Requiem for a prophecy

Forum RPG basé sur le dix-neuf ans plus tard de la saga Harry Potter
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 The life of a vampire ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amira C. Mathewson
Forces Sorcières IntérieuresavatarForces Sorcières Intérieures



MessageSujet: The life of a vampire ...   Dim 11 Mar - 11:08

Pensine de Mademoiselle Mathewson



Si vous entrez, alors vous saurez tous ce qu'est la vie d'une vampire ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amira C. Mathewson
Forces Sorcières IntérieuresavatarForces Sorcières Intérieures



MessageSujet: Re: The life of a vampire ...   Dim 11 Mar - 11:10

Her first murder

Un soir remplit d'étoile, et muni d'une lune complète, à la luminosité trop forte pour pouvoir s'endormir. Victime d'un semi sommeil, Amira se réveillait en sursaut. Elle ne voulait pas dormir, non, elle ne voulait plus voir cette image monstrueuse. Chaque fois qu'elle fermait les paupières, la même image apparaissait. Horrible et effrayante était-elle. Elle ne voulait plus y penser, mais c’était comme si elle y était obligée.


Un lac remplit de sang, entouré de neige blanche. Contraste rouge/blanc. Une marée de meurtre, de sang, de couleur vive.
Assise dans son lit, Amira se sentait si mal, comme une envie de vomir la hantait, un mal être grandissant. Aurait pu être mis en cause sa claustrophobie, mais la pièce était beaucoup trop grande que ce soit cela. Non c'était quelque chose d'autre ... Comme si un démon s'emparait d'elle. Sa jambe remuait infernalement sur le lit provoquant ainsi quelques petits grincements insupportables à l'oreille. Sa respiration devenait de plus en plus lente pour enfin ne plus exister. Elle ne voulait plus respirer, sa trachée lui brûlait tant, comme un feu éternel. Sa jambe accélérant encore plus, elle se prenait la tête entre les mains, et laissait échapper quelques larmes de douleur et de peur. Ce fût tout d'abord seulement quelques larmes, puis un flot complet de tristesse étrange. La tête toujours entre ses mains, elle se tordait dans tous les sens. Sa tête semblait vouloir exploser, et cette douleur atroce ne voulait pas en sortir.
Se levant précipitamment, elle marchait de droite à gauche comme impatiente, souffrant le martyre. Elle pleurait encore, pleurait sans le vouloir. Elle ne se maitrisait plus, et la folie semblait s'emparer de son être. Se dirigeant vers le miroir, elle se regardait avec horreur. Ses yeux.



D'une couleur bleu intense, mais remplient de filament rouge sang qui se dirigeaient tout droit vers son bleu intense. Non non, elle ne voulait pas y croire, pas maintenant.

-Non, non ... Non.

Elle murmurait et gémissait en même temps. Se prenant les cheveux à la racine, elle se les tirait doucement, tout en se stoppant au milieu de la pièce. Reprenant sa respiration, elle inspirait profondément, tout en fermant ses paupières, puis elle s'allongeait sur le sol glacial mais si apaisant.
Qu'allait-il se passer? Soucieuse, elle était plus que tout en cet instant. Inspirant et expirant profondément, cela ravivait sa douleur à sa trachée, et ses lèvres lui brûlaient horriblement, un souffle chaud comme la braise ... Coupant de nouveau sa respiration, Amira se sentait mitigée de toute part. Elle savait pertinemment ce qu'il lui restait à faire, mais elle mourrait intérieurement d'angoisse ... de peur. Se redressant rapidement, elle enfilait une veste et se regardait de nouveau dans le miroir, avec cette fois ci encore plus d'effroi.



Ses yeux venaient de virer du bleu au rouge. Une certitude désormais. Elle devait le faire, une obligation.
Dévalant les escaliers discrètement, elle ne pensait plus qu'à une chose, obsession. Ouvrant la porte d'entrée, elle dévisageait l'extérieur sans visage. Une nuit sombre, mais éclairée par la pleine lune. Les oiseaux chantaient et d'autres animaux hurlaient à la mort. Refermant la porte derrière son dos, une multitude de frisson chaud parcouraient son corps entier.
Fermant de nouveaux les paupières pendant quelques secondes, elle adoptait une marche rapide, tant le besoin grandissait. Direction la foret, probablement y aurait-il ce qu'elle recherchait. La marche rapide, elle ne cessait de penser à ce qu'il semblait être une faim éternel, le meurtre qu'elle devrait commettre sans le vouloir. Plus le temps passait et plus sa marche devenait rapide, encore quelques mètres, et elle serait au campement le plus proche. Un démon semblait avoir prit possession de son corps, mais après tout, ne se trouvait-il pas dans son âme depuis toujours? Depuis sa naissance? Il daignait enfin se montrer, et seul l'approbation l'aiderait.

Tongs,
Une premiere tong, puis une seconde
Ainsi commence la marche des Tongs
Des dizaines de Tongs, des milliards de Tongs
Et qui dansent a travers le monde !

Une chanson moldue horrible à entendre. Aucun doute la dessus, des campeurs étaient bien présents. A la découverte de cette certitude, son mal être ne cessait de grandir indéfiniment. Le seul moyen pour se soulager était la mort. Obsession. Plus qu'un seul mot lui venait à l'esprit. Une seule chose raisonnait dans sa tête, une seule, unique. Tuer, tuer, tuer, tuer, et encore tuer. Die, die, die. Sa tête tournait comme si elle se trouvait dans un manège à sensation, un mal de tête se développait.


Surement, elle sortait du buisson où elle s'était camouflée durant quelques instants pour pouvoir reprendre ses esprits. Qu'allait penser sa mère? Sa famille? Rien, parce qu'ils n'en sauraient rien, elle ferait tout pour que cela reste secret, in découvrable. Ce qu'il lui fallait c'était un corps tout entier à déguster, à savourer...

Tongs
T'es sur une chaise longue, t'as retiré tes tongs
T'attaques une sièste des plus longues
Tu rêves de tongs, tu manges tes tongs
Ton estomac est plein de tongs


Encore cette chanson, chantée par plusieurs hommes, des hommes âgés. Avançant au rythme du vent, elle commençait à apercevoir les personnes tant désirées, et en quelques secondes, elle se retrouvait face à eux. Leur sauter dessus? Non, trop dangereux, Amira n'était pas expérimentée, loin de là. Ça allait être son premier meurtre, son tout premier.
Les hommes se tournèrent tous alors vers Amira, avec des yeux étonnés et assez déroutants, tandis que elle restait de marbre, ne pensant encore qu'à une seule chose. Tuer.

-On peut vous aider?

Oh oui, ils le pouvaient parfaitement. Une idée lui vint alors en tête. Emmener l'un d' entres eux en dehors du campement, dans un coin sombre, et alors elle agirait. Elle tuerait.

-Je me suis perdue. Quelqu'un pourrait me raccompagner?

Mensonge, mais rusé. Deux hommes se portèrent volontaires, avec ambition. Parfait, tout se passerait comme prévu. Ils partirent tous les trois en direction du fleuve. Les deux hommes ne cessaient de chuchoter, tout n'était maintenant plus qu'une question de pas, de temps, de parcours. Encore quelques mètres, et ils atteindraient un coin sombre idéal.
Accélérant la cadence, elle se précipita derrière un arbre, elle ne savait pas trop comment agir, mais elle était sûre de son désir. Les deux hommes se rendirent enfin compte de sa disparition, et de sa cachette il lui semblait qu'ils se séparaient pour la retrouver. Encore plus facile, pensait-elle, mais elle l'espérait surtout.
Combien de temps cela faisait-il qu'elle était sortie de chez elle? Elle n'en avait aucune idée, et s'en fichait éperdument. Craquement de branche à droite, une ombre visible, l'un d'entre eux était près, très près. Apercevant tout d'abord le bout de son bras puis l'entière totalité de son corps, la tentation était trop forte, trop excessive. Sautant sur l'homme comme une sauvage, elle tentait de lui maintenir la bouche fermée pour étouffer les cris, tout en tentant d'atteindre son cou. Ce fut plus dur qu'elle ne le pensait, l'homme possédait bien plus de force qu'elle ne le pensait, néanmoins, sa bouche réussit à atteindre son cou quelques secondes, lui soutirant par la même occasion un peu de sang sucré, ravivant davantage sa soif. Elle ne pourrait pas le vaincre par la force, saisissant une branche d'arbre assez épaisse, elle n'avait jamais été autant déterminée. La soulevant, elle l'envoyait en direction de l'homme, qui malheureusement réagissait trop tard, se prenant le tronc d'arbre en plein visage. Il ne bougeait plus, tandis que Amira se ruait sur lui, il souffrait, tandis qu'Amira assouvissait son désir. Plantant ses dents dans sa chair, elle aspirait comme on aspire une boisson banale. Peu à peu, sa soif s'atténuait, et le corps de l'homme se rétracté sur lui même, pour enfin ne plus contenir que les organes et les os, asséchés.
Se relevant, elle essuyait sa bouche, pleine de sang.



Sa trachée ne lui brûlait plus, elle se sentait si bien désormais. Tous ses symptômes venaient de disparaitre.
Elle se sentait si agréablement joyeuse, si bien dans sa peau, dans son corps ...
L'autre homme lui revenait alors en tête. Elle en voulait encore, elle en voulait de nouveau, sentir le sang couler dans sa gorge sèche, et ressentir le plaisir que cela était.
Le cherchant dans la foret, elle aperçut enfin son ombre, et cette fois ci, elle tentait une nouvelle stratégie. Elle se doutait bien que lui aussi devait être fort, et qu'elle ne pourrait pas le combattre de la même façon. Revenant un peu sur ses pas, elle se dirigeait vers le cadavre de l'homme. Le fouillant, elle trouva ce qui semblait être un couteau, arme parfaite pour un crime parfait. Rejoignant l'ombre vu précédemment, elle courait vers lui, faisant ainsi semblant de pleurer. L'homme ne cessait de l'interroger sur son état, et elle, jouait la comédie. Prenant l'homme dans ses bras, elle en profitait pour planter le couteau dans sa chair, dans son coeur. Se pliant de douleur, elle le regardait souffrir, mais il ne fallait pas tarder. Lui donnant quelques coups de pieds pour l'inciter à se tordre encore plus, elle se penchait vers lui afin d'en finir. Surprise. L'homme se tourna rapidement et planta un couteau dans l'épaule de la jeune fille. Se relevant précipitamment, elle saisissait un rocher et le jetait sur le crâne de la victime qui ne tarda pas à devenir inconscient. S'abreuvant de nouveau, cette fois-ci elle ne finissait pas son repas. Des bruits de pas arrivaient, ils étaient temps pour elle de rentrer.
Prenant la fuite, elle adoptait une cadence rapide, qui la ramena chez elle en quelques minutes. Rentrant par la même porte qui l'avait fait sortir, elle s'empressait de se réfugier dans sa chambre. Un sentiment de bien être extrême. Se regardant de nouveau dans le miroir, le sang avait séché sur ses lèvres, et son bras était recouvert de son propre sang.
Direction la salle de bain. Prenant de quoi se nettoyer, elle était ravie. Après quelques minutes passées à enlever le sang, elle se sentait étrangement fatiguée. S'installant dans son lit, elle ne tardait pas à s'endormir comme si rien de tout ce qui venait de se passer n'avaient jamais existé.


Réveil en sursaut. Cœur battant à presque tout rompre. Amira venait de faire un cauchemar horrible, où elle avait fait ce qu'elle redoutait tant. Mais était-ce réellement un cauchemar?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

The life of a vampire ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» — bring me to life
» Life in UCLA
» Cherche bannière vampire counts (Fantasy)
» Rosen Vampire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem for a prophecy  :: 
Etape obligatoire : bureau de recensement des sorciers, hybrides, et autres créatures magiques
 :: Dossiers des sorciers recensés :: Pensines
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit