Requiem for a prophecy

Forum RPG basé sur le dix-neuf ans plus tard de la saga Harry Potter
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 I have an army.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Virgilius Spudding
MinistèreavatarMinistère

MessageSujet: I have an army.   Dim 17 Juin - 12:09

Ce n'était pas parce qu'il était désormais professeur à Poudlard que Virgilius Spudding avait abandonné son poste de Brigadier au ministère. Outre un apport pécuniaire non négligeable, cela lui évitait de penser à ses déboires personnels, qu'il avait tendance à un peu trop noyer dans l'alcool. Du moins c'était l'avis de Frank, et Spud n'oubliait pas qu'en plus d'être un homme bien, c'était un Guérisseur... Ou la version moldue du genre.

Du coup, Virgilius passait ses week-end dans son bureau du ministère, à consulter des rapport la plupart du temps, mais aussi à mener quelques interrogatoires ou à assurer une part de la sécurité des lieux, quand ils manquaient de personnel. Aujourd'hui, il s'endormait à moitié sur un rapport de perquisition qui s'était tenu chez un antiquaire londonien, qui faisait état de quelques artefacts magiques. Mais l'antiquaire en question était bel et bien un moldu, et donc non responsable... bâillement. Il commençait à envisager de rester à Poudlard pour le reste du week-end et de profiter de la kermesse avec les autres. Pour une fois qu'il faisait beau en Ecosse...

Il s'apprêtait à apposer la mention : "vu et approuvé" au bas du document quand un son étrange attira son attention. Encore une manifestation ? Ces glandeurs ne pouvaient pas être contents, pour une fois, et arrêter d'e*merder les honnêtes travailleurs ? Agacé, il sortit de son bureau baguette en main, une moue réprobatrice sur le visage, prêt à faire un habituel et énième discours pour apaiser les moeurs, mais arrivé face à la cage ouverte de l'ascenseur, une voix atrocement autoritaire, et glaçante, s'éleva depuis l'atrium, résonnant dans tout le second niveau.


- A genoux devant moi. J'ai dit : à genoux !

Déglutissement, panique, hésiter entre hurler et tomber dans les pommes, et rester droit et immobile, le regard figé d'horreur. Tous savaient que ça pouvait arriver, mais qui était ce type ?... Peut-être l'un des Mangemorts évadés, Ethan Mogg était mort depuis plusieurs mois, mais peut-être ce terrible Wrong of Derby...

*Bons à rien d'Aurors, vous êtes contents ?!*

Déjà le ministère était agité de cris, de bruits de pas précipités, et de jets de baguette. Ils seraient bientôt là... Sans trop réfléchir, Spud pensa à sa survie, et accessoirement à celle de ses collègues ; se précipitant dans le bureau des aurors, il appuya le bout de sa baguette contre le dispositif permettant l'accès et la sortie d'urgence par transplannage... Et prit lui-même la fuite dans un "crac" caractéristique, se retrouvant face aux grilles de Poudlard qu'il franchit en courant...

________________Requiem for a Prophecy________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Crane
MinistèreavatarMinistère



MessageSujet: Re: I have an army.   Lun 18 Juin - 12:33

Ainsi, encore une fois, Crane venait d'éviter les habituelles questions de Shacklebolt sur ses travaux secrets. Il était évident - et d'un côté il le comprenait - que le Ministre de la Magie s'inquiétait de la répercussion que la commercialisation de son nouveau sérum pouvait avoir sur le chemin de traverse... Mais si c'était son plan ? C'était exactement son plan.

Bien mais je vous surveille. Vous ne vous en tirerez pas aussi facilement cette fois-ci !

[Bien sûr, vous et vos chiens de garde me fonderont dessus pour l'utiliser à vos fins lorsqu'il sera prêt... Mais une fois que vos ennemis seront vaincus, je m'occuperais personnellement de votre cas.]

Crane regarda sa montre. Il était toujours aussi mal à l'aise dans cet endroit, qu'il se voyait contraint de fréquenter plus régulièrement ces temps-ci. Il était toujours interdis de baguette, mais de toute façon il n'aurait pas su s'en servir.

Mr Crane il faut que je vous parle de ce mold-

Cet humain.

O-oui, cet humain... Qui a délibérément agressé cette petite sorcière du nom de-

Ça ne requière pas de mes compétences. D'un ton assez provocant, il mentit :Désolé.

Les sorciers n'avaient qu'à pas se mélanger aux autres après tout... Les humains n'avaient rien demandé. Il passa donc devant l'homme qui l'avait interpellé, sans s'arrêter, avec une certaine prestance.

[Qu'est-ce que ce bruit ?]

Il était au second niveau du Ministère, comme l'indiquait le panneau au-dessus de l'ascenseur devant lequel il était prostré. Ce son n'avait pas attiré sa seule attention car d'autres sorciers étaient sortis de leurs bureaux pour écouter plus attentivement. Il semblait venir du Hall de l'établissement. Crane ne laissait paraître aucune frustration comme à son habitude, même s'il craignait de devoir écourter une nouvelle fois son cours de Psychologie à l'Université.

A genoux devant moi. J'ai dit : à genoux !

Une voix protubérante, irréelle, résonna dans les murs de l'étage. Avait-il lui-même bu son sérum par inadvertance avant de se rendre ici-même ? Il semblait que non, les autres commençaient à démontrer des signes d'angoisses significatives de la peur de l'inconnu. Mais ils étaient tous figés... Crane savait que le monde des sorciers traversaient une période difficile avec le retour inattendu des Mangemorts qui semblaient plus déterminés et confiants que la dernière fois... Avaient-ils trouvé la force de s'attaquer au Ministère ?

Des cris retentirent, suivis par des détonations violentes. Le niveau 2 s'activa donc lui aussi, à son tour. Crane ne comprit pas très bien ce qu'il se passait, quelques personnes disparaissaient dans un bruit sec...

[Le Transplanage... évidemment.]

Si tous les sorciers s'enfuyaient, il ne resterait plus que lui au niveau 2... Et prendre l’ascenseur n'était pas la meilleure solution à adopter. Et il était hors de question de s'abaisser à demander de l'aide à un des leurs.

[Il n'y a aucune meilleure solution.]

Il s'engouffra dans l'étrange ascenseur en poussant quelques personnes au passage et n'attendit pas qu'ils se remplisse pour choisir un niveau.

[Lequel ? S'ils sont en bas... Tant pis, la sortie est là-bas de toute manière.]

Les portes se renfermèrent sur une dame qui tapa dessus comme une dératée avec le chaudron qu'elle tenait sur son avant-bras. La machine entreprit son habituel voyage avec une vitesse déroutante.
Les portes ne tardèrent pas à s'ouvrir sur un spectacle apocalyptique. Des Hommes encapuchonnés forçaient d'autres sorciers à se prosterner, ils tenaient des listes entières de parchemins dans leurs mains gantées et faisaient subir un interrogatoires musclés aux gens pour connaître leur statut de sang. D'autres se battaient encore avec un certain courage que le psychologue et psychiatre trouvait fascinant.

Jonathan Crane, qui n'était pas sorti complètement de la cabine, regardait la scène en se demandant s'il risquait quelque chose en se montrant aux troupes. Ce qu'il fit avec rancoeur... Il s'agenouilla lentement parmi d'autres sorciers en levant les mains comme eux.

Dites que je suis votre frère.

La sorcière le fixa sévèrement mais acquiesçât brièvement.

Noms, prénom, statut de sang.

Le ton du sorcier était blasé, presque médisant. La femme parla alors, d'une voix chevrotante sous les yeux insistants de son voisin :

Lisette Mortimer, je suis... Elle déglutit en baissant les yeux, puis les releva à ce mot : Cracmolle.

[Oh c'est pas vrai...]

Crane baissa la tête, complètement désespéré... Il fallait qu'il tombe sur la seule cracmolle présente au Ministère ce matin-là... Il redoutait à présent la réaction du Mangemort, qui la fixait dans les yeux tout en notant quelques mots sur son parchemin.

C'est drôle...

[On dirait pas.]

J'ai toujours cru que les Cracmols s'isolaient du monde magique, de honte.

[Bon, ça a pas l'air d'être une lumière. Oh, à mon tour...]

Je ne parle pas anglais, répondit-il avec un français approximatif sous le regard interrogateur du Mangemort.

Rentrant dans son petit jeu, Lisette reprit immédiatement la parole :

C'est un cousin de Paris, ses parents sont aussi sorciers que vous.

Mortimer... Mortimer... Mouais, je connais Stefano. J'l'aime bien, c'est ton mari hein ? Ouais bien sûr, les Cracmols se reproduisent entre eux.

La dénommée Lisette fit une tête étrange à mi-chemin entre la contrariété et la honte. Crane avait donc bien vu juste, elle était française d'origine.

Bon, bougez pas et attendez les ordres, ordonna l'homme en noir de sa voix bourrue.

Voyez, Mr Crane... Les sorciers ne sont pas tous des monstres égoïstes, chuchota la dame avec un sourire en coin.

Il la regarda en souriant légèrement. Un sourire sans joie, juste méprisant. Elle le connaissait, et il avait dû la croiser quelques fois à cet endroit. Elle fréquentait beaucoup d'Aurors et semblait active au sein du Ministère, tout en exerçant son métier de fleuriste, au vu de sa tenue particulière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Empereur Kvasir
MangemortavatarMangemort

MessageSujet: Re: I have an army.   Lun 18 Juin - 21:17

Tous veulent me témoigner leur loyauté. Ils me suivent, attendent mes ordres, les exécutent. C'est tout ce que j'attendais d'eux. Peut-être pourrais-je arriver plus facilement que prévu à mes fins, finalement. Mais il me manque encore quelque chose. Je dois être sûr. Etre sûr de pouvoir compter sur un être de ma création. Oui, seul une de mes créatures ne me trahirait jamais.

Nous entrâmes dans ce Ministère de la Magie, presque comme dans un Moulin. Tout était si facile... si facile.
Ils n'avaient encore rien préparé à ça... Ils n'étaient pas prêts à vivre ce qu'ils allaient endurer une nouvelle fois.

J'en vois déjà dans mes troupes qui se démarquent par leur prestance, même si aucun ne peut rivaliser avec moi, bien entendu. Quelques sorts jetés à l'aveugle aux gardes et nous voilà arrivés dans le grand Hall, où je ressens une force magique inimaginable. C'est ici que mon plus loyal serviteur sera créé, j'en décidais sur l'heure.


- A genoux devant moi.

Ma voix les surprend, ces misérables êtres dépourvus de guide - pour le moment - mais ils sont pétrifiés. Je leur remets les idées en place immédiatement, ils comprendront bien vite que je n'attends pas.

- J'ai dit... A GENOUX !

Cette fois ils s'inclinent devant mon passage. Je me dirige lentement vers cette fontaine aux statuts gigantesques mais répugnantes. Elle m'attire par son pouvoir, c'est un fait.
Mes Mangemorts s'occupent de ma prise de pouvoir, pourquoi ne pas leur donner une chance après tout ? Je peux sereinement m'occuper de mon serviteur. C'est un hybride, plus puissant que tout ces sorciers, mais plus faible que mon Pouvoir.
Je me sens proche de lui à mesure que j'avance vers cette eau délicate et tranquille. Il est là, il m'attend comme je l'attends.


- Loki, mon brave, réveille-toi.

Aussitôt cet ordre formulé, une main tendue en direction de l'ondée, une immense tête de serpent apparaît. Elle s'approche, semble devenir réelle, puis sort complètement de l'eau avant de tourner autour de moi. Il a de magnifiques yeux émeraudes, je le fixe. C'est un basilic, mais à moi il ne me fait rien. Je suis son Maître légitime, tout comme sa mère avant lui qui avait servi avec loyauté mon Ancêtre.

Sous mes yeux autoritaires, alors que les déflagrations et les cris s'accentuent derrière moi, Loki se métamorphose en Humain, mais pas n'importe lequel. Nous n'avons pas besoin de nous parler pour nous comprendre, il fait parti de moi.
Je lui ai donné un don unique, celui de parler le Fourchelang.
Il est ma créature. Et il est parfait.
Tellement pure, obéissant et fidèle... Sa nudité laisse découvrir quelques marques des tortures qu'il s'est infligé lui-même pour s'émanciper de la cuisante défaite de Nagini. Mais il ne pliera pas, lui, il ne faillira pas à sa tâche.

Je me retourne, mes fidèles vérifient péniblement le statut de sang de chaque être présent. Je distingue d'un seul regard oblique les félons. Mais je ne dis mots, ils se trahiront d'eux-mêmes. Je les cuisine à petit feu, en commençant par la façon dont ils ont obéi à mon ordre de prosternation.


- N'est-ce pas... plus simple ainsi ?

Une voix grandiose qui transcende l'espace temps.

- Tel est l'essence cachée de l'Humanité. Votre soif de soumission, l'aveuglant appel de la liberté, assombris votre joie de vivre et vous pousse à vous écharper pour le pouvoir.

J'avance lentement dans l'allée qui s'est créée, ils sont tellement faibles.

- La Reconnaissance... Vous étiez fait... pour obéir.

Je sens la présence de Loki derrière moi, il me suit comme mon ombre. Peut-il ressentir des choses ? Il est frustrant de ne pas savoir.

- A jamais, vous vous prosternez.

Ces quelques mots semblent avoir fait l'effet d'un sort explosif, des gémissements à ma gauche, des abandons massifs à ma droite. Les plus faibles rendent même leur baguette.
J'ai gagné la partie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly Dawson
MangemortavatarMangemort

MessageSujet: Re: I have an army.   Mar 19 Juin - 11:46



    Tout se passait si vite, s’en était effrayant. Charly était un Mangemort, la marque sur son bras le prouvait bien. Il y a quelques mois, ils n’étaient presque rien et maintenant ils se dirigeaient vers le contrôle du monde de la magie. Le jeune homme était très jeune lors de la chute de Lord Voldemort, il y a 19 ans de cela. Mais maintenant, il était devenu un homme et il était aux premières loges pour voir ce qu’il se passerait. Il n’était peut-être pas aussi effrayant que les autres Mangemorts mais il partageait évidemment leurs idées. Les autres le prenaient souvent pour un gamin qui ne savait pas se montrer assez mauvais mais le jeune homme attendait l’occasion parfaite pour leur montrer qu’ils avaient tord. Depuis des mois, il s’entrainait pour arriver à lancer deux des sortilèges impardonnables : le sortilège Doloris et le sortilège de l’imperium. Il avait fait de nombreux progrès mais bien sur le sortilège ne marchait pas à tous les coups. Katerin Davidson ne perdait pas une occasion de se moquer de lui avec son rire effrayant quand il se ratait. Charly faisait de son mieux et ses efforts seront un jour payants. Un événement avait été décisif dans la vie des Mangemorts. L’apparition de l’Empereur. Charly avait été présent lors de sa « création » mais il n’avait nullement participé. Il n’avait pas dit un mot. Il s’en souvenait parfaitement. C’était en pleine nuit, quelque part en Egypte. Il ne faisait pas froid pourtant le jeune homme avait éprouvé de nombreux frissons au cours de la soirée. L’empereur devait renaître de ses cendres. Charly observait. Il ne savait pas vraiment par quels moyens. On ne lui confiait pas tout. Peut-être pensait-on qu’il n’était pas encore assez digne de confiance. Peut-être pensaient-ils qu’il n’avait pas encore montré jusqu’ou il irait pour les Mangemorts. Le temple où ils se trouvaient rendait l’atmosphère encore plus sombre et morbide. Marius Sheffield s’était porté volontaire. Il était la dernière pièce du puzzle. Charly n’aurait jamais été capable de faire un tel sacrifice. Mais de toute façon, les Mangemorts lui auraient surement rit au nez s’il avait émis l’idée de se proposer. Ce nouveau Seigneur des Ténèbres qui allait apparaître d’une minute à l’autre. C’était tellement terrifiant que le jeune homme ne bougea plus, osant à peine respirer jusqu’à l’apparition du Seigneur. Il était né. Il était horrible, tellement laid qu’il ferait peur à n’importe qui. Terreur n’était pas un mot assez puissant pour décrire le sentiment que l’on éprouvait en sa puissance. A peine levé, il demandait déjà qu’on se mette à genoux devant lui. Charly n’avait pas hésité une seconde. Ce n’était pas le genre de personne à qui on dit non. On lui avait raconté des tas de choses effrayantes sur Voldemort. Mais même dans ses souvenirs, il ne pensait pas qu’il puisse être autant effrayé. Mais avec cet Empereur, maintenant qu’il vivait …
    Aujourd’hui était un autre jour. Cela faisait peu de temps que l’Empereur était né pourtant il montrait déjà le pouvoir de rassembler. Il fera de grandes choses … terrifiantes …
    Ils entrèrent dans le Ministère de la Magie. Charly aurait pensé que ce serait plus difficile et pourtant. Les gens travaillant ici ne semblaient pas très méfiant. Malgré quelques incidents avec les Mangemort autour de Noël, peu de monde semblait finalement convaincu de leur retour. Ils allaient avoir une surprise … une mauvaise surprise. Le jeune homme tenait bien fermement sa baguette suivant les autres disciples. Ils étaient dans le hall du Ministère à présent.


    Empereur Kvasir ~ A genoux devant moi.


    Tout le monde paraissait extrêmement surpris. Mais de sa voix terrifiante, l’empereur répéta l’ordre de telle façon qu’il ne fallait en aucun cas lui désobéir. Les gens s’inclinèrent devant leur nouveau maître. Quiconque aurait résisté aurait été considéré plus comme inconscient que courageux. Charly se demandait un peu ce qu’il devait faire. Il n’était pas vraiment du genre à prendre des initiatives par lui-même. Il regarda autour de lui pour voir ce que faisaient les autres. Un sorcier interrogeait pour connaitre le statut de sang des sorciers présent. Le jeune homme se dit qu’il valait mieux l’imiter. Après tout, il ne pouvait pas faire de bêtise avec une mission aussi simplette. Il se dirigea vers un homme d’une quarantaine d’année, non loin de lui. D’une voix qu’il espérait assez hautaine, le jeune homme lui ordonna de se lever. Celui-ci s’exécuta mais Charly ne vit pas le regard dédaigneux qu’il lui lança.

    Charly Dawson ~ Nom, prénom, statut de sang.


    L’homme haussa un sourcil comme si Charly avait été le garçon le plus crétin de la terre en lui sortant cette phrase. Petite incompréhension. Pourtant le Mangemort avait répéter les mêmes mots que son collègue. Et lui n’avait pas l’air d’avoir été aussi stupide quand il avait prononcé ces quelques mots. Charly, un peu déstabilisé, essaya de garder un petit air sur de lui mais il avait un peu de mal. Cet homme n’avait vraiment pas l’air commode. Charly eut l’idée de faire demi-tour, de s’éloigner tranquillement et de passer à quelqu’un d’autre. Mais il avait peur que quelqu’un de son camp ne l’observe. Il ne voulait pas encore passer pour un bébé auprès des autres. Il fallait leur montrer que lui aussi était capable d’être un bon Mangemort. Charly tapota du pied et lança un regard d’interrogation à l’homme pour qu’il comprenne qu’il n’avait pas son temps et qu’il devait se dépêcher de lui répondre. Malheureusement, il n’eut pas la réaction attendu. L’homme eut un rire moqueur et supérieur.

    Drago Malefoy ~ Espèce d’idiot sans cervelle ! Tu crois que le sang-impur pourrait parcourir mes veines ! J’appartiens à une des dernières familles encore pur du pays !


    L’homme lui mit un coup d’épaule avant de se diriger vers les autres Mangemorts. Charly avait tellement envie de faire bien qu’il n’avait même pas fait attention à qui il parlait. Il venait d’insulter Drago Malefoy et de se ridiculiser devant tout le monde. Les autres ne lui feraient sans doute pas oublier cette humiliation de sitôt. Le jeune homme entendit le un rire détestable. Charly n’osait même plus se retourner et affronter le regard de ces êtres froids et sans cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory McBlake
MangemortavatarMangemort
If the sky turn into stone, it would matter not at all for there is no heaven in the sky.


MessageSujet: Re: I have an army.   Mar 19 Juin - 15:42

Il leur faisait l'honneur d'avoir choisi la Grande Bretagne pour premier fief, la légendaire source magique d'Avalon ayant sans doute joué un rôle là-dedans. Gregory McBlake étaient de ceux qui accordaient toute leur confiance dans ce nouveau maître charismatique - qui dans son cas passait en seconde position juste après son frangin, bien entendu. Il n'était pas loin, d'ailleurs, en pleine forme et complètement opérationnel pour recruter. Sourire narquois, les affaires seraient bonnes vu le nombre de sang-souillés qui traînaient dans le coin.

Mettre à terre l'un des agents de sécurité, nettoyer le passage pour leur Maître, la routine en fait, c'était déjà son rôle quand Ethan Mogg avait les commandes.
Débarquer dans le hall, de front. Voir les petits employés s'arrêter net, figés de stupéfaction.


- A genoux devant moi.

Ou figés d'horreur, peut-être.

- J'ai dit... A GENOUX !

Tous tremblants, ils s'exécutèrent - *Comme nous il y a quelques heures...* s'efforcer de chasser cette petite voix désagréable en étant conscient qu'aucune noble action ne peut être menée à bien sans un chef. Il laissait les Mangemorts s'occuper du rescensement des potentiels otages d'ailleurs, mais Greg était pas trop d'humeur à ça... Assez intrigué, il observa l'Empereur s'approcher de la fontaine de la fraternité. Il s'attendait à ce qu'il la détruise symboliquement, mais il n'en fit rien... et de l'eau se dressa une énorme tête de serpent.

*Qu'est-ce qu'il fout ?...*

Greg perçut en vision périphérique une employée à la maintenance qui essayait de ramper jusqu'à une cheminée, et détourna la tête de l'animal pour l'arrêter d'un simple petrificus totalus - ne bâclons pas la torture, pitié - et quand il se reconcentra sur la scène, le serpent avait fait place à... à un homme qu'il n'avait jamais vu, et qui tenait plus du cyborg que de l'homme. Même les blessures qui parcouraient son corps ne semblaient pas le faire souffrir... Greg fronça les sourcils, les yeux plissés. Ce truc ne lui semblait pas aussi fiable que leur Maître qu'il scotchait comme un chien obéissant.

- N'est-ce pas... plus simple ainsi ?

*Tu nous l'présentes ou quoi ?*

- Telle est l'essence cachée de l'Humanité. Votre soif de soumission, l'aveuglant appel de la liberté, assombrit votre joie de vivre et vous pousse à vous écharper pour le pouvoir.

*Ah ben non.*

Sa voix majestueuse, son aspect et la puissance qui émanait de lui inspiraient naturellement le respect, néanmoins, et McBlake petit-frère baissa la tête avec humilité.

- La Reconnaissance... Vous étiez fait... pour obéir. A jamais, vous vous prosternez.

*Quelle bande de larves...*

Des larmes, des types qui pleurent, des abandons de baguettes. Et pourtant, s'ils s'alliaient, ils seraient plus nombreux que les Mangemorts, sans doute...

*A ce propos, faudrait sécuriser les autres niveaux, on sait pas combien d'Aurors traînent dans l'coin...*

Pas loin de lui, un éclat de voix de Malefoy contre Dawson attira son attention. Greg aimait bien Charly, c'est vrai qu'il était pas toujours très malin mais il s'était plusieurs fois rendu utile, et il croyait à leurs principes. Il avait l'air tout honteux - faut dire que cette semi-puth de Davidson faisait tout pour - et McBlake se dirigea vers lui, lui serrant l'épaule de sa main.

- J'vais en éclaireur dans les niveaux inférieurs, tu viens ? Faudrait pas s'faire prendre en sandwich - et le recensement sucks.

C'était un peu l'occaz de se distinguer, en plus de se rendre utile. Avant de l’entraîner dans l'ascenseur, il jeta un coup d'oeil à la créature de l'Empereur, qui ne leur accordait pas la moindre attention. Perplexe, il laissa la grille se refermer sur eux et les entraîner au niveau 2...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly Dawson
MangemortavatarMangemort

MessageSujet: Re: I have an army.   Sam 23 Juin - 15:41



    Gregory McBlake # J'vais en éclaireur dans les niveaux inférieurs, tu viens ? Faudrait pas s'faire prendre en sandwich - et le recensement sucks.



    Le jeune homme était tellement heureux que quelqu’un vienne à sa rescousse. Que Greg vienne le voir et qui lui propose de partir avec lui était fantastique. Au moins, il n’aurait pas à subir les moqueries des Mangemorts plus longtemps, avec cette Davidson qui aimait beaucoup l’humilier. Bref, il avait une excuse pour partir et il allait évidemment sauter sur l’occasion. Charly suivit le Mangemort jusqu’à l’ascenseur. Il jeta un coup d’œil derrière lui et vit l’ambiance de terreur qui régnait. Les grilles se refermèrent sur eux. Ils montaient au deuxième étage. Charly pensait que c’était le moment peut-être de dire un petit mot à Gregory.

    Charly Dawson # Merci beaucoup ! Je … je … crois qu’ils me prennent vraiment pour un incapable …


    Le jeune homme esquissa un sourire de remerciement. Les portes s’ouvrirent et les deux jeunes gens sortirent de l’ascenseur. Il restait du monde. Tout le monde n’avait visiblement pas transplané. Peut-être des courageux, ou alors des gens ignorant encore leur présence. Il y en avait une dizaine. Dés qu’il les vu, Charly leva sa baguette en leur direction. Il s’était planté en bas, il devait maintenant réussir son coup. Il avait Gregory avec lui, et au moins il savait qu’on ne se moquerait pas de lui. Les gens les regardaient avec une dose de surprise et de peur. Evidemment il ne s’y attendait pas. Après tout personne ne s’attendait à une telle attaque. Personne n’aurait pu le prévoir. Charly jeta un coup d’œil à son condisciple et prit un peu confiance en lui, il prit donc une initiative.

    Charly Dawson # Le temps ou le monde de la Magie était droit et juste et maintenant révolu ! Tous ce qui ne sont pas avec nous sont contre nous !


    Le jeune homme était fier de l’image qu’il avait renvoyée. Visiblement, il avait l’air assez sur de lui. Personne n’osait ni bouger, ni parler, ni même se rebeller. C’était une bonne chose. Il fallait les maintenir dans la terreur. La surprise de l’arrivée des Mangemorts leur avait fait perdre la voix. Charly observait les personnes présentes. Beaucoup d’hommes, quelques femmes et un enfant. Son âge ne devait pas excéder la dizaine d’année. Il avait de grands yeux bleus et semblait terrifié. Mais bon, le jeune Mangemort n’allait quand même pas se laisser amadouer par un petit garçon pleurnichant.

    * En plus, il n’arrête pas de me regarder ! Il va me faire culpabiliser …*

    Charly détourna les yeux de ce petit. Il ne connaissait aucun de ces visages, il se fichait bien de ce qu’il pourrait leur arriver. En bas, ils devaient confisquer les baguettes. Peut-être faudrait-il faire la même chose ici. Surement d’ailleurs. Mais les vieux accepteraient t-ils d’écouter un gamin qui était plus jeune qu’eux d’une vingtaine d’année. Bon il allait quand même essayer. Au pire il n’avait rien à perdre. En fait, non. Peut-être valait-il mieux que ce soit McBlake qu’il le fasse. Il avait l’air plus sur de lui et inspirerait surement la terreur à cette bande d’idiot qui travaillait au Ministère de la Magie.


    Charly Dawson # Euh … Je te laisse leur demander leurs baguettes !


    Annonça t-il à voix basse à son condisciple. Il allait peut-être le prendre pour un trouillard ou pour un incapable lui aussi. Tant pis, c’était trop tard maintenant. Charly devrait vraiment apprendre à tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler. Au moins, cela lui éviterait souvent de dire des énormités. Il passerait peut-être surement moins souvent pour un idiot. Il testerait cette méthode la prochaine fois enfin s’il s’en souvient.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Black
MangemortavatarMangemort

MessageSujet: Re: I have an army.   Sam 23 Juin - 17:53

Erwan Black marchait d'un pas précipité dans les couloirs du Ministère. Homme habitué à agir dans l'ombre, il était arrivé quelques minutes avant l'arrivée de l'Empereur et du reste des Mangemorts pour la prise du Ministère. Il venait tout juste d'appuyer sur le bouton pour atteindre le niveau 1, les portes de l'ascenseur se refermant que son Maitre arriva, ordonnant d'une voix de conquérant à ses ennemis de se mettre à genoux. Tous obtempérèrent malgré quelques-uns qui ont eu le temps de transplaner, mais Erwan ne put voir la suite, l'ascenseur grimpant déjà les étages. Quelques personnes stressaient se trouver dans cet ascenseur mais l'homme garda un visage de marbre. Il avait une mission. Et il était de son devoir de l'accomplir, après tout, il avait un blason à redorer et une loyauté à mettre en jeu. L'ascenseur ne se stoppa que deux fois, toutes les personnes descendirent pour ensuite transplaner. Erwan n'avait pas pris la peine de demander leur statut de sang, ça ne valait pas la peine de perdre du temps pour rien. Soudain, alors que les portes allaient se refermer pour l’emmener directement au niveau 1, deux personnes entrèrent, un homme et une femme. L'homme se stoppa, le temps d'un face à face entre les deux Black, sous le regard de sa supérieure.

-Un problème Stephan?


-Non aucun. Bonsoir Erwan, ça faisait longtemps. On peut te renseigner?

-Bonsoir. En effet, très longtemps,
dit-il calmement d'un ton aimable tandis qu'il saluait d'un signe de tête Annabeth Marshall, une proche conseillère du Ministère, l'homme qu'il voulait voir. Il hésita quelques secondes, à savoir s'il devait demander où se trouver Schackelbot puis opta pour un demi-mensonge. Oui, en effet, j'ai à te parler de ta fille et j'ai aussi une requête à faire envers le Ministre de la Magie au nom des commerçant du chemin des Traverses, j'ai ma convocation sur-moi si tu tiens à la voir...

-Pas la peine. Avec Annabeth, nous nous d'ailleurs à son bureau, tu pourras me parler de... Ruth sur le chemin,
répondit son naïf jeune frère, hésitant sur le prénom de sa fille mais personne ne s'en rendit compte.

Acquiesçant, Annabeth invita donc Erwan à lui parler de cette fameuse requête. L'homme commença donc son petit discours, jubilant sur le fait qu'ils ne soient pas encore au courant de l'invasion Mangemort. Surtout Mrs Marshall, qui est connu pour être le chien de garde du Ministère. Les choses étaient limites trop simple, il resta donc sur ses gardes, discutant du problème du soit disant retour des Mangemorts, créant la peur chez les consommateurs et la baisse de fréquentation chez les commerçant du Chemin. Une simple discussion d'un représentant du Ministère avec un honnête commerçant, même s'il sentait le regard suspicieux de son jeune frère mais l'ignora. Finalement, ils arrivèrent à destination, les portes s'ouvrant sur un long corridor, un endroit calme avec un tapis majestueux qui inspire le respect. Le rythme cardiaque de Black s’accéléra. Il y était presque mais c'était simple, beaucoup trop simple...

-Suivez-moi Monsieur,
l'invita la petite Annabeth, marchant d'un pas digne dans le couloir, suivis des deux frères.

Les lieux auraient rendu nerveux n'importe qui. Sobre, austère avec ses portes vernis avec ses plaques dorés sur lesquels les noms défilaient, ce silence oppressant car même leurs pas ne résonnaient sur l'épaisse moquette. Il n'y avait aucunes fenêtres dans le couloir mais s'il devait en y avoir, le temps serait très certainement maussade et orageux. Erwan garda son calme. Il ne devait surtout pas se faire prendre avant l'accomplissement de la mission et puis surtout, il devait croiser les doigts pour que personne n'arrive pour informer le Ministre de ce qu'il se passait au niveau inférieur. D'ailleurs, le Mangemort s'étonna de ce calme non feint par les toutous du Ministère, personne n'avait donc encore transplaner ici? Pouvait-on au moins transplaner au premier niveau? Très certainement que non. Il ne restait plus que l'ascenseur. Erwan lança un rapide regard en arrière. Celui-ci été descendu. Il ne lui plus beaucoup de temps avant que quelqu'un ou quelque chose remonte. Si Schackelbot advenait à être au courant, s'en été fini pour lui ainsi que certains de ses compagnons. Mais l'Empereur était puissant, il réussirait très certainement à mettre l'ancien Auror à son service.

-C'est ici Mr Black, l'interrompit Annabeth, ne se rendant toujours pas comte de l'ampleur de la situation.

Le bureau du Ministre se situait au bout d'innombrable couloir, un véritable labyrinthe dans lequel Erwan se serait très certainement perdu s'il n'avait pas croiser la route de son frère même s'il était déjà venu ici, il y a des années de cela. La porte était semblable aux autres, pour ne pas dire banal, même si l'écriteau indiquait qui siéger ici, on pouvait facilement passer devant sans trouver la porte. Erwan serra fugacement sa baguette dans sa main, prêt à agir à tout moment. Malheureusement, quand la porte s'ouvrit, Marshall et Black entrèrent aussi dans la pièce, un tic déformant le visage d'Erwan, soudain contrarier mais ne laissa paraitre qu'un franc sourire envers Kingsley Shacklebolt, l'homme de la situation et qui très bientôt tomberait. Il discutait avec un autre Ministère qui s'empressa de quitter les lieux tandis que son supérieur salua les nouveaux venus.

-Bien Annabeth, Stephan et je vous attendais justement mais je constate que vous n'êtes pas venu seul, vous êtes?
l'interrogea Kingsley, qui prenait place derrière son bureau, remettant des papiers en place.

-Black Erwan, Monsieur de Ministre. Je suis ici pour...

-Oui, pour la requête pour les commerçants de Londres, oui c'est vrai mais l'audience n'aura pas lieu avant une semaine si je ne me trompes, non?


-C'est exact, mais j'avais quelques questions à vous poser à ce sujet, si vous pouvez m'accorder un peu de votre temps évidement.

Schacklebot leva la tête vers sa principale conseillère qui acquiesça en silence, montrant qu'elle pouvait attendre, tandis que Stephan prenait place dans un fauteuil, près de la porte. Les choses se compliquaient, si ses deux-là restaient présent, il ne pourrait Imperioriser le Ministre, ne pouvant mettre à terre deux indésirables alors qu'il utilisait un sortilège Impardonnable. La porte était close ainsi il ne pouvait entendre les bruits de pas qui pouvait venir ici, informer le Kingsley de la situation actuelle. Le temps lui manquait, Erwan aurait dû venir plutôt, c'était évidemment. Il commença à quelque peu paniquer, un autre tic déforma son visage, de plus en plus contrarié.

-Je ne voudrais pas paraitre insistant, ni même grossier mais... Serait-il possible de parler de cette affaire... En privé?

-Depuis quand connais-tu les bonnes manières Erwan?
lança soudain son cadet, qui semblait quelque contrarier par sa présence.

Erwan lui lança un regard noir sans lui répondre. Ils régleraient leurs comptes après sa mission achevée. Si près du but. Il pouvait sentir le contact du bois sur sa peau ne pouvait pas encore s'en servir. La petite femme fut la première à quitter les lieux, dont l'atmosphère devenait soudain tendu, voir même explosive. Elle ouvrit la porte et quitta le bureau en saluant son supérieur, ainsi que son invité, suivis de Stephan, qui ne retient un soupir de colère. L'oreille aguerrit du Mangemort put entendre ce qu'il redoutait: quelqu'un venait en courant vers le bureau. Les deux collègues se trouvaient encore devant la porte non fermé quand l'intrus arriva, à bout de souffle. Erwan n'avait plus que quelques secondes pour réagir. Il profita de l’inattention générale pour lancer l'Impero sur Kingsley Schacklebot, qui n'eut le temps de réagir.

"Ayez l'air normal." ordonna Erwan.

Le regard vide du Ministre reprit une forme de vie comme artificielle. Il n'avait pas bougé, ses papiers à la main, fixant l'homme qui venait d'arriver sous le regard effarée de ses collègues et celui froid d'Erwan.

-Monsieur le Ministre, navré de vous dérangez mais c'est une information urgente que je dois vous faire parvenir.

*Il ne peut pas simplement hurler que nous sommes là au lieu de faire cette cours ridicule?!*

-Je vous écoute Mr Prinsson, quelle est-ce?

-Monsieur, les Mangemorts, accompagnaient d'un nouveau maître, ont fait irruption dans le Hall du Ministère il y a de cela quelques minutes,
lâcha d'une traite l'homme à bout de souffle.

*Maintenant.*

Silencieux comme l'homme de l'ombre qu'il a toujours été, Erwan stupéfixa l'intrus, ainsi que son frère sans aucun scrupule. Il ne restait plus que la petite Annabeth, qui avait suivis un entraiment Auror dans sa jeunesse et n'avait rien perdu de sa rigueur au cours des années passés mais ses fameuses années hors du terrain eurent raison d'elle, elle n'eut juste le temps d'explosé une partie du mur derrière Erwan, touchant le bras de ce dernier qui réussit à l'Imperioriser elle aussi. Erwan tomba à terre, prenant appuis contre le bureau, le souffle court. Il avait eu chaud, encore peu, et la mission aurait été un échec. Finalement, Von-Gotha peut être raison, les années passaient derrière le comptoir de sa boutique l'ont très certainement ramollis.

*Heureusement que je n'étais pas ficher comme Mangemort et que j'avais des relations, sinon, j'étais mal parti...*

Il se releva et se plante fièrement devant l'ancien Ministre, qui n'avait pas bougé devant la scène qui venait de se dérouler sous ses yeux. Il était maintenant à la marionnette de faire bouger un peu ses fils...

"Très bien. Dorénavant, moi, Black Erwan, se serait ton plus proche conseiller. Tu ne feras rien sans que je t'en donne l'ordre"

*De toute façon, t'as pas le choix.*

"De plus, tu informeras la Gazette ainsi que la monde magique en personne que les Mangemorts sont vaincu, qu'il n'y a plus aucunes menaces."

"Annabeth Marshall, enlèvent les Aurors du front, il n'y plus aucuns dangers, il n'y a plus aucunes raisons de ce battre, les Mangemorts se sont enfuit."

Mais finalement...

-Le Ministère est tombé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafael McBlake
MangemortavatarMangemort

MessageSujet: Re: I have an army.   Sam 23 Juin - 22:12

- Tss, ça sert à tchie. Ils vont tous se dire Sans-Mêlé, râla McBlake à travers son masque et son capuchon noirs (qui l'aidaient à cacher son horrible visage émacié par la fatigue), tout en notant le nom du sorcier qui tremblait comme une feuille en face de lui. Bon j'arrête de jouer aux secrétaires, j'suis là pour buter du sang de moldus.

- Y'a un groupuscule là-bas qui résiste encore et toujours à l'envahisseur, ricana un autre Mangemort encapuchonné en désignant un endroit vers l'entrée principale du Ministère où trois jeunes sorciers entre 20 et 25 ans jetaient des sorts à tout bout de champ.

Dégainant sa baguette en moins de deux dans un petit bruit métallique, Raf marcha en direction de la bataille et extermina en trois sortilèges de stupéfixion les opposants, sous les yeux écoeurés de ses confrères.


- N'est-ce pas... plus simple ainsi ?

McBlake se retourna et vit son tout nouveau et très imposant Maître se diriger vers lui lentement, comme s'il savourait déjà sa première victoire.

- Tel est l'essence cachée de l'Humanité. Votre soif de soumission, l'aveuglant appel de la liberté, assombris votre joie de vivre et vous pousse à vous écharper pour le pouvoir.

Levant la tête puis les yeux dans un sentiment de puissance absolue, il inhala les paroles de l'Empereur Kvasir. La liberté était tellement aléatoire, tellement inaccessible et inexistante, sauf si quelqu'un se donnait la peine de les guider.
Un homme à poil se baladait derrière lui.

*Ptain il pourrait pas nous aider celui-là au lieu d'le suivre comme un cyborg. Flippant.*

Raf' sentait qu'une certaine compétition allait s'installer entre les Mangemorts pour rester dans les faveurs de l'Empereur, et lui-même n'allait pas se gêner pour y participer et obtenir une bonne place pour lui et son frère dans le cercle de leur guide.


- La Reconnaissance... Vous étiez fait... pour obéir. A jamais, vous vous prosternez.

C'était le cas de le dire, en effet. Un sorcier près de lui posa sa baguette, Raf en profita pour shooter dedans... Elle finit sa course éclatée contre la paroi d'une cheminée. C'est à ce moment-là qu'il vit Greg se barrer avec Charly, il stoppa alors immédiatement son rire diaboliquement malsain.

*Ptain, c'est moi qui prend des décisions j'avais dit.*

McBlake fondit sur la cage d'ascenseur qu'il appela plusieurs fois de suite comme un gros pressé. Il faisait bien sûr confiance à son frère, mais pas du tout à Dawson qui craignait un max.
Une fois l'ascenseur magique redescendu, il lui fallait choisir le niveau. S'ils étaient pas trop cons ils auraient sûrement choisi le premier. Arrivé au niveau 2, donc, il surprit Greg, Charly... et la fille von Gotha... et le mec qui faisait office de cousin à la fille.


- Bande de cracmols qu'est-ce que vous fichez là. L'Emper- oh des gens.

Il se rapprocha du petit groupe de jeunes en ôtant son masque et sa capuche, avec sa démarche imposante et assurée.

- Bon okay, vous m'suivez et vous l'ouvrez pas, c'est vicieux un Auror.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice_Von_Gotha
MangemortavatarMangemort
Unaware of where the truth ends and my li(f)e begins.


MessageSujet: Re: I have an army.   Sam 23 Juin - 22:28

- Tout n’est pas fini. Je dois savoir s’il existe encore, tu comprends ? Je ne ferais rien. Je veux juste observer…

Elle se plaça face à son cousin et lui saisit les mains.

- Ne m’en veux pas trop.

Avant de déposer sur ses lèvres l’un de ses habituels baisers fraternels, chargés d’innocence. Et de saisir sa baguette de sa main gauche et de se diriger vers les ascenseurs...

Le jour pointait à peine, les lieux étaient vides. Ou presque...


- Eh !

Elle stupéfixa le gardien de nuit presque par réflexe, comme si elle ne contrôlait plus son propre corps et s'observait... Comme lorsque sa voix parasite prenait le dessus sur elle, la mettant dans une sorte de transe observatoire. D'ailleurs sa tête était silencieuse, et ne plus penser, juste observer, était absolument reposant sans sa situation.

Sa voix la sauvait. Empêchait son esprit d'imploser.
N'est-ce pas...?

Appuyée contre la grille de l'ascenseur, inexpressive, Alice fixait son cousin comme pour l'inciter à la rejoindre, ce qu'il fit, lentement, son air de reproche collé au visage. la soit-disant part rationnelle de la jeune fille réfléchissait pour elle, et elle laissa sa main se faire guider jusqu'au bouton du second niveau. Elle n'était venue qu'une fois, elle ne se souvenait plus ce qu'elle y trouverait...


- Niveau deux, département de la Justice magique.

Elle sortit, suivie de près par Victor silencieux... L'étage semblait vide. Des pancartes au-dessus des portes indiquaient les différents services qu'elles abritaient...

- Quartier des aurors...

Prenant Victor par la main, elle l’entraîna à sa suite, jetant des coups d'oeils dans les différents boxes, rencontrant parfois des visages connus sur les avis de recherche... Elle se demandait si elle aurait une chance de trouver quelque chose sur Lucifer, quand elle stoppa net. Devant son propre visage.

Elle détacha l'affiche du tableau en liège. Elle était recherchée en tant qu'enfant disparue, et simplement suspectée d'activités Mangemorts.


- Oh, cette photo m'avantage ! Tu la veux ?

En effet, elle datait d'avant sa perte de poids monumentale... Riant comme une enfant, elle repartit à la recherche de visages connus, et fut heureuse de ne pas y voir ni son cousin, ni son père... Son père. Sa joie retomba... Et le bruit d'ascenseurs se remettant en marche la ramena à la raison, ou dans son cas, à ce qui y ressemblait le plus.

Ils s'entendirent pour se désillusionner, et se tenir immobiles dans un coin sombre du couloir, derrière une plante étrange, mais inoffensive.

Et attendre... Regarder le passage des employés, ne pas s'endormir, le regard fixe, et se torturer mentalement, dans le silence... Mais Victor était toujours là, malgré sa désapprobation.
Ne pas penser à son père, surtout.

Et, enfin...


- A genoux devant moi. J'ai dit : à genoux !

C'était lui.
Ankylosée par les heures passées à terre, Alice se releva, mouvement inaperçu dans la panique générale. Une bonne partie d'entre eux transplanaient, les aurors étaient sans doute déjà en chemin, et l'Empereur... L'Empereur allait sûrement les accueillir en personne, non ? Bon sa méconnaissance du plan était handicapante...


- Le temps où le monde de la Magie était droit et juste et maintenant révolu ! Tous ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous !

Oh oui, ils étaient là, ils arrivaient.

*]i]Et tu n'as pas de plan.[/i] Si... me fondre dans la masse des fidèles et l'attaquer en traître. C'est faible. Mais discret, aussi... Et ce genre d'occasion sera rare... Qu'ai-je à perdre, si je tente...? La vie ? Après l'honneur après tout...*

Charly Dawson et McBlake junior. Et les autres...? Alice s'approcha alors que Greg récupérait les baguettes des sorciers à terre et se désillusionna, consciente de la présence de Victor derrière elle qui faisait de même... Ignorant royalement les otages, ou ce qui y ressemblait, le menton relevé dans une attitude arrogante, elle s'adressa d'un ton froid à Charly - n'appréciant guère son collègue...

- Les autres...?

Mais elle fut interrompue par la cage d'ascenseur qui laissait place à un Mangemort masqué... Ils comptaient arriver au compte-goutte, ou?...

- Bande de cracmols qu'est-ce que vous fichez là. L'Emper- oh des gens.

Rafael McBlake, reconnaissable entre mille dès qu'il se mettait à parler... Il s'identifia d'ailleurs tout à fait en abaissant capuche et masque. Croisant les bras, Alice haussa un sourcil, se demandant où il voulait en venir... Une femme à terre couina en mettant un poing sur sa bouche horrifiée.

- Bon okay, vous m'suivez et vous l'ouvrez pas, c'est vicieux un Auror.

Oh. Il voulait jouer ?... Intéressant. Tiraillée entre l'atrium où se tenait l'Empereur - et son père... - et l'envie de voir ce qui allait suivre, elle choisit de rester ici. Aussi parce que Raf était attractif, soit... Et sa moto aussi.

- Oh, on ne voudrait pas s'approprier ta gloire... ils t'aiment tellement qu'ils ont toute une collection de posters de toi, tu sais...

Un défouloir, bonne idée finalement...

*Tu me rends dingue. T'es là parce que je suis dingue, non ?...*

________________Requiem for a Prophecy________________
Unaware of where the truth ends and my li(f)e begins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pure-nevrose.skyrock.com
Amira C. Mathewson
Forces Sorcières IntérieuresavatarForces Sorcières Intérieures



MessageSujet: Re: I have an army.   Sam 30 Juin - 13:53

Suite du rpg


- Inutile de demander Amira, vous nous accompagnez.

A peine la déclaration venait-elle d’être déclarée, que Frank s’avérait déjà être opérationnel. Pour le simple fait de sa réactivité, il méritait amplement son poste de directeur à Poudlard. Ses décisions étaient prises si rapidement, que cela devenait partiellement rassurant.

- Ma mère ! MA MERE ! Faites quelque chose, je vous en prie !!! C'est une Née-Moldue, je ne PEUX PAS la laisser là-bas !!

Des cris qui venaient tout droit d’une jeune fille et qui s’avéraient être très désagréables à l’ouïe d’Amira, toutefois, elle ne tremblait pas comme elle l’aurait fait auparavant, dans les années antérieures. Elle avait gagné en sang-froid, et rien n’était plus apprécié que ce trait de caractère dans ce genre de situation.

- Emmenez-moi avec vous, s'il vous plait !! Ma mère est là-bas ! Ma mè...

Franck prit alors l’initiative d’empêcher une rapide contamination de son état inquiétant. L’impatience commençait alors à doucement faire son nid en Amira, qui ne supportait pas d’attendre que les élèves se calment. Ce qu’elle voulait elle, c’était partir là bas, et affronter le danger afin de venir en aide à ceux qui en ressentaient le besoin, car il était d’une tragique certitude que les mangemorts, eux, n’attendraient pas.

- Laszlò, vous seriez bien aimable d'accompagner Miss McGein à l'infirmerie.

Le jeune serpentard n’avait donc pas remporté le billet pour se rendre au ministère avec eux, et il en était mieux ainsi. Le laisser venir aurait été une erreur professionnelle qui aurait pu s’avérer très grave selon les conséquences que cela engendrerait.

- Je demande à tous les élèves de retourner au château, dans les salles communes propre à leur Maison.

La panique se faisait ressentir, mais malgré toutes les ondes qui émanaient du parc, Amira ne cédait pas, car ce qui s’avérait être un incendie pour les autres, était pour elle une flamme abattue par l’impatience.

- Amira, Virgilius, Ambroise, Hershel... Marina, nous avons un Monde à sauver.

Un soupir qui interpella Amira. Il sortit sa baguette de sa veste, et Amira en fit autant. Le temps était compté, et s’ils ne voulaient pas se retrouver face à des fantômes ayant laissé comme otages des personnes invisibles, il ne fallait pas perdre de temps.

- Quoique nous trouvions là-bas... Gardez votre sang-froid mes amis. Le Ministère ne doit déjà plus être dans de bonnes mains... Mon patronus fait le tour de nos alliés, nous serons vite rejoins. A trois nous transplanons...

Frank tendit alors sa main vers Amira, qu’elle fixa durant un temps imperceptible, puis elle la saisi d’une main non tremblante. Son regard observa tout d’abord Marina, Hershel, Ambroise, Franck, puis Virgilius, celui qui était venu les mettre au courant, et qui en profitait pour les rejoin… Pour se défiler ?!

- Ne comptez pas sur moi.

Léger et rapide regard vers Virgilius. Décevant. Rapportant son attention vers Frank, le décompte du transplanage avait débuté.

*Deux, trois.*

Claustrophobie intense. Transplaner était une chose qu’Amira n’aimait pas, pour la simple et bonne raison que cela lui rappelait les endroits fermés. Une grande pièce, très vaste, qui souffla la présence de sa claustrophobie. Cependant, l’ambition, l’envie de sauver ces personnes rendait minime son mal être débutant. Quelques secondes furent dédiées à l’observation de la salle qui ressemblait à un Atrium, puis son regard remplit d’étoiles, divergea vers Frank. Ils se trouvaient au milieu d’une foule de personne composée de mangemorts –évidemment- et de victimes. Elle lui adressa un léger hochement de tête, qui voulait tout dire. Ils devaient les affronter, et peu importait la suite.
Inspiration profonde. Bien qu’elle possédait un sang froid intéressant, respirer ne devait pas être négligé.
Parler était inutile avec le bruit effroyable qui régnait dans toute la bâtisse. Elle dévisagea une dernière fois Frank, puis tourna les talons et s’enfonça un peu plus dans la foule.
Des personnes encapuchonnées demandaient à tout le monde leur statut de sang, et les regardait avec un air qui était insupportable. Voir ce spectacle lui faisait mal. Voir des personnes innocentes impliquées dans cette histoire, alors qu’elles n’avaient rien demandé.
Son premier objectif, sortir du ministère les personnes les plus vulnérables, les humains, car ils étaient la première cible de ces grossiers et cruels mangemorts.
Du coin de l’œil Amira pu alors apercevoir ce qui semblait être leur maître. Le simple fait de le regarder n’était pas rassurant … Reportant son attention vers son objectif, et puisant toute l’énergie qu’elle avait en elle, Amira se dirigea tête baissée vers un petit groupe d’humain.
Sans demander la permission, elle prit leurs mains, les obligeant ainsi à former un cercle. Inspirant rapidement, l’enfer devait de nouveau se produire. Ils transplanèrent à l’extérieur, loin du ministère, du moins, à l’abri des démons. Les dévisageant, et voyant qu’ils ne bougeaient pas, Amira entreprit les choses :

-Sauvez-vous.

Des mots mesurées, et déclarées sur un ton neutralisé, suivi d’un transplanage tout aussi rapide. Les gens n’étaient pas assez stupides pour rester figés à l’endroit où elle les avait laissé. De nouveau dans l’atrium, une envie de vomir se fit ressentir. La tête qui tournait, les mains qui tremblaient, transplaner n’était pas une bonne idée. Tous ces mouvements, bruits et bousculades commençaient à la rendre dingue. Dingue. Malheureusement, leur aide ne faisait que débuter. User de sa baguette magique n’était que très peu utile, car Amira n’avait pas eu la chance d’avoir à sa disposition tous les sorts, et les peu qu’elle possédait, se trouvaient inférieurs à ceux des sorciers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambroise Lockwood
MinistèreavatarMinistère

MessageSujet: Re: I have an army.   Mar 3 Juil - 15:32

Ambroise se retrouva dans un recoin de l'atrium, il n'avait pas commit l'erreur de débarquer en plein milieu. Il aurait été une cible vraiment trop facile. Cependant en agissant de la sorte il avait été séparé de Franck et Mathewson. De toute façon il se fichait bien d'eux pour le moment. Tout ce qui l’intéressait vraiment était de retrouver le ministre et de le mettre à l'abri. Son regard tomba sur celui qui se faisait appeler l’Empereur et il devait bien l'avouer cet homme était flippant et charismatique. Bien plus que le ministre souffla une voix dans sa tête, il se secoua hors de question que ses pensées prennent ce chemin. Il n'avait rien à y gagner en temps que sang-mêlé à suivre ce psychopathe en puissance !

C'est donc discrètement qu'Ambroise se dirigea vers les ascenseurs où il resta bloqué, plusieurs mangemorts s'y trouvaient déjà. Il grimaça intérieurement, il espérait ne pas se faire repérer. Pas encore. Que lui avait il prit déjà ? Ah oui sauver ce foutu ministre ! Mais où était donc les aurors et pourquoi n'étaient ils pas déjà présents ? Qu'avait il bien pu se passer pour qu'ils ne soient pas prévenu de cette attaque ? C'était tout de même étrange.

Ambroise était désormais caché entre un mur et le comptoir de la réception près des ascenseurs. Il priait intérieurement pour que les mangemorts ne le voit pas avant de monter dans l’ascenseur, sinon il était mal. Très mal en vérité. Il reconnu McBlake et Von Gotha.

- Bon okay, vous m'suivez et vous l'ouvrez pas, c'est vicieux un Auror. Déclara McBlake. Ok donc les aurors étaient bien présents mais apparemment pas au courant de l'attaque. Ils étaient dans la m*rde !

- Oh, on ne voudrait pas s'approprier ta gloire... ils t'aiment tellement qu'ils ont toute une collection de posters de toi, tu sais... Ambroise manqua de s'étouffer, des posters ? Cette gamine était vraiment folle. Remarquez quand il y pensait, il fallait être instable pour suivre la voix des mangemorts. C'était glauque, sanglant, pas très bien payé et franchement pas joyeux tous les jours. Il était un brin sarcastique là, non ?

________________Requiem for a Prophecy________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marina Lauréana
Adminavatar
MessageSujet: Re: I have an army.   Mer 4 Juil - 9:28



    Virgilius Spudding était arrivé en furie, tellement terrorisé par une cause encore inconnue pour le moment. Il se précipita vers le stand de recrutements. Visiblement, il voulait parler à Frank. Celui-ci venait du Ministère. Il se connaissait donc depuis plus longtemps qu’avec Marina. Il avait l’air vraiment paniqué. Quand il eut enfin retrouvé la parole, il commença à crier. Il venait du Ministère qui était apparemment envahis par les Mangemorts. Mais le plus terrible était l’annonce d’un chef pour ce groupuscule. Qui était donc ce nouveau chef ? Etait-il puissant … Pleins de questions sur ce nouveau chef, trottaient dans sa tête. On était dimanche mais comment se faisait-il qu’il n’y avait personne pour défendre le Ministère. Marina ne comprenait vraiment pas. Les Mangemorts en avaient en tout cas profité pour prendre le Ministère.

    Spudding tremblait. Il avait vraiment l’air terrifié. La jeune femme se demandait s’il y avait une chance que l’on puisse les contrer. Si les Mangemorts prenaient le Ministère, le monde de la magie se porterait mal. Et puis, Poudlard ne tiendrait pas beaucoup de temps sans être infiltré également. Il fallait faire quelque chose avant que cela ne se dégrade. Ce fut exactement la question du professeur de Sortilège, il demanda d’une voix forte ce qu’on pouvait faire. Il avait parlé fort, tout le monde avait entendu et la kermesse semblait être en pause. Tout le monde s’était rapproché du stand afin d’avoir de plus amples informations. Soudain Tudor, élève de Serpentard de Septième année, proposa son aide. Il était bien sûr intéressé par les FSI mais on ne pouvait évidemment pas l’emmener comme ça, sans expériences face au Mangemort. Ce fut au tour de Lockwood de ramener sa petite personne. Marina n’aimait pas ce personnage. Il voulait sans cesse se mettre en avant. Il prit la situation en main en demandant des informations complémentaires au sorcier. Marina se demandait s’il allait pouvoir répondre. Il avait l’air vraiment tétanisé.

    Tout semblait se passait si rapidement. La panique se faisait ressentir. Une élève de sa maison, Ruth Black, leur demandait de ne pas y aller. Marina ne comprenait pas pourquoi une jeune fille si censée d’habitude leur demandait une telle chose. La sous-directrice décida de l’ignorer. Mais ce ne fut pas le cas de Mathéo Moreno qui commençait à remballer tous ceux qui disait des paroles. Il réprimanda également Souvenir McGein pour sa demande incongrue de les accompagner. Frank décide de prendre les choses en main. Il reconduit gentiment Souvenir et Laszlo en les envoyant tout deux à l’infirmerie. Ensuite, il s’adressa aux élèves en les priant de retourner dans leurs dortoirs respectifs.


    Frank T. Hewlett – Amira, Virgilius, Ambroise, Hershel... Marina, nous avons un Monde à sauver. Quoique nous trouvions là-bas... Gardez votre sang-froid mes amis. Le Ministère ne doit déjà plus être dans de bonnes mains... Mon patronus fait le tour de nos alliés, nous serons vite rejoins. A trois nous transplanons...


    Annonça son mari d’une voix grave. Très bien. C’était la meilleure des solutions. Il fallait aider les gens encore coincé au Ministère. Là était leur travail. Espérons simplement que les alliées seraient plus nombreuses que les Mangemorts. Leur devoir était de sauver la communauté des sorciers contre les forces obscures. Pourtant, sauver les autres ne semblait pas être la priorité de Spudding, il leur annonça qu’il ne fallait pas compter sur lui. Mais quel lâche … Il pensait à sa peau. Il était vraiment égoïste. Pour lui, l’important était d’être sain et sauf, il s fichait des pauvres gens au Ministère. Heureusement Lockwood ne semblait pas autant porté sur sa petite personne. Il y eut un craquement sonore et le paysage fleuri du parc disparut. Ils atterrirent dans l’Atrium dans un leu néanmoins à l’abri des regards. Marina observa de ce coin quelques secondes les Mangemorts. Ils n’étaient sans doute pas tous rester ici. Certains devaient être dans les étages. Ils demandaient aux différentes personnes leur statut de sangs. Surement pour prendre des mesures contre les Nés-Moldus. Marina aperçut leur Maître. Impossible de le confondre avec un simple Mangemort. Il était vraiment terrifiant. Amira commença à agir, elle fit transplaner en dehors du Ministère un petit groupe. Ambroise se dirigea vers les ascenseurs. Il voulait aller voir aux étages. Marina décida d’aller avec lui. Elle chuchota à son mari.

    Marina Lauréana – Nous nous occupons d’aller voir dans les étages avec Lockwood.


    Annonça t-elle avant de quitter le petit coin. Elle se faisait discrète et arriva bientôt à la hauteur de son collègue. Elle se demandait pourquoi il se cachait et vit la réponse. Elle se précipita dans la cachette occupée déjà par Ambroise. Ils étaient un peu serré mais il valait mieux ça que de se faire tuer tout les deux. Une voix grave s’éleva. Celle de McBlake. Puis une autre voix. Marina se raidit. Elle appartenait à Alice Von Gotha, renvoyé il y a peu. Alors elle avait donc rejoint les Mangemorts. Marina ne pensait pas que la Serpentard allait aller sur cette voie. En tout cas, la renvoyer avait été une bonne idée. Marina n’imaginait même pas ce qu’il se serait passé si elle était restée.

    Marina Lauréana – On attend qu’ils partent puis on monte, il faut sauver les innocents …


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harry-potter-world.exprimetoi.net
Ambroise Lockwood
MinistèreavatarMinistère

MessageSujet: Re: I have an army.   Jeu 5 Juil - 16:47

Ambroise sursauta légèrement en sentant une présence à côté de lui, envahissant l'espace déjà étroit de sa cachette. Il retint un grondement mécontent en constatant qu'il s'agissait de Lauréana. Pourquoi avait il fallut que cela soit elle qui le suive ? Il était certain qu'elle ne le laisserait pas tranquille, le ministre devrait attendre qu'il réussisse à la semer dans les étages. D'ailleurs l'intruse prit la parole.

On attend qu’ils partent puis on monte, il faut sauver les innocents … Les innocents ? Tss personne ne l'était jamais, quoique les gens bien pensant pouvait en dire. Même les enfants ne l'était plus à partir d'un certain âge, encore que... Il était bien trop désabusé pour croire qu'un enfant était innocent, c'était ridicule qu'on y croit selon lui. Il ne releva cependant pas, il ne tenait pas à partir dans une dispute houleuse sous les yeux des mangemorts. Il n'était pas inconscient ni irréfléchi.

Ah et qu'est ce qu'il faisait là si il n'était pas impulsif ? Il avait prit cette décision en toute connaissance de cause, sachant qu'il pourrait y rester mais cela n'avait pas eu d'importance sur e moment. Seul la survie du ministre comptait dans son esprit mais là au milieu du chaos il se demandait ce qu'il lui était passé par la tête. Il avait beau essayer de se convaincre que son acte avait été mûrement réfléchi mais la vérité et qu'il n'avait pas eu le temps d'y réfléchir suffisamment pour que cela ne soit pas impulsif.

- Il vaudrait mieux en effet, on ne fait pas le poids. Ils sont trop nombreux. Chuchota en réponse Ambroise d'un ton mesuré, bien loin de son état d'esprit...

Il ne comptait nullement aider la jeune femme dans son entreprise mais ça il ne lui dirait pas. Elle ne comprendrait certainement pas pourquoi il voulait sauver le ministre à tout pris. Pourtant c'était tout à fait logique, les sorciers avaient une confiance plutôt bonne envers le ministre actuel, un changement maintenant pourrait s'avérer désastreux. Il n'avait pas de temps à perdre en de vaines batailles politiques qu'engendrerait la mort du ministre. Ce n'était pas une décision altruiste, il n'y voyait que son intérêt. Il n'aurait rien a gagner à un changement de gouvernement, surtout si celui qui se faisait nommer l'Empereur prenait le pouvoir. Les nés-moldus et les sang mêlés seraient les premiers à pâtir d'un tel bouleversement et il tenait à sa place et à sa petite vie bien rodée.

________________Requiem for a Prophecy________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor de Habsbourg
MangemortavatarMangemort



MessageSujet: Re: I have an army.   Dim 15 Juil - 13:52

- Tout n’est pas fini. Je dois savoir s’il existe encore, tu comprends ? Je ne ferais rien. Je veux juste observer…

Ne rien faire n'entrait pas dans le vocabulaire des von Gotha, et Alice avait pu lui prouver juste l'instant d'avant dans le Temple où elle avait failli faire une bêtise impardonnable.

- Ne m’en veux pas trop.

Au moins elle avait remarqué que quelque chose clochait, depuis plusieurs jours, entre eux... Mais il ne pouvait pas lui en vouloir, même s'il était difficile de la cerner et de se mettre à sa place. En effet, Victor n'a jamais été éperdument amoureux, même si cela sous-entendait que sa cousine et Mogg l'ont vraiment été... Ou du moins, il n'était jamais tombé amoureux jusqu'à présent. Mais n'était-ce pas une simple affection familiale, comme il l'avait souvent prétexté à Alice ? Non, il était réellement tombé dans son propre piège.

Quoiqu'il en soit il feignit de répondre en laissant le silence faire ressentir à sa place son absolu désaccord, qui les hantait d'ailleurs tous les deux depuis cet enterrement, comme si Mogg n'était pas encore assagi de leur mésentente et continuait au-delà de la mort de les tourmenter avec plaisir.
Ce baiser qu'elle posa sur ses lèvres... Pourquoi étaient-ils si amers à présent ?

Il décida de la suivre comme un fantôme<3, lentement, les mains dans les poches de sa cape. Victor ne servirait tout au plus que d'assurer la sécurité d'Alice jusqu'à ce qu'ils retrouvent Marius... Ou plutôt ce qu'il en reste.
L'endroit était vide, c'en était presque rassurant.


- Eh !

Alice stupéfixa un gardien de nuit<3 avant même qu'il n'ait pu dégainer sa propre baguette, qu'il garda finalement dans sa main. Un peu étonné de la rapidité de sa cousine - jamais il ne l'aurait soupçonné réaliser une telle chose, à vrai dire - il resta un instant immobile en regardant le corps inconscient du sorcier. Lorsqu'il releva la tête avec une moue assez dubitative, elle était déjà montée dans l'ascenseur du Ministère et semblait l'attendre impatiemment. Toujours avec flegme, il y entra à son tour.

Par où commencer ? Le Ministère est si grand... Et ils n'étaient pas encore arrivés. N'aurait-il pas été plus judicieux d'attendre en bas ? Il avait l'impression qu'ils agissaient comme des hors-la-loi en cavale... Ce qu'ils n'étaient pas bien entendu. Il se rappela qu'ils étaient censés être déjà au duché de son oncle, et pour une fois il approuva la décision d'Alice de s'éloigner le plus possible de la très probable entrée de leurs confrères.

Un indiscernable sourire un coin naquit sur les lèvres de l'héritier de Habsbourg. Était-ce lui qui avait donné le goût de l'aventure à sa cousine ? Il avait tellement d'influence sur elle lorsqu'elle était petite... Il ressentait à présent l'adrénaline de l'inconnu, comme quand ils étaient enfants.


- Niveau deux, département de la Justice magique.

Ses yeux verts en amande divergèrent sur le panneau des étages pour être sûr d'avoir bien compris l'annonce de la voix britannique... Le numéro deux était bien allumé. Ils ne s'éloignaient pas tant que cela, en fin de compte.
Victor s'était adossé contre une paroi de l'ascenseur pour jauger sa cousine, toujours avec son air grave et pokerfaced.


- Quartier des aurors...

Ils étaient maintenant sortis et s'avançaient lentement dans le long couloir vide. Victor accompagnait souvent son oncle ici-même, le lieu vide lui inspirait finalement peu confiance.
Il se sentit soudain forcé d'avancer, Alice le tenant par la main comme une mère traînant un gosse réticent à se rendre au match de Quidditch des Tapesouafles de Quiberon.
Habsourg pu se rendre compte que les Aurors savaient cacher beaucoup de choses à Ludwig von Gotha, lorsqu'il avait le dos tourné, ou alors ils n'avaient pas chaumé depuis sa dernière visite. Plusieurs dossiers traînaient sur les tables, diverses photos d'Azkaban, la prison des sorciers, et de Mangemorts célèbres décoraient les murs.


- Oh, cette photo m'avantage ! Tu la veux ?

Il se retourna et posa ses yeux sur l'affiche que lui tendait sa cousine, puis regarda intensément Alice avec tristesse. Comment pouvait-elle être soupçonnée d'activités Mangemorts, et en rire ? Par dépit, il maugréa :

- Diffindo.

L'affiche se désintégra dans la main d'Alice.

- J'en ai beaucoup d'autres, et des biens plus belles, s'excusa-t-il avec un sourire taquin, plutôt forcé.

Elle repartit avec son rire enfantin qui lui réchauffa le coeur, comme dans leurs jeunes années. Ils semblaient avoir presque oublier ce pourquoi ils étaient là, jusqu'à ce que l'ascenseur s'actionne de nouveau.
Victor rejoignit rapidement la jeune fille et ils se désillusionnèrent avant de se baisser derrière une grande plante. Victor avait posé ses mains sur les épaules d'Alice pour lui rappeler qu'il serait toujours là derrière elle pour la relever si jamais quelque chose se déroulait mal.
Tout semblait se bousculer soudainement. Alice se releva légèrement pour observer ce qu'il se passait, mais lui resta derrière elle, encore perdu dans ses réflexions. Pourquoi diable était-elle soupçonnée d'activités Mangemorts ? Étaient-elle soupçonnée d'avoir tuer ce jeune homme à son école de Magie ? Elle était partie le même soir, s'il avait bien calculé. Il ouvrit de grands yeux, comprenant maintenant comment Alice avait fait pour s'attirer les grâces des autres ces derniers jours. Les Mangemorts ne l'auraient jamais hébergé dans leur repère sans qu'elle n'ait au préalable prouvé son allégeance.
Il la regarda, presque hébété. :jonface:

Les deux plus jeunes Mangemort venaient de faire leur entrée, Victor en fut presque rassuré que ce soit eux plutôt que leur nouveau Maître, qui se trouvait maintenant être le sien aussi. Quoiqu'il en soit il fut fier de se trouver être le plus âgé d'entre eux et d'être assuré de devoir prendre les décisions si besoin est (orgueil des Habsbourg...). Alice était déjà partie à leur rencontre, il se dépêcha de lever son sort et suivit sa cousine avec presque la même expression qu'elle, on pouvait bien remarquer qu'ils étaient de la même famille, à ce moment-là.


- Les autres...?

La cage de l'ascenseur s'ouvrit de nouveau dans son bruit caractéristique et laissa place à un autre Mangemort qui se décapuchonna, laissant découvrir l'odieux Rafael McBlake, frère du jeune Gregory s'il avait bien tout compris.

- Bande de cracmols qu'est-ce que vous fichez là. L'Emper- oh des gens.

*Bien vu captain obvious.*

Il se retint de faire toute remarque et masqua sa déception. Non pas qu'il détestait McBlake, juste qu'il semblait bien apprécier le défunt Lucifer Mogg... Les amis de nos ennemis sont nos ennemis.


- Bon okay, vous m'suivez et vous l'ouvrez pas, c'est vicieux un Auror.

Là, Victor fronça les sourcils en fixant Raf, mais resta impassible pour ne pas paraître jaloux. Il ne recevrait pas d'ordres d'un proxénète au cerveau quelque peu malade, non, sa cousine allait parfaitement bien. Vexé d'être relégué à l'état de gamin obéissant, il s'apprêtait à répliquer, mais Alice le coupa dans son élan (heureusement, peut-être).

- Oh, on ne voudrait pas s'approprier ta gloire... ils t'aiment tellement qu'ils ont toute une collection de posters de toi, tu sais...

Raf n'eut même pas le temps de lui répondre, ou alors Victor ne l'entendit pas, car le sol s'était mis à trembler brusquement, une voix provenant de l'étage du dessous cria "Duro", et rien ne pouvait empêcher ce qui arriva par la suite, car le sol sous leurs pieds allait s'écrouler inévitablement.

Par réflexe, Victor et Rafael eurent la même idée et crièrent en choeur "Expulso" en fendant l'air de leurs baguettes. Les cinq sorciers se virent propulser dans les airs et retomber brutalement au sol. Lorsqu'ils se relevèrent, un énorme cratère remplaçait l'endroit où ils s'étaient tenus l'instant d'avant.
Le jeune Habsbourg se sentit brusquer par McBlake qui le tenait debout d'une seul main, l'autre étant prise par sa baguette. Ils étaient littéralement pris d'assaut par les Aurors, à ce qu'il pouvait comprendre, car sa tête flanchait de tout côtés et il était comme assourdi par l'explosion. Victor chercha sa cousine des yeux en repoussant McBlake qui essayait de l'éloigner de l'endroit.


- Alice...

- Bouge. BOUGE BORDEL.

Le Mangemort n'eut d'autre choix que de le prendre par la taille et de l'emmener à reculons jusqu'au bout du couloir, pendant que Victor se débâtait contre ses muscles et braillait le nom de sa cousine avec une vision d'horreur : Alice, de l'autre côté du cratère, entourée d'Aurors, et le petit frère de Raf aux prises avec une femme qu'il avait vu dans les journaux... Lauréana. Charly non plus n'y avait pas réchapper.

- On ne peut pas les laisser... On ne peut pas les LAISSER ALICE. NON.

Tout s'étouffa dans ce dernier cri, McBlake venait de transplaner, toujours avec Victor de Habsbourg dans les bras. Il venait de lui donner enfin une raison de le détester, car même s'il lui avait sauvé la vie, sa vie ne se résumait qu'à un seul et unique mot. Alice.

________________Requiem for a Prophecy________________
When you'd scream I'd fight away all of your fears.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory McBlake
MangemortavatarMangemort
If the sky turn into stone, it would matter not at all for there is no heaven in the sky.


MessageSujet: Re: I have an army.   Dim 15 Juil - 14:31

Ils étaient dans l’ascenseur, se rendant au quartier des Aurors. Ils pouvaient encore entendre le résonnement du rire bruyant de son frangin, réputé terrifiant, mais assez marrant quand il ne nous était pas adressé, finalement… Greg exultait. Lui d’ordinaire si réservé et si discret, si sérieux dans son labo, devenait complètement sadique lors des actions Mangemorts. DcJekyll… Il sentait l’excitation battre ses tempes. Il y avait une petite gonzesse, un peu trop sexy pour être Auror, qu’il avait faillit fournir à son frère il y a déjà quelque temps… C’était à cause d’elle qu’il avait été reconnu officiellement comme Mangemort, et elle souhaitait clairement sa mort. Leurs niveaux étaient à peu près équivalents, et chacun d’entre eux frôlait la mort à chaque affrontement…
Oui, excitant, vraiment.


- Merci beaucoup ! Je … je … crois qu’ils me prennent vraiment pour un incapable…

Ah oui, Charly. Il était lucide, mais Greg l’aimait bien, et il était sûr que si les autres crétins lui foutaient pas autant la pression il pourrait être assez bon. Enfin, il pourrait ne pas être un boulet, quoi. Concentré, et trop impatient, Greg s’abstint de répondre, et l’ascenseur s’arrêta dans un crissement métallique. Sourire carnassier.
Des « cracs » caractéristiques leur indiquèrent que le transplanage avait été activé, mais que des bons à rien – une dizaine – trainaient dans le coin. Greg laissa Charly les gérer, en espérant que ça lui donnerait un peu confiance en lui.


*J’te paye une tournée si tu t’en sors avec eux, mec.*

- Le temps ou le monde de la Magie était droit et juste est maintenant révolu ! Tous ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous !

Ricanement. Appuyé nonchalamment contre le mur, guettant du coin de l’œil du mouvement chez les Aurors, Greg fit un petit coucou de la main à une mère et son gosse aussi terrorisés l’un que l’autre. Après tout, son visage commençait à être connu, moins que celui de son frère, certes, mais assez pour inspirer la peur…

*Allez, mec, c’était bien, là.*

Mais Charly semblait hésiter. Il revint vers lui, l’air un peu perdu… Ce type semblait pas avoir pris assez de coups pour savoir s’en sortir face à des inoffensifs, en fait. Sa compassion ne le sauverait pas lors d’un procès, aucune excuse pour les mages noirs depuis la mise en place du nouveau gouvernement… Surtout depuis que la Granger squattait le département de la Justice magique. Catin de Sang de Bourbe.

- Euh… Je te laisse leur demander leurs baguettes !

McBlake retint un soupir.

*Accio baguettes.*

Réceptionnant les tiges en bon ex-attrapeur de Serdaigle, il s’adressa à son condisciple d’une voix un peu condescendante – il fallait vraiment qu’il apprenne à prendre des initiatives :

- Depuis quand on demande, Lili ?

Il retint un sursaut toutefois en voyant la gamine von Gotha se matérialiser devant eux. Qu’est-ce qu’elle foutait dans leurs pattes encore celle-là ? Elle appartenait pas aux mêmes factions que le duc ? Le visage de Greg se ferma. Elle lui était atrocement antipathique, avec ses grands airs de princesse-zombie. A se demander si Lucif était nécrophile, sérieux, faut pas regarder que le sang de la meuf qu’on b*ise, quoi.

*Et bordel, qu’elle arrête de me fixer avec ses yeux chelous, là.*

Heureusement pour eux deux, c’est à Charly qu’elle s’adressa, tandis que le type qui la collait à Mogg Manor et dans le temple apparaissait à son tour.

- Les autres...?

Charly n’eut pas le temps de répondre à sa question inachevée, interrompue par le crissement de la cage d’escalier… Greg se tourna brusquement vers la porte, baguette tendue devant lui en position d’attaque, le regard mauvais… Et ricana en reconnaissant instantanément le Mangemort qui l’occupait.

- Bande de cracmols qu'est-ce que vous fichez là. L'Emper- oh des gens.

Il était vexé de ne pas avoir été prévenu qu’ils descendaient, mais sa nature bestiale reprit vite le dessus, comme à l’ordinaire. Se dévoilant, il ignora superbement la dizaine de pécores totalement flippés amassés contre le mur. Une vague odeur d’urine s’éleva d’ailleurs du groupe, et Greg était prêt à parier que ça venait du gosse. Ou de la mère. Mais son frangin n’avait pas la tête à torturer de l’otage…

- Bon okay, vous m'suivez et vous l'ouvrez pas, c'est vicieux un Auror.

- Oh, on ne voudrait pas s'approprier ta gloire... ils t'aiment tellement qu'ils ont toute une collection de posters de toi, tu sais...

La gamine insupportable fit avorter un nouveau ricanement dans sa gorge. Quoi qu’elle fasse, quoi qu’elle dise, il avait toujours cette envie prégnante de lui en coller une. Curieux que Raf la supporte d’ailleurs.

- Duro !

- BORDEL.

Une énorme crevasse se creusa juste sous leurs pieds, ou presque, parce que son frangin venait de leur sauver la mise à Charly et lui. Et le bourge à la fille von Gotha – malheureusement. Quoi que, devoir justifier son décès en sa présence au duc, c’était pas vraiment réjouissant, en fait…
Il se ramassa douloureusement contre le mur, mais n’avait pas le temps de trancher la question de son assommement, ou non ; les Aurors débarquaient, en masse, et Greg la chercha du regard, l’expression carnassière, se contentant de protegos informulés pour balayer le terrain des yeux.
Le type qui chassait ordinairement son frère tenait déjà Charly, désarmé, et il n’eut que le temps de les voir transplaner. De l’autre côté du cratère, son frangin trainait le bourge hystérique pour sauver leurs peaux. Trop gentil, Raf, t’as une idée derrière la tête, ou…

Ou peu importe, car enfin il la vit. Son adversaire favorite… Penchée sur le corps étrangement docile de la gamine VG qui ne semblait pourtant pas assommée.


*Elle est barge, bordel.*

S’il avait seulement droit à une seconde de réflexion pour savoir quoi faire… Il pourrait juste transplaner, il pouvait plus rien pour Charly, mais bordel, pourquoi fallait-il qu’elle ait de la valeur ? Avec un râle de rage, il s’élança vers la gamine et Williams, devant se rapprocher pour pas toucher l’héritière.

*Fuck.*

Une douleur sur le flanc gauche le fit se retourner, et il se retrouva face à face avec une jeune femme arborant… Les armoiries de Poudlard ? Il n’y comprenait plus grand-chose, l’ordre du phénix n’était pas mort, finalement… ?

- Stupefix. Bordel de chienne.

Désavantagé par sa blessure, il rata sa cible, et s’apprêta à parer, tandis que dans son dos, Alice von Gotha allait sans doute rejoindre Charly à Azkaban…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambroise Lockwood
MinistèreavatarMinistère

MessageSujet: Re: I have an army.   Mar 17 Juil - 19:21

Toujours caché derrière le maigre comptoir, Ambroise et Lauréana sentirent le sol trembler. Puis le virent se fissuré sous les pieds des mangemorts. S'en suivit une véritable cacophonie quand le sol s'écroula. Les mangemorts avaient eu le temps de lancer des sorts afin de se sauver tandis que les aurors débarquaient par la brèche qu’ils avaient eux même crée aidé -involontairement- par les mangemorts. Mangemorts qui d'ailleurs semblaient un peu sonné après leur vol plané pour échapper aux aurors. Deux s'échappèrent dans un bruit de tranplanage, les trois autres se retrouvaient piégés. Il sentit plus qu'il ne vit, Lauréana quitter leur cachette et se joindre à la mêlée. C'était le moment ou jamais pour lui de rejoindre l’ascenseur. Il avait un mauvais pressentiment en ce qui concernait le ministre...

Il se faufila entre les combattants et sauta dans l’ascenseur, il avait certainement été repéré mais pour le moment c'était le cadet de ses soucis. Seul le ministre comptait à présent, il n'aurait pu rêvé meilleur moyen de se débarrasser de Lauréana. Cette enquiquineuse ne l'aurait probablement pas laissé rejoindre le ministre. Une fois dans l'habitacle de l’ascenseur il demanda à être emmené au premier niveau. Ce répits de quelques minutes lui permis de constater qu'il n'entendait plus grand chose. Effet secondaire de l'explosion certainement... L’ascenseur s'ouvrit dans un bruit de ferraille quand il arriva à l'étage voulu. Il se redressa et commença à parcourir les couloirs la baguette à la main. Il arriva à l'endroit où les aurors avaient fait écrouler le plafond, il y avait des débris un peu partout et il pouvait parfaitement entendre la bataille qui faisait rage juste en dessus de lui. Il était chanceux, tous les aurors semblaient avoir rejoins le deuxième étage. Il était donc seul pour aller mettre à l'abri le ministre.

Il continua son avancée, laissant derrière lui les débris et le brouhaha induit par la bataille entre les aurors et les mangemorts. Les couloirs étaient étrangement silencieux, tout était relatif bien entendu. En bas c'était la panique et il y avait un bruit d'enfer alors en comparaison c'était forcément calme ici. Il se dirigea d'un pas rapide vers le bureau du ministre et entra dans la pièce sans frapper. Si ennemi il y avait il n'allait pas s'annoncer. Il tomba sur une scène pour le moins incongru. Deux personnes étaient au sol, semblant supéfixié. Le ministre et sa conseillère était debout et si il ne se trompait pas c'était Erwan Black qui était avec eux. Un combat avait eu lieux mais les assaillants semblaient maitrisés.

- Que c'est il donc passé ici ? Vous allez bien Mr le Ministre ? Demanda à toute vitesse Ambroise, plutôt inquiet que des mangemorts arrivent ici. Si ça ne tenait qu'à lui il aurait emporté le ministre à l'abri rapidement. L'homme le regarda avec surprise, c'est vrai que son entrée pour le moins énergique avait de quoi surprendre.

- Je vais très bien, Lockwood. Annonça calmement le ministre en hochant la tête, il jeta un œil aux personnes au sol et ajouta d'une voix dure. Il semblerait que nous avions des traitres au Ministère. Ambroise écarquilla légèrement les yeux, profondément surpris surtout par les supposés traitres en question. Il se secoua mentalement et ajouta d'un ton urgent.

- Il faut quitter les lieux. Le Ministère est envahi par les mangemorts. Il s'adressait aux trois personnes présentes dans la pièce en disant cela. Il se retourna en direction de la porte, prêt à partir dans l'instant.

________________Requiem for a Prophecy________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafael McBlake
MangemortavatarMangemort

MessageSujet: Re: I have an army.   Jeu 19 Juil - 14:22

La fille von Gotha, avec qui il avait eu l'honneur de partager un long voyage à bord de sa bécane, lui railla :

- Oh, on ne voudrait pas s'approprier ta gloire... ils t'aiment tellement qu'ils ont toute une collection de posters de toi, tu sais...

- Et pas qu'des posters...

C'est sur cette phrase assez mystérieuse que le sol trembla, et Raf entendit la voix d 'un homme crier la formule magique permettant de réaliser une démolition. Mais alors...
D''un regard entendu au richou posté à côté de lui, ils gueulèrent ensemble un bon "Expluso" qui les sauvèrent juste à temps... Ou du moins les sauvèrent partiellement.
McBlake se releva presque immédiatement, n'étant pas vraiment tombé entièrement. Il put ainsi apercevoir le premier ce qui les attendait... Des Aurors, son petit-frère, la Alice et Charly à leur merci... Et le fils à papa qui commençait à reprendre conscience à ses pieds. Une immense crevasse les séparait, et à moins de s'appeler Ezio Auditore ou Lara Croft, il était presque impossible d'atterrir de l'autre côté sans provoquer un second éboulement (Raf n'est pas gros, certes, mais ce n'est pas un poids-plume non plus).
Un sacrifice s'imposait naturellement, et il semblait être le seul à l'avoir compris car le jeune Habsbourg divaguait et appelait sa cousine dans un râle déchirant. Il aurait pu le laisser-là, pour qu'il se fasse choper par les Aurors et rejoigne sa chère cousine, mais il se rendit compte qu'il était exactement dans le même cas que lui, Gregory allait lui aussi se faire capturer.
Un élan de compassion traversa sa personne, il attrapa l'avant-bras de Victor et le tira pour qu'il se relève. Puis commençant à s'impatienter, il le prit par la taille et le traîna jusqu'au fond du couloir, en laissant la douleur de sa propre perte de côté... Il fallait bien qu'un d'entre eux le fasse, car sinon ils seraient soit encerclés, soit carrément buté pour son cas, étant considéré comme un ennemi public.

Arrivé au fond du couloir, il se décida à transplaner. Raf ne se rendit même pas compte qu'il tenait encore de Habsbourg dans ses bras, le serrant très fort alors que celui-ci ne se débattait plus. Ils étaient tous deux en train d'assister, impuissants, à la scène cauchemardesque que vivaient leur cadets. McBlake retint les visages de leurs assaillants, n'imaginons même pas ce qu'il leur réserve dans un futur proche... Victor essaya de le dissuader de les laisser sur place, il ne comprenait pas qu'il était déjà trop tard. Eux avaient une chance de s'en sortir. Alors il transplana, et le cri de désespoir de son compère le rendit encore plus haineux contre leurs ennemis communs.


Le Hall s'était transformé en champs de bataille, on pouvait à peine discerner les Mangemorts des autres, et le garçon qu'il tenait toujours (puisqu'il ne fournissait plus aucun effort, dépité), l'encombrait énormément.
Lui, par contre, était en apparence inchangé, distant, dur.


- Soit tu r'prends tes esprits, soit tu crèves ici. Et là t'auras plus aucune chance de r'trouver la p'tite, surtout si ton dieu t'accepte au Paradis, ajouta-t-il en fixant la croix que portait de Habsbourg au cou.

- Rien qu'des conneries ça... maugréa-t-il dans un soupir. Bien longtemps qu'il ne croyait qu'en lui et son argent. La foi n'avait rien à voir avec la quête du bonheur. Pour lui la seule utopie réalisable d'un homme était la richesse, et aucun dieu n'avait le pouvoir de la lui fournir, si ce n'est lui-même.

Les éclats de sortilèges balayaient l'immense pièce du Ministère, qu'ils soient verts ou rouges, il fallait tous les éviter et sortir directement par la grande porte, comme le faisait si bien les autres Mangemorts. Raf était persuadé que la mission avait réussi, et que la phase deux du plan avait été déclenchée : faire semblant de fuir face à l'ennemi, en feintant au passage la tentative ratée de prendre le Ministère.

Victor de Habsbourg semblait avoir compris qu'il ne servirait à rien mort, et le suivait sans broncher, quoiqu'encore un peu réticent à lui obéir entièrement.


- T'as r'marquer qu'ils sont nombreux, ils ont grave les j'tons d'nous, lança Raf en dirigeant sa baguette sur un grand sorcier aux cheveux blancs. Son sortilège d'entrave le frappa de plein fouet.
On f'rait mieux d'se grouiller. Sire, invita McBlake d'un ton sarcastique en le laissant passer devant lui.

Le jeune homme ne releva pas l'insulte, mais le regarda en coin de son air méprisant en le doublant. Ils étaient arrivés jusqu'à l'accueil et s'apprêtaient à passer la porte quand un toussotement aiguë les fit retourner tous les deux en même temps.
La sorcière était reconnaissable entre mille avec ses cheveux roux flamboyants et son look particulier.
D'un commun accord, Victor se plaça derrière McBlake, son état ne lui permettait pas de batailler avec une sorcière comme Estelle d'Armentary, mais il resta tout de même, peut-être qu'il s'y sentait finalement obligé.

Raf et Estelle se faisaient face, il savait qu'elle ne lui ferait pas de cadeau, car il était le sorcier le plus recherché de Londres - alors que son fief était finalement très peu dissimulé et situé près du Ministère (ultime provocation de la part du Mangemort).
Un combat à mort venait de débuter. Les sortilèges fusaient en quantité des deux baguettes, mais McBlake ne semblait pas déstabilisé, jetant des éclairs verts à tout bout de champs, et c'est d'un bras d'honneur suivit d'un dernier éclat provenant de sa baguette, que la sorcière s'effondra au sol. Il ne l'avait pas achevé, juste blessé mortellement, puisque du sang perlait abondamment de sa bouche. Il ne put s'empêcher de retenir un rire diabolique et terriblement fier.


- Alors, salope, c'est tout c'que tu peux faire ? lança-t-il entre deux éclats de rire tonitruants, dégoulinant de transpiration (qui ne servit hélas pas à couvrir l'odeur opiniâtre du vieil alcool rance).

- Ça suffit McBlake, allons nous-en, proposa Victor posément, d'une voix détachée et pleine de bon sens à en faire vomir le proxénète qui le snoba, la mine déconfite.

La femme, allongée au sol, les fixait froidement, digne de mourir baguette à la main, sûrement. Le Mangemort la jaugea un instant, pour lui, elle faisait partie du même clan qui lui avait enlevé son frangin. Il aurait pu décider de lui laisser la vie sauve en l’embauchant dans son bordel, mais même cette idée ne lui parut assez forte comme punition.


- Tu vas crever au nom d'tes putains d'amis, lança-t-il en appuyant chaque mots, avec une rage considérable.

Alors qu'il levait sa baguette pour réaliser le coup fatal et fermer à jamais les yeux écoeurants de la sorcière, celle-ci la pointa sur lui avec une rapidité peu commune. Mais tout aussitôt elle la lâcha et retomba au sol, après avoir été frappée d'un éclair vert éblouissant. Raf se tourna en direction de Victor qui regardait le corps inerte d'Estelle d'Armentary. Les yeux perdus dans ceux de la femme, il se tenait droit, baguette en main, et pour la première fois McBlake le vit non plus comme un gamin capricieux et pourri-gâté comme sa cousine, mais comme un homme. Il dégageait une certaine noblesse peu commune, et Raf ne pouvait s'empêcher de se féliciter de l'avoir sauvé un instant plus tôt. De Habsbourg murmura de sa voix glacée :


- On est quitte maintenant. Va-t-en.

McBlake acquiesçât et tapota d'un grand coup l'épaule du jeune homme en passant à côté de lui tout en se retenant de sourire. Il ne le vit donc pas s'approcher du corps, ni fermer les yeux de la rouquine en murmurant des mots inaudibles, ni faire le signe de croix d'une attitude solennelle, presque mécanique.
Raf se fondit dans la masse d'hommes en noir qui sortaient du Ministère, dans une fumée tout aussi sombre - ne se souciant même plus du neveu de Ludwig von Gotha, puisqu'ils étaient "quittes" - et s'enquit de rejoindre sa Maison Close pour pouvoir élaborer un plan d'urgence. Il n'abandonnerait pas son frère, jamais plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Empereur Kvasir
MangemortavatarMangemort

MessageSujet: Re: I have an army.   Dim 29 Juil - 15:21

Regarde-les, Loki, mon brave. Regarde-les bien, ces risibles parasites larmoyants. Qui sont-ils, comparés à moi, à nous… ? Et mes fidèles Mangemorts, trop effrayés pour n’oser ne serait-ce que plonger leur regard dans le mien, les vois-tu s’affairer à mes ordres sans les discuter… ? Et pourtant ils le savent, que cette tâche est inutile et fastidieuse… Ils le savent que je les teste. Mais que font ces exécrables défenseurs de la vermine, ne comptent-ils pas porter secours à ces pathétiques larves, honte de la communauté magique qui rampent à mes pieds dans l’espoir d’une inexistante miséricorde potentielle ?
Ai-je l’air miséricordieux, dis-moi ?
Ils m’agacent. Ils m’agacent tant que mon bras se tend en direction d’une matrone pleurnicharde qui prétend sans conviction ne pas avoir les veines souillées. Mon bras se tend, et l’éventre d’un éclair vert.
Un jeu d’enfant.
Ne crois pas que j’en éprouve le moindre plaisir, mon brave. Juste un ennui profond. Comme un antique réflexe retrouvé… Insignifiant réflexe.

Je me concentre, et ma créature me suit toujours avec fidélité. J’ai beau sonder tous les cerveaux que je perçois à proximité, je ne décèle pas celui de mon héraut, ce Black chargé d’une mission spéciale… Ce Black qui ne se démarque pas des autres par ses capacités, non, mais qui faisait partie de ceux qui doutaient.
Et le doute est à éradiquer au plus vite. De manière magistrale, dans son cas… Gage de sa servitude absolue, son absence ne signifiant que le succès ou la mort. Je me sens empli d’une intense satisfaction, mais je dois savoir s’il n’était qu’un kamikaze incompétent ou si le ministère est tombé. Loki me scrute de son regard interrogatif, il m’est tellement lié qu’il peut répondre instantanément à la moindre de mes attentes… D’un mot de Fourchelang, je l’envoie vérifier les faits par ses yeux, que je peux aussi considérer comme les miens.
Il s’éloigne, et enfin les autres arrivent.

Aussi médiocres que la cause qu’ils défendent. Et je ris, évitant les jets de lumières tandis que mes hommes – mon armée – les combattent. Chaque éclair négligemment dévié de la baguette de mon porteur. Peut-être saurais-je le faire sans baguette, d’ailleurs je n’apprécie guère celle-ci – et un instant je me demande si la baguette de sureau…


*Détruite par Potter.*

Veille à ne pas prendre trop de place en moi, insignifiant serviteur détruit. Je sens la colère m’envahir peu à peu face à la nouvelle… Mais peu importe. Bientôt mes pouvoirs n’auront plus besoin d’être filtrés, je le sais.
Je n’ai qu’à prendre de l’assurance.
Et d’un autre côté… Quel sortilège pourrait atteindre un immortel ? Fort de ma supériorité, j’observe le combat, y prend plaisir. Nos adversaires sont en surnombre, et je suis satisfait, je n’attends que la réponse de Loki…

Loki, mon plus fidèle serviteur, où es-tu… ?
Et la clarté de son message mental m’emplit d’une joie sans nom, car le ministère est sous contrôle.
Sous mon contrôle.
Car je vois des corps tombés et le ministre, docile, s’affairer à leur faire porter le chapeau Mangemort. Et sourire à l’entité nue et muette qui se tient face à lui… Black en sera honoré, à titre d’exemple. Qu’ils sachent, tous, ce qu’ils gagnent à me servir loyalement et efficacement.

Le sol se met brusquement à trembler et alors que de nombreux autres, dans leur combat ou leur fuite, se retrouvent à terre, la puissance du choc et la gravité n’ont aucune prise sur mes deux pieds, et je sens plus que je ne perçois un autre combat, bien inégal, à l’étage inférieur. Un avertissement ?... Piètre menace, mais autant jouer leur jeu. Il est temps, et d’ailleurs mon fidèle Loki vient me rejoindre. Je contemple le hall, champ de bataille en ruine, la fontaine brisée comme la paix magique… Jouissif. L’une de mes larges mains mortes glisse sur mes cheveux hirsutes, et je donne l’ordre de repli de ma voix caverneuse d’outre-tombe – ce simple son qui a l’air de les glacer de l’intérieur :


- Craignez-nous, ennemis de notre noble cause, car il n’est pas dans notre nature d’abandonner… Et commencez à songer au dernier choix qu’il vous reste : la mort ou l’exil.

… C’est dans le silence de mort ainsi provoqué que je transplane en compagnie de Loki tandis que mon armée prends la fuite comme si elle était utile.
Car leurs sortilèges ne s’appliquant qu’aux mortels n’ont aucune emprise sur moi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frank T. Hewlett
Forces Sorcières IntérieuresavatarForces Sorcières Intérieures

MessageSujet: Re: I have an army.   Dim 5 Aoû - 10:01

Dans quoi nous engagions-nous ? Qu'allions-nous découvrir sur place ? Nous nous attendions tous au pire... Même à ça. Je faisais une tout autre guerre lorsque celle du monde magique débuta, contre l'infâme Lord Voldemort... Je n'avais pas connu ça, mais bien sûr tout le monde en parlait.
Ainsi tout n'était qu'un éternel et stupide recommencement. Moi qui croyait que tout serait bien, que la vie en Angleterre serait paisible. Je n'avais apparemment pas assez souffert pour la mériter, il me fallait affronter quelque chose qui n'était pas dans mes cordes, dans celles de personne.

Dégoûté, las de constater la médiocrité humaine (mais était-ce un humain ? Non, un mage, rien qu'un mage dénué de coeur), je relevais lentement les yeux sur l'investigateur de tout ces crimes. Ignoble, infâme, rien de comparable à ce que les sorciers racontaient sur Voldemort... Pétrifié, c'est le mot. Je n'osais m'avancer, ni tenter quelque chose. C'aurait été vain.

De tout côtés, les Mangemorts rabaissaient, ricanaient, maintenait d'autres sorciers à terre. Les avaient-ils au moins vu arriver ? Peut-être ne valaient-ils même pas le coup d'oeil, ils étaient en surnombre comparés à eux.


    – Nous nous occupons d’aller voir dans les étages avec Lockwood, me susurra ma femme de son ton détaché et si commun à elle.


Amira et Hershel étaient un peu à l'écart de moi, je me tournais pour leur imposer de me suivre en silence, il fallait qu'ils m'obéissent si nous voulions rester indemnes, ne serait-ce que pour avoir l'occasion de revoir Marina. Peut-être aurions-nous dû faire nos adieux, avant qu'on ne se sépare ? Cette pensée me déprima profondément, il fallait que je l'oublie. Pour l'instant du moins, jusqu'à que ce que nous soyons sains et saufs. Je regrettais déjà amèrement d'avoir entraîné ma toute jeune collègue dans cette affaire, il ne fallait pas que je perde les pédales, pour elle au moins, si moi je n'avais pas la vigueur de la jeunesse, elle l'avait et pourrait s'en sortir avec l'aide d'Hershel, qui était un sorcier expérimenté.


    - Ils arrivent, annonçais-je à Amira et Hershel, comme pour les rassurer, et surtout me rassurer.


En effet, un suricate blanc étincelant venait de se positionner à côté de moi, je sortis ma baguette et le fit disparaître dans des volutes brumeuses. Je les priais d'attendre et il se passa des minutes insoutenables de cris, de pleurs et de lamentations. Ils arrivèrent tous par cheminée, nos renforts. Des Aurors rappelés en urgence, endimanchés et affolés - mais efficaces.
Les Mangemorts se rendirent enfin compte de notre présence, mais je soupçonnais leur Maître de l'avoir remarqué depuis le départ. Je l'avais même cru me fixer pendant un instant, difficile à dire.
Quoiqu'il en soit, une bataille faisait rage. J'affrontais deux sorciers encapuchonnés, l'un à ma gauche, l'autre à ma droite. La guerre... Quoi de plus horrible que la guerre. Impossible pour moi de tuer, trop de souvenirs refaisaient surfaces. L'un s'envola contre un mur, l'autre se pétrifia au sol. Et je partis aider ma jeune amie. Un coup bien placé dans les tibias et son Mangemort s'affaissa au sol dans un bruit de craquement désagréable. Nous nous jetâmes un regard entendu, amical, et nous dirigions jusqu'à un petit groupe qui sembla essayer de transplaner mais ils détallèrent finalement comme des lapins sous la pression. Les sorts affluaient de toutes parts, il semblait que les autres sorciers noires fuyaient comme leurs homologues. Ça ne me rassurait guère pour autant, et je jetais des regards crédules sur le Monstre. De près il était encore plus inhumain encore.
C'est d'ailleurs à ce moment-ci qu'il déclara sa menace.


    - Craignez-nous, ennemis de notre noble cause, car il n’est pas dans notre nature d’abandonner… Et commencez à songer au dernier choix qu’il vous reste : la mort ou l’exil.


Mon coeur se serra. Mon corps sombrait dans un abîme de haine et de dégoût. Tout était brisé autour de moi... Mais la tempête était passée. Les derniers Mangemorts - fallait-il toujours les nommer de cette façon ? - fuyaient, et le Mage n'était plus.

La mort ou l'exil... Ou l'exil par la mort ?

Tout était au ralenti autour de moi... Amira tentait vainement de me relever, car je m'étais écroulé sans le vouloir, suffocant, n'en croyant pas mes yeux... dans le silence pesant de l'espace.
C'est Hershel qui me remit debout. Ma tête menacer d'imploser, je voulais m'abandonner au plaisir de ne jamais revenir à moi, de tout laisser... Mais on avait la cruauté de vouloir me réveiller, de sortir de ce trou béant. Et je repoussais. Je marchais seul, éperdu dans les décombres, ne calculant même pas les regards de mes collègues inquiets, derrière mon dos.

L'étrangeté du silence après la bataille, je l'avais déjà vécu, tout recommençait. Je divaguais, seul, mais toujours conscient.
Des phrases finirent par fleurir sur mes lèvres ensanglantées, je commençais à ressentir une douleur lancinante dans ma jambe, celle qui avait déjà subi une balle. Celle que je croyais guérie.


    - Le sang n'a pas de privilèges... L'histoire... l'histoire s'en souvient.


Un homme s'approcha dans ma direction, à ses lunettes et ses yeux scrutateurs je devinais de qui il s'agissait. Une main grave était posée sur sa bouche, il voulait me venir en aide dans ma soudaine solitude. Il devait se demander comment un homme comme moi pouvait être aussi touché par ce qu'il se passait. Toute l'horreur de la scène s'exprimait maintenant à cause de moi, car même moi je repoussais l'aide qu'on voulait m'apporter, même moi je versais des larmes... Oui, des larmes. Un homme qui a déjà vécu la guerre... Pleurer. Je m'éloignais, pour ne pas désespérer les autres.

    - On peut rêver d'un autre sort... Le peuple est souverain.

Que des paroles en l'air. L'espoir n'était pas permis. Ce qu'avait réussi Harry n'était même plus réalisable. Ce mage ne marchait pas aux horcruxes. Et même s'il trouvait le moyen... Même s'il le trouvait, ils seraient déjà tous sous son joug.
Tellement désillusionné que plus rien n'avait d'importance. Ma femme revenait dans mes pensées, bien sûr... Le Ministre, Ambroise, ce qui c'était passé à l'étage... Je n'osais penser à tout cela. Et je sortais, seul, dépité, de l'Atrium... sous le seul bruit de l'eau coulante la fontaine, brisée.

________________Requiem for a Prophecy________________

    J'ai connu la véritable liberté. J'ai connu le monde paisible, animé par un état d'esprit remarquable.
    Un monde qui m'a été enlevé.
    Je réalise aujourd'hui qu'il me faudra du temps, que la route qui m'attend est longue et obscure.
    Elle ne me mènera pas toujours là où je veux aller. Mais quoi qu'il arrive, je la suivrais.
    Pourquoi se battre ? Pourquoi résister ?
Personne d'autre ne le fera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I have an army.   

Revenir en haut Aller en bas
 

I have an army.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» army builder(bien foutu en plus)
» Primer jaune army painter à vendre [vendu]
» Army Builder Légal
» Mauritania: Un Autre Coup d’Etat…Qui Nous Ressemble
» AIRBORNE-COMMAND 1943

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem for a prophecy  :: Saison 1 :: Reste du monde :: Angleterre-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit