequel elle venait tout juste d’écrire en direction de Tibus. Qui le passa par la suite à Las', pour enfin arriver entre ses mains. Regard suspicieux mais charmeur envers le serpentard.
Débutant sa lecture, elle arbora en plein milieu de celle-ci un sourire satisfait. Une fête. A croire que le Dieu tout puissant savait les intentions de Naïa. Un évènement sur le stade quidditch avec alcool, bon sang, c'était simplement le moment parfait. Freedom, pas de manière. Cette fête allait être inoubliable. Le simple fait d'y songer la faisait jubiler. Naïa était une grande experte des soirées endiablées, ayant toujours participé à celles-ci dans son enfance en compagnie de sa mère et de Cameron. Elle y avait d'ailleurs très tôt pris goût, ne pouvant bientôt plus s'en lasser, ceci devenait comme une drogue. Enfin de compte ... Poudlard n'était pas si médiocre que cela. Faisant passer le mot, un de ses sourires habituels ornait son visage d'ange.

Se penchant vers Las', elle dévoilait par la même occasion son décolleté, elle lui susurra à l'oreille :

-Samedi, c'est feu d'artifice pour toi. Tout du moins, feu d'artifesse.

C'est ce qui lui semblait, enfin, c'est ce qu'elle souhaitait. Un ton sucré et qui appelait directement le jeune serpentard. Samedi, elle ne jouerait pas à un match de quiddicth mais à un tout autre sport également physique.
Cette fête ne pouvait tomber mieux.



________________Requiem for a Prophecy________________


Donnez moi un A !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Public] But the ground is just dust...   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Public] But the ground is just dust...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Que sont devenues les Mercédès payées par le trésor public?
» Haïti : Le trésor public est en bonne santé
» Un marche public inacheve a Petion-Ville...
» La notion d'espace public dans le mental haïtien
» 40k Dust Contest, courses de motos au 41e Millénaire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem for a prophecy  :: Saison 1 :: Poudlard :: Extérieur-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit