Requiem for a prophecy

Forum RPG basé sur le dix-neuf ans plus tard de la saga Harry Potter
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Don't judge a book by the cover

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rebecca McMillan
SerdaigleavatarSerdaigle

MessageSujet: Don't judge a book by the cover   Sam 12 Nov - 21:35

Rebecca avait enfin terminé sa journée de cours. Cela avait été plutôt éprouvant. Elle avait eu potions, Défense Contre les Forces du Mal et Botanique. Trois cours assez intéressant mais qui donnait beaucoup de travail. La jeune fille désespérait à l’idée de passer une soirée de plus à veiller tard à la bibliothèque. Mais cette année était l’année des Aspics. Le travail a fournir était donc considérable. Rebecca descendait les escaliers menant dans le hall. Il était près de cinq heures et demie. Elle avait donc encore du temps avant d’allé manger et se demander si elle allait attaquer maintenant ou non ses révisions. Elle n’en avait pas vraiment envie, c’est vrai. Rien que l’idée d’ouvrir son livre sur ce cours sur les Soins aux Créatures Magiques lui décrochait une grimace et un soupir de désespoir. La jeune file décolla sa main parfaitement manucuré de la rambarde. Elle la porta à son visage afin de le dégager d’une mèche rebelle, s’évadant de son chignon. La jeune Serdaigle sortit dans le parc. A cette heure-ci d’habitude, il y aurait du y avoir beaucoup de monde. Pourtant, le parc était presque désert. Certes il faisait froid, mais la neige avait disparu. Ce jour-là Rebecca avait revêtu un jean noir moulant mettant ses formes parfaitement en valeurs. Elle portait un manteau blanc. Autour de son cou, était posée délicatement une écharpe beige tirant vers le marron. Elle portait un bonnet avec un pompon assorti. La jeune fille marchait avec une démarche gracieuse et fière. On voyait que ‘était le genre de fille ayant parfaitement confiance en elle. Ses talons la grandissaient de quelques centimètres. Elle se dirigeait vers le lac noir. Elle affectionnait particulièrement cet endroit qu’elle trouvait magnifique et apaisant. Devant cette étendue de liquide, ses yeux bleus se perdaient dans l’eau claire. Elle esquissa un sourire. Se retrouver seule avec ses pensées avait quelque chose d’effrayant. La jeune fille ne s’était vraiment jamais arrêtée sur elle. Elle n’avait jamais vraiment pris le temps de voir comment elle se comportait et de se demander si elle devait changer ou non. Elle était belle, elle le savait. Depuis toute petite, on n’avait pas arrêté de lui dire qu’elle était jolie, qu’elle avait du charme. Sa mère n cessait de lui dire depuis son plus jeune âge qu’elle était la petite fille la plus belle de toute la terre. Rebecca avait finir par le croire et le divulguer. Si on lui disait qu’elle était belle, c’était forcément vrai. Et voilà, 17 ans de ce régime et on en revient à une jeune fille possédant un égo surdimensionné, narcissique comme on n’en peut plus.
La jeune fille se pencha pour ramasser une pierre mais en voyant le sol mouillé, elle se ravisa. Elle ne voulait pas tacher ses mains de boues. Ce n’était pas vraiment respectable pour une jeune femme.
Elle s’évada dans ses pensées. Elle avait plutôt de la chance. Elle avait la beauté, l’intelligence … Il était vrai qu’elle manquait cruellement d’amie. Mais ce n’était pas grave, la compagnie des garçons était nettement plus agréable et puis elle apportait bien plus après tout. Elle savait qu’elle était enviait, que beaucoup de filles étaient jalouse d’elle. Après tout, ca se comprenait.
Rebecca ne cachait à personne qu’elle avait eu de nombreuses conquêtes. Et puis ce n’était pas un secret à Poudlard. Les commérages vont bien plus vite que les bonnes nouvelles dans cette école. Surtout quand ce sont des filles comme la D’Acewood qui les colportent.
Rebecca se baissa et s’assit sur un des rocher près de la rive. Elle regardait droit devant elle sans vraiment penser. Elle restait immobile. Une légère brise se fit sentir. La jeune fille eut un léger frisson mais ne bougea pas.


Est-ce si mal d’avoir confiance en soi et de s’aimer ?

________________Requiem for a Prophecy________________


Pouf Powa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathéo Moreno
SerpentardavatarSerpentard

MessageSujet: Re: Don't judge a book by the cover   Dim 13 Nov - 10:16

Mathéo était assis sur son lit dans son dortoir de la salle commune. Il était étalé de tout son long à plat ventre. Ses yeux étaient clos. Le jeune homme devait surement rattraper son sommeil. En effet, ces derniers jours, il s’était couché tard et s’était levé trop. A cause de ces fichues Buses, il passait ses soirées à travailler. Ce n’est pas ce qui le réjouissait vraiment puisqu’il n’aimait pas vraiment travailler quand il n’en avait pas envie. Mais cette fois-ci, il était obligé, il ne pouvait pas jouer avec son avenir. C’était assez important. Le dortoir des garçons était calme, pas un bruit ne pouvait réveiller Mathéo. Pourtant le jeune homme se releva en sursaut. De la sueur coulait le long de son front. Il paraissait effrayé par son cauchemar qu’il venait de faire. Peut-être s’était-il imaginé qu’il devenait le serveur des elfes de maisons. Oui plus d’un aurait fait un cauchemar à propos de cela. Enfin bref, le jeune homme essuya son front et sauta de son lit. Il prit son manteau et l’enfila. Il mit sur sa tête son bonnet aux couleurs de sa maison. Enfin, quant il fut prêt, il sorti du dortoir. Il arriva dans la pièce principale de la salle commune. Elle était assez remplie à cette heure-ci. Mathéo regarda sa montre et vit qu’il n’était que cinq et demie de l’après-midi. Près de lui, se tenait un groupe de troisième année pouffant comme des imbéciles heureuses.

*Pire que des Pouffy, celles-là*

Le jeune homme balaya la pièce des yeux et vit non loin de lui des gens de son année. Il fut tenté d’aller les rejoindre mais n’en ressentit bizarrement plus le besoin quand il vit que ceux-ci parlaient de rumeurs, de commérages. Beaucoup de gens aimé écouter les ragots. Mais Mathéo n’appartenait pas à cette catégorie de gens. Il n’aimait pas entendre des choses probablement fausses se rependre et se déformer au cours du temps. Il trouvait cela stupide. Peut-être parce qu’un jour, il avait été lui-même une cible de ses rumeurs. Maintenant il ne voulait donc plus se mêler à ce genre de conversation. Surtout quand il entendit de loin un bout de leur conversation …


… Vous avez vu qui est la prochaine proie de McMillan ? Il parait que …

Mathéo n’en écouta pas plus. Il se dirigea vers la porte et sortit de la salle commune. C’était idiot de salir la réputation des autres par simple plaisir. Les gens faisaient ce qui voulait de leur vie. Ils ne devraient pas être jugés pour ce qu’ils font mais pour ce qu’ils font. Le jeune homme monta les escaliers et se dirigea vers le parc. Il avait bien fait de prendre un manteau et de mettre son bonnet. Il ne faisait pas très chaud dehors et comme ça il n’aurait pas froid aux oreilles. Ce qui était plutôt une bonne chose. Il n’avait pas vraiment envie de retomber malade une deuxième fois. Les nuits passaient réveiller ne le retenté pas le moins du monde. Mathéo se demandait pourquoi il y avait si peu de monde dans le parc. Avait-il tous si peur de se geler les doigts. Le jeune homme s’en fichait un peu. Moins il y aurait de monde, plus il sera tranquille. Il avança vers le lac quand il vit une jeune fille assis sur un rocher.

Est-ce si mal d’avoir confiance en soi et de s’aimer ?

La jeune fille en question était Rebecca McMillan. Mathéo la regarda un instant de dos. Dans ses paroles, on ressentait un peu de tristesse, de mélancolie. Le Serpentard hésita à repartir discrètement ou à lui parler et lui répondre. Peut-être n’avait-elle pas besoin d’être dérangé et préféré grandement être seul. Mathéo l’ignorait. Il décida donc de s’appuyer contre l’arbre derrière lui et de répondre à sa question du mieux qu’il pouvait.

Moi je te répondrais que ce n’est pas mal, et qu’il vaut mieux s’aimer et avoir confiance en soi que le contraire. Mais tout le monde ne serait pas d’accord avec moi, j’imagine.

Le jeune homme s’approcha de la Serdaigle et s’assit en sa compagnie sur le rocher.

J’ai entendu des rumeurs sur toi Rebecca, et je pense qu’ils sont stupides de proférer des absurdités pareilles. Quelqu’un qui ne te connait pas personnellement n’a pas le droit d’affirmer savoir ce que tu es. Il n’a aucunement le droit de te juger …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca McMillan
SerdaigleavatarSerdaigle

MessageSujet: Re: Don't judge a book by the cover   Dim 13 Nov - 10:54

Rebecca était assise sur un rocher près de la rive du lac noir. Son regard était perdu dans l’étendue d’eau. La jeune fille avait envie de se ressourcer. Elle avait passé une assez désagréable journée entre les cours éprouvant et les gens qui l’entouraient. En effet, elle avait une impression que beaucoup de monde parlait dans dos. Ce n’était pas la première fois, c’était vrai. Mais cela commençait à devenir pesant que les gens avaient une vie tellement inintéressante qu’ils parlaient sans arrêt d’elles et sa vie ô combien passionnante. Elle était intéressante et magnifique elle le savait. Et puis, on lui avait toujours dit, l’intérêt, en bien ou en mal, c’est qu’on parle de toi. Elle avait une personnalité assez forte et hautaine. Elle avait été élevée dans la bourgeoisie et prenait donc depuis toute petite les domestiques comme des êtres inférieurs. Après tout qu’y avait-il de mal à faire cela. Elle était totalement supérieure à eux que ce soit en termes d’argent ou en beauté alors elle le montrait comme il se doit. Les domestiques étaient à leur juste place. Elle avait simplement suivi le modèle de sa mère qui était tout comme elle odieuse avec les gens d’une catégorie moindre qu’elle. Elle avait été élevée dans cette vision et était donc fidèle à elle-même et à sa famille. Son père était un moldu et ne comprenait pas vraiment pourquoi elles traitaient les gens comme cela. Il ne partageait pas vraiment leurs points de vues mais ne leur tenait tête et restait donc silencieux.
Rebecca porta une main à ses cheveux. Elle était toujours bien coiffée. Beaucoup disent que la beauté est éphémère et voilà pourquoi Rebecca estime qu’il faut grandement en profiter. Car plus tard, elle ne pourrait pas faire autant de chose grâce à son physique. C’est pourquoi la jeune fille ne comprenait pas les filles ne prenant absolument pas soin d’elles. Elles avaient peu de temps à être belle, un jour le temps aura passé et elles seront vieilles, laides et bouffis. Mais pourtant, elle n’en profitait pas.
Quand elle eut parlé, Rebecca sentit une présence derrière elle. La jeune fille ne se tourna pas. Elle voulait voir ce qu’allait faire la personne en question. Une voix se fit entendre.


Moi je te répondrais que ce n’est pas mal, et qu’il vaut mieux s’aimer et avoir confiance en soi que le contraire. Mais tout le monde ne serait pas d’accord avec moi, j’imagine.

Cette voix était tellement reconnaissable, tant par le timbre que par la façon dont il parlé. La jeune fille se retourna et pu voir Mathéo accoudé à un arbre. Il avait raison sur le fait que peu de monde ne serait d’accord avec lui. Il suffisait d’entendre ce qu’il se disait à Poudlard. Le jeune homme vint s’assoir en sa compagnie sur le rocher. Il portait un manteau noir et un bonnet péruvien aux couleurs de sa maison. La Serdaigle sourit à la vue de ce bonnet original. Mais le temps n’était pas à se moquer de lui. Après tout, peu de monde se montrait assez sympathique avec la jeune en ce moment. Elle posa sa tête sur l’épaule du garçon comme si elle recherchait un quelconque réconfort. Celui-ci ne bougea pas. Visiblement il ne la rejetait pas. Heureusement, elle aurait pris cela comme une incompréhension totale. Quand on avait la chance d’avoir une jolie fille avec nous, on ne la rejetait pas. A part, si on était un parfait imbécile. Le jeune homme reprit peu de temps après avoir pris place.

J’ai entendu des rumeurs sur toi Rebecca,

*Comme tout le monde à vrai dire*

Et je pense qu’ils sont stupides de proférer des absurdités pareilles.

*Pourtant, c’est la vérité !*

Quelqu’un qui ne te connait pas personnellement n’a pas le droit d’affirmer savoir ce que tu es. Il n’a aucunement le droit de te juger …

Rebecca était surprise des paroles de Mathéo. C’était si gentil et réconfortant à la fois. Elle avait entendu beaucoup de choses sur le jeune homme. Et la sympathie n’en faisait pas vraiment partie. Il est vrai que les rumeurs ne cherchaient qu’à salir les réputations. Mais ils avaient présenté un Mathéo cruel, et imbécile. Tout le contraire de ce que Rebecca avait maintenant sous les yeux.

On juge des personnes en permanence sans les connaître …Les gens s’arrêtent souvent à la façade et n’essaie même pas de chercher la quinte essence de la personne …

*La facilité ...*

On dit beaucoup de choses sur toi aussi Mathéo ! Beaucoup de gens disent que tu es vil, pathétique ...
On dit aussi que tu es totalement sous le charme de la préfète des Gryffondor ... Que tu te crois supérieur à beaucoup de monde ...


Elle marqua un temps d'arrêt relativement court

Les rumeurs sont peut-être infondées Mathéo, mais elles sont bien renseignées ! Tu ne trouves pas ?

________________Requiem for a Prophecy________________


Pouf Powa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathéo Moreno
SerpentardavatarSerpentard

MessageSujet: Re: Don't judge a book by the cover   Dim 13 Nov - 12:11

Mathéo était en compagnie de Rebecca, qui venait elle-même de poser sa tête sur son épaule. Le jeune homme ne fit pas un mouvement. Il ne voulait pas la repousser. Elle paraissait en quête de réconfort et cela aurait été tout bonnement méchant de la laisser et de l’enfoncer dans un moment pareil. A ce moment, on aurait dit qu’il y avait un fossé immense entre la Rebecca arpentant à l’ordinaire les couloirs, de sa démarche haute et fière, et la Serdaigle posé sur le rocher. Celle-ci paraissait plus humaine à vrai dire, si Mathéo avait du donner une différence. Une légère brise glacée se faisait sentir dans le parc. Mais comme Rebecca se tenait tout près de lui, il n’avait pas vraiment froid. Elle le réchauffait, en plus de son bonnet et de son manteau. Le Serpentard était content, il ne serait pas malade cette fois-ci.
Finalement tout le monde souffrait des rumeurs, voilà pourquoi il était tellement incompréhensible que celles-ci continuent d’être divulguées. Personne n’était épargné. Malgré le désir de ne pas en entendre, le jeune homme ne pouvait pas toujours les évitaient. Aaron et son petit ami avait été particulièrement touchés après le bal mais pour le moment il n’en entendait plus vraiment les concernant. La rumeur du retour de Léna avait sans doute était l’une des plus rapide car en très peu de temps, tout Poudlard avait été au courant. Pourtant peu de choses avaient été dites sur ce qu’il s’était passé chez les Mangemorts. La jeune fille avait été discrète et ne semblait pas avoir divulgué la moindre information sur le sujet. Mathéo devait se l’avouer, il aurait aimé savoir ce qu’il s’était passé là-bas, pas pour le divulguer à son tour mais seulement pour savoir de quoi les Mangemorts étaient désormais capable. Du pire, évidemment. Mais où se situait donc la limite du pire. Seuls eux le savaient.
Mathéo ne pensait pas qu’une discussion avec la jeune fille aurait été aussi sympathique.


On juge des personnes en permanence sans les connaître …Les gens s’arrêtent souvent à la façade et n’essaie même pas de chercher la quinte essence de la personne …

*Ne jugeons pas un livre à sa couverture …*

La jeune fille avait raison. Au fond, quand on voit comment se comporte une personne, si cela ne nous plait pas, nous ne cherchons pas plus loin. Et c’est comme cela qu’on pourrait passer à côté de la vraie personnalité d’une personne.

*On se cache trop souvent derrière nos masques*

Rebecca releva la tête de l’épaule du Serpentard. Elle voulait surement le regarder dans les yeux pour parler. Le jeune homme comprenait parfaitement. A vrai dire, il préférait voir le visage de la personne pour mieux analyser ses réactions. Parlait sans voir était plutôt contraignant selon lui.


On dit beaucoup de choses sur toi aussi Mathéo ! Beaucoup de gens disent que tu es vil, pathétique ...

*Vil et Pathétique ! Les gens devraient se regarder …*

On dit aussi que tu es totalement sous le charme de la préfète des Gryffondor ...

*Qui est le mongole qui fait courir cette rumeur ! On peut rien cacher dans cet école ! C’est incroyable !*

Que tu te crois supérieur à beaucoup de monde ...

*Impossible de contredire une telle vérité*

La jeune fille marqua un temps de pause relativement court. Mathéo ne savait pas vraiment quoi répondre. Les rumeurs étaient ce qu’elles étaient mais …


Les rumeurs sont peut-être infondées Mathéo, mais elles sont bien renseignées ! Tu ne trouves pas ?

Mathéo regarda la jeune fille. Ce qu’elle disait était-il vrai. Oui il le pensait. Le jeune homme ne savait quoi dire sur cela. Les rumeurs étaient des rumeurs mais elles ne disent pas toute la vérité.

*Seulement une partie infime de ce qui est vrai*

Les rumeurs disent parfois vrai, je te l’accorde. Mais je n’ai entendu nulle part que tu pouvais être aussi sympathique. Je pense qu’elles ne disent pas tout. Seulement ce qui fera parler. Car tout le monde se fiche quand les choses se passent bien. Il n’y a que le scandale qui attire …

Le jeune se mit en tailleur et se tourna pour mieux lui faire face. Sa position était quelque peu instable. LE vent ne devrait pas trop souffler sinon le Serpentard se retrouverait vite par terre.


Es-tu vraiment celle que décrivent les gens, Rebecca ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca McMillan
SerdaigleavatarSerdaigle

MessageSujet: Re: Don't judge a book by the cover   Dim 13 Nov - 13:01

Rebecca écoutait le jeune homme avec attention. La conversation qu’elle partageait avec lui était plutôt intéressante et amical. Elle voulait le regarder dans les yeux pour lui parler et se releva donc de son épaule. Elle avait été contente qu’il ne la repousse pas et qu’il reste amical envers elle en cette situation. Elle en avait besoin. Elle avait besoin d’ami plus qu’elle n’oserait se l’avouer. Mathéo restait silencieux à toutes ses paroles. Il ne voulait visiblement pas l’interrompre avant qu’elle ait fini de parler. La jeune fille trouvait cela remarquable. Elle exposait son point de vue et lui dit ce qu’elle avait appris sur lui par le biais des rumeurs. Elle vit qu’il paraissait assez anxieux et énervé quand elle lui annonça que tout le monde parlait de son attirance pour la Préfète des Gryffondor. Cette rumeur ne devait pas être fausse pour qu’il se mette dans un tel état. Rebecca n’insista pas sur le fait. Mathéo ne semblait pas être un garçon qui se confie aussi facilement. Elle espérait tout de même que les rumeurs qu’elle avait entendues sur Amber étaient fausses. Apparemment, la préfète serait totalement sous le charme d’un autre Gryffondor, Klaus Strife. Rebecca se demandait un instant si Mathéo au courant.

*Devrais-je lui dire ? Oui Mathéo, ta copine est une vraie coureuse de caleçon ! Tu devrais changer, je sens qu’elle va te faire souffrir !*

Rebecca ne tenait pas vraiment à lui dire. Il était sympathique et cela lui ferait certainement du mal. La jeune fille décida de se taire pour le moment. Elle mènerait son enquête sur la question et si cela s’avérerait être vrai, elle le lui dirait. On pouvait parler de Rebecca qui prenait les garçons comme des mouchoirs. Mais il y avait une grande différence entre Rebecca et Amber. Rebecca, elle, aimait la compagnie des hommes mais ne leur cachait pas ses intentions. Ils savaient qu’avec elle, ce n’était que l’histoire de quelques heures de plaisir. Mais Amber, d’après ce qu’elle avait entendu, avait passé du temps avec le Serpentard, il s’était visiblement attaché à elle. Et maintenant elle allait voir ce Gryffondor. C’était à ne rien y comprendre. Les filles critiquaient beaucoup Rebecca mais au fond, elles y ressemblent bien plus qu’elles ne voulaient se l’avouer. Mathéo finit par la sortir de ses songes en reprenant la parole.


Les rumeurs disent parfois vrai, je te l’accorde. Mais je n’ai entendu nulle part que tu pouvais être aussi sympathique. Je pense qu’elles ne disent pas tout. Seulement ce qui fera parler. Car tout le monde se fiche quand les choses se passent bien. Il n’y a que le scandale qui attire …

Rebecca souriait à Mathéo. Celui-ci était très sympathique et savait visiblement comment faire pour rendre de bonne humeur une personne. Elle était contente qu’il ait trouvé sa compagnie bonne. « Il n’y a que les scandales qui attirent ». Cette phrase résonnait dans la tête de Rebecca. Il avait raison. Les Mangemorts faisaient la une non pas pour le bien qu’ils faisaient dans le monde. Mathéo bougea. Il en avait peut-être marre de sa position. Il se mit en tailleur sur le rocher. Sa position avait l’air assez … instable.

Es-tu vraiment celle que décrivent les gens, Rebecca ?

*Je ne sais pas ! Je ne crois pas … Je ne pense pas … Je n’espère pas …*

Rebecca ne savait pas quoi répondre à cette phrase interrogative. Elle ne savait pas qui elle était réellement mais espérait ne pas être cette fille qu’on décrivait. Il est vrai qu’elle aimait la compagnie de la gente masculine mais elle n’en était pas pour autant une trainée. Elle avait des qualités … L’intelligence … La persévérance …
Mathéo leva sa main pour faire on-ne-sait-quoi mais il dut surement le regretter aussitôt fait. Sa position n’était vraiment pas instable. Le jeune fut déséquilibré et attrapa la main de Rebecca comme pour se retenir. Mais la jeune fille ne s’attendait nullement à cela. Elle fut donc emmenée sur le sol et atterrit sur Mathéo. [Position compromettante surtout si elle est regardé de loin]. Rebecca se releva doucement et s’assit en tailleur sur le sol à côté du jeune homme, toujours allongé par terre. Puis elle lui demanda d’une voix douce.


Je ne t’ai pas fait trop mal ?

________________Requiem for a Prophecy________________


Pouf Powa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary-Elizabeth d'Acewood
Serpentard-KilljoyavatarSerpentard-Killjoy



MessageSujet: Re: Don't judge a book by the cover   Dim 13 Nov - 13:40

La journée aboutissait à grand pas, et celle-ci avait été quelque peu ennuyeuse. Aucun ragot croustillant à déclarer, à faire partager, aucune trouvaille qui aurait mérité de siéger au plus haut sommet de l’univers. Néanmoins, Elizabeth ne perdait point espoir, car la réalité lui avait souvent démontré que les ragots les plus croustillants se déroulaient dans la soirée dans des coins peu fréquentés. Elle ne perdait donc point patience, et observait les moindres détails qui auraient pu être compromettants. Durant ses heures perdues à Poudlard, la plupart du temps, l’observation la gagner, ce qui lui permettait de découvrir des choses forts bien intéressantes et qui très probablement par la suite orneraient le TDP, lu par tous les élèves de Poudlard.
N’apercevant rien de bien compromettant, elle prit alors la décision de se rendre au parc, qui en cette période n’était pas bien envahi par la foule. Peut être y aurait-il de l’action.
Le manteau blanc de l'hiver ne recouvrait plus les parterres de fleurs, le parc s’était presque métamorphosé en un espace accueillant comme à l'époque du printemps. Personne ne figurait à l’horizon, mais Elizabeth savait parfaitement que les apparences étaient trop bien souvent trompeuses. Son intuition lui déclarait qu’une présence s’y trouvait. Un bruit des plus étranges vint alors à l’encontre de son oreille. Enfin peut être quelque chose d’intéressant. Curieuse, elle s’aventura un peu plus dans le parc qui commençait à être sombre. Une masse noire, ou plutôt deux élèves, se chevauchaient. N’avaient-ils donc point honte de leur acte ? De loin, il lui semblait que les deux élèves étaient Mathéo et Rebecca.

Je ne t’ai pas fait trop mal ?

*Avec ton postérieur encombrant difficile de dire le contraire*

Elle les observa alors encore durant un instant. La fille s’était retirée pour ensuite venir poser son postérieur sur le sol. Sage décision.

*Pauvre Amber, elle serait déçue d’apprendre que son prince charmant chevauche d’autres donzelles…*

Fière de cette découverte, elle s’apprêtait alors à rebrousser chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathéo Moreno
SerpentardavatarSerpentard

MessageSujet: Re: Don't judge a book by the cover   Dim 13 Nov - 15:15

Mathéo était en équilibre sur le rocher. Ce qui n’était pas très rassurant. Il ne voulait pas vraiment changer de position car il était plutôt bien. Il regardait Rebecca dans les yeux et fit enfin attention à leur couleur, ils étaient bleus vert. Vraiment jolie. Mathéo attendait une réponse à la question qu’il lui avait posée. Qui était-elle vraiment ? Il se doutait bien que ce ton superficiel à toute épreuve n’était qu’une façade. Le jeune homme voulut bouger un peu mais comme il n’était vraiment pas doué, il sentit les lois de la gravité reprendre le contrôle, il n’eut le temps que de s’agripper à la main de Rebecca. Mais comme celle-ci ne s’attendait nullement, ils tombèrent ensemble sur le sol. Le compte rendu fut légèrement bizarre. Mathéo était allongé de tout son long sur le sol dur du parc, tandis que Rebecca était entre allongé et assise sur lui. La scène était particulièrement bizarre pour celui qui regardait sans savoir ce qu’il s’était passé auparavant. La jeune fille finit pas s’enlever de lui et s’assoir en tailleur à côté. Mathéo lui ne prit même pas la peine de se relever. Il resta sur le sol dur, loin d’être confortable et ferma les yeux. Il s’évada dans ses pensées.
Il repensa bizarrement à un certain soir. Le 26 septembre de cette année (Oui le jour de l’anniversaire de Léna ^^), Mathéo avait passé la soirée au parc à écouter de la musique. Il était de bonne humeur ce soir-là. Il était seul mais s’amusait quand même à danser. Rebecca était venue le rejoindre et ils avaient discuté. Elle paraissait plus redoutable avant. Peut-être parce qu’elle le devenait moins quand on la connaissait mieux. A cette époque là, Mathéo la considérait encore comme la fille indigne d’attention, qui cherchait seulement à s’amuser. Mais ce soir-là, Mathéo aussi avait besoin de distraction. Ils avaient dansé ensemble comme des enfants. Mathéo ne pouvait pas nié qu’il avait apprécié cette soirée. Elle avait été sympathique quand on y repensait. Les deux jeunes gens après avoir bien dansé s’était isolé dans le même coin où ils étaient en ce moment mêmes. Ils avaient pas mal bu, il fallait se l’avouer. Rebecca avait emmené avec elle des bouteilles …
Le jeune homme restait les yeux fermés. Il ne bougeait pas. Il n’en ressentait pas le besoin. Il était bien sur le sol. Il entendit Rebecca rompre le silence.


Je ne t’ai pas fait trop mal ?


Mathéo ouvrit un œil puis l’autre. Il passa ensuite ses mains derrière sa tête et fit un non de la tête. Il se mit à regarder le ciel. Il était blanc. Les nuages l’encombraient en ce journée si bien qu’on ne pouvait apercevoir une parcelle de bleu.
Le jeune homme se releva et s’assit lorsqu’il entendit un bruit non loin d’eux. Une jeune fille repartait en direction du château. C’était une Serpentard de son année. Elle s’appelait D’Acewood, si ses souvenirs étaient bons.


Sinon tu n’as pas répondu à ma question, avec tout ça !

Annonça le jeune homme. Il regardait Rebecca qui paraissait dérangé et agité. Mathéo ne comprenait pas ce qu’elle avait. Pourquoi était-elle aussi stressée tout à coup. Le jeune homme se rallongea et ferma ses yeux. Il lui dit d’une voix sereine.

Du calme ! C’est qu’une pauvre fille venue se promener ! Pas besoin de se mettre dans un état pareil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca McMillan
SerdaigleavatarSerdaigle

MessageSujet: Re: Don't judge a book by the cover   Dim 13 Nov - 15:45

Rebecca s’était mise sur le côté pour ne pas écraser Mathéo. Le jeune homme, lui, était allongé sur le sol. Ses yeux étaient fermés. Rebecca se demanda une seconde si elle ne l’avait pas assommé. Mais bon, il ne fallait pas exagérer, son poids était trop parfait pour lui avoir fait du mal. Mathéo était étrange dans certaines situations. Sans que l’on sache pourquoi, il s’allongeait, fermait les yeux et rêvait. Cela avait toujours fait sourire Rebecca. Elle était contente qu’ils soient devenus amis. Il était vrai que leurs relations avaient commencé comme tout ce qu’il y de plus normal avec Rebecca. Mais finalement ce n’était pas resté à une conquête de plus, et la jeune fille trouvait cela vraiment bien. Finalement le jeune homme consenti enfin à lui dire que Rebecca ne lui avait pas fait mal. Elle en fut soulagée même si elle doutait peu d’elle.

Sinon tu n’as pas répondu à ma question, avec tout ça !

Le jeune homme s’était soudainement relevé. En effet, elle n’avait pas répondu à sa question. Elle aurait pensé pouvoir y échapper mais visiblement non. Non, elle pouvait affirmer qu’elle n’était pas celle que décrivaient les gens car la description des gens n’étaient que en surface, ce que l’on voit en jugeant dés le premier regard. Si elle devait se qualifier, Rebecca se dirait persévérante, jolie, supérieur. Bien sur, elle avait des défauts comme tout le monde. Elle était assez susceptible et prenait les gens de hauts si on la contrariait. Par moment, elle regrettait d’agir comme cela. Mais la culpabilité partait, en règle général, aussi vite qu’elle arrivait.
Rebecca entendit un bruit. Une fille partait. Cela voulait dire qu’elle les avait observé mais depuis combien de temps. La Serdaigle observa quelques secondes et reconnut D’Acewood, commère comme on n’en peut plus, connu pour répéter tout et n’importe quoi à tout le monde. Si elle partait, c’était parce que sa soif de commérage avait été assouvi. Elle avait du les voir et penser que Mathéo et Rebecca …
La jeune fille commença à s’agiter. Elle se releva en vitesse, quand elle entendit Mathéo lui parler.


Du calme ! C’est qu’une pauvre fille venue se promener ! Pas besoin de se mettre dans un état pareil.

Rebecca regarda Mathéo avec un air d’incompréhension puis elle leva les yeux au ciel.


Mathéo, tu es con ou tu le fais exprès ?

Annonça t-elle au jeune homme tandis qu’elle lui tirait la main pour qu’il consentit enfin à se lever. Le jeune homme se leva finalement plongé dans l’incompréhension. Rebecca, par simple gentillesse, décida de lui éclairer sa lanterne.

C’est D’Acewood, la fille qui raconte tout et n’importe quoi partout et surtout à n’importe qui !

Mathéo n’avait pas l’air d’être très rapide à la compréhension.


Tu es demeuré total ma parole. Vu la position où l’on était, elle en a déduit qu’on faisait quelque chose de pas très catholique, si tu vois ce que je veux dire. Et elle peut allé le répéter … A Amber aussi !

Rebecca sut enfin qu’il avait compris quand elle avait parlé d’Amber. C’était qu’il était long à la détente celui-là. Elle entraina donc Mathéo avec elle pour rattraper la Serpentard. Ils coururent jusqu’à elle car elle avait pris de l’avance puis se pointèrent devant elle pour lui bloquer en quelque sorte le passage.

D’Acwood, quel plaisir ! Ca va ? … Enfin bref on s’en fout ! C’était pas du tout ce que tu croyais !

________________Requiem for a Prophecy________________


Pouf Powa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary-Elizabeth d'Acewood
Serpentard-KilljoyavatarSerpentard-Killjoy



MessageSujet: Re: Don't judge a book by the cover   Dim 13 Nov - 16:11

Fière de sa découverte qui promettait ô combien de retournement de situation, elle retournait au château d’un pas assuré et rythmé. Qui serait le premier au courant ? Kieran ou Alex ? Ou Mag’ ? Choix compliqué... Et pourquoi pas Amber ? La joie la submergeait, si bien qu’elle ne savait plus où donner de la tête. Perdue dans ses pensées, elle ne put percevoir l’arrivée précipitée de Rebecca et Mathéo. Avait-elle donc été si peu discrète ? Peu lui importait, après tout, les conséquences seraient les mêmes. Leur amour réciproque s'était donc exprimé en si peu de temps?

-D’Acewood, quel plaisir ! Ca va ? … Enfin bref on s’en fout ! C’était pas du tout ce que tu croyais !

*Pitié...*

-Je t’en prie Rebecca, cesse ton hypocrisie… Ne va pas me faire croire que tu es ravie de me voir ! Cela serait mensonge.

Tous deux avaient l’air d’être dans une position peu agréable, que nous aurions très bien pu qualifier de position gênante. La plupart du temps, elle avait assister à bon nombre de ce style de situation. Et toujours, elle avait été dans la position reposante.

*Intéressant…*

-Hum… Dans ce cas… Qu’est-ce que cela était ? Il me semble pourtant vous avoir vu vous chevaucher, si ce n’est pire… Je suis prête à ne rien dire, mais pour cela trouvons tout d’abord un arrangement.

Le chantage, que cela était agréable ! Cela pouvait tant apporter! Quelques paroles suffisaient, et notre souhait le plus important pouvait être exaucé, dans la mesure du possible. Ses cheveux étaient soulevés par le vent, et le temps se rebellait un peu plus que la veille précédente. Elle replaça son écharpe ainsi que son manteau de fourrure, comme pour faire part de son énervement. Elizabeth commençait à s'impatienter, elle avait hâte de rentrer au château. Leurs réponses avaient intérêt d'être pertinentes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Don't judge a book by the cover   

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't judge a book by the cover

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» You can't judge a book by its cover | #JERA ♥
» 05. A book club ? Yes sir !
» Book 102
» The Book. [Eva, Sonata, Requiem]
» only god can judge me → le 27 septembre 2011 à 16h14

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem for a prophecy  :: Saison 1 :: Poudlard :: Extérieur-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit